statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2020

Musique (520)

Tambour

Sleepers

Tony Anderson

Eyes Wide Open

Valotihkuu

In Slow Motion

Commentaires

[Musicalmar]
L'existence va devenir *très* difficile, entre les ceusses qui, détenant la Vraie Foi[1], entendent régenter nos existences ; les ceusses qui, détenant les moyens de nous traquer, veulent nous faire acheter leurs marchandises frelatées ; et les ceusses qui prétendent nous conditionner dès l'enfance pour nous réduire sinon à l'esclavage, du moins au servage.
(Ces catégories pouvant se recouper). C'est ce que je me suis redit après avoir lu ces deux billets :
https://www.schneier.com/blog/archives/2020/01/modern_mass_sur.html
https://ericwerner.blogspot.com/2020/01/la-derniere-cabine-telephonique.html
Quant aux ceusses qui croient aux gentils hackers éthiques et rebelles, capables de lutter efficacement contre le Panopticon de la Tyrannie technicienne, ils devraient mieux se renseigner. *Wasp*[2] (Eric Frank Russell) et *The Shockwave Rider*[3] (John Brunner) ne sont et ne resteront que des romans -- excellents.
Que la surveillance soit artisanale ou technique, le citoyen -- pardon : le sujet -- lambda sera en permanence sous l'OEil du *vrai* Sauron, comme le croyant est déjà en permanence sous la surveillance de son dieu. Perspective terrifiante qui interdira même le recours au château de la vie intérieure.
Je hais cette époque. Que ne suis-je né trente ans plus tôt... Je sais, je sais : on ne choisit pas. N'empêche : dans un monde bien fait, on devrait pouvoir. Ah, et aussi la répartition des points de compétences comme dans un RPG -- mieux informé par l'expérience, je ferais des choix très différents de ceux que j'ai pu sottement faire. ;-)

[1] Généralement de couleur verte, à l'occasion mêlée de rouge plus ou moins sanglant.
[2] https://en.wikipedia.org/wiki/Wasp_(novel)
[3] https://en.wikipedia.org/wiki/The_Shockwave_Rider

Écrit par : Blumroch | 29/01/2020

[Musicalmar évidemment plus intéressant que celui *supra*]
"Humour limite, mais sans haine". Etrange, la haine de la haine et de la colère. ;-)

https://www.youtube.com/watch?v=n2eAZyMPNZ4

Écrit par : Blumroch | 29/01/2020

[Musicalmar dédié à la (autocensuré[1]) chantal perrichon[2] et au ministricule ed flippe[0]]
Le tyran[3] verdegôche aimerait être le seul à disposer d'automobiles. Après tout, ceux qui ne sont rien peuvent toujours prendre le bus ou le métro, ou encore *marcher*[4]. Que sont la fatigue, le temps perdu et l'incommodité, face au risque[5] d'être enrichi par le spectacle, toujours pittoresque, de la diversitude, voire au bonheur [4] d'entrer en contact[6] direct et *aiguisé* avec ses nombreux représentants ?
J'y pense à l'instant après avoir découvert un site consacré à Klarkash-Ton qui contient la version originale d'une nouvelle reprise dans une des anthologies de Jacques Sadoul chez J'ai Lu. En ces temps de sinistrose, le texte pourrait faire sourire, en anglais comme en français :
http://www.eldritchdark.com/writings/short-stories/88/the-great-god-awto
http://www.eldritchdark.com/writings/translations/french/7/le-grand-dieu-awto-%28the-great-god-awto%29

[0] Rien à en dire, sinon que le numéro de la note correspond à son sujet.
[1] L'adjectif auquel j'avais d'abord pensé n'était pas très élogieux. Remplaçons-le, lâchement, par "délicieuse" ou par "intègre".
[2] Se non è vero... :
https://ripostelaique.com/imposture-chantal-perrichon-na-jamais-perdu-un-membre-de-sa-famille-dans-un-accident.html
[3] Singulier collectif rassemblant évidemment le tyran, ses complices, ses supplétifs et ses valets.
[4] Humouuuur !
[5] Correction : à la *chance*.
[6] Les plus rabiques des gauchistes théorisent maintenant l'insécurité dont ils sont directement responsables : "Make being “uncomfortable” (in chaotic, diverse environments) a valued cultural commodity. Uninterrupted “comfort” has become part of a false life in an unjust society. Being uncomfortable is part of the process of being a full human being." Faut oser :
https://www.takimag.com/article/chaotic-diversity-in-my-backyard/

Écrit par : Blumroch | 29/01/2020

Blumroch > Le Système est tout puissant, difficile de ne pas lui sacrifier certaines choses. Pour l'instant à défaut d'aller vivre comme une bête dans les bois, je me contente de lui sacrifier au minimum et de ne pas lui vouer un culte. C'est peu, je sais, mais cela me permet encore de dormir assez sereinement.

La Mite a du mal à raccrocher et c'est tant mieux.

Je trouve la nouvelle "Le grand dieu Awto" excellente ; amusante et illustrant à merveille le précepte qui veut que les cruautés d'autrefois paraissent toujours plus inadmissibles que celles d'aujourd'hui.
Les Système n'a pas besoin de construire, il vit en parasite des ruines de l'ancien monde, il a pour cela besoin de détruire ou plutôt de le déconstruire et utilise pour cela l'abondante main-d'oeuvre des hystériques, des aigris, des fêlés, des sadiques que les temps normaux savaient marginaliser. Il n'a qu'à simplement leur donner des pouvoirs indus et laisser faire en surveillant de loin : les choses se font d'elles mêmes.

Écrit par : Pharamond | 29/01/2020

@Pharamond : Yep, mais dans un monde normal, on devrait avoir le choix, avec l'option "Rien de tout cela". :-(

Il semble encore croire en une possibilité de victoire, en tout cas de révolte. Peut-être parce qu'il semble en petite forme. ;-)

C'est une des *rares* manifestations d'humour chez Klarkash-Ton. ;-) Et quel *incipit* moderne, trahissant presque un don de prescience : "Males, females, androgynes and neuters of the class". Heureux de vous avoir fait découvrir, apparemment, ce classique mineur. ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/01/2020

Je crois moi aussi à une révolte possible, mais ce ne sera pas quelque chose de réfléchi et de constructif : ce sera le chaos et notre défaite finale.

En fait la SF c'est simple, il suffit d'être aux aguets des délires les plus extrêmes des gaucho-progressistes et de les considérer comme acquises dans un futur plus ou moins proche ;-)

Écrit par : Pharamond | 29/01/2020

@Pharamond : C'était la recette de la seule S.F. satirique, tragiquement devenue descriptive, comme dans *Marching Morons* a.k.a. *Crétins En Marche*. ;-)

[Musicalmar susceptible d'arracher deux ou trois sourires]
https://www.youtube.com/watch?v=qvpgSqco3jU

Écrit par : Blumroch | 29/01/2020

[Musicalmar endeuillé]
Roger Holeindre a rejoint la Garde des ombres. Au moins, il ne verra pas le triomphe de ses ennemis.

Écrit par : Blumroch | 30/01/2020

[Musicalmar]
Développement d'un commentaire lu ce jour chez Schneier[0] : Davos, c'est l'endroit où les milliardaires donnent à leurs valets millionnaires les instructions[1] pour appauvrir les classes moyennes qui devront aussi payer tribut au profit des classes assistées.

[0] Gag et déception : Schneier participe à ce World Economic Forum.
[1] La *marche* à *suivre*.

Écrit par : Blumroch | 30/01/2020

J'aime bien La Bajon, c'est moins féroce que La Mite, mais ça participe au travail de sape contre le Système. Aussi petite que soit la galerie c'est bon à prendre.

Oui, j'ai vu pour Holeindre ; un de moins dans notre camp déjà bien dépeuplé.

Définition bien trouvée, à laquelle j'ajouterais : "[...] au profit des classes assistées qui enrichissent les milliardaires". Il ne faudrait pas aller croire que c'est de la philanthropie.

Écrit par : Pharamond | 30/01/2020

@Pharamond : J'y ai pensé après coup. C'est sans doute cela, l'économie circulaire. ;-)

Écrit par : Blumroch | 30/01/2020

Sans doute ;-)

Écrit par : Pharamond | 30/01/2020

[Musicalmar sur la Libération]
Si j'apprécie quelques bons esprits anglais, je ne suis pas vraiment un inconditionnel des Engliches. Pourtant, j'oublie temporairement toutes mes réserves pour les saluer : ils sont les premiers à quitter le *club* des *khons tendant* à nous *assommer*[0] jusqu'à nous tuer.
Pour Tacite, le meilleur jour, au sortir d'une tyrannie, c'est uniquement le premier jour, mais symboliquement, Bruxelles compte un esclave[1] de moins.
Et ces veinards ont même un ministre capable, pour retrouver courage dans l'adversité, de réciter Homère dans le texte, avec la scansion !

[0] Multilingual bad pun de l'almanach Wormword. ;-)
[1] Voir le poème de James Thomson :
//
Rule, Britannia, rule the waves ;
Britons never will be slaves.
The nations, not so blest as thee,
Must, in their turns, to tyrants fall.
//
Règne, Britania, règne sur les flots !
Jamais les Britanniques ne seront des esclaves,
Alors que les autres nations, moins heureuses que toi
A leur heure connaîtront toutes la tyrannie !
//

Écrit par : Blumroch | 01/02/2020

Blumroch > Peu importe de ce qui en résulte, tout ce qui affaiblit l'UE me réjouit.

Écrit par : Pharamond | 01/02/2020

@Pharamond : #MeToo ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/02/2020

[Musicalmar]
Je ne sais d'où le site mentionné *infra* tire ses informations, mais les lectures qui *seraient* recommandées par quelques canailles politicardes valent leur poids de caramels mous. En général, c'est "cherchez l'erreur", comme notamment pour Hidalgogole qu'on ne savait pas encyclopédiste des nuisances au sens autre que de stationnement et de circulation et qui serait capable de lire un texte rédigé en ce français classique qu'elle ne sait pas parler. Etrangement, un ancien Gauleiter détestant *La Princesse de Clèves* mais se piquant maintenant d'être un fin connaisseur de la littérature française du XIXe, ne le manifeste pas dans "sa" liste. Seul le choix de titres attribués à l'ancien du KGB pourrait sembler vraisemblable. ;-) Quelques tranches de rire, donc, ici :
https://www.inspirama.co/politiciens/
(l'ordre d'affichage des portraits est aléatoire)
Voilà où mène une recherche sur Jaime Semprun et ses *Dialogues sur l'achèvement des temps modernes*.

Écrit par : Blumroch | 03/02/2020

[Musicalmar néo-situ]
Le musicalmar *supra* mentionnait un site propre à faire sourire, trouvé en cherchant si quelque situationniste n'avait pas mis en ligne les *Dialogues sur l'achèvement des temps modernes* de Jaime Semprun, honorable ennemi de notre camp. J'aurais préféré n'avoir pas à taper les citations que voici, mais tant pis ! Ces extraits, quand ils dépendaient trop du paragraphe où ils figuraient, ont parfois subi une légère intervention (et non une maspérisation) pour les rendre indépendants, sans en altérer le sens à l'excès.

"La pensée est un fardeau inutile quand on ne peut pas agir sur son sort ; à moins bien sûr que l'on n'appelle pensée le genre d'astuce qu'il faut pour resquiller, escroquer ses compagnons d'infortune, mentir efficacement aux maîtres ou à leurs sous-fifres." (C'est la différence que j'établis entre intelligence et adaptation.)

"Celui qui n'a jamais fait commerce de certaines idées idées est insensible aux variations de leur prix sur le marché de la pensée."

"Les faits sont désormais le résultat de processus si complexes , impliquant tant de gens et de spécialités différentes, qu'il faudrait effectivement pour les décrypter posséder un savoir à peu près universel. Ce qui ramène à l'inutilité de la pensée."

"Non seulement le monde que les hommes ont édifié requiert l'intelligence de surhommes, mais il requiert surtout, puisque ceux-ci continuent à se faire attendre, une *in*intelligence de machines."

"La nocivité des grands hommes consiste en ceci qu'il y en a trop peu."

"Quant au problème que vous évoquiez tout à l'heure, celui du luxe et de l'expérience limitée que nous en avons, il est en train d'être réglé : ne serait-ce que pour vivre comme un bourgeois du XIXe siècle n'est plus dans les moyens de personne, car même quand on a de l'argent, on a de plus en plus de mal à trouver les ingrédients d'un tel mode de vie sur le marché." (Autrement dit, les maîtres ne trouveront bientôt plus les esclaves, intellectuels ou manuels, formés par l'ancien monde qu'ils ont détruit : leur "supériorité", déjà fictive, ne fera plus illusion très longtemps même aux abrutis, et c'est pourquoi je parie sur la barbarie des déserts, face à la barbarie dite "transhumaniste".)

"Avez-vous remarqué combien d'excellentes vérités sur la société moderne ont tout d'abord été dites par des réactionnaires ? Et c'est bien normal : comme ils n'avaient rien attendu de l'avenir, ils étaient plus libres de le voir sans préjugés, et donc de le considérer lucidement une fois qu'il a été là."

"Les réactionnaires ont au moins l'avantage sur les progressistes qu'ils n'ont aucun mal à penser que les choses auraient pu tourner autrement que ce qu'elles sont -- même si pour eux cela signifie surtout qu'elles auraient pu rester comme elles étaient ou comme ils croient qu'elles étaient."

"On ne peut jamais savoir ce que le passé nous réserve."

"Avec les catastrophes semées partout et leurs combinaisons infinies, les experts ne nous ont jamais été aussi indispensables. Pour déterminer que la bière est infecte, passe encore, nous n'avons pas besoin de leurs lumières. Mais pour connaître exactement sa composition, quels agents chimiques on y a introduits, quelle est leur toxicité, seuls et en relation avec d'autres, présents dans d'autres aliments ? Et pour connaître tant de choses plus décisives ? La liberté d'opinion n'a même pas besoin d'être formellement supprimée : on n'a pratiquement plus les moyens de se forger soi-même une opinion. Ou au contraire on n'a plus les moyens de se former qu'une opinion, arbitraire et invérifiable."

"Si les rats quittent le navire, et si naufrage il y a, ce qui devrait tempérer votre joie devant ce spectacle, c'est que nous ne le contemplons pas du rivage : nous coulons tous par la même occasion." (C'est une manière de consolation mauvaise.)

"Pendant le désastre, la vente continue."

"On nous parle beaucoup de modernité, mais en fait c'est toujours le même ordre ancien, qui se donne pour nouveau parce qu'il avance sur de nouvelles béquilles, jamais vues nulle part, et répand de nouvelles odeurs de décomposition, jamais senties nulle part." (*Nihil* novi sub sole. *Nihil*.)

"Qui se soustrait, autant qu'il lui est possible, aux contraintes abrutissantes du travail et des loisirs, à la liquéfaction des capacités de raisonnement par la télévision et les médias en général, à l'empoisonnement de l'organisme par l'industrie, à l'analphabétisme culturel d'Etat, est en tout cas mieux armé pour faire face à la catastrophe que celui qui ne se soustrait à rien de tout cela." (Ouais. Ne suis pas convaincu : nous y passerons en premier, liquidés par des ceusses qui n'auront pas nos scrupules.)

"Dans un roman, un personnage disait qu'il n'y avait pas de mystère, il y avait seulement des salauds. Et quand on lui demandait qui étaient les salauds, il répondait que pour celui qui ne le sait pas, il n'y a aucun espoir, car c'est la seule chose qu'on n'apprend pas par les autres."

"Défendre en priorité, contre la mascarade de la *créativité*, des *expériences* et des *styles de vie* indéfiniment renouvelables, cette simple vérité que dans le cours d'une vie un individu ne peut guère acquérir et développer réellement qu'un nombre très restreint de capacités créatives ou de savoir-faire particuliers." (Et encore, à condition d'avoir un honnête Q.I. La même idée figure chez Mandosio, autre ennemi honorable.)

"Face à la liquéfaction des capacités de raisonnement sous l'action des médias, ce n'est pas le moment de dénigrer l'intelligence rationnelle, ni de pousser la conscience de ses moyens limités jusqu'à ne pas s'en servir". (Clin d'oeil...)

"Je me méfie toujours quand on veut transposer les méthodes ou les résultats des sciences physiques pour décrire la société. C'est sans doute que j'ai pu observer de près combien de brillants physiciens pouvaient être démunis, jusqu'à l'imbécillité pure et simple, dès qu'il s'agissait de comprendre dans quel monde ils vivaient."

"Kléber, aux représentants du peuple qui en Vendée proposaient pour tout plan de bataille de "marcher ensemble en en masse", répondit : "Cette manoeuvre a cela d'avantageux que pour la concevoir, il ne faut pas se mettre l'esprit à la torture.""

"Ce qui a été désappris, c'est le recul nécessaire à l'examen critique, comme à l'expérience de goûts personnels et à l'apprentissage de capacités indépendantes. Bref, ce sont les moyens de la pensée libre : jadis il était interdit de penser librement, aujourd'hui on en a le droit, mais plus la faculté." (Et cette fois, ce sera irréversible, quel que soit le vainqueur -- celui qui éteint toutes les lumières ou celui qui aime les LED[1]).

Bref, lisez ce Semprun-là, vous ne perdrez pas votre temps !

[1] J'n'ai pas dit : les ministresses du gérontophile ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 03/02/2020

[Musicalmar et cryptopropagande]
Une découverte grâce à un lien repéré chez Schneier : le personnel de l'agence américaine Never Say Anything ou No Such Agency avait droit à de parfois savoureuses affiches pour exalter la sécurité, affiches diffusées aujourd'hui grâce au FOIA. Beaucoup sont aussi mauvaises que les affiches "corporate" des grosses boites, mais certaines sont bien trouvées. On y découvrira la vraie raison du sourire de Mona Lisa, tout comme une prévision valable pour toute l'année pour tous les signes du zodiaque :
https://www.wrc.noaa.gov/wrso/posters/Security_Awareness_Posters1.htm
C'est complètement hors-sujet, même pour un musicalmar, mais bon...

Écrit par : Blumroch | 03/02/2020

Blumroch > Amusants ces conseils de lectures. S'ils sont véridiques ils éclairent certaines facettes de ces personnalités.

Écrit par : Pharamond | 04/02/2020

@Pharamond : Sérieusement, voyez-vous cette kronne d'HidalgogolE lire Jaime Semprun ? Elle est incapable de s'exprimer en français, et elle pourrait lire un texte intelligent et rédigé en français classique ? Les autres exemples sont moins comiques, mais ne peuvent que susciter le ricanement. Ce site est une émanation du Gorafi. ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/02/2020

Blumroch > Lire n'est pas comprendre.

Écrit par : Pharamond | 04/02/2020

@Pharamond : Certes, mais rien, absolument *rien* des extraits *supra* ne pourrait inciter cette kronne à prétendre que c'est un de ses livres favoris, même en n'y comprenant rien. Ou alors elle a dans son entourage un conseiller traître qui a voulu la ridiculiser, et c'est une hypothèse fort improbable. ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/02/2020

Blumroch > Il est vrai que le doute est permis. Bien que cela ne vaille pas Frédéric Lefebvre et son "Zadig & Voltaire" comme livre préféré ;-)

Écrit par : Pharamond | 04/02/2020

@Pharamond : Ou encore Barre, proclamant à la fin d'une émission d'Apostrophes sa passion pour le film *Monsieur le Maudit*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/02/2020

Je l'avais oublié celui-là.
Tiens à propos de ce film, que j'aime beaucoup d'ailleurs, une critique du Figaro dans l'air du temps. Après une analyse basique, on en arrive aux nazis. Lang, cinéaste visionnaire (ça fait toujours intello de le dire) avait déjà prévu l'arrivée de l'horreur hitlérienne. Comment ? Pourquoi ? Mystère. Mais arrivée à ce niveau tout le monde acquiesce d'un air entendu histoire de ne pas avoir l'air crétin ou facho.
https://www.lefigaro.fr/cinema/2015/12/02/03002-20151202ARTFIG00232-arte-m-le-maudit-de-fritz-lang-plus-que-jamais-d-actualite.php

Écrit par : Pharamond | 04/02/2020

@Pharamond : Pour une suite moderne, je verrais bien un secret tribunal de la pègre journalistico-politique choisissant l'un de ses membres pour l'exécuter en direct au cours d'une émission de télé-réalité : le proverbial, improbable mais peut-être néanmoins existant, individu ayant accompli par mégarde une bonne action ("Sont pas tous pourris, y'en a bien deux ou trois pour être honnêtes : suffit de trouver le cimetière où ils sont inhumés").

Je dois être un crétin ou pire : l'évidence de la correspondance entre un pré-matznevien et les méchants ne m'apparaît pas trop. A ce compte, la pègre rendant la justice, c'est la mafia affrontant les fascistes.
Dans le même registre, je dois avouer n'avoir jamais bien saisi le caractère antinaziste des *Falaises de marbre* -- roman d'ailleurs très surestimé.

Écrit par : Blumroch | 04/02/2020

[Musicalmar vigilant et citoyen, c'est-à-dire délateur]

Je trouve dans un vieux livre une photo d'Arletty, prise pendant le tournage d'un film intitulé *Les perles de la couronne*. La comédienne y est, horreur !, grimée en "personne racisée mélanoderme". Gougueule m'indique ce cliché comparable :
http://www.jonathanrosenbaum.net/wp-content/uploads/2015/02/perles-de-la-couronne-1937-tou-01-g.jpg
Je déplore sur la page l'absence de tout bouton "dénonciation au Nouvel Ordre Moral" mais je veux faire mon devoir et dénoncer la coupable, quand bien même elle a réussi à se soustraire à la justice progressiste et à ses juges impitoyables. Gougueule me révèle alors l'existence de cette page :
https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_entertainers_who_performed_in_blackface
Non seulement certains ont trop de loisirs, mais encore ce sont les mêmes qui reprochent à l'école KostonJugend de faire des fiches et des listes.
Y'a un côté rab[bin]ique dans cette traque aux offenses imaginaires.

Écrit par : Blumroch | 05/02/2020

Ah les délices du délateur qui cède à ses bas instincts protégé par le bien-pensance générale et la loi ; pour un peu il aurait bonne conscience.

Écrit par : Pharamond | 05/02/2020

@Pharamond : Mais ils *ont* bonne conscience, puisqu'ils n'ont aucune conscience morale et aucun sentiment de honte.
Je parie que certains ont pris de l'avance en relevant les passages à épurer dans les livres classiques ; les plus malins prétendront que les livres eux-mêmes sont à éliminer, puisqu'on sait qu'un seul suffit amplement.

Écrit par : Blumroch | 05/02/2020

Oui, l’auto-persuasion ou la bêtise font le boulot.

Écrit par : Pharamond | 05/02/2020

[Musicalmar de signalement]
La Mite est toujours fidèle au poste :
https://www.youtube.com/watch?v=0BqFJQogEIc

Écrit par : Blumroch | 06/02/2020

[Musicalmar]
Tout récemment, dans le billet "Enfin !", le Kamerad Sven nous confiait n'être pas nationaliste ; je ne suis pas certain de l'être, car je n'appelle pas cheval le serpent suédois né dans une écurie, encore moins le serpent suédois introduit, ouvertement ou non, dans ladite écurie. La détention[0] d'une carte d'identité n'a rien à voir avec le fait d'être de France, c'est-à-dire d'en connaître et apprécier la langue, l'histoire[1], les grands hommes et la place unique dans l'histoire du monde -- ce qu'on peut appeler être patriote, ce qu'on aurait pu appeler être *franciste*, si le terme n'était d'emploi *difficile* en ces temps où sainte Avia triomphe au point que la moitié de la population, la moitié *seulement* défend encore le droit de dire ce qu'on pense ou croit penser.
Ce sentiment n'est pas étranger aux vieux engliches, comme le montre ce poème de Rupert Brooke, cité dans ce billet :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2018/11/06/cortege-6103010.html
En voici une honnête traduction par un certain Xavier Hanotte (je n'y ai changé que "Si je devais") :

Si je venais à mourir, ne pensez à moi qu’en ces termes :
Il est un coin de champ à l’étranger
Qui pour toujours sera l’Angleterre. Il y aura,
Celée dans cette riche terre, une poussière plus riche encore ;
Une poussière que l’Angleterre porta, façonna, rendit consciente,
A qui elle donna un jour ses fleurs à aimer, ses routes à parcourir,
Un corps bien anglais, respirant l’air d’Angleterre,
Baigné par ses rivières et béni par le soleil natal.
Et dites-vous que ce cœur, débarrassé de toute méchanceté,
Rien moins qu’un battement de l’esprit éternel,
Restitue quelque part les pensées de l’Angleterre;
Ses paysages et ses musiques; des rêves heureux comme ses jours
Et les rires des amis; et la gentillesse
De cœurs paisibles, sous un ciel anglais.

C'est l'ancien patriotisme, l'anglisme même, des héros de John Buchan et de J.R.R. Tolkien. Je ne le trouve pas détestable, même chez l'ennemi. ;-)

[0] Qui devrait être révocable. Je suis favorable au retour des coutumes de l'Antiquité, notamment au rétablissement de ce châtiment humain, trop humain, qu'est l'exil, et définitif encore, sous peine de mort. Qu'on lise ou relise *La cité antique*.
[1] Ce qui ne veut pas dire faire le grotesque numéro du "faut tout adorer en bloc", à commencer par le dernier régime en place, loin de là. La France n'est pas la "république", et ne commence ni en 1789 ni en 1793 ni en 1981 ni en 2017.

Écrit par : Blumroch | 06/02/2020

Blumroch > Le Mite en super forme. Pour moi un sans faute dans cette vidéo.

Je suis nationaliste parce que seule une nation fière de l'être, une nation forte peut assimiler des étrangers en petit nombre comme autrefois en leur disant : "à Rome fait comme les Romain et tu seras le bien venu, tu peux être fier de tes origines, mais maintenant tu es français avec tout ce que cela comporte comme droit et devoir et si le contrat ne te convient pas ; au revoir." A ces conditions la question de la "race" ne se poserait même pas. Aujourd'hui face à la ruine de la nation française j'en suis arrivé à la défense de la race blanche, mais c'est illusoire et à mon avis une position difficile à tenir.
Il n'a pas de date pour la naissance de la France ni pour celle de son déclin, mais Céline n'avait pas tort en disant que "l'homme blanc est mort à Stalingrad".

Écrit par : Pharamond | 06/02/2020

@Pharamond : "+1", comme disent les jeunes. A considérer la qualité de vos commentaires, vous devriez tenir un blog. ;-)

Je dirais qu'il est mort en 14, au déclenchement de la première grande guerre civile européenne. En cherchant un peu, on doit pouvoir trouver d'autres occasions ratées de ne pas amorcer la descente, mais c'est un petit jeu assez vain, et qui lasse vite.

Écrit par : Blumroch | 06/02/2020

14 a été un traumatisme, mais des tentatives de redressement ont été tentées ensuite avec les suites que l'on connait.
Oui, un petit jeu assez vain...

Écrit par : Pharamond | 06/02/2020

[Not a musicalmar]
C'est le même air, dans sa version moderne (camp du bien) :
https://www.youtube.com/watch?v=8i0f18ra-E0
et dans sa version originale (camp du mal) :
https://www.youtube.com/watch?v=ZewDu9X1JRg
Et tant qu'à être en marche vers le mur, autant y aller dans la force et la joie :
https://www.youtube.com/watch?v=PurDmGweGJo

Écrit par : Blumroch | 07/02/2020

Dans le genre militaro-guilleret j'aime assez :
https://www.youtube.com/watch?v=eab_eFtTKFs

Écrit par : Pharamond | 07/02/2020

[Musicalmar]
"Mais non, ce n'était pas mieux *avant*", nous serinent les ceusses qui veulent croire au "progrès" en oubliant que le mot peut aussi s'employer en très mauvaise part -- quand la maladie *progresse*, c'est que l'état du malade empire.
Démonstration[0] avec Deukdeukgault[1] : qu'on veuille comparer les images renvoyées par la requête "élégance #" où # est le nombre correspondant à une décennie. De 1930 à 1960, femmes et voitures sont magnifiques ; à partir de 1970, c'est... autre chose, et d'ailleurs les ravissantes[2] disparaissent de plus en plus au profit des *bagnoles*.
Personne, parmi les conservateurs, n'a jamais prétendu que c'était toujours et en tout mieux *avant* ; en tout cas, c'était bien moins pire qu'aujourd'hui et demain.

[0] Instructive mais sans aucun caractère scientifique, évidemment.
[1] Je suppose que l'expérience donnerait les mêmes résultats avec Gougueule et les autres automates de recherche.
[2] Le mot est trop aimable -- un reste de cette galanterie française qu'on ne m'a jamais enseignée. ;-)

Écrit par : Blumroch | 07/02/2020

@Pharamond : Dans *The Prisoner*, c'est la musique appropriée à des funérailles ! ;-) Ici à 05:37 :
https://www.youtube.com/watch?v=vPQ_vkFZAqU

Écrit par : Blumroch | 07/02/2020

Dans le Village rien ne se passe comme ailleurs ;-)

Écrit par : Pharamond | 07/02/2020

Écrire un commentaire