statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2019

Histoire... (157)

« [...] Ce que que le général Weygand a appelé la bataille de France est terminé. Je suppose que la bataille d’Angleterre est sur le point de commencer. De cette bataille dépend la survie de la civilisation chrétienne. Notre existence britannique en dépend, ainsi que la longue continuité de nos institutions et de notre Empire. Toute la fureur, toute la puissance de l’ennemi va bientôt se déchaîner contre nous. Hitler sait qu’il devra nous briser sur cette île ou qu’il perdra la guerre. Si nous parvenons à lui résister, toute l’Europe pourra être libre, et la vie du monde progresser vers de hautes et vastes terres baignées de soleil. Mais si nous échouons, alors le monde entier, y compris les États-Unis, y compris tout ce que nous avons connu et aimé, sombrera dans les abîmes d’un nouvel âge des ténèbres rendu encore plus sinistre, et peut-être plus durable, par les lumières d’une science pervertie. Aussi, préparons nous à accomplir notre devoir et à nous conduire de telle sorte que, si l’Empire britannique et son Commonwealth durent mille ans, les hommes diront encore : "Ce fut leur plus belle heure." »

Extrait du discours « This was their finest hour » de Winston Churchill à la Chambre des communes du Parlement britannique le 18 juin 1940

 

Discours de visionnaire ?

« De cette bataille dépend la survie de la civilisation chrétienne. »

Il est vrai que grâce à la victoire alliée la civilisation chrétienne ne s'est jamais aussi bien portée que de nos jours ; les exemples quotidiens ne manquent pas.

« Hitler sait qu’il devra nous briser sur cette île ou qu’il perdra la guerre. »

Hitler a longtemps cru qu'il était possible de négocier avec les Britanniques et les Alliés ensuite, et sa réelle volonté de débarquer outre-Manche est encore discutée aujourd'hui.

« Si nous parvenons à lui résister, toute l’Europe pourra être libre, et la vie du monde progresser vers de hautes et vastes terres baignées de soleil. »

Après la guerre la moitié de l'Europe fût livrée à l'ogre rouge ; par contre avec le réchauffement climatique on va bientôt être baignés de soleil, peut-être même un peu trop.

« Mais si nous échouons, alors le monde entier, y compris les États-Unis, y compris tout ce que nous avons connu et aimé, sombrera dans les abîmes d’un nouvel âge des ténèbres rendu encore plus sinistre, et peut-être plus durable, par les lumières d’une science pervertie. »

On a toujours pas retrouvé les plans germano-nippons pour débarquer aux États-Unis, pour l'âge des ténèbres, patience elles approchent, et pour ce qui est des sciences perverties les deux bombes atomiques lâchées sur des civils en 45 en sont de bons exemples.

Commentaires

Dans la même veine si je puis dire , les nationaux-sociualistes ont perdu la guerre, et nous avec quoi con en dise ! c' était des maniaques de l' hygiène ! nourriture saine , sport , homéopathie , protection de la nature et des animaux (interdiction de la vivisection) réglementation de la chasse , Force par la Joie et vacances prolétariennes etc ... on l' a échappé belle ! Bienvenue aux maffias , Mc Do obésité , précarités en tout genre , immigration invasion , élimination et remplacement . Tout va bien ! J' en suis ravi de la crèche !

Un geste pour la Planète ? Phara comprendra ;-) belles vidéos de rivières enchantées ..

http://www.contre-info.com/quels-pays-polluent-le-plus-les-oceans-des-rivieres-de-plastique-y-coulent

Écrit par : EQUALIZER | 19/12/2019

Dans les discours de Churchill, le gras -- voire le filandreux -- l'emportait ordinairement sur le muscle. Suffit de s'en infliger quelques-uns en version originale et surtout intégrale pour s'en convaincre. Au reste, ses contemporains ne le prenaient pas pour un orateur de première force ; de certaines méchantes langues prétendaient même que plus l'auditeur était primaire, plus le discours était jugé bon.
Le discours de "l'heure de gloire" (et non "la plus belle heure") ne fait pas exception, qui est bien pâle comparé aux grands discours guerriers de l'Antiquité, qu'ils soient rapportés, arrangés ou inventés. L'auditoire n'était évidemment pas celui d'un Thucydide ou d'un Tacite ; le rhéteur non plus -- tout supérieur qu'il est, évidemment, à un foutriquet 2.0 amateur de charabia (ici mot-valise).
Savoureuse, l'idée qu'une fois l'Angleterre vaincue, un nouveau Moyen Age (pas très berdiaevien) s'étendrait sur le monde entier -- *y compris*, scandaleusement, sur les estados unidos ("the whole world, including the United States").
Pharamond, votre analyse est digne de Dreyfisson !

Écrit par : Blumroch | 19/12/2019

« Face au malheur, il faut garder le regard hautain. Nous ne sommes des vaincus que lorsque notre âme est vaincue. L’infortune n’est qu’un incident. La vraie souffrance de l’exil n’est pas là. Ce qui m’est dur, ce qui m’est cruel, c’est de sentir que les dizaines d’années pendant lesquelles j’eusse pu bâtir du grand s’effilochent, silencieuses et inutiles. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, j’avais trente-huit ans. Je portais en moi des forces tumultueuses, que je ne distinguais qu’imparfaitement. Elles gisent inertes au fond de ma solitude. Ce que j’eusse pu réaliser, pour moi et surtout pour les autres, m’a été interdit. L’exil m’a enterré vivant. Depuis 1945, je n’ai survécu qu’en hibernation. Là est le vrai drame de mon exil : serrer contre mon cœur des possibilités incandescentes, étouffées sous une chape de plomb. J’étais fait pour créer. Depuis des dizaines d’années mes bras sont vides. Ne serais-je plus que le chômeur de l’épopée, aux outils brisés pour l’éternité ?… […] Face à cette faillite de l’après-guerre, pourquoi, nous, les vaincus provisoires, aurions-nous à courber la tête ! […] Nous n’avons qu’un désir à cette heure, c’est que l’idéal qui brûla en nous renaisse rapidement dans le monde.
Avec toutes mes forces, jusqu’au dernier moment de mon existence, je lutterai pour que demeure vivant et exemplaire dans le cœur des jeunes ce que fut notre épopée, sa foi lumineuse, sa passion du don, jalonnée par le sacrifice de tant de nos camarades restés glacés dans les neiges de l’Est. […] L’immolation des jeunes garçons tombés pour créer, charnellement, l’Europe, leurs vertus, leurs leçons prophétiques, un jour, j’en suis sûr, recréeront la vie. […] La grandeur n’est jamais vaine. Elle apparaît rarement. Mais quand son feu jaillit, tôt ou tard, elle se ranime. »

Léon Degrelle persiste et signe, pp. 428-430

trouvé sur https://de-gueules-au-lion-d-or.tumblr.com

Chaque fois qu'il m'est donné de lire l'un de ces textes enflammés, j'ai l'impression que les listes de course ou les télégrames de Degrelle pourraient faire l'objet d'un recueil.

Écrit par : Dia | 20/12/2019

Winston était bien le fils de Jenny l'orientale ;o)

Écrit par : téléphobe | 20/12/2019

Churchill était peut-être un peu mieux inspiré quand il écrivait ceci (extraits d'un de ses livres déjà mentionné dans ces colonnes) :

"Whatever else may be thought about these exploits, they are certainly among the most remarkable in the whole history of the world."

"The story of that struggle cannot be read without admiration for the courage, the perseverance, and the vital force which enabled him to challenge, defy, conciliate, or overcome, all the authorities or resistances which barred his path. He, and the ever-increasing legions who worked with him, certainly showed at this time, in their patriotic ardour and love of country, that there was nothing they would not do or dare, no sacrifice of life, limb or liberty that they would not make themselves or inflict upon their opponents."

"Those who have met GuessWho face to face in public business or on social terms have found a highly competent, cool, well-informed functionary with an agreeable manner, a disarming smile, and few have been unaffected by a subtle personal magnetism. Nor is this impression merely the dazzle of power. He exerted it on his companions at every stage in his struggle, even when his fortunes were in the lowest depths."

"Avez-vous des textes ?" demandait certain historien.

Écrit par : Blumroch | 20/12/2019

EQUALIZER > Oui, heureusement que le Bien a triomphé.

La pauvreté n'explique pas tout, il faut aimer vivre dans la saleté.

Blumroch > Je ne suis pas un spécialiste des discours de Churchill, mais on loue souvent ses discours patriotiques alors qu'on se gausse par exemple du fameux "Reich pour mille ans" d'Hitler qui n'a duré que 12 ans. Pour ce texte au moins Churchill ne semble pas plus doué pour prévoir l'avenir.

De qui parlait-il ici ?

Dia > Degrelle avait une volonté peu commune, était un orateur d’exception et un écrivain talentueux. Ce texte en est une parfaite illustration.

téléphobe > Je ne saisis pas votre boutade :-(

Écrit par : Pharamond | 20/12/2019

@Pharamond : L'identité de GuessWho était révélée ici, dans un commentaire du 17 janvier :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2019/01/15/faisons-bref-6121052.html
Avec des réserves, Churchill essayiste valait *parfois* un peu mieux que Churchill orateur.

Écrit par : Blumroch | 20/12/2019

J'avais oublié, il parait que Churchill admirait aussi Mussolini avant de choisir le camp des futurs vainqueurs croyant ainsi sauver l'Empire britannique. Piètre calcul que de s'allier avec les anticolonialistes US et les révolutionnaires communistes.

Écrit par : Pharamond | 20/12/2019

@Pharamond : J'avais envoyé ce texte à une connaissance ricaine se piquant d'être un historien amateur, lui laissant à deviner de qui parlait Churchill. Il avait pensé à... Roosevelt !

Écrit par : Blumroch | 20/12/2019

Curieux, pourtant Roosevelt n'a jamais caché son philo-sémitisme et conséquemment son antinazisme.

Écrit par : Pharamond | 20/12/2019

@Pharamond : La connaissance ricaine (via Internet, what else ?) se *piquait* d'être un historien amateur. Je pensais qu'il identifierait Benito. ;-)
Récemment, j'entendais PYR attribuer, avec le ton sententieux et définitif qu'on lui connaît (entrelardé de "euh"), à Schopenhauer une célèbre formule de Lichtenberg, après avoir utilisé des exemples culturels pris dans *Kaamelott* (spelling ?) et *Game of Thrones*, alors...

Écrit par : Blumroch | 20/12/2019

Bien que l'erreur sur la paternité d'une citation est excusable et à la portée de tout le monde ou presque. Les interventions de PYR sont intéressantes, je trouve, mais son "ton sentencieux et définitif" est parfois horripilant.

Écrit par : Pharamond | 20/12/2019

@Pharamond : C'était aussi criminel que d'attribuer à Balzac un mot de Flaubert -- c'est même pire. C'est très bien, de ne pas aimer certains boches ; encore faut-il les connaître de première main. L'approximation est d'autant moins pardonnable qu'on se la joue gravement maître à penser. C'est aussi (peu) sérieux que Rochedy jouant les experts en nietzschéisme. Comme j'ai eu l'occasion de le dire chez La Mouette voici quelques semaines : au lieu de visionner toutes ces vidéos inutiles, lire directement l'auteur, et si vraiment on tient à avoir un guide, qu'on aille lire un seul et bon guide (pour Nietzsche : Halévy).
Cette rage d'avoir besoin d'intermédiaires et de gourous est sidérante, dans *tous* les camps, surtout quand on célèbre la réflexion individuelle.
Et ce temps perdu : des heures pour des propos qui, presque toujours, tiendraient en quelques pages à peine...

Écrit par : Blumroch | 20/12/2019

P.S. : Damn, le site est toujours aussi effroyablement lent d'ici. J'ai fini par retrouver la page évoquée *supra* :
https://lamouettejoviale.wordpress.com/2019/07/09/blog-en-pause-2/comment-page-2/#comment-30896

By special request of the Powers That Be :
— Que lire sur Nietzsche ?
— Nietzsche.
— Mais quand même ?
— La biographie de Daniel Halévy.
— Mais la vidéo…
— Pas le temps. Vita brevis. Pas besoin de Rochedy pour philosopher à coup de marteau. ;-)

— Pour les plus pressés ou en guise de memento, anthologie plutôt bien composée par Georges Liébert : Mauvaises pensées choisies, chez Gallimard, collection Tel.

Effrayant. Je déteste les guides, quand parfois on me force à l'être un peu. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/12/2019

Dans mon jeune temps peu argenté j' ai lu tout ce qu' on pouvait trouver de Nietzsche en format poche (10-18/idées-Gallimard/livre de Poche) et quelques autres sur Nietzsche ... (Pierre Chassard Nietsche finalisme et Histoire) ... il ne m' en reste que des "impressions" .. j' ai tellement oublié ! j' envie ceux qui se souviennent de tout ce qu' ils ont lu ! je suis une vraie passoire .. ce n' est qu' au cour d' une discussion qu' il m' en revient des passages .. la fuite des neurones !

Écrit par : EQUALIZER | 21/12/2019

@ Blumroch

Encore une fois, merci pour vos suggestions!
Quand l'extrême droite utilise le téléphone arabe ... pour découvrir Nietzsche ou autres :-)
Et pour rebondir sur ce que vous dites, ça me fait halluciner d'entendre qu'on n'a pas le temps de s'occuper de ses gamins, de lire, de pratiquer le tir, un sport de combat, de se balader en campagne, en forêt, en montagne, ... mais qu'on en trouve pour regarder la télé, les vidéos de la "dissidence", cracher sa haine des muzz qui se font remplacer chez eux (Oighours ou Rhoyingas) comme nous chez nous en applaudissant des régimes communistes et d'autres activités passionnantes comme aller régulièrement dans les centres commerciaux, même le dimanche.

@ EQUALIZER
Tout pareil et idem pour Jünger par exemple.

Écrit par : Sven | 21/12/2019

J'écoute assez régulièrement des émissions de RMZ, de TVLibertés ou des vidéos de la mite tout en cuisinant, bricolant, faisant des pompes, des abdos, du sac de frappe, ...

Écrit par : Sven | 21/12/2019

@EQUALIZER : Même chose de mon côté. Je sacrifierais bien quelques collectivistes étatistes sur l'autel de Crom pour retrouver ce temps-là et surtout l'exceptionnelle mémoire que j'avais alors. ;-) "Tout pareil et idem pour Jünger par exemple", comme dit le Kamerad Sven.
@Sven : Pour rendre compte du phénomène "jaipaltan", suffit de songer à la pente naturelle vers la facilité.
Damn, mais vous êtes le sophiste archétypal. Je parie que vous fabriquez aussi vos armes et munitions. ;-)
Pour ma part : téléchargement des vidéos (La Mite, Cassen, parfois Le Gallou et Combaz), exploitation de VLC pour les écouter en 1,33x pendant que je programme ou que je suis occupé à faire de la maintenance sur mes bécanes. Pour les vidéos (trop) longues, écoute de quelques échantillons en début, milieu et fin pour décider si ça en vaut la peine.

Écrit par : Blumroch | 21/12/2019

@ Blumroch

Non, je ne vais pas jusque là... par manque de temps :-) J'étais content de montrer à mes enfants, en début d'après-midi, que les fèves semées il y a trois semaines, commençaient à sortir de terre. Faut dire qu'elles n'ont pas manqué d'eau!

Écrit par : Sven | 21/12/2019

Blumroch > J'avoue je n'ai lu de Nietzsche que "Ainsi parlait Zarathoustra", "Par-delà le bien et le mal" et des extraits et citations par-ci par-là, l'homme est incontournable "à droite", et je n'ai pas du tout été séduit.

Les vidéos permettent aussi de faire autre chose en les écoutant, je suis d'accord avec Sven. Mais en fait j'écoute de moins en moins, tout finit par me sembler répétitif et ennuyeux.

Écrit par : Pharamond | 22/12/2019

Écrire un commentaire