statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2019

Peut-on mieux le dire ? (15)

Violences faites aux femmes.

La démagogie législative : une comédie sinistre et dangereuse

 

Depuis maintenant de (trop) longues années, la mode est à l’inflation législative. Au fil du temps, des aléas de l’actualité et des soubresauts médiatiques, les nouveaux textes de lois circonstanciels et catégoriels s’accumulent, s’entassent les uns sur les autres, constituant peu à peu un gigantesque maquis juridique, aussi inextricable qu’étouffant.

En effet, désormais, chaque groupe d’individus, chaque ensemble d’intérêts, chaque minorité, chaque église, chaque boutique, chaque lobby veut – et exige ! – sa propre petite loi personnelle de protection. Ainsi des homos, des Noirs, des juifs, des musulmans, des handicapés, des nains, des trans, des immigrés, des asexués, des myopes… Une soif de « législation » communautariste et infra-identitaires que les gouvernements successifs s’empressent d’épancher, soucieux de ne contrarier aucune composante, ni même micro-composante, de leur précieux cheptel électoral.

Or, outre le fait que cette tendance est totalement contraire à l’esprit originel de ce qu’est la Loi – qui est un texte de portée générale visant à assurer le « Bien commun » de l’ensemble de la population qui lui est soumise –, cette incontinence législative se révèle par-dessus le marché totalement inefficace et impuissante dans les faits.

Ainsi, jamais il n’y a eu autant de textes répressifs en France et pourtant jamais le peuple français dans son ensemble et son incarnation qu’est le « Français moyen » n’ont été aussi peu et mal protégés dans leur vie quotidienne. Inquisition partout, sécurité nulle part.

La soumission du législateur à l’émotion du moment, aux tumultes des faits divers et aux pressions des coteries les plus diverses ne produit au final qu’une interminable série de « lois-gadgets » parfaitement inutiles autant qu’inapplicables. On pourra penser ici à la loi visant prétendument le « harcèlement de rue » (comme si, avant elle, celui-ci était légal et autorisé…) ou le grotesque délire sarkozyste concernant « l’interdiction des regroupements dans les halls d’immeubles »…

Aujourd’hui c’est au tour des « violences faites aux femmes » d’être le nouveau sujet choisi pour nourrir la frénésie législative.

Il me semble pourtant qu’il est déjà interdit de tabasser ou de trucider les gens. Et ce qu’il s’agisse de son conjoint, son employé, son camarade de classe ou un quidam dans la rue. Cette loi immémoriale – et somme toute assez raisonnable –, l’État contemporain est incapable de la faire appliquer et respecter. C’est pourquoi, on voit assez mal par quel étonnant miracle il appliquerait plus efficacement des lois spécifiquement consacrées au « féminicide » et à la « violence conjugale ».

Cet État, totalement incapable d’assurer la sécurité minimale de ses citoyens dans l’espace public, prétend aujourd’hui s’immiscer dans la sphère privée pour faire y régner – là par contre – une impitoyable « tolérance zéro »… C’est une démagogie qui serait risible si elle ne contenait des éléments supplémentaires de totalitarisme.

L’arsenal juridique actuel est très largement suffisant pour régler l’ensemble des problèmes de violence qui touchent notre société et punir ceux qui méritent de l’être. Il pourrait même être très largement dégraissé. Ce qui manque, ce n’est pas un énième texte à vocation publicitaire – qui restera d’ailleurs lettre-morte – c’est le courage et la force politique d’appliquer le droit le plus simple et le plus basique, en s’attaquant aux vrais problèmes et aux vrais coupables. Tout le reste n’est qu’agitation médiatique et gesticulation dérisoire…

Xavier Eman

Source : Breizh-info

Commentaires

Personne, sauf moi, ne parle des androcides...

Écrit par : bedeau | 14/09/2019

L'auteur fait quand même preuve d'une certaine... candeur en croyant que la mafia étatique souhaite protéger le "Français moyen" : non seulement elle ne le prétend même plus, mais encore elle refuse ce rôle. Si c'était le cas, le droit de porter des armes et de se défendre contre toutes les agressions serait rétabli depuis longtemps, sans même mentionner un certain nombre d'autres mesures indispensables. La mafia ne veille que sur ses membres, ses complices et ses supplétifs. Elle n'est pas "incapable" de faire appliquer les lois raisonnables (quand elles existent) : beaucoup plus simplement, elle ne le *veut* pas. Nous autres, les méchants, nous sommes son "vrai problème" à elle, parce que nous sommes coupables d'*exister* et de ne pas adhérer à son projet délirant. J'irais bien dire que c'est encore un article inutile : j'ai même vu le moment où allait être évoqué "l'état de droit", cette notion grotesque ! Et pourquoi pas une assemblée de cervelles, pendant qu'on y est ? Que peut-on attendre d'autre, de la part de crétins, que des mesures décidées, votées et appliquées par des crétins ?

Écrit par : Blumroch | 14/09/2019

P.S. : Un exemple amusant parmi de nombreux autres, signé par un autre Xavier :
https://espritsurcouf.fr/billet-les-gilets-jaunes-et-blacks-blocs_-xavier_raufer/
"L’auteur est formel : la DRPP connaît un par un, depuis belle lurette les deux ou trois cents anars et “black blocks” les plus agités et peut aisément, sur instruction, en cueillir la plupart chez eux avant émeute (dans les beaux quartiers ou divers squats…) et les isoler quelques heures. Les codes en vigueur le permettent, sans atteinte à l’état de droit."
Argh, y'a "état de droit", mais la bonne question, c'est comme pour la répression efficace et violente contre les seuls Gilets jaunes et *jamais* contre les Angry Young Swede : pourquoi ? La réponse est parfaitement *évidente*. Et même cela, c'est un énième commentaire inutile. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/09/2019

bedeau > Pas assez vendeur...

Blumroch > Xavier Eman ne dit pas que l'Etat souhaite protéger le "Français moyen" , mais constate un fait. Je crois aussi que nos gouvernants bien qu'issue de notre société en déliquescence gardent un fond de rouerie qui ne tient pas du crétinisme. Sur le fond, je suis tout de même d'accord, la messe est dite et à quoi bon la réacosphère que je ne consulte plus beaucoup d'ailleurs ? Cependant un texte, parfois, me parait arbitrairement suffisamment "intéressant" pour être relayé.

Écrit par : Pharamond | 14/09/2019

@Pharamond : Sans vouloir vous offenser, Eman *croit* manifestement que la mafia étatique (autre nom de l'organisation sociale) a pour raison d'être la protection des populations, ce qui relève d'un optimisme exagéré, surtout depuis un certain nombre de décennies : "la Loi – qui est un texte de portée générale visant à assurer le «Bien commun» de l’ensemble de la population qui lui est soumise".
"Mouarf", comme dirait avec réalisme notre grand sociologue et anthropologue local. Y'a longtemps, très longtemps que ce n'est plus le cas sauf en *paroles*. Autant *croire* la déclaration dédroidlom ! Si le "Français moyen" n'est *pas* protégé, c'est *volontairement* -- ce qui n'est *pas* rappelé dans cette envolée digne des grandes heures du R.P.R. et de ses mensonges successifs :
"Ainsi, jamais il n’y a eu autant de textes répressifs en France et pourtant jamais le peuple français dans son ensemble et son incarnation qu’est le «Français moyen» n’ont été aussi peu et mal protégés dans leur vie quotidienne. Inquisition partout, sécurité nulle part."
Ben oui, c'est *précisément* leur projet mis en oeuvre !
Quant à la conclusion, elle témoigne d'une méconnaissance de la mafia, de son idéologie et de ses buts pourtant clairs :
"Ce qui manque, [...] c’est le courage et la force politique d’appliquer le droit le plus simple et le plus basique, en s’attaquant aux vrais problèmes et aux vrais coupables."
On est dans le registre "faisons un rêve...". C'est beau comme du Julien Aubert essayant de faire du F.N. sans le F.N. On est à la limite de F.-X. Bellamy. Même Foutriquet 2.0 serait capable de reprendre la formule -- sans y croire, évidemment.
Avec quels hommes veut-il, votre candide, faire régner la justice ? Avec ceux[1] qui nous ont amenés à cette situation ? Avec d'autres, des *homines novi*... qui ne valent probablement pas mieux ?
Je n'ai aucune solution et comme Pauwels, je regrette de n'être pas beaucoup plus intelligent (ne serait-ce que pour trouver un remède à nos maux), mais au moins, je ne me leurre pas et je n'invoque pas (en tout cas sans rire) des vertus *mortes et enterrées*.
Ce n'est que mon opinion. ;-)
En attendant, pendant qu'on fait le énième article *circonstanciel* sur l'abondance de lois inutiles, grotesques et *circonstancielles* (Muray l'a fait lui aussi), l'imperturbable Juggernaut continue sa marche triomphale. "Assez de discours : des actes !" -- formule martiale qui elle aussi a beaucoup été *proclamée*.

[1] Plus crétins que roués : ils ne sont pas doués, sinon relativement à la conn^H^H^H^Hsottise de nos chers contemporains. Si nos chers maîtres étaient si intelligents, nous serions déjà morts (c'est en bonne voie) ou ralliés à leur cause. J'appelle crétin l'abruti que personne de raisonnable ne saurait prendre au *sérieux* ; je ne sache, dans les gardiens de notre Stalag européen, aucun esprit qui m'inciterait à lui attribuer de grandes capacités intellectuelles -- et yep, je ne les ai pas, je ne les pratique pas, mais je les sais reconnaître, ce qui n'est déjà pas si mal. Pas besoin d'être mélomane pour savoir que Madonna ne chante pas, pas besoin d'être un génie pour savoir que Bruno "le rigolo"[1a] Le Maire[1b] est un abruti.

[1a] C'est lui qui avait révélé ce surnom dans je ne sais plus quelle émission de télévision, quand il croyait à son destin présidentiel.

[1b] Lui ou n'importe quel autre foutriquet politicien.

Écrit par : Blumroch | 14/09/2019

@ Blumroch

Pour avoir entendu X. Eman à de très nombreuses reprises sur RMZ et suivre son blog, je doute qu'il croit à la volonté de l'état à défendre ses citoyens. Les journalistes pourraient dire qu'il est urno-critique et même urno-sceptique s'ils ne préferraient employer un terme qu'ils pensent injurieux. Je plaiderai, votre Honneur, pour une formulation peu claire.

Écrit par : Sven | 15/09/2019

@Sven : "Comme les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires, celles qu’on peut éluder affaiblissent la législation." (*De l'esprit des lois*, livre XXIV, xvi). L'observation de Montesquieu, d'ailleurs sans originalité (ce qui n'est en rien un souci, d'ailleurs), n'a plus à être dite et redite. Eman est sans doute un méchant, mais il rate l'occasion de souligner que c'est une politique *délibérée*, que de laisser le "Français moyen" sans la moindre défense, intellectuelle ou physique. Il oublie aussi que l'application des fameuses lois qui existent ne suffirait *pas* pour rétablir l'ordre, à considérer le petit personnel (juges et miliciens) chargé de cette tâche, petit personnel qui pratique sans honte le "deux poids, deux mesures", négation même de toute "loi".
Et même pour rire des mesures grotesques prises par un gouvernement d'abrutis, on a déjà fait mieux. Elle est de plus en plus faible, la *vis comica* du billet de circonstance dénonçant une mesure de circonstance !
Cela étant, Eman, s'il la connaissait, se moquerait de mon avis, comme je me moque *ici* du sien. ;-)
Pour prouver que je n'ai pas de lance à rompre avec lui, je recommande ce billet mieux inspiré :
http://amoyquechault2.over-blog.com/2019/08/reinformation.html

[1] https://fr.wikisource.org/wiki/De_l%E2%80%99esprit_des_lois_(%C3%A9d._Nourse)/Livre_29#Chapitre_XVI._Choses_%C3%A0_observer_dans_la_composition_des_lois.

Écrit par : Blumroch | 15/09/2019

Voilà du Blumroch que je rejoins .. comme dis à l' ami Phara , je n' ai plus la patience de rédiger , d' expliquer , de commenter . Et donc merci au Kamrad Blumroch de le faire avec talent . Eman fait un bon constat que nous sommes un certain nombre à avoir déjà fait quelques décennies en arrière .. le dire nous firent passer pour des martiens . la réalité a rattrapé les plus optimistes . Laissons les irrécupérables boulets où ils sont . "Ils" ne sont pas aussi malins ou intelligents qu' on le croit .. pas pas aussi sots non plus ! méfie de surrestimer l' ennemi , le pire étant de le sous-estimer . Toutes ces "lois inutiles" sont en fait "utiles" à désintégrer ce qui est "Blanc-mâles-hétérosexuels-pères-combattant) . Le détricotage des mailles nationales ..

Dans ce pays si attaché au principe d' égalité (devant qui ? quoi ?) on ne craint pas de rompre l' égalité devant la Loi , aussi théorique soit-il .. Un crime ou un délit reste un crime ou un délit quelque soit la victime , avec ou sans "circonstances aggravantes" (ou "atténuantes") qui font parties du Code Pénal . Privilégier telle ou telle catégorie rompt ce principe d' égalité pourtant constitutionnel . Mais comme nous ne sommes pas dans un état de droit , quelle importance ? la GJ si durement réprimés ont dévoilé la Vérité : la Maffia est au Pouvoir .. la Maffia EST le pouvoir .

Tout ça pour vous dire ce que vous savez déjà tous ici !

Écrit par : EQUALIZER | 15/09/2019

Eh bien, je suis heureux d'être approuvé, au moins occasionnellement, par le Kamerad *monarcho-stalinien* EQUALIZER. ;-) J'aurais bien approuvé ses interventions chez le camarade Paul-Emic, dans la discussion consacrée à l'épuration républicaine de 14-18, mais c'est impossible à cause des "captchas". J'espère que Pharamond ne m'en voudra pas : je profite de l'hospitalité bloguistique, analogue à l'hospitalité eucharistique, pour rappeler *une* anecdote, et une seule. En juin 1848, apprenant que Cavaignac[ron|ner] avait fait tirer sur les méchants émeutiers, Louis-Philippe avait eu ce mot triste et juste : "La République a de la chance, elle peut tirer sur le peuple." Eh oui, quand la monarchie tirait sur les honnêtes gens, elle *trahissait* ses principes ; quand la république tire sur la population, elle *applique* les siens.

Écrit par : Blumroch | 15/09/2019

@Blum : oui , la république gouverne mal mais elle se défend bien !.. c' en est une lapalissade ;-)

Pas de Captchas pour moi .. c' est l' avantage d' être fiché "S" chez P-E ! :D :D

1848 est aussi l' année de publication du Manifeste du Parti Communiste (Marx/Engels) qui contient des passages encore très actuels ... ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 15/09/2019

@EQUALIZER : La mafia n'est forte que de la faiblesse et de la couardise de ses victimes -- en tout cas de celles qui préfèrent vivre à genoux pour prolonger une blafarde existence faite de désespoir honteux.

Je refuse d'être *volontairement* encarté chez Gougueule, même si je ne me fais pas trop d'illusions -- la consultation de "Schneier on Security" et de "The Risks Digest" est édifiante sur le fichage des populations, entre autres sujets.

La formule "Un spectre hante l'Europe : le spectre du [insert your favorite here]", en guise d'*incipit*, c'était une jolie trouvaille souvent reprise. Tous les classiques sont intemporels, dans les grandes lignes.

Écrit par : Blumroch | 15/09/2019

Blumroch > Vous ne m'offensez aucunement, mais connaissant un peu les idées de Xavier Eman je le sais proche de Casabound, très peu démocrate, plutôt national-révolutionnaire sinon carrément fasciste. Je crois qu'en écrivant sur Breizh info, site de notre bord mais encore présentable pour ne pas avoir d'ennuis, il a voulu parlé un langage audible pour ce qu'on pourrait appeler "l’extrême-droite démocratique".

EQUALIZER > Nous sommes tous d'accord, il s'agit juste de mini querelles sur les accords et les personnalités des joueurs des trompettes qui annoncent l'Apocalypse. Il faut bien s'occuper en l'attendant.

Écrit par : Pharamond | 16/09/2019

@Pharamond : Même dans un état second, même pour se concilier quelques bonnes grâces, on ne devrait pas écrire que la mafia est "totalement incapable d’assurer la sécurité minimale de ses citoyens dans l’espace public" alors que cette insécurité est évidemment *voulue*. "Maintenir les gens dans la peur, c'est ce qu'il y a de plus important pour la mafia gouvernementale. Le mouton qui a peur ne pense plus -- enfin, si déjà il pensait un peu." ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/09/2019

Blumroch > Je ne suis pas sûr que les agressions dues aux Néo-européens enchantent tant nos maîtres, cela peut, pardon, pourrait presque provoquer une mouvement de rejet si 40 années de progressisme et d'abondance n'avaient pas mis à plat les encéphalogrammes. En fait nos maîtres s'en contrefichent globalement maintenant qu'isl ont compris qu'un père de victime d'attentat pouvait dire "Pas d'amalgame" dès qu'il croisait un micro.

Écrit par : Pharamond | 17/09/2019

@Pharamond : Ils laissent faire, quand ils pourraient tout arrêter. Et ces derniers temps, ils se vantent assez de manipuler les populations à leur guise, dans tous les domaines. C'est d'ailleurs cohérent avec le sabotage délibéré de l'instruction publique.
Je ne suis pas certain qu'ils ne soient pas *ravis*, plus ou moins secrètement, de savoir que les *riens* qu'ils haïssent souffrent. Simplement indifférents, ils n'auraient pas *organisé* tout cela, y compris les importations de Ruritaniens.

Écrit par : Blumroch | 17/09/2019

Le Système est prosaïque dans son projet. Comment réduire les coût de main d'oeuvre et atomiser la société afin de continuer à régner sans partage dans le luxe le plus outrancier ? En faisant entrer des populations misérables et peu assimilables. Le reste n'est que dégâts collatéraux. Si quelques pervers parmi les puissants du moment se délectent de notre désarroi ce n'est qu'anecdotique et pas structurel ni obligatoire.

Écrit par : Pharamond | 17/09/2019

@Pharamond : Ce billet-ci a déjà été plus ou moins fait, lui aussi, mais il ne comporte aucune sottise. Seule faiblesse, la phrase finale qui se veut littéraire et habile, quand elle est simplement invraisemblable[1]. ;-)
http://amoyquechault2.over-blog.com/2019/09/gardiens-de-l-ordre.html

[1] C'est le personnage de l'immonde productrice du film *Live !* qui se découvre une conscience... à la fin du film. Celle de *Network* était plus cohérente. ;-)

Écrit par : Blumroch | 18/09/2019

Le récit est en forme de conte semble-t-il.

Écrit par : Pharamond | 18/09/2019

@Pharamond : L'incohérence n'est à sa place nulle part. ;-)

Écrit par : Blumroch | 18/09/2019

Les contes en sont farcies pour le besoin de la démonstration.

Écrit par : Pharamond | 18/09/2019

@Pharamond : Pas les bons. Pas ceux de James Finn Garner. ;-)

Écrit par : Blumroch | 18/09/2019

Je me souviens d'un écrivain qui avait tourné en ridicule les début du politiquement, mais j'avais complètement oublié son nom que je viens de retrouver grâce à vous. Pour le reste je ne sais rien de lui.

Écrit par : Pharamond | 18/09/2019

@Pharamond : Deux livres ont été traduits, qui sont fort amusants, tout américains qu'ils sont.

Écrit par : Blumroch | 18/09/2019

Oui, j'ai vu cela en recherchant des infos, mais je ne les ai pas lus.

Écrit par : Pharamond | 18/09/2019

@Pharamond : Je n'ai trouvé que ce conte-ci, qui n'est pas le meilleur :
http://www.ralphmag.org/DD/mother-goose.html
Paraît qu'existent des sites sous pavillon noir permettant de trouver des livres introuvables autrement, comme parfois chez archive.org.

Écrit par : Blumroch | 18/09/2019

Merci, je le lirai avec l'aide de Google.

Écrit par : Pharamond | 19/09/2019

Écrire un commentaire