Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2019

Samedi 29 décembre

Pour la troisième semaine je suis allé à Bordeaux participer à la manifestation des Gilets jaunes. J'ai rendez-vous avec Philippe Dubois à 13h30. Malgré le froid, place de la Bourse l'ambiance est la même que la semaine dernière et nous avons droit cette fois à un hélicoptère de la Gendarmerie qui nous survolera continuellement pendant l'après-midi. Nous attendons les motards qui ouvrent la marche et nous faisons connaissance avec Loïc Sergeat ex-dessinateur de BD qui a notamment collaboré avec Marion Sigaut à Égalité & Réconciliation. Le cortège démarre enfin après, semble-t-il, quelques hésitations sur le trajet. Après avoir échanger quelques mots avec des CRS bonhommes qui protègent leurs véhicules place de la République l'ambiance change radicalement quelques rues plus loin. Cours Clemenceau comme nous sommes en queue de cortège nous pouvons constater que les policiers agacés par des jets de projectiles ripostent déjà avec des lacrymogènes et des tirs de flash-balls. Devant nous des manifestants s'abritent derrière des voitures qui subissent quelques impacts. Certains profitent du chantier du tram pour récupérer de quoi édifier un semblant de barricade. Plus loin des poubelles brûlent. Nous empruntons la rue Sainte Catherine où certaines boutiques ont baissé le rideau avec les clients à l'intérieur. Le cortège s'agglutine Place de Victoire où les forces de l'ordre bloquent les sorties ; cette fois nous n’atteindront pas l'Hôtel de Ville. Je reste quelques minutes puis je rentre chez moi. La présence de l'hélicoptère, la réponse rapide et violente des policiers et la souricière finale laisse à penser que le pouvoir a décidé de changer de ton.

PS : J'ai appris que la vidéo prise la semaine dernière a été diffusée et que je suis passé sur M6.

IMG_20181229_145322.jpgLe cortège sur les quais

 

Commentaires

J'y serai samedi 05 et tous les autres samedi si nécessaire
Mon peuple se révolte, je me dois d'être avec lui.
Et ce, même si leur revendications partent dans tous les sens.
Mais comment pourrait-il en être autrement après des décennies de matraquage par un éduc nat marxisée et des médias pourris jusqu'à la moëlle

Écrit par : Philippe Dubois | 02/01/2019

Un p'tit cadeau de saint Nicolas :
https://www.youtube.com/watch?v=K2Q1E2AXrJ8
Si "la" Bajon est attaquée par ce que Maurras appelait "le journal maudit", c'est qu'elle n'est pas entièrement mauvaise. ;-)

Écrit par : Blumroch | 02/01/2019

Philippe Dubois > J'essaierais aussi si possible.
Avec le RIC les revendications quittent le pécuniaire pour se retrouver dans le champ politique ce qui n'est pas pour me déplaire.

Blumroch > La réalité est devenue fasciste, écartez-vous de l'étroit chemin balisé de la bien-pensance tracé par et pour une minorité coupée du réel est vous êtes maudit. Tant pis, laissons les péripatéticiennes du Système arpenter cette voie et explorons en d'autres.

Écrit par : Pharamond | 02/01/2019

Il faudrait vite que le soulèvement des GJ se transforme en associations, squats, BAD, groupe de musique, que sais-je... il va connaître une phase difficile... retour à la solitude, goût de l'échec, déprime de ceux qui y ont cru très fort, des suicides même peut-être sans parler des proches de ceux qui sont morts... honte à notre camp de n'avoir rien à offrir

@Philippe Dubois

"Mon peuple se révolte, je me dois d'être avec lui"

belle formule un peu étrange toutefois en ce qu'elle semble vous placer en dehors de ce peuple.

le peuple n'entre pas en révolte. Le peuple ne (re)naît que de l'insurrection, aux ronds-points, aux carrefours de toutes les solitudes aliénées. C'est ce qui est né là qui ne doit pas se défaire...

Écrit par : Dia | 02/01/2019

@ Dia | 02/01/2019

C'est bien le peuple auquel j'appartiens, entièrement et sans restrictions.
Je me souviens de ma grand-mère (née en 1901) qui comptait les pièces jaunes pour faire les courses.

J'ai eu cette chance de bénéficier d'une éducation nationale d'avant les réformes et de réussir des études supérieures.
Et je crois que c'est le crime le plus grave de tous ces enc.... qui se sont succédés au pouvoir depuis 44 ans : avoir cassé cette école qui permettait aux gamins de prolo de devenir médecin ou ingénieur.

Votre dernière phrase est superbe : puissiez vous être exaucé

Écrit par : Philippe Dubois | 02/01/2019

Dia > C'est probable car le mouvement des Gilets jaunes n'est pas Casapound Italia et tout ce qui pourrait ressembler au fascisme fait horreur aux Français, "devoir de Mémoire" oblige. Personnellement je soutiens le mouvement après avoir été très dubitatif à son commencement pour principalement trois raisons : je veux la chute de Macron qui créera un précédent, le mouvement prend une tournure politique et j'aimerais savoir ce qu'il en sortira, et enfin être méprisé par le Système est un honneur qui ne se refuse pas.
Il ne faut surtout pas que le mouvement s'éteigne nous n'aurons pas d'autres opportunités.

Écrit par : Pharamond | 02/01/2019

Menus propos inspirés par l'échange entre Dia et Philippe Dubois : mes affinités avec nos contemporains et même avec nos compatriotes sont presque inexistantes, et je suis bien certain de n'avoir pas grand-chose à partager avec les Gilets jaunes, même s'ils sont certainement, en majorité, de braves gens. De plus, ils doivent être fort nombreux à être coupables de ce crime contre eux-mêmes, contre leurs ancêtres et contre leurs enfants, que d'avoir longtemps contribué, par leur vote comme par leur abstention, à maintenir et consolider un Système vomitif. Les raisons importent d'ailleurs peu : conditionnement, conformisme, irréflexion, égoïsme, polarisation sur la sphère personnelle, absence de caractère, goût de la servitude, peur de la liberté et des responsabilités.
Bref, j'ai beau être simple fils de riens et n'être pas grand-chose, je dois admettre que les Gilets jaunes me sont aussi étrangers que ceux qui les tyrannisent et les exploitent depuis des décennies, voire des siècles. Je tiens pourtant que dans cette guerre d'*extermination*, la *décence*, au sens latin du terme, commande d'être dans leur camp *malgré tout*. Sans eux, pas de France mère des arts, des armes et des lois. La parabole de Saint-Simon le démontre assez : la disparition de l'oligarchie serait à peine une nuisance passagère (et encore !) ; celle du peuple serait une catastrophe définitive.
Même le Numéro 6, archétype de l'individu se dressant contre toutes les prétentions de l'ordre social à le contrôler, se place, par instinct autant que par raison, du côté des prisonniers -- que cette figure de l'Anarque n'idéalise en aucune manière, les prenant pour ce qu'ils sont, et leur donnant une chance de s'échapper.
Mon avis n'a certes aucune importance, mais j'estime que ceux qui ne sont pas, au moins en pensée, *avec* les Gilets jaunes ne sont pas seulement des crétins mais aussi et surtout des salauds (au sens *populaire* et premier du terme), des salauds qui voudraient que cette organisation sociale absurde continue de leur dispenser privilèges et prébendes immérités, des salauds qui exigent que tout soit fait à leur unique *bénéfice* -- à condition que le prix soit payé par d'autres (le film *Elysium*, tout gauchiste qu'il est, en donne une idée). La rééducation par le réel s'impose.
Pharamond a raison et John G.J. Nada doit en avoir conscience : le moment du Grand Reset, c'est maintenant ; la révolte et la sécession, c'est maintenant, parce que la situation ne pourra plus qu'*empirer* (déjà *deux* fronts à combattre, comme le notait récemment Eric Werner) jusqu'à interdire l'idée même de révolte.
Ce ne sera pas drôle, mais aucune guerre ne l'est.
Bergier appelait de ses voeux la méritocratie responsable : "C'est le seul régime juste. Il n'existe nulle part." Serait temps que ce régime, seul ennemi des *fausses* méritocra*ss*ies et des *vraies* oligarchies de parasites, ne soit plus une utopie.
Luka, grande déesse, fais enfin tourner la roue du Destin !*

* Private joke en forme d'allusion à un roman d'Abraham Merritt. ;-)

Écrit par : Blumroch | 02/01/2019

J' en appelle à Shiva , sa danse de la destruction , mais aussi à Vishnu qui revêt des vêtements jaunes ... ah tiens ? Vishnu intervient en envoyant un avatar ... le dernier à venir .. Kalki !
destructeur des impurs .. ça tombe bien . ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 03/01/2019

P.S. : Tout se tient. J'ai autrefois évoqué dans un jeu des deux images John Milius, grand admirateur de ce Theodore Roosevelt qui joue un rôle dans *Le lion et le vent*. Un ami américain m'invitait récemment à lire un discours prononcé par ce même T. D. en Sorbonne, le 23 avril 1910. En voici un extrait connu aux Etats-Unis comme "The man in the arena" :

"It is not the critic who counts ; not the man who points out how the strong man stumbles, or where the doer of deeds could have done them better. The credit belongs to the man who is actually in the arena, whose face is marred by dust and sweat and blood; who strives valiantly ; who errs, who comes short again and again, because there is no effort without error and shortcoming ; but who does actually strive to do the deeds; who knows great enthusiasms, the great devotions; who spends himself in a worthy cause ; who at the best knows in the end the triumph of high achievement, and who at the worst, if he fails, at least fails while daring greatly, so that his place shall never be with those cold and timid souls who neither know victory nor defeat."

Ayant la flemme de traduire, j'ai interrogé Gougueul qui, à partir de "l'homme dans l'arène Theodore Roosevelt", m'a mené à cette adaptation :

"Ce n’est pas le critique qui compte. Ce n’est pas l’homme qui montre du doigt comment l’homme fort a trébuché. Tout le mérite appartient à celui qui descend vraiment dans l’arène, le visage couvert de poussière, de sueur et de sang, qui se bat vaillamment, qui échoue encore et encore, parce qu’il n’y a pas d’action sans erreur et sans échec. Le mérite appartient à celui qui toujours s’obstine dans son action, qui sait ce qu’est un grand enthousiasme et qui sait ce qu’est un grand dévouement, qui s’investit dans une grande cause, celui qui, dans le meilleur des cas, finira par connaître le triomphe d’une grande réalisation. Et qui, au pire, s’il échoue, au moins échouera en combattant avec grandeur, si bien que sa place ne sera jamais parmi ces âmes froides et cruelles qui ne connaissent ni victoire, ni défaite."

Attitude de Gilet jaune responsable qui n'attend rien du Système, de Gilet jaune qui entend décider de son sort librement, et de Gilet jaune qui refuse d'être rançonné au profit d'intérêts qui lui sont parfaitement *étrangers*.

Le Gilet jaune n'est ni un petit marquis ni un demi-habile.

Écrit par : Blumroch | 03/01/2019

https://youtu.be/cBiHJxGxz1g

Écrit par : Mistersmith | 03/01/2019

@ Mistersmith

excellent ce clip!!!

Écrit par : Popeye | 03/01/2019

@Blum ... gilets jaunes contre Gilets dorés ! yellow jacket vs Golden Jacket .. La Bourse contre la Vie !

Écrit par : EQUALIZER | 03/01/2019

Blumroch > Oui c'est maintenant ou jamais et ce maintenant est déjà bien tardif.

La grandeur des vaincus est un concept dépassé, les vaincus sont maudits et salis depuis quelques décennies, c'est sans doute une facette du progrès.

EQUALIZER > Tous les dieux sont les biens venus même si certains s'excluront d'eux-mêmes.

Mistersmith > C'est frais et sympa, mais que va dire Fugain ?
Étonnant de voir toutes ces Gilets jaunes se mettre à bien mal-penser aujourd'hui. J'ai l'impression de découvrir qu'en fait beaucoup de monde pensait comme moi (ou presque). Mais où étaient-ils ? Pourquoi ce silence jusqu’à aujourd'hui ? Les gens étaient-ils plus éveillés que je ne l'avais cru ? Etaient-ils seulement lâches ou achetés ? Ce mouvement pose bien des questions.

Écrit par : Pharamond | 04/01/2019

Excellente vidéo des "Gentils et des Méchants" que je m' empresse de faire circuler ! l' humour comme arme de destruction massive ? :D

Écrit par : EQUALIZER | 04/01/2019

" J'ai l'impression de découvrir qu'en fait beaucoup de monde pensait comme moi "


oui oui ! moi aussi
pire en fait je trouve que mon opinion – que je croyais exceptionnelle, supérieure, arrachée à un univers de mensonges – mon opinion est plutôt banale ! Les GJ auront tout compris (même Rothschild) ou bien – plutôt – moi-même... je n'étais pas allé bien loin !

C'est terrible aussi car cela veut dire qu'occupés à commenter et à désespérer d'élections perdues d'avance nous avons négligé de tisser les réseaux, d'édifier les communautés alternatives, les syndicats qui nous auraient – sans doute on le découvre maintenant– permis de vaincre (je n'ai pas dit "gagner les élections").

Écrit par : Dia | 04/01/2019

@EQUALIZER : Celle-ci n'est pas mal, qui nous montre des "foules haineuses" osant se révolter contre la mafia au pouvoir :
https://www.youtube.com/watch?v=6rBegeryaW8

@Pharamond;@Dia : De fait, "nos" idées sont plus répandues que nous ne le pensons, mais moins que nous ne l'espérons. Au passage, coup de chapeau à tous ceux qui, depuis bientôt 40 ans (pour ne pas remonter trop loin avec les classiques), consacrent temps, énergie et argent à tenter d'instruire les masses, quand le retour sur investissement à peine meilleur que celui de l'EduNat.
Forcer des gens *raisonnables* à admettre certaines vérités (tout état est une mafia, la mafia au pouvoir nous mène une guerre d'extermination, l'intelligence n'est pas à l'UMPS...), ce n'est pas trop difficile. Faire en sorte qu'après avoir ouvert les yeux, ils ne retombent pas dans la facilité quotidienne du "je ne veux pas le savoir, c'est vraiment trop inconfortable", ce n'est pas une mince affaire. Tout est fait pour *divertir* les quelque 20% de gens capables de formuler un raisonnement appuyé sur des faits et des probabilités élevées. Outre des facultés intellectuelles et du bon sens, faut un caractère d'acier pour ne pas plier devant le Moloch.

Écrit par : Blumroch | 04/01/2019

oui on est bien d'accord
Les GJ ont compris mais avaient-il jamais ignoré au fond toutes ces évidences ?

Et sans la radicalité nécessaire, dénoncer les banques c'est encore une posture gauchiste et finalement bien-pensante... Quand il faudra purger les fonctionnaires gauchistes et virer les migrants à la mer, on risque de ne plus voir grand monde. Qui veut chevaucher le tigre pour de vrai ?

Je n'ai aucune illusion. Je note simplement comme vous l'échec du "brainwashing" auprès du "pays réel" (auprès de la saloperie bourgeoise c'est 100% réussi par contre)

Écrit par : Dia | 04/01/2019

Dia > Je n'ai jamais cru ma "pensée" exceptionnelle ou supérieure. J'ai simplement passé deux barrières : voir la réalité telle quelle est et puis l'accepter pleinement. Rien d'extraordinaire me semble-t-il. La difficulté est venu quand je me suis aperçu que nous étions pas si nombreux à avoir fait de même. Il m’apparaît aujourd'hui qu'il y avait plus de monde que je le pensais à avoir franchi la première étape, ils ne voulaient simplement pas jusqu'à présent passer la deuxième.
Quant aux réseaux il ne viendront pas tant que les gens croiront aux élections, vous pouvez vous démener tant que vous le voudrez, à part trois hurluberlus ou extrémistes les plus compétant resterons à attendre le miracle des urnes. Ils suffit de constater que les réseaux francs-maçons, ethniques et autres ont été battis par des personnes qui ne misaient aucunement sur les élections sinon comme sédatif pour la masse, il savaient que le pouvoir été ailleurs.

C'est impossible de faire quelque chose légalement parce que nous nous sommes laissé voler la démocratie et impossible hors légalité parce que nous nous sommes laissé envahir et désarmer. Je n'ai aucune illusion moi non plus, mais le mouvement des Gilets jaunes malgré ses limites m'a agréablement surpris. Dans notre lente agonie, à force d'être déçu par les traitements classiques on en vient à regarder avec intérêt le remède du rebouteux...

Blumroch > J'en reviens toujours au "Rhinocéros" de Ionesco, celui qui résiste jusqu'au bout au conformisme pachydermique était avant la crise un marginal, un inadapté du monde "normal".

Écrit par : Pharamond | 04/01/2019

sur cette impression d'être ultre minoritaire je vous suggère de regarder cette conférence :

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Construire-la-realite-Conference-de-Lucien-Cerise-a-Angers-53402.html

Écrit par : Il Popolo d'Italia | 05/01/2019

Et bien, Pharamond, pour quelqu'un qui disait s'en contreficher ^^...
On sent bien que c'est le début de quelque chose, les gens sains se rendent compte qu'ils sont un paquet à penser sainement.
Les merdias s'acharnent à parler d'une baisse de mobilisation, évidemment si on s'en tient aux nombres !
Mais les ronds-points ou leurs abords sont toujours occupés, il y a des permanences.
Et ça, je trouve cela assez inespéré à cette date.
La déclaration microneuse de guerre au peuple du 31/12 est assez incroyable également.
Quel imbécile...

Écrit par : Carine | 05/01/2019

Il Popolo d'Italia > Merci, excellente vidéo qui démonte bien les principes de manipulation des masses actuelle.

Carine > J'ai changé d'avis. J'avais cru que c'était un mouvement comme les "Bonnets rouges" qui sont rentrés sagement chez eux après avoir obtenu grosso modo ce qu'ils voulaient sur le plan financier. Mouvement dont le succès reste tout de même pour moi un mystère.

Écrit par : Pharamond | 05/01/2019

Je crois même, mais je suis peut-être trop optimiste, que les ronds-points jaunes seraient aptes à devenir des petits bastions sociaux locaux.
Les nôtres ont été virés de leurs locaux quand ils ont clairement annoncé leurs objectifs (aider ceux de notre race, abandonnés par les associations).
Il y a de la collecte de fric, de bouffe.
Je ne sais pas si la collecte de vêtements se fait sur les giratoires. On va voir.

Écrit par : Carine | 05/01/2019

Je ne sais pas, près de Langon un petit squat de Gilets jaunes s'est constitué et collecte toutes sortes de dons.

Xavier Eman avait écrit : "Il existe, dans les milieux identitaires, anti-mondialistes « de droite », écolo-patriotes et nationalistes-révolutionnaires un intérêt – légitime – voire une fascination – ambiguë parfois – pour l'extrême gauche radicale, ses actions et réalisations, de Notre-Dame des Landes au barrage de Sivens en passant par les réseaux d'Amap et les modes de vie « alternatifs ». Impliqués depuis plus longtemps dans les combats sociaux, écologistes et anti-capitalistes qu'une droite radicale longtemps thatchéro-reagano-occidentaliste (et qui tend malheureusement, dans certaines de ses formes, à la redevenir...), les « bolches » ont indiscutablement des méthodes et des modèles d'action qu'il n'est pas inutile – et même important – d'étudier, ni indigne, parfois, de saluer."

Écrit par : Pharamond | 06/01/2019

Écrire un commentaire