Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2018

Prénoms

Sur le site Data Addict la page consacrée à l'évolution des prénoms en France de 1950 à 2010 est instructive.

Commentaires

Le moindre commentaire sur ces *instructifs* graphiques tomberait sans doute sous le coup de quelques lois bien connues. J'irai donc évoquer un autre palmarès, instructif lui aussi, sur le site que vous nous avez fait découvrir :
https://dataaddict.fr/box-oviz/
Matière à déprimer, là aussi. :-(

Écrit par : Blumroch | 09/10/2018

P.S. : J'avais, comme tout le monde, noté la disparition presque complète des films de guerre et des westerns, mais cette carte interactive la souligne de manière fort désagréable.

Écrit par : Blumroch | 09/10/2018

Les films de guerre et les westerns sauf très rares exceptions ne sont aujourd'hui que des pamphlets lourdingues pour le vivre-ensembles alors ce ne sont pas des grosses pertes.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2018

@Pharamond : Je pensais à ceux d'*avant*, évidemment. Qui oserait aujourd'hui produire un *Patton* ou un *The Wild Bunch* ? Même *Rio Bravo* passerait pour une incitation à la haine. Les meilleurs de ces films illustraient quand même certains principes disparus, assez blancs, assez masculins... Aujourd'hui : S.F. et fantastique sans force intellectuelle (contrairement à la littérature d'*avant*, elle aussi) sinon par accident, et comédies débiles pour débiles (pour le public féminin larmoyant). Qui aurait pensé qu'*Idiocracy* serait en fait un documentaire ?

Écrit par : Blumroch | 10/10/2018

Bien que grands gauchistes devant l’Éternel, Peckinpah ou Carpenter faisaient tout de même des films virils plus où moins volontairement. Aujourd'hui il ne reste que les films à message et on sait lequel ou la comédie vulgaire pour grands ados.
Curieusement "Idiocracy" n'est devenu culte qu'après sa sortie en salle plutôt confidentielle.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2018

@Pharamond : Faut admettre qu'*Idiocracy* (*Planet Stupid*) est un fort mauvais film dont seules les premières minutes sont à sauver, qui disent tout :
https://www.youtube.com/watch?v=4ltVtbPp1wo

Écrit par : Blumroch | 10/10/2018

Vous êtes sévère avec "Idiocracy", si ce n'est certes pas un grand film son rythme et ses trouvailles en font malgré certaines facilités un film fort distrayant et moins sot que l'image qu'il veut bien donner de lui même.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2018

@Pharamond : C'est ce que j'aurais pu écrire à propos... d'*Iron Sky* ! ;-)
Vrai aussi que contrairement à Scaramouche, je ne suis pas né avec le don du rire -- tout au plus avec celui du ricanement. Pour le sentiment que ce monde est fou, en revanche...
*Idiocracy* m'a sans doute trop rappelé un autre assez mauvais film (sinon pour deux ou trois scènes) : *The Darwin Awards*.

Écrit par : Blumroch | 10/10/2018

Je ne connais le film que vous citez à la fin de votre commentaire, mais d'après le peu que j'ai pu glaner sur le net il s'agit d'un film à sketches, non ?

Écrit par : Pharamond | 10/10/2018

@Pharamond : Dans mon lointain souvenir, oui. Ayant jeté le DVD, je ne saurais être plus précis, mais une scène était assez réussie, quand l'héroïne expliquait que c'était la vie imposée par un système délibérément organisé pour rendre les gens fous qui expliquait ces entreprises délirantes, ces défis désespérés. Le lambda moyen, écrasé par des forces impitoyables, reprenait ainsi un peu le contrôle de sa sinistre existence. Le crétin, ainsi expliqué, en devenait presque digne de pitié.

Écrit par : Blumroch | 10/10/2018

Vous voyez, vous êtes trop bon car moi je ne vois que des crétins qui espèrent avoir leur heure de gloire et pourquoi pas gagner de l'argent en passant sur les réseaux sociaux. Le buzz aujourd'hui comme une lumière divine pouvant tombant sur presque tous, il suffit de faire dans l'insolite. Enfin, c'est ce qu'ils croient.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2018

@Pharamond : C'était l'avis de l'héroïne, pas le mien ! J'ai dit que la scène était réussie, pas qu'elle emportait la conviction ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/10/2018

Je vous avais mal lu. C'est l'héroïne qui est trop gentille ;-)

Écrit par : Pharamond | 10/10/2018

Je ne pensais pas écrire ça un jour, mais je crois que je regrette de voir que les Brian ont été littéralement écrasés par les Mohammed (à partir de 95). Ça fait vraiment étrange d'écrire ça.

Écrit par : Blaise Suarès | 11/10/2018

@Blaise Suarès : Ai eu cette pensée, mais ai été assez fourbe pour ne l'exprimer pas. Je parie que ça tombe ou tombera sous le coup de quelque loi interprétée à la manière euronunesconienne, le réel étant désormais hors-la-loi.

Écrit par : Blumroch | 11/10/2018

Blaise Suarès > Oui, comme quoi on ne sait jamais le bonheur que l'on vit. Peut-être un jour regretterons-nous nos dirigeants actuels et les émissions d'Hanouna... non, je plaisante.

Écrit par : Pharamond | 11/10/2018

@ Blumroch : le ''réel hors-la-loi", je retiens cette expression. Cela fait de nous des pirates (fourbes évidemment) - un vieux rêve d'enfant !

@ Pharamond : ouf !

Écrit par : Blaise Suarès | 11/10/2018

Ne suis pas un admirateur de Gilles Lapouge, mais son livre *Les pirates* est fort prenant, et instructif (chez Phébus).

Écrit par : Blumroch | 11/10/2018

Mon regard l'a déjà croisé, dans ma bibliothèque. Mais je n'ai pas encore sauté le pas. J'en prends note. Un livre de plus à ma longue liste (quand je pense que je viens de terminer un livre qui était sur ma liste depuis 5 ou 6 ans... mais j'imagine que nous sommes nombreux dans ce cas) !

Écrit par : Blaise Suarès | 12/10/2018

Un des chroniqueurs de l'excellente revue *Réaction* disait fort bien que toute bonne bibliothèque devait comporter quelques livres pas encore lus. ;-)
(Pas mon cas, mais l'idée se peut comprendre.)

Écrit par : Blumroch | 12/10/2018

Blumroch > J'ai longtemps été comme vous avec une bibliothèque entièrement lu, ce n'est plus le cas et vous êtres partiellement pour quelque chose ;-)

Écrit par : Pharamond | 12/10/2018

Écrire un commentaire