Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2018

Table rase

Dans Nice Provence Info Michel Lebon fait un état des lieux des attaques que notre civilisation subit actuellement. Rien de nouveau, mais cela permet d'imaginer l’ampleur du désastre qui s'annonce et de son caractère inéluctable.

Commentaires

Une chance pour moi : je n'avais *déjà* pas le moral... ;-)
"Incoming winter is en marche".
Presque temps de prendre congé par anticipation. :-(

Écrit par : Blumroch | 24/09/2018

Merci pour le lien.
Une trés bonne synthèse qui permet de n'oublier aucun point.
Il faudra donc en passer par là mais les nuisibles ne semblent pas se rendre compte qu'ils scient la branche sur laquelle ils sont assis, ils seront éliminés tout autant que les moutons.
Darwin Über Alles.

Écrit par : realist | 25/09/2018

Merci pour le lien et cet excellent article.
Je rejoins realist, la racaille mondialeuse va en manger aussi ;o)

Écrit par : téléphobe | 25/09/2018

La Sérénissime République de Venise a disparu, le coup de grâce étant donné par Napoléon mais Vivaldi tient bon.
https://www.youtube.com/watch?v=SY3Kxf7ZTeI

Écrit par : realist | 25/09/2018

Blumroch > Pas de vilaines pensées, il ne faut pas libérer la place trop vite. Cela ferait des heureux chez les grand remplaceurs ;-)

realist & telephobe > Les petits nuisibles s'intoxiquent de leur propres propagandes et paieront l'addition pour beaucoup, les grands nuisibles se servent de tout le monde et sauront filer assez tôt.

realist > Venise croule sous les touristes et Vivaldi servira tôt ou tard (si ce n'est pas déjà fait) de sample pour du rap. Survivre, oui, mais à quel prix.

Écrit par : Pharamond | 25/09/2018

realist > En attendant ne nous privons pas ;-)
https://www.youtube.com/watch?v=GFoT6UUNLZc

Écrit par : Pharamond | 25/09/2018

Je ne suis pas sûr que tous les "grands nuisibles" s'échappent quand Carthage ou Byzance sont tombés peu en ont réchappé.
Et en attendant, oui Vivaldi, j'apprécie particulièrement le mouvement "in memoria aeterna" du Beatus Vir.
https://www.youtube.com/watch?v=Fs_vbS_bLUc&t=802s

Écrit par : realist | 25/09/2018

La planète n’était "globalisée" pas comme aujourd'hui et ni les comptes off shore et ni les jets n'existaient.

Sinon, très beau morceau de Vivaldi que celui-ci.

Écrit par : Pharamond | 25/09/2018

Effectivement ils font des "plans" pour se mettre à l'abri mais selon les experts consultés les chances de succès sont minces:
https://medium.com/s/futurehuman/survival-of-the-richest-9ef6cddd0cc1

Écrit par : realist | 26/09/2018

realist > Très intéressant, et à faire lire par tous ceux qui croient encore à la bienveillances de nos "élites". Je maintiens tout de même que sauf en cas de collapsus d'une ampleur sans pareille, ce qui n'est pas impossible, en cas de lente dégringolade ou d'une suite de crises majeures mais suivies de périodes de calmes permettant une adaptation entre elles, ce qui me semble plus probable à envisager, les plus puissants trouveront toujours un lieu ou créneau pour se loger avec les leurs pour continuer leurs petites affaires. Même pendant les années les plus chaotiques de la chute de l'Empire romain alors que tout s'effondrait l'archéologie a montré que les plus riches, ceux qui l'étaient encore et avaient survécu, continuaient à consommer des produits de luxe.

Écrit par : Pharamond | 26/09/2018

Excellent lien ce Nice Infos

Sinon je crois comme Pharamond que les grands nuisibles s'en sortiront parce qu'ils ont préparé ce moment, ils savent que même si leur affaire tourne bien il y aura des soubresauts.
Je crois pour une raison que je n'ai pas encore bien identifiée que le cinéma hollywoodien donne certaines réponses à des évènements qui se produisent ensuite réellement.
Les pandémies, les tours enflammées, les coups d'état contre les "méchants" sont monnaie courante. Eh bien référez vous au film 2012 et vous verrez que toutes les raclures s'en sortent parce qu'un réseau mondial de récupération des raclures existe et est opérationnel.
D'ailleurs la presse fait parfois écho au fait que tel ou tel milliardaire c'est à dire raclure en chef s'est offert, qui une ile déserte où il a fait aménager des bunker, tel autre un site désaffecté de lancement de missiles dans les Rocheuses ou qu'un tunnel dans les Alpes a subit une inauguration étrange . Ils sont prêts croient-ils à échapper à tout ce qui pourrait survenir.

Écrit par : Paul-Emic | 26/09/2018

Et ces gens-là sont prêts à tout pour survivre et garder leur niveau de vie, à absolument tout.

Écrit par : Pharamond | 26/09/2018

Je prends la liberté d'intervenir dans votre discussion : la fin *morale*, comme celle du premier *Kingsman*, lorsque les maîtres sont pris à leur propre piège, c'est dans les films et nulle part ailleurs. :-(
https://www.youtube.com/watch?v=0LZCXiUkq-Q
Dans la réalité, les maîtres et leurs chiens de garde s'en tireront -- tout au plus sacrifieront-ils quelques-uns d'entre eux pour donner le change et berner les masses (la tactique, primaire, est connue mais semble toujours efficace avec les moutons, malheureusement).

Écrit par : Blumroch | 26/09/2018

nous sommes d'accord mais le pire n'est jamais certain.

Écrit par : Paul-Emic | 27/09/2018

Il me semble qu'on touche là la fonction essentielle du benalla cher à micron : tenir la racaille près, tout près.
Nous verrons si l'investissement (à nos frais) était rentable.

Écrit par : Carine | 27/09/2018

Blumroch > Le show-biz m’épate à vilipender les riches et les puissants pour complaire au bon peuple alors que ce sont eux les riches et les puissants où tout au moins leur laquais les mieux traités.

Paul-Emic > Je ne suis pas une pythie, mais dans notre cas l'affaire est réglé, même si l'on peut toujours ergoter sur le sens du pire.

Carine > Disons la règle des 80/20, 80% de nos maîtres se feront la malle avant que tout n'aille trop mal. Les 20% qui reste seront ceux qui tardent trop, qui auront eu un coup de malchance, qui croiront tenir les rênes malgré tout, par bêtise ou présomption. Alors que chez les petits ce sera carnage et compagnie pour 99%.

Écrit par : Pharamond | 27/09/2018

Pharamond,
Comme dans toutes les guerres, à chaque fois.
Relire Céline...

Écrit par : Carine | 27/09/2018

Et surtout avec les pires : les guerres civiles.

Écrit par : Pharamond | 27/09/2018

Sauf que pour nous, "guerre civile" est un abus de langage. Ce ne sera pas non plus une "guerre sociale" au sens latin, d'ailleurs (sauf à entendre les crapules et leurs alliés importés ensemble contre ce qui reste de population autochtone).
Vrai que l'habileté des scénaristes à faire des films "populistes" force l'admiration. Voir *Wag the Dog*, a.k.a. *Des hommes d'influence* et même *Network*, a.k.a. *Network*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 27/09/2018

Un peu quand même puisque la définition la plus simple de la guerre civile est : affrontement armé entre des habitants d'un même pays.

Écrit par : Pharamond | 28/09/2018

*Normalement*, c'est entre autochtones, comme pour la guerre civile américaine. A mon sens, pour désigner l'affrontement de groupes n'ayant rien en commun sinon une carte "nationale" d'identité, faudrait trouver une autre formule que *bellum civile*, véritable injure à Rome. J'en vois bien une ou deux, mais je ne crois pas que la parole soit vraiment libre dans ce beau pays des "droits humains" très restreints, hence my keeping my mouth shut.

Écrit par : Blumroch | 28/09/2018

Il va falloir que je revois l'intitulé de mon blog ;-)

Écrit par : Pharamond | 28/09/2018

Surtout pas ! De fait, y'aura bien des autochtones traîtres dans les rangs de ceux d'en face, supplétifs de leurs propres supplétifs.

Écrit par : Blumroch | 28/09/2018

Il y en a déjà.

Écrit par : Pharamond | 28/09/2018

@Blumroch
la guerre civile américaine était entre pièces rapportées les autochtones on ne leur avait pas demandé leur avis

Écrit par : Paul-Emic | 28/09/2018

Par définition une guerre civile est faite entre habitants d'un même pays ne se sentant plus grand chose en commun. On y est !

Écrit par : Paul-Emic | 28/09/2018

Paul-Emic > D'accord avec toi. On y est et jusqu'au cou !

Écrit par : Pharamond | 28/09/2018

@Paul-Emic : Good point. ;-) J'avoue sans honte éprouver peu de sympathie pour les premiers habitants d'Amérique du Nord. Le portrait qu'en a fait Raspail n'est pas de nature à changer mon sentiment. Un peu comme cet article :

http://takimag.com/article/those_poor_helpless_indian_savages_jim_goad/

Écrit par : Blumroch | 28/09/2018

Blumroch > Je m’immisce. D'accord avec vous sur les Amérindiens, si le "droit" est avec eux - n'importe qui a le droit de vivre chez lui comme il l'entend - ils n'étaient pas les gentils contemplatifs chers à nos bobos et paradoxalement à nos "natios" antiaméricains ou antichrétiens, voir par exemple Alain de Benoist.

Écrit par : Pharamond | 28/09/2018

le bon indien c'est une survivance du mythe du bon sauvage. Ça redevient à la mode en fait.

Écrit par : Paul-Emic | 28/09/2018

@Paul-Emic : (remarque de l'escalier) Toujours sur mon oubli des premiers autochtones, faut dire j'ai lu trois fois *Le blanc soleil des vaincus*, où ils font de la figuration dans une pièce au dénouement sinistre, mais jouée par des groupes un peu plus intéressants que les "bons sauvages proche de Mère Nature" façon *Avatar* zebadmovie. ;-) J'ai beau savoir que quelques-uns furent plus ou moins alliés des Français ne m'incite pas à beaucoup plus d'indulgence envers eux. Seul point en leur faveur, point d'ailleurs souligné en conclusion par Jim Goad, c'est que les plus vaillants se sont battus.

Écrit par : Blumroch | 28/09/2018

tout ce qui combat ou a combattu l'Anglois ne peut être foncièrement mauvais
"Et merde pour le roi d'Angleterre qui nous a déclaré la guerre" !

Écrit par : Paul-Emic | 29/09/2018

Paul-Emic > Tout à fait, il n'y a qu'à regarder "Danse avec les loups" ou "Avatar".

Mouais, je dirais plutôt qu'en temps de guerre il ne faut pas être trop bégueule avec les alliés qu'on trouve.

Écrit par : Pharamond | 29/09/2018

Écrire un commentaire