Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2018

Bilan et perspectives

pv.jpg

Un pays vaincu ?

Que peut-on espérer d'un pays où les victimes couvertes de plaies et de bosses n'ont aucune autre hâte que de trouver des excuses à ceux qui viennent de les agresser et de les dépouiller ?

Rien. Ou en tout cas plus grand-chose…

Que peut-on attendre d'un système dans lequel un délinquant multirécidiviste sous le coup d'un arrêté d'expulsion peut vivre plus de 20 ans sans être inquiété et compter sur la mobilisation de multiples associations « citoyennes » au cas ou sa criminelle impunité serait remise en cause ?

Rien. Ou en tout cas plus grand-chose…

Que peut-on penser d'un peuple qui, pourtant si fier d'une certaine résistance mythifiée, accepte si complaisamment de baisser les yeux et de renoncer peu à peu à tout ce pourquoi ses pères se sont battus ?

Rien. Ou en tout cas pas grand-chose…

La France n'est pas en danger, elle est en phase avancée d'extinction. Nul pessimisme excessif ou catastrophisme débridé dans cette affirmation, juste le froid constat d'une démission absolue. La France meurt car elle ne croit plus en elle, car elle est vidée de toute force et ne discerne pas l'utilité de sa propre survie, ne sachant plus très bien ce qu'elle est vraiment.

D'un côté des hordes néo-barbares avides et revanchardes, de l'autre soit des idéologues gauchistes désincarnés qui voit dans ce néo-tribalisme ultra-violent la possibilité (enfin !) d'une victoire contre ce monde occidental porteur de valeurs et de qualités dont ils seront toujours dépourvus, soit des cohortes de consommateurs atomisés n'ayant plus d'autre identité que leur pouvoir d'achat.

Or on ne se bat pas pour un pouvoir d'achat, on se borne à trembler pour lui.

On avale les insultes et on encaisse les coups avant de tout oublier sur internet derrière sa porte blindée 15 points.

Après tout il suffit de ne pas être au mauvais endroit au mauvais moment… d'avoir les moyens d'éviter les plus mauvais quartiers… de ne pas rentrer trop tard… et puis surtout de ne pas répondre aux insultes et aux crachats… de ne pas « faire de provocation », d'être discret, de faire semblant de ne pas entendre et de ne pas voir, de ne pas s'occuper des « problèmes des autres », de multiplier les signes de soumission et de partir toujours un peu plus loin : la banlieue chic, la province, la campagne, bientôt la grotte…

En se cachant, en rampant, en fuyant, en trichant, en oubliant, en mentant, il est encore possible d'y échapper… Tout n'est donc pas perdu. A part l'honneur bien sûr… Mais ce n'est pas grave, il s'agit là d'un vieux truc qui ne sert à rien.

Source : Zentropa

Commentaires

Pas grand chose à ajouter ! une dizaine de patriotes qui ont eu ne serait-ce que l' idée de refuser la mort de leur pays (Notre Pays) et dont on ne connaît pas les réels projets ni les intentions "criminelles" (s'il y en a!) que le pouvoir leur prête, ont été arrêtés par la Gestapo française (DGSI) On n' ignore rien de leur adresse , puisque la maison de l' un d' eux était en photo d' illustration (dénonciation) d' un media ... La présomption d' innocence qui prévaut pour n' importe quelle ordure n' a pas court pour des gens jusqu' alors bons citoyens , inconnus des services de police (chose rare) , tous travailleurs et contribuables , un peu énervés (y'a de quoi) d' être les vaches à lait , et nouveaux lépreux de la raie-publique du Gland d' Orient . Cette semaine nous avons subi un bobardement médiatique massif ! il n' y en avait que pour les "migrants" ! "migrants" ! "migrants" ! accueillir ! ouvrir les portes en grand ! le Pape a dit , l' ONU a dit , l' UE a dit , etc ... jusqu' à la nausée ! à Londres l' incarcération de tommy Robinson a fait descendre des lilliers de blancs dans la rue , et l' on a pu voir avec joie , ces blancs en colère faire détaler la police collabo ! Preuve que si l' Angleterre est vérolée , il y reste encore des hommes , la France est en état de putréfaction .

Écrit par : EQUALIZER | 28/06/2018

Tout est dit.
Je pense, Pharamond, que nous avons dû commencer à bloguer à peu près à la même époque, après les élections de 2002. Peut-être un peu avant pour toi ?
Ça fait plus de quinze ans et en quinze ans il est facile de voir de combien de degrés nous sommes descendus vers l'indécence et l'abîme.
Ce pays est foutu, seul un cataclysme pourra sauver ceux qui méritent de l'être.
Mourir maintenant est probablement un bienfait

Écrit par : Paul-Emic | 28/06/2018

De nombreuses structures nationales sont en danger de mort, certaines vont périr, mais pas toutes. Je parle d'expérience, quinze ans de libre-circulation ont littéralement effacé la Suisse, alors que "Le Camp Des Saints" voyait mon pays comme le dernier bastion qui tiendrait en Europe. Il faut faire le deuil des structures anciennes, plus rien ne sera jamais comme avant, mais comme ce qui nous arrive est très largement inédit et que les choses sérieuses ont à peine commencé, il est à mon humble avis vain d'émettre des avis définitifs sur notre futur. A court et moyen terme, je dirais que le pessimisme peut paraître raisonnable. Sur les longues échéances (mais là, il faut savoir dépasser sa personne), notre fin est largement moins sûr.

Écrit par : UnOurs | 28/06/2018

@ UnOurs
Je passe une petite phase à vide, l'excès de chaleur sans doute et j'ai souvent repris à mon compte la phrase de Maurras selon laquelle le désespoir en politique est une sottise absolue, mais j'en ai un peu marre de faire mon 5000 mètres en course en sac quand on ne demande aux autres que de faire un 100m avec des pointes

Écrit par : Paul-Emic | 28/06/2018

EQUALIZER > Oui, même dans des pays métissés comme le Royaume-Uni ou corrompus comme l'Italie il reste une réaction dans la population. Qu'est-il arrivé à notre pays pour que la Manif pour tous soit le summum de la révolte ?

Paul-Emic > Je suis d'accord, sauf pour la conclusion ; parce qu'il reste de bons moments à vivre malgré tout, parce que cela ne sert à rien, et parce que cela ferait trop plaisir à nos ennemis qui ne demande que ça.

UnOurs > Nous en avons déjà discuté : ce que j'ignore m'importe peu. Je ne pense qu'à l'aune d'une vie humaine et à celle de de sa descendance immédiate. Sinon autant devenir croyant et imaginer un monde meilleur dans l'au-delà.

Écrit par : Pharamond | 28/06/2018

Si j'en crois les news, les valets du jupitercule viennent de le voter : le mot "race" n'existe pas, n'existe plus. Ils ont toutefois oublié quelques égalités revendiquées, semble-t-il : l'homme (l'humain ?) avec les nombreuses variétés de lgbtiqa+, et surtout avec le termite. La grammaire va devenir très compliquée, ou très simple ("Glop" et "Pas glop"). Reste que certains seront plus égaux que d'autres -- *La ferme des animaux* est l'ouvrage le plus profond, dans l'oeuvre du camarade Orwell.
Dans *Le mauvais choix*, les derniers bastions de résistance étaient les Etats-Unis et l'Angleterre (l'ennemi était le même, sous un masque *apparemment* différent, mais c'était encore et toujours la tyrannie du collectivisme).
Comme le dit un apocryphe de Michaux, celui qui va crever à brève échéance dans la tranchée, l'hypothétique et indémontrable triomphe de son camp dans quelques millénaires, peu lui chaut, vrai ou faux.

Écrit par : Blumroch | 28/06/2018

Mourir est toujours difficile, peut-être un peu moins si l'on entrevoit la victoire ou au pire s'il l'on peut encore espérer pour les siens. Nous, nous ne voyons que la défaite et la honte à l'horizon pour les nôtres.

Écrit par : Pharamond | 28/06/2018

"... l'excès de chaleur..."

Ce qui me fait penser à un excellent intervenant d'un forum que je fréquentais il y a longtemps, il avait cette expression que je trouvais drôle et même belle, à utiliser avec un ton de conspirateur avisé: "ici l'ombre..."


"j'en ai un peu marre de faire mon 5000 mètres en course en sac quand on ne demande aux autres que de faire un 100m avec des pointes..."

Je suis fatigué de ce continuel divorce entre moi et tout ce qui m'entoure. Je suis fatigué de l'indignation. J'ai soif de vivre au milieu d'autres gens que des malins, des canailles et des imbéciles.


Il y a des moments où l'on est las de prendre sur soi
les inquiétudes qu'ils n'ont pas,
les indignations qu'ils n'ont pas,
les justes haines qu'ils n'ont pas,
et d'être seul ou...quasi seul,
pendant qu'eux ils rigolent.

Montherlant



PS: et quand j'ai trop chaud, quand l'ambiance se fait trop "tropicale" et encombrée, je regarde toujours avec plaisir ces deux vidéos, qui ne sont jamais que des pubs pour hipsters des bois, mais qui sont quand même très belles et évocatrices, ah, survoler ces forêts bleues et sombres dans un vieux Beaver !

https://youtu.be/3XKuqFG_2So

https://youtu.be/F6eZiHMbS8I

Écrit par : UnOurs | 28/06/2018

Pharamond, il y a des tas de paramètres qui font que les choses pourraient même changer à moyen terme, les retraites plus assurées, l'exemple de quelques pays européens qui tombent (ou même seulement de quelques régions à l'intérieur de ces pays) incitant les pays peu ou pas vérolés à se raidir encore plus, la mort qui guette les globalistes les plus actifs, le fait que le discours médiatique n'arrive plus à "cacher la merde au chat", la problématique des matières premières, la possibilité qu'au sein même du système, un sous-groupe estime que le système pour fonctionner à besoin de "noyaux blancs" etc...
Evidemment, je comprends que toutes ces considérations assez lointaines sont assez peu réconfortantes quand on est le seul Blanc du bus...

PS: un gars que je n'arrive pas bien à situer (un peu dans la lignée de La Mite dans la Caverne), mais dont les propos (qui devraient nous inciter à l'optimisme) sont souvent intéressants:

https://www.youtube.com/channel/UCMPi5y3uwrWHd-Q73A0XbFQ/videos

Écrit par : UnOurs | 28/06/2018

C'est le prix à payer quand on passe de l'autre côté du miroir. On ne choisit pas, cela arrive sans explication rationnelle. Les aléas de la vie, le milieu social, des rencontres, une prédisposition innée ? Je l'ignore, mais cela se produit chez certains et pas chez leurs frères ou leurs voisins. Un sorte de malédiction de Cassandre. Est-ce que je regrette ? Parfois dans les moments d’abattement, mais globalement, non. Chacun sa vie et la même est comme cela.

Écrit par : Pharamond | 28/06/2018

"L'avenir est la caisse où chacun déposera ses prétentions., mais les prophètes sont bavards et leur manie est de penser tout haut, la plupart d'entre nous prévoient ce qu'ils souhaitent, les hommes inspirés ne font pas exception à la règle."

"Rien ne se fera sans la catastrophe préalable, à quoi nous nous acheminons de toute part et qui ne laissera sur pied que la promesse des cités futures."

"Les révolutions sont inutiles, l'on sauve un peuple de l'erreur, jamais de l'impuissance."

Écrit par : Blumroch | 28/06/2018

Je réponds à ton deuxième commentaire :
Le but si tout ce passe bien du Système est de faire ressembler toute proportions gardées, l'UE à l'Inde ou au Brésil. Il y a une hyper classe de naissance ou cooptée, une classe moyen fragile et soumise et un vivier pléthorique de main d'oeuvre. Ces pays multiculturels gangrenés par la corruption fonctionnent pourtant sans révoltes majeures. Ils envoient des satellites, fabriquent des armes et des automobiles malgré la fuite des cerveaux.
Et si l'effondrement vient, la majorité ne l'aura pas vu venir ou ne veut pas le voir venir. Un peu comme le malheureux qui s'enfonce dans la vase, mais ne veut pas faire faire de grands mouvements pour s'en sortir parce qu'il a encore la buste libre et qu'il ne veut pas le salir et risquer de se noyer en faisant des mouvements inconsidérés, et puis son pied touchera peut-être la terre ferme...

Écrit par : Pharamond | 28/06/2018

Blumroch > De qui est-ce ?

Écrit par : Pharamond | 28/06/2018

@Pharamond : "Stultum facit Fortuna, quem vult perdere." nous disait le bon Publius Syrus dans ses *Sententiae*. Pour ma part, j'aime à dire que les destins n'ôtent pas l'esprit à ceux qu'ils entendent perdre, mais au contraire qu'ils *ouvrent* leurs yeux.
Incidemment, le proverbe latin *Quos Deus (ou parfois : Jupiter) vult perdere prius dementat* est une forgerie assez tardive, au mieux le concentré d'une réflexion qu'on trouve, entre autres, chez Sophocle. Plus ou moins bien exprimées, les vérités sont intemporelles quelles que soient les époques et aires géographiques.

D'un auteur qui, comme Mencken, avait sa place dans le jeu des deux images : Albert Caraco, dans son *Abécédaire de Martin-Bâton*.

Écrit par : Blumroch | 28/06/2018

Il a fini par se suicider avec de pareilles idées ;-)

Écrit par : Pharamond | 28/06/2018

Pour accompagner l'état d'esprit de certains, ce soir:

https://youtu.be/EY25oDDUA2I

Écrit par : UnOurs | 28/06/2018

J'en suis.
Et aussi, peut-être :
https://www.youtube.com/watch?v=GNSBctmMI3k

Écrit par : Pharamond | 28/06/2018

Une suggestion pour la compétition "Donnons dans le lugubre" avec cette chanson enjouée :
https://www.youtube.com/watch?v=LewgtTJAb-M
;-)

Écrit par : Blumroch | 28/06/2018

J'avoue. Nous devrions cesser là avant de déprimer pour de bon. Encore que dans ma proposition y avait-il la consolation divine ;-)

Écrit par : Pharamond | 28/06/2018

@Phara : je ne crois pas avoir posté ce lien ? ici nous sommes les "Indiens" . Ce qui rejoint mon sentiment de faire partie des "derniers de Mohicans" ... ;-)
https://voxnr.com/49516/de-carl-schmitt-et-du-combat-tellurique-contre-le-systeme-technetronique

Écrit par : EQUALIZER | 29/06/2018

une petite chanson entraînante issue des temps obscurs
https://youtu.be/O1hxX7-92kE

Écrit par : Paul-Emic | 29/06/2018

Avec cet air, entraînant lui aussi :

https://www.youtube.com/watch?v=yoA5dTeC90o

et les références musicales données *supra*, cet excellent billet va bientôt pouvoir être reclassé dans la rubrique Musiques. ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/06/2018

;-) :-D
https://www.youtube.com/watch?v=lzQZfO-Bc_Y

Écrit par : EQUALIZER | 29/06/2018

EQUALIZER > D'ailleurs la valorisation excessive du voyage à l'étranger, pour les études, pour apprendre la langue, pour trouver du travail, pour vivre mieux, pour s'enrichir culturellement, etc. Vise à nomadiser l'Européen, qui butine là où sont les fleurs et que cette quête permanente ne lui permet plus d'avoir de racines et de constituer un danger pour le Système.

Paul-Emic > Même si l'Armée rouge a bien des atouts, j'ai du mal à imaginer un public français ému devant un chant traditionnel de son pays.

Blumroch > Les Kyries c'est beaux, mais jamais très rock'n'roll ;-)

EQUALIZER > Voilà un air plus optimiste !

Écrit par : Pharamond | 29/06/2018

Equa,

"Ce qui rejoint mon sentiment de faire partie des "derniers de Mohicans" ... ;-)"
Et moi, des dernières des Mohicanes.

Un exemple simple et vécu des tentatives de gommage de notre passé :
Notre passé vécu : il est difficile de faire suivre son bien à sa descendance. Trop de taxes à la succession ou à la donation.
Et on ne peut pas garder (trop de risques à la location, trop de taxes en résidence secondaire, on vend donc nos racines...)
Quand ils ne sont pas obligés de vendre pour faire un partage, ils sont obligés de vendre pour faire face aux frais.
L'état se goberge, quel que soit le mode de transmission envisagé.

Notre passé environnemental et culturel : je ne parlerai même pas de la prédominance de la laideur imposée dans nos villes et villages, payée par nous, contribuables...
Mais simplement du cocon familial dans lequel nous avons vécu, en famille.
Je fais en ce moment la douloureuse expérience de la vente de la maison de mes parents (tentative de vente... "Trop belle maison, trop chère, trop grande, pas assez grande, trop de marches, trop de sous-sol, faut abattre des murs, pas de cuisine américaine, faut tout refaire...").
Faudrait que je la donne, et avec un chèque d'accompagnement.

Et cette maison, il faut que je la vide.
Mes parents avaient du goût. Un goût simple d'ouvriers qui aiment s'entourer de choses belles, saines et un peu intemporelles. Donc, des meubles en bois, du bois qui vit et qui sent bon, des bibelots en étain, des assiettes décoratives, des beaux verres, des sulfures ... bref, ce que les jeunes appellent du kitsch...
J'ai fait les brocantes, les antiquaires, les salles de vente (y compris de la Baule...), personne ne veut de mes meubles ni objets. "Madame, ça n'intéresse plus personne... Les gens veulent du formica et du Ikéa"

Les mêmes meubles et objets partout et chez tout le monde.
C'est ça aussi, la mondialisation. Dévaloriser nos biens, notre passé, nos générations d'anciens, nos régions, nos racines.

A vivre au quotidien. j'en viens à brader. Pas la maison, mais les objets...
On trouve toujours des mecs sur Leboncoin, qui vous achètent tout une tablée d'objets atypiques et vous en offrent royalement, non démocratiquement, une petite centaine d'euros... Ils revendront en fausses "foires à la brocante" ou faux vide-greniers.

Cette époque m'écoeure.

Écrit par : Carine005 | 29/06/2018

la litanie actuelle :
"il ne faut pas s'attacher aux lieux, aux maisons, ni aux objets". "C'est juste du matériel".
Vous l'avez sûrement entendu, ça.
Il faut pouvoir vivre n'importe où, en perpétuels nomades (ce que je suis pourtant un peu, vu la dispersion de ma famille).

J'en suis restée à Lamartine, moi, et j'en souffre :
"Objets inanimés, avez-vous donc une âme,
Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?"

De mémoire et à peu près...

Écrit par : Carine005 | 29/06/2018

@EQUALIZER : Merci, "you made my day" ! L'allégresse de l'exécution et l'enthousiasme du public font plaisir.
@Pharamond : Je trouve celui-ci, de Kyrie, plutôt guilleret. ;-)
@Carine[005] : Triste et poignant témoignage qui condamne cette époque vomitive. Ils ont réussi à tous nous transformer en Patagons -- je parle de ceux qui ont encore une conscience, car pour les autres, ce n'est pas un souci.

Écrit par : Blumroch | 29/06/2018

"...pas de cuisine américaine..."

La cuisine américaine, le nouvel eldorado des ploucs qui suivent les émissions immobilières sur la 6.
Vous imaginez la scène des "Tontons Flingueurs" avec une cuisine "américaine" ?
Je hais les gens qui veulent des cuisines "américaines", des cuisines "équipées":

https://youtu.be/a9aBGkSCDAM


"Les gens veulent du formica et du Ikéa"..."

Du rectangulaire dans de la maison "d'architecte" rectangulaire, le tout aussi chaleureux qu'un magasin de smartphones. Dans mon canton, la construction massive de maisons "d'architecte" va défigurer le coteau pour les 150 prochaines années.
A la Libération, les architectes aux mines de sel ou au déminage, régime sec, détention longue, remise de peine très hypothétique.

Sur l'architecture (entre autres), ce très bon blog:

http://wrathofgnon.tumblr.com

Écrit par : UnOurs | 29/06/2018

@Blumroch
"Si j'en crois les news, les valets du jupitercule viennent de le voter : le mot "race" n'existe pas, n'existe plus".

La république n'a pas besoin de savants, ce n'est pas nouveau.
Une simple recherche sur gogol scholar:
https://scholar.google.fr/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=racial+differences&btnG=
Je vous laisse compléter avec ce que vous voulez. Comme on peu le voir, il y a quelques inégalités dans le domaine de la santé. Idem entre les hommes et les femmes. Les comprendre permettrait d'améliorer la santé de tous et d'apporter des traitements adaptés à tous.

@ Equalizer
Excellent.

@Carine
"Les gens veulent du formica et du Ikéa".
L'ancienne proprio de notre maison nous a laissé quelques meubles qu'elle ne pouvait emporter par manque de place. Dont une belle et grande table de salle à manger. On a trouvé de jolies chaises sur un site de vente en ligne pour une bouchée de pain. Le gars m'a dit que sa femme n'en voulait plus et en avait trouvé chez ikéa. Ca ne lui plaisait pas, mais bon, il s'était écrasé.

Écrit par : Sven | 30/06/2018

@Sven : Ce GoogleScholar ne diffuserait-il pas de fausses nouvelles, voire de vraies menteries ? Allez savoir si dans les résultats, on ne trouve pas des références à *The Inequality of Man*, à "The Hermetic Order of the *Golden Dawn* in the Outer", voire à *Sparte et les Sudistes*... ;-) Faudrait sans doute signaler ce site aux vigilants policiers du Decodex.

Écrit par : Blumroch | 30/06/2018

@Blumroch

Je ne saurai vous répondre. Il permet d'avoir accès au titre, résumé, nombre de citations dans les documents reconnus par scholar et parfois publication complète de travaux scientifiques et techniques. Ces travaux scientifiques incluent les domaines de la littérature, de l'histoire, des sciences sociales et peuvent être des articles, des thèses... H.J. Eysenk étant un psychologue très connu, ces travaux amplement cités doivent figurer en bonne place dans scholar au grand dam des biens pensants. Comme il y a certainement eu des thèses sur les sujets que vous évoquez, vous pourriez avoir quelques (bonnes) surprises. Les éditions KK ou Pierre-Guillaume de Roux seraient bien inspirées de rééditer l'oeuvre de Bardèche. Hormis les Nuremberg chez KK, c'est difficilement trouvable.
Ce qui est sûr, c'est que de nombreux travaux scientifiques tombent sous le coup de la loi républicaine à cause de leurs résultats ethno-différentialistes. La science française va prendre du retard dans ce domaine comme elle l'avait fait en chimie fin XIXème et en physique quantique au début du XXème pour des raisons idéologiques. Pas de science allemande à l'université de la république. Ces salauds de Boches, on les aura!

Écrit par : Sven | 01/07/2018

la République mènerait-il à brider les idées ?
En y réfléchissant quelques secondes, c'est une évidence puisque par définition la République est égalitariste, écrête et nivelle.

Écrit par : Paul-Emic | 01/07/2018

@Sven : I *was* merely joking, d'où la mention du Deconnex de *L'Immonde* !
Ah non, pas de réédition ! Année après année, j'ai vu les livres de méchants que j'avais longuement traqués et achetés à prix d'or (Gibert, bouquinistes de la Seine, marché Brassens) perdre de leur valeur marchande -- les derniers en date : *La treizième tribu* et *Bilan de l'Histoire* qui ont longtemps été des raretés. D'accord, je ne les avais pas acquis pour les revendre, mais psychologiquement, c'est pénible. Les bons textes (ainsi des livres de Bardèche) se devraient *mériter*, d'autant que le public concerné n'existe presque plus. ;-)
Ce régime n'aime pas plus les têtes pensantes littéraires que les têtes pensantes savantes. Quel besoin de lettres et de sciences quand on gouverne avec le fouteballe et le rap ? En plus, dans un pays qui a maintenant vocation à être un parc touristique...

Écrit par : Blumroch | 01/07/2018

Carine005 > L'adaptation à son milieu à l’instant T est parait-il une marque d'intelligence et je constate qu'être entouré d'une multitude de personnes supérieurement intelligentes m'épouvante. Un psy dirait sans doute que je suis un jaloux aigri inadapté.

UnOurs > La vision des belles choses fait parfois un peu mal.

Écrit par : Pharamond | 02/07/2018

@Pharamond : "Survival of the fittest" et "Survival of the most clever" n'ont *pas* le même sens. Quantité de gens sans intelligence ni conscience morale sont *parfaitement* *adaptés* à cet ordre social vomitif. ;-)

Écrit par : Blumroch | 02/07/2018

Attention, le psy va vous mettre dans la même catégorie que la mienne ;-)

Écrit par : Pharamond | 02/07/2018

@Pharamond : C'est pourquoi j'ai immédiatement adhéré à ce club ! ;-)
"Etre entouré d'une multitude de personnes supérieurement intelligentes m'épouvante." : c'est beau comme cette réflexion signée par Dostoïevski : "Une autre chose me tourmentait : [...] que personne ne me ressemblait et que je ne ressemblais à personne. C’est que moi je suis seul, mais eux, ils sont tous."

Écrit par : Blumroch | 02/07/2018

Un peu (beaucoup) de positif :

https://www.youtube.com/watch?v=mgGdrWOesbo

Écrit par : Carine005 | 02/07/2018

Blumroch > Je vais changer le nom de ce blog par "Jaloux, aigri et inadapté" ;-)

Carine005 > Les idées de Julien Rochedy me paraissaient non seulement peu nouvelles, mais un peu brouillonnes. Plus jeune cadre droitard qui a mal assimilé ses lectures que chef révolutionnaire charismatique son côté dandy qui se la joue populo m'irrite un peu. Son idée de création d'une puissance européenne qui contrerait les autres grandes puissances me semble nébuleuse et irréalisable. J'en suis désolé, mais je n'y vois presque rien de positif.

Écrit par : Pharamond | 02/07/2018

Même pas la création, l'organisation de "clans" d'Européens partageant peu ou prou les valeurs européennes ?
Cela me paraît préférable aux fameuses BAD individualistes du chacun pour soi.
Travailler et vivre en réseaux, comme le font les FM et les communautés ethniques.
La solidarité nationale est sacrifiée sur l'autel des drouadlom ?
Ok, formons nos clans, comme l'ont fait les Brigandes.
Retour aux clans vikings ^^

Écrit par : Carine | 02/07/2018

@Carine : un "Clan" pourquoi pas ? mais que vont dire mes camarades de la cellule Youri Gagarine ? :-D

Écrit par : EQUALIZER | 02/07/2018

Carine > Oui, il ne nous reste plus qu'à devenir une communauté parmi les communautés... chez nous. Et même cela je doute que nous y parvenions.

Écrit par : Pharamond | 02/07/2018

Clans ou cellules, ces regroupements tardifs, s'ils se font, seront évidemment traqués puis anéantis, car ils ne sont pas vraiment ceux que le système encourage, protège et valorise. Impossible pour le Kamdubien de tolérer des isolats de dissidence intérieure, impossible de laisser en vie des individus qui savent qu'a existé un autre ordre social *avant*, impossible même de laisser intactes les traces d'un passé *autre* et trop glorieux (littérature, musique, architecture). La Grande Saloperie Moderne ne saurait tolérer le rappel de son illégitimité.
Il y a 40 ou 50 ans, c'était au moins une région qu'il fallait investir, rendre autosuffisante et défendre après avoir fait sécession (*Passport to Pimlico* ou *The Napoleon of Notting Hill*, anyone ?). Trop tard.

Écrit par : Blumroch | 02/07/2018

@Blumroch
J'avais souri en apprenant que la ré-édition des pamphlets ne se feraient pas pour éviter de donner des arguments anti-... aux jeunes de banlieue comme on dit pudiquement tant il est certain que la lecture est leur principale activité.
Si le cours de certains auteurs baissent, ce n'est pas le cas de Sparte et les Sudistes.

Écrit par : Sven | 03/07/2018

@Sven : J'ai peine à croire qu'on redoute encore d'éventuels vrais *lecteurs* -- dans notre camp comme dans celui d'en face, d'ailleurs. ;-)
Ceux qui veulent vraiment certains livres peuvent aujourd'hui les trouver sans même les traquer au hasard des dispersions de bibliothèques par des héritiers indignes. La chasse au livre, à l'instar d'un autre genre de chasse, donne du prix à l'objet convoité qui ne se laisse pas attraper trop aisément. Les livres faciles, c'est comme les femmes (trop) faciles. ;-)
D'un autre côté, des éditions complètes de type "Omnibus" seraient les bienvenues, pour certains auteurs.

Écrit par : Blumroch | 03/07/2018

Blumroch > Il s'agirait juste à mon sens de survivre et de transmettre. Un sorte de franc-maçonnerie de notre bord.

Écrit par : Pharamond | 05/07/2018

@Blumroch
Omnibus ou Bouquins qui a publié les pamphlets de Bloy, des textes de Maurras, les récits de voyage de Barrès, des romans de Raspail, Les Décombres, ...

Écrit par : Sven | 05/07/2018

@Sven : Yep, mais pas toujours des intégrales, et parfois mêmes des versions légèrement expurgées, et trop souvent des textes assortis de préfaces et notes rédigées par des imbéciles plus ou moins savants. Vrai qu'on ne peut même pas obtenir de telles éditions complètes pour les grands classiques de la S.-F. (en France, en tout cas), alors pour les auteurs qui pensent vraiment mal...

Écrit par : Blumroch | 05/07/2018

@Blumroch

Rarement des intégrales. Je ne savais pas que certaines versions avaient été expurgées de certains passages gênants. Il me semble que c'est le cas de toutes les éditions du dictionnaire philosophique. Il manque une entrée à la lettre I, sur les Inuits il me semble.
Il paraît que la préface des Décombres est gratinée, et que dans un autre genre, il paraît que la préface de D. Bensaïd sur la question juive est savoureuse.

Écrit par : Sven | 12/07/2018

Écrire un commentaire