Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2018

Histoire... (143)

Les anarcho-royalistes du Lys Noir éprouvent une certaine sympathie pour l'expérience cambodgienne des Khmers rouges et du roi Sihanouk. Dans le numéro 16 ils s'expliquent, et même s'ils n'arrivent pas à convaincre, c'est loin d'être grotesque comme on pourrait s'y attendre. Si la lecture de l'intégralité du journal vous rebute lisez au moins l'article consacré à la thèse de Sacha Ser sur le génocide, page 20.

Commentaires

Étrange document, en effet.
Mais :
on se dit qu'on a été tellement baladés sur les guerres mondiales, sur la chouina, sur la Serbie et le Kosovo, sur le 11 septembre, sur les armes massives de Saddam, sur les attaques chimiques de Bashar, sur les radars privés embarqués pour sauver nos vies, sur la vignette pour aider les vieux, sur le 2eme jour ouvré non payé pour sauver les maisons de retraite, sur l'élection torrentielle de micron, par moins de 15% de l'électorat que finalement, on se dit que les Khmers rouges, finalement, on n'en saura jamais rien de plus que ce que la propagande a voulu nous dire, monceaux de crânes à l'appui, mais on a l'habitude.
Cela dit, le retour à l'âge de la non-électricité, je n'y suis que très, trop peu favorable.
Est-ce un détail ?

Écrit par : Carine | 23/04/2018

Je suis loin d'adhérer aux théories du Lys noir, mais les monstres livrés clefs en main m'ont toujours paru suspects. Le nombre de victimes a d'ailleurs beaucoup baissé de plus de 3 millions à 1,5 million. Il n'empêche que le régime qui se voulait un communisme intransigeant (peut-être avec beaucoup de bonnes intentions au départ) a débouché sur un calvaire épouvantable pour la population.

Écrit par : Pharamond | 23/04/2018

La page du Lys Noir mentionne le journal "LA GUEULE OUVERTE" fondé par Pierre Fournier (+) qui écrivait une rubrique de Hara-Kiri hebdo. D'abord mensuel, la GO est passé Hebdo. Je le sais, j'y étais abonné! malgré l'approche gaucho (mais pas que) du journal. C'était une mine d'infos, et comme il n'y avait rien à droite sur "l'écologie" ça se lisait très bien, et puis un "nationaliste" qui n'est pas aussi "révolutionnaire" est un unijambiste hémiplégique ... ;-) je vois avec plaisir que le Lys Noir est toujours là... sur les Khmers rouges, provoc' à plein tube, mais ... même si ça pousse fort le bouchon, y'a du bon! ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 23/04/2018

c'est un comique ce Sasha Ser, au passage rappelons lui qu'on n'a pas non plus retrouvé de trace d'un plan concerté de destruction du peuple juif par les nazis et qu'on a retrouvé bien moins de crânes de Juifs que de crânes de Cambodgiens, ceci pour montrer l'inanité de sa position de petit con gauchiste

Écrit par : Paul-Emic | 24/04/2018

EQUALIZER > Même si la démonstration est fortement orientée et difficilement défendable je trouve qu'ils s'en sortent pas trop mal au Lys noir en avocat du diable.

Paul-Emic > Sa thèse a le mérite d'exister face à l'unanimité.

Écrit par : Pharamond | 24/04/2018

je vais reprendre une de tes phrases "les monstres livrés clefs en main m'ont toujours paru suspects"
Le problème c'est que Pol Pot et ses sbires n'ont pas été livrés clés en main, la gauche mondiale et plus particulièrement française a mis des années avant d'admettre l'évidence et les Vietnamiens n'auraient pas fait chuter le régime on en parlerait encore pour savoir si c'était oui ou si c'était non

Écrit par : Paul-Emic | 24/04/2018

Beaucoup de ce que l'on sait des Khmers rouges vient de leurs ennemis les Vietnamiens et de leurs opposants qui ont pris le pouvoir après eux sans compter les nouvelles élites qui s'étaient compromises avec le pouvoir de Pol Pot et qui voulaient se faire oublier en faisant du zèle : il fallait vite forger un monstre à abattre. Je ne cherche en aucune manière à défendre ce régime ubuesque, mais je me demande si ce qu'on a livré en pâture à l'Occident est exactement ce qui s'est passé.

Écrit par : Pharamond | 24/04/2018

Écrire un commentaire