Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2017

Droit à l'asile

"L’Europe a fermé ses frontières aux réfugiés. L’Allemagne reste le seul pays à offrir la citoyenneté, mais sous une condition. Les réfugiés sont accueillis si, et seulement si, ils survivent au jeu de téléréalité « Immigration Game ». Abandonnés dans la banlieue de Berlin et livrés à eux-mêmes, ils doivent rejoindre la tour de télévision qui se trouve dans le centre de Berlin le plus vite possible, sans se faire tuer par les citoyens allemands, autorisés à les persécuter. Joe, déjà citoyen, va être contraint malgré lui de participer à ce jeu mortel."

Immigration Game est un film de Krystof Zlatnik et vient d'Allemagne, le pays où se trouve Cologne. Je me demande quel pays européen dans la course à l'autodestruction finira premier ; nous sommes bien partis, mais nos voisin d'outre-Rhin ont toutes leurs chances.

Commentaires

Ce n'est pas un concept neuf.
Il me semble avoir somnolé devant un film qui montrait un jeu mortel de télé réalité.
Le meneur de jeu était Picoli et un des candidats Gérard Lanvin je crois, mais pas certaine.
Me souviens plus du titre, ni du déroulement, ni de la fin.
Un très grand film, pour une bonne sieste.

Écrit par : Carine | 05/07/2017

Il s'agit du fort mauvais "Prix du danger" d'Yves Boisset. Dans le genre il y a aussi "Running Man" de Ben Richards avec Arnold Schwarzenegger pour le plus connu, le thème ayant été abordé de nombreuses fois au cinéma et dans la littérature. Ici ce qu'il y a de pitoyable au-delà du thème éculé c'est le rôle de méchant que l'on fait adopté à l'Europe et l'Allemagne avec des frontières fermées et des "réfugiés" traqués par les Allemands ; exactement l'inverse de la réalité.

Écrit par : Pharamond | 05/07/2017

Tout à fait, Pharamond, et accessoirement, le film instille aussi l'idée qu'il faut se battre physiquement pour "gagner sa place".
Comme si nos chers "médecins", "avocats" et autres "ingénieurs" migrants n'étaient pas déjà assez violents de nature...

Écrit par : Arthourr | 05/07/2017

Dans le registre "film sur la télé-réalité", on trouve le fort divertissant *Live !* dont seule la fin, grotesque, donne dans la moraline de notre époque de Bisounours.

Écrit par : Blumroch | 05/07/2017

ça vaut pas Roller-Ball ...

Écrit par : EQUALIZER | 05/07/2017

et la littérature pour adulescents regorge de trucs dans le genre

Écrit par : kobus van cleef | 05/07/2017

Bien soporifique en effet, la fin par contre n'est étonnament pas bobo-compatible,bien que peu crédible (m'enfin vu l'état du cinéma en 2017, rien de rare hélas)... Le héros lui-même finit par trouver tout à fait normal et même sain d'un point de vue sociétal de flinguer du migrant; de plus, rien dans la mise en scène de cette séquence ne semble présenter ce discours sous un jour négatif... Ca change...

Écrit par : Benway | 05/07/2017

Arthourr > Effectivement.

Blumroch > Je ne connais pas. D'après le résumé Wikipédia la fin n'a pas l'air "bisounours".

EQUALIZER > C'était une autre époque...

kobus van cleef > Cette dénonciation du pouvoir délétère des médias par ce qui en tirent les ficelles ressemble à un os à ronger jeter à la populace afin d'être tranquille et de jouer les artiste engagés.

Benway > Vous l'avez vu ?

Écrit par : Pharamond | 05/07/2017

@Pharamond: Oui, mais gratuitement ;-) C'est mon côté maso... J'ai été plus choqué par l'adaptation ciné du jouissif "Filth" d'Irvine Welsh malgré un acteur principal surinvesti dans un rôle pour lequel il n'a à priori pas du tout la carrure: le meurtre d'un africain qui ouvre le livre a été remplacé sur l'écran par celui d'un étudiant japonais ... Je vous rassure, ses agresseurs restent bien caucasiens ;-)
Le message est clair: comme le prouve la vague de crimes racistes commis depuis des années (et dans un silence médiatique assourdissant) par des jeunes trop sensibles sur des représentants de la communauté asiatique (comme à Aubervillers par exemple, pour s'en tenir à la France seule), l'Asiatique comme le Blanc n'a pas l'heur d'être du bon côté du Camp du Bien...

Écrit par : Benway | 05/07/2017

Ce qui intéresse le Système c'est ceux qui ébranlent l'ancienne société ouvertement comme les Africains qu'ils soient Noirs ou Maghrébins. Les Asiatiques qui généralement sont plus intégrés et plus discrets ne méritent pas leur considération.

Écrit par : Pharamond | 05/07/2017

@Pharamond : La fin de *Live !* est Bisounours en ce que la directrice de l'émission (une imbécile carriériste et inculte qui d'ailleurs a volé l'idée de l'émission à une de ses sous-fifrettes pendant une séance de "brain-storming") se découvre une conscience, ce qui est incohérent avec tout ce qui a précédé. Que l'émission continue ensuite, c'est juste une fausse habileté qui permet de terminer le film sur une note se voulant subversive (comme la conversion du réalisateur au réalisme, d'ailleurs).

Écrit par : Blumroch | 05/07/2017

Blumroch > Voir notre discussion IRL (c'est comme ça qu'on dit je crois).

Écrit par : Pharamond | 06/07/2017

Loompanics for ever ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 07/07/2017

:-)

L'article :
https://en.wikipedia.org/wiki/Loompanics
Et pour les curieux le catalogue 2003 :
https://archive.org/details/Loompanics_Catalog_2003

Écrit par : Pharamond | 07/07/2017

Bonjour Pharamond,
il s'agit tout simplement d'un plagiat d'American Nightmare sorti en 2013 avec comme seule nouveauté bien "bobo-décadent-autodestructeur" la notion de "migrants", personnages plus malmenés dans le film que dans la réalité.
Amitiés.

Écrit par : Lebuchard courroucé | 15/07/2017

Bonsoir,
Le cinéma allemand quand il n'est pas un plagiat bas de gamme d'Hollywood n'est qu'une interminable repentance nauséeuse.

Écrit par : Pharamond | 16/07/2017

Écrire un commentaire