Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2017

Le jeu des deux images (275)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme nous est aimablement proposée par Blumroch qui précise que « la réponse complète comporte deux noms (en trouver un seul sera déjà satisfaisant) ».

(Je ne jouerai pas car Blumroch m'a soufflé des indices supplémentaires.)

275a.jpg

275b.jpg

Commentaires

Philippe, Xavier, Ignace, Barbarin, primat des gaules né au Maroc pays de l'huile d'Onagre (la plante) vicieusement symbolisée par la photo d'un Onagre de Perse qui fait l'âne.

Écrit par : Coach Berny | 29/06/2017

Bon, ça va, il ne s'agit pas de Hihan Sibelle ;o)

Écrit par : téléphobe | 29/06/2017

@Coach Berny : C'est bien un onagre. Damn, ça commence mal... Pour la résistance de l'énigme, s'entend. Et par malice, j'avais bien *pensé* à -- et trouvé une illustration de -- la machine de guerre. J'ai été obligé de faire un choix, le jeu n'étant pas "le jeu des *trois* images".

Écrit par : Blumroch | 29/06/2017

Marlon Brando.

Écrit par : Carine | 29/06/2017

Un Président de la République recommandé par tous et accusé de réception à Las Vegas et qui pensait que ça ne se saurait pas: non, mais quel bourricot !
Ch'suis sûr que j'ai bon, comme toujours.

Écrit par : Boutros | 30/06/2017

Alphonse Daudet, "la Mule du Pape". Parce que, je ne sais pas...

Écrit par : Tintin | 30/06/2017

Tistet Védène, dans le même registre.

Écrit par : Tintin | 30/06/2017

Le pape saint Léon, au Ve siècle, auteur du célèbre Tome à Flavien qui manifesta le rôle du siège romain dans la dispute christologique du monophysisme, consulta aussi les évêques de Gaule, faisant confiance à leur orthodoxie réputée depuis l'intervention de saint Hilaire de Poitiers dans l'affaire arienne du siècle précédent.

Écrit par : Nathanaël | 30/06/2017

Waouh ! Nathou, ça c'est de la réponse qu'elle est âââchement bien. Vous me l'avez enlevée du clavier.

Écrit par : Boutros | 30/06/2017

J'avais également pensé à Bayrou mais la 2ème photo a tout gâché.

Écrit par : Boutros | 30/06/2017

un recommandé à l' épiscopat des gaules ? j' en perds mon latin .

Écrit par : EQUALIZER | 30/06/2017

A tous > N'oubliez pas la précision de Blumroch dans la présentation de cette énigme : « la réponse complète comporte deux noms (en trouver un seul sera déjà satisfaisant) ».

Écrit par : Pharamond | 30/06/2017

@Carine : Hem... pour quelles raisons, cette bien étrange suggestion ?

@Boutros[0] : Excellent récit ! Sur ce point, oui, vous avez bon, comme toujours. Quid de l'énigme, maintenant ? ;-)

@Tintin : Ce n'est pas Daudet ni ce mystérieux "Tistet Védène", mais vous avez un mot de l'énigme.

@Nathanaël : Avec votre talent, vous pourriez aisément trouver la définition de mots imaginaires (un exercice pratiqué par quelques membres de l'Oulipo). Vous êtes cependant dans le contexte, comme *Tintin*.

@Boutros[1] : La seconde image pouvait alors être une ânesse pour Sarnez. ;-) Mais ce n'est pas le crétin du Béarn.

@EQUALIZER : Vous êtes un peu plus proche que *Tintin* et *Nathanaël*.

Écrit par : Blumroch | 30/06/2017

Le Pape Boniface en Avignon. C'est clair!!!

Écrit par : Tintin | 30/06/2017

Je suis conscient de n'avoir exploité qu'une image (le recommandé "aux évêques de Gaule"). Pour le Cadichon, je cale.
Il y a bien la revue Golias décernant des bonnets d'âne aux prélats qu'elle n'aime pas, mais où cela nous mènerait-il ?

Écrit par : Nathanaël | 30/06/2017

Benoît XVI !

Écrit par : PdL | 30/06/2017

A tous > On demande la réponse ?

Écrit par : Pharamond | 30/06/2017

Oui !

https://www.youtube.com/watch?v=9LhHqLGSpz8

Écrit par : Coach Berny | 30/06/2017

j'avais trouvé l'onagre

Quant au reste...

Oui, la réponse, la réponse, la réponse!!!

Écrit par : Popeye | 30/06/2017

@Tintin : L'Eglise catholique et son chef semblent compter pour les deux noms à trouver... dont aucun toutefois n'est pas un pape -- Franz Null non plus, d'ailleurs.

@Nathanaël : J'ignorais le détail des bonnets d'âne. Vous avez quand même de mauvaises lectures !

@PdL : Nope ! Les deux noms à trouver ont toutefois évoqué le Panzer Kardinal dans un de leurs livres.

@Coach Berny : ;-)

@Popeye : Vous cédez aussi vite ?

@Tous : A la non-demande générale, cet indice supplémentaire : le jeu serait-il celui des *trois* images que j'aurais ajouté le portrait de Louis Pauwels. Ou la couverture de n'importe quel numéro de la revue *Planète*.

Écrit par : Blumroch | 30/06/2017

@Tous : Autre indice supplémentaire, à la demande de ma délicieuse épouse qui trouve l'énigme trop difficile : les images font référence à des titres.

En dire plus serait trop en dire !

Écrit par : Blumroch | 30/06/2017

René Guénon ?

Écrit par : PdL | 01/07/2017

D'ailleurs, j'y pense seulement maintenant : Blumroch, ce ne serait pas le titre d'un livre de Bergier sur Pauwels, ou le contraire ?

Écrit par : PdL | 01/07/2017

@PdL : Guénon a beau avoir figuré dans les pages de *Planète*, quel serait le lien avec les deux autres images ? ;-)

*Blumroch l'admirable* est bien un bel hommage de Pauwels au grand Jacques Bergier, auteur (entre autres) de cet immortel pastiche d'Aragon, en plein mai 68 :

Assez attendre l'accalmie
Assez mangé le pain des larmes
Chaque con peut être Bendit.

(mentionné dans *Je ne suis pas une légende*)

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

J'ai trouvé !... la comtesse de Ségur (deux noms, c'est conforme aux consignes), pour les Mémoires d'un âne et L'Evangile d'une grand-mère.
Je cours chercher ce qu'elle a bien pu écrire sur Benoït XVI (qu'elle admirait) et son grand ami Louis Pauwels (dont néanmoins elle ne partageait pas toutes les inclinations).

Écrit par : Nathanaël | 01/07/2017

@Nathanaël : Le vraisemblable n'est pas toujours vrai. ;-) Excellente et ingénieuse suggestion que cette dame qui donnait à Jacques Laurent l'idée d'une chronique fort amusante, voici quelques décennies.

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

Je connais la réponse, mais, je ne la donnerai qu'en échange de 3 million €, payables en bitcoins, sur un compte secret, dont, malheureusement, je ne peux, pour le moment, donner le RIB.

Écrit par : Tintin | 01/07/2017

On recommandera aussi, en plus des commentaires du grand ségurien que fut Jacques Laurent, et toujours à propos de la comtesse née Rostopchine, le pastiche licencieux commis par Reboux et Müller dans leur excellent "A la manière de".
Mais tout ça ne fait pas avancer la résolution du mystère ici en cause.

Écrit par : Nathanaël | 01/07/2017

je me demande s' il n' y a pas un lien avec l' abandon du latin par l' épiscopat francaouize ? sinon Pauwels et bergier .. "le matin des magiciens" ? ... je sèche comme une saucisse !

Écrit par : EQUALIZER | 01/07/2017

Erkmann-Chatrian.

Écrit par : Carine | 01/07/2017

Puisque je n'ai plus l'avantage des indices donnés par Blumroch je tente : Jacques Vindex et Gabriel Veraldi pour "les onagres" et "le dernier pape".

Écrit par : Pharamond | 01/07/2017

Bon on reprend tout.
Un onagre et un courrier recommandé de l'épiscopat français à personne. Un gâchis.

Ça mène où ?

Écrit par : Carine | 01/07/2017

Brigitte Bardot, opposée à la castration des ânes. On va y arriver, peut-être, à trouver la soluce

Écrit par : Tintin | 01/07/2017

René Guénon parce que votre énigme est résolument ésotérique.
Sans plaisanter, il est arrivé à Guénon de faire l'apologie du Hiéron à tête d'onagre (le dieu a tête d'âne).
Au passage, j'explique m'a proposition Benoît XVI : c'est le pape qui a remis au goût du jour les mules rouges de père Noël (que Paul VI et Jean XXIII avaient mises au placard), et il a écrit une lettre pastorale à l'épiscopat français.

Écrit par : PdL | 01/07/2017

Bravo à Pharamond ! Les deux images proposées entendaient évoquer bien deux essayistes presque oubliés, en tout cas trop peu connus : Jacques Paternot et Gabriel Véraldi.

Le premier est surtout l'auteur d'une implacable *Lettre recommandée aux évêques en quête d'un emploi* (l'adresse "ad episcopos" était un indice de taille).

Le second, dont l'oeuvre est d'intérêt variable (collaborateur de la revue *Planète*, il a, entre autres, écrit une médiocre hagiographie de Louis Pauwels célébré comme le Goethe de son siècle, honneur relatif et en tout cas excessif), a notamment rédigé un remarquable *Que Sais-je ?* consacré au roman d'espionnage.

Estimables à titre individuel, ils sont devenus brillants quand ils ont écrit en collaboration non seulement *Les onagres*, un essai fondamental sur le sujet (voir *infra*), mais encore et surtout un extraordinaire "roman d'investigation" intitulé *Le dernier pape*, qui pourrait être placé sous le haut patronage de Volkoff, Buchan et Abellio. Si l'ouvrage n'est pas un chef-d'oeuvre *littéraire*, il est passionnant, qui est comparable en importance intellectuelle avec *Le camp des saints* et *Atlas shrugged* (pour les romans), ou avec *La grande implosion* et *Imperium* (pour les essais). Au reste, deux auteurs dont la réflexion est guidée par John Buchan, Arthur Koestler, Pierre Nord et Jean-François Revel (entre autres) méritent une lecture attentive.

Pour l'anecdote, les onagres, entendus au sens de nos deux auteurs, sont ces "idiots utiles", agents d'influence ayant rempli, consciemment ou non, le triste office de balistes contre l'Occident. Cette acception est une méchanceté subtile et vraie (même si les ânes à quatre pattes sont moins... bêtes qu'on ne le croit) qui mériterait de connaître une large diffusion. Nos collabos contemporains ne sont-ils pas de simples onagres ?

La difficulté de l'énigme tenait surtout au manque de notoriété de nos deux auteurs. Au reste, j'avais vérifié qu'une recherche via Google ne donnerait pas *trop vite* le bon résultat ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

Ces quelques réflexions (parfois légèrement retouchées) extraites du *Dernier pape* donneront peut-être envie de découvrir ce *grand* livre, qu'on peut heureusement apprécier sans être chrétien (comme on peut lire *Sire* ou *L'anneau du pêcheur* sans partager les principes monarchistes ou catholiques de l'immense Jean Raspail) :

"Elle [une journalope] colle si étroitement à l'esprit du temps, aux idées à la mode, qu'elle ne perçoit aucune contrainte. Elle se sent tout à fait libre de dire ce qu'elle pense, puisqu'elle pense spontanément ce qu'il faut penser."

"Ce sont justement les détails qui trahissent les meilleurs montages de désinformation. Si bien organisée que soit une machination, elle ne pense pas à tout, elle ne contrôle pas tout."

"L'habitude qu'ont prise les gens de partager heure par heure les embêtements de toute l'humanité contribue pour beaucoup à la névrose collective qui empoisonne la fin du millénaire."

"Une vieille Bostonienne s'écria, alors qu'on s'étonnait de ce qu'elle ne voyageât jamais : ''Pourquoi voyagerais-je, puisque je suis déjà ici ?''."

"Voyez ceux qui avaient raison au sujet de l'U.R.S.S. L'histoire a vérifié leurs analyses. Et alors ? Ils seront toujours étiquetés comme des réactionnaires, des faucons, des propagandistes de droite, payés par les multinationales et le complexe militaro-industriel. Tandis que les intellectuels et les journalistes qui ont raconté des contes de fées sur le régime soviétique sont toujours écoutés, respectés, suivis. Conclusion : on doit rester dans le *mainstream* car il vous porte."

"Au lieu de vouloir ''le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple'', une nouvelle philosophie politique préconise ''la manipulation du peuple, par des activistes professionnels, au service de gouvernements ennemis''."

"Si vos traditions et normes culturelles vous portent, individuellement et collectivement, à être nonchalants, imprévoyants, despotiques, népotiques et corrompus, ne changez pas vos habitudes -- et exigez les mêmes avantages que les peuples travailleurs, inventifs, ordonnés, prévoyants, probes et démocrates."

"[à propos de l'efficace campagne de diffamation contre le groupe Nestlé accusé de ''tuer les bébés''] Voyez ce qu'on peut faire à une entreprie qui n'a pas grand-chose à se reprocher ; ne nous résistez pas ; quand le moment sera venu, négociez avec nous."

"[citant un certain Boukovsky] Pendant plus de soixante-dix ans, ces gens ont détruit le pays, exterminé des peuples entiers, semé des troubles sanglants sur la terre, écrasé la moindre manifestation de l'esprit humain et, pendant les sept dernières années, tout fait pour sauver leur régime sans reculer ni devant l'effusion de sang ni devant la plus effrontée des escroqueries. Pour finir, quand ils ne purent plus rien contrôler, ils dévalisèrent le pays et s'éparpillèrent lâchement pour se cacher derrière leurs complices occidentaux."

"L'histoire est une bonne enseignante malheureusement entourée de mauvais élèves."

"Le journalisme serait un métier impossible si le grand public avait de la mémoire."

"Curieux que se soit imposé ce cliché idiot : la loi de la jungle. Kipling voulait au contraire montrer qu'il y a des lois naturelles dans la forêt, des normes de comportement qui n'ont rien de la licence et de la violence aveugles. L'éthologie l'a confirmé : ce sont des règles de survie -- comme les dix Commandements du Sinaï. Mais l'esprit moderne n'écoute ni Kipling ni Moise, qui sont des bâtisseurs."

"On va bientôt définir le catholique comme un homme qui croit à toutes les religions sauf à la sienne, et pour qui tout le monde est infaillible, sauf le pape."

"La mondialisation dessine un nouveau schéma : oligarchie, techno-structure de spécialistes, plèbe des travailleurs interchangeables et un large surplus d'économiquement inutiles plus ou moins bien assistés -- les ''exclus'', qui seraient mieux nommés les ''excédentaires''."

"Vilfredo Pareto avait les handicaps d'être noble, riche et universitaire distingué, ce qui ne stimule pas l'ambition. Bref, il a montré que le moteur social de l'histoire n'est pas la lutte des classes. C'est la lutte des élites -- les gens à grandes idées et à grands intérêts qui se disputent le pouvoir sur les peuples et les destinées du monde."

"[citant Butler] Dieu ne peut pas changer le passé, c'est pourquoi il laisse ce soin aux historiens."

P.S. : Le choix des images n'était pas si simple, qui m'a contraint à ne pas trop respecter les règles du jeu des deux images. Qu'on veuille bien m'en excuser. Au reste, mon objectif était moins de divertir que d'inciter à (re)lire. Incidemment, qu'auriez-vous choisi pour illustrer ce duo ?

P.P.S. : Les ressources tant vantées d'Internet ne donnent pas grand-chose sur *Le dernier pape*, mais cette page pourra éclairer une éventuelle décision de le lire :

http://www.biblisem.net/littera/paterldp.htm

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

P.P.S. : Certains noms mériteraient une marque de distinction pour l'ingéniosité de leurs suggestions : Nathanaël, Boutros et PdL. Bravo à eux... et bravo à tous d'avoir supporté ce calvaire.

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

Amé amé pardon pardon.
"Lettre recommandée aux évêques"...
Faudrait pas confondre expéditeur et destinataire !
On aurait trouvé sans ce fâcheux malentendu.

Écrit par : Carine | 01/07/2017

@Carine : Damn, pan sur le bec ! N'ayant jamais compris l'illogisme mettant, sur la liasse d'un AR, l'expéditeur à la place normale du destinataire, je n'ai pas pris garde à ce détail en ajoutant l'indice -- dont le "ad" signait *quand même* un *destinataire* (yep, suis de mauvaise foi). Je ne pense toutefois pas avoir égaré grand-monde. *Mea maxima culpa*.

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

Blumroch,
Votre acte de contrition est accepté ^^.
Pour le reste, puisque c'est un recommandé avec avis de réception, l'expéditeur devient le destinataire de l'avis.
Donc il figure en place vedette.
C'est de la vie réelle ;-)

Écrit par : Carine | 01/07/2017

@Carine : Ouaip. L'une et l'autre justifications se valent pour un sophiste. ;-) Le seul point qui importe serait plutôt de savoir si les extraits donnent envie de découvrir ce grand bouquin.

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

@Carine : Pensée de l'escalier avant le Alt-F4 : pour le méchant de *Last Action Hero*, la vie réelle, c'est celle où les méchants gagnent à la fin (et pour nous, celle où Caligula est élu par une minorité d'abrutis et d'opportunistes). On a encore le droit de préférer d'autres mondes où, de temps à autre, les salauds auraient ce que César ne méritait pas... et où les formulaires d'AR seraient plus rationnels privilégiant la destination plutôt que le retour. ;-) Je ne parlerai même pas de cartes mentionnant *Hic sunt dracones*.

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

Bon, ben... je vais me faire une série de pompes supplémentaire, bravo à Pharamond et à Blumroch toussa toussa. Une deux une deux une deux.

Écrit par : Coach Berny | 01/07/2017

Blumroch > Je me suis trompé sur la seconde image, mais cette histoire d’onagre m'a rappelé un lointain souvenir de livre dissident. Google m'a rafraîchi la mémoire.

Coach Berny > Merci. Pour les pompes pensez à faire des pauses.

Écrit par : Pharamond | 01/07/2017

@Pharamond : Vous avez trouvé, c'est tout ce qui importe. Maintenant, vous pouvez écrire un *Traité de résolution des problèmes mal posés* ! ;-)

Je pensais être l'un des derniers dinosaures à connaître ces deux auteurs. :-(

Écrit par : Blumroch | 01/07/2017

Eh bien, non ;-)

Écrit par : Pharamond | 01/07/2017

C'était in-trou-vable. Nous nous vengerons.

Écrit par : Nathanaël | 02/07/2017

Oui ! et ce sera terrible !

Écrit par : Coach Berny | 02/07/2017

@Nathanaël, @Coach Berny : Eh eh, j'avais en réserve des auteurs encore moins connus et aussi intéressants. Z'en serez privés, c'est tout ! ;-) Comme je le disais à l'excellente *Carine*, "le seul point qui importe serait plutôt de savoir si les extraits donnent envie de découvrir ce grand bouquin" (pour ceux qui ne le connaissaient pas). Au reste, Pharamond a bien trouvé !

Écrit par : Blumroch | 02/07/2017

Blumroch > Presque par hasard...

Écrit par : Pharamond | 02/07/2017

Écrire un commentaire