Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2017

Après le 23 avril

Donc, après le premier tour les candidats des deux grands partis "classiques" ont pris la porte de sortie signifiant clairement la fin du clivage artificiellement entretenu "gauche – droite". Le choix des électeurs ne surprendra presque personne, pas moi en tout cas : il s'agit du candidat du mondialisme contre celui de la nation. Les masques sont tombés et la France joue sa survie.

Le problème est que peu le savent ou alors s'en moquent : "le pays en a vu d'autres", "l'UE nous protège malgré tout", "même incompétents et corrompus, nos dirigeants connaissent leur boulot" se disent-ils. Non, le pays n'a rien connu de tel depuis des siècles. Non, l'UE coupée du peuple et des peuples et obnubilée par le tout économique et son projet fédéraliste est bien incapable de protéger quiconque sinon son propre état-major. Non, nos dirigeants ne sont plus des hommes d'état, mais seulement des gestionnaires intoxiqués par leurs propres théories économiques libérales obéissants et incapables de la moindre improvisation en cas de sortie de route.

C'est pourtant Emmanuel Macron, le candidat sorti de nulle part, sans expérience politique réelle, formaté par et pour le Système et simplement adoubé par la grande finance que les électeurs vont élire ou laisser élire le 7 mai. Je suis triste pour mon pays, mais je me désintéresse dorénavant de la quasi totalité de ceux qui le peuplent, et ce sera nécessaire pour les temps cruels qui arrivent.

Commentaires

Nous finissons quatrième dans ma verte contrée, et Lassalle est à trois voix derrière nous. Je sens le souffle du berger sur ma nuque, le suffrage universel est une moutonnerie.
Bêêêêêêê !

Écrit par : Coach Berny | 24/04/2017

Avouez tout de même qu'hier soir, le spectacle des gamellous se ruant sur la bonne sousoupe était (pour une fois!) de qualité... Entre William Burroughs et Courteline, un vrai régal!

Blague à part, la sécession du pays me paraît inévitable, désirable même: on a là deux grosses minorités que tout oppose et une majorité molle qui écoutera celui qui gueule le plus fort...

Écrit par : Benway | 24/04/2017

C'est une des raisons pour lesquelles j'ai apprécié le roman d'Heinlein intitulé *Starship troopers* : le droit de vote n'y est accordé qu'à ceux qui ont démontré mettre l'intérêt général avant leur intérêt particulier.

Avec un tel système, assez spartiate dans l'esprit, nous n'aurions pas le terrible résultat d'hier, qui me conforterait encore, si besoin était, dans mon aversion pour le "droit" de vote accordé à tous les Q.I. inférieurs à 100.

On oublie aussi trop que pour 90% de la population, les sources d'information sont TF1, BFM TV et, pour les plus lettrés, Paris-Match. La puissance de la réinformation via Internet aura été, à l'évidence, surestimée -- et je pense bien que la muselière va vite se mettre en place.

Déprimant.

Écrit par : Blumroch | 24/04/2017

ahhh l' infanterie aéromobile de Starship Trooper ! Verhoven ! j'ai tous les starship Trooper .. anéantir les "insectes" ;) ;)

Écrit par : EQUALIZER | 24/04/2017

Coach Berny > Contrairement à beaucoup des nôtres je ne crois pas que la démocratie soit intrinsèquement mauvaise, mais depuis quelques années elle montre ses limites avec l'inconvénient d'être difficilement ébranlable, son totalitarisme doux se parant efficacement de la vertu.

Benway > Je n'ai pas la télé, mais j'imagine facilement le spectacle.

Pour le destin du pays je n'ai pas d'idée, ce sera sans doute la dissolution dans la mondialisation où nous resterons une démocratie autant que l'Inde ou le Brésil peuvent l'être.

Blumroch > Critère difficilement quantifiable. Quant à celui du QI je suis aussi dubitatif, désolé.
Pour le net en outil de réinformation, il reste le verrou de la Mémoire shoatique, même convaincus du danger nombre d'électeurs ne voudront pas franchir le pas et pactiser avec la bête immonde capable du crime des crimes.
Enfin, n'oublions pas la peur du chaos, très possible avec l'élection de Marine, alors qu'on a les études du dernier et les traites de la maison à payer.
Oui, c'est déprimant.

EQUALIZER > C'était une époque où les auteurs n'étaient pas encore obligés d'être de gauche.

Écrit par : Pharamond | 24/04/2017

@Pharamond : Le critère, dans le roman d'Heinlein, c'est l'engagement dans l'armée *pour aller au combat* (et non pour jouer les administratifs). Avec d'obligatoires leçons d'histoire et de philosophie. Voilà un critère incontestable, à mon sens.

Je veux bien ajouter des capacités morales aux capacités intellectuelles (comme disait Bergier : un fort Q.I. et du caractère). Mais attention : avoir des diplômes ne signifie pas être *intelligent*, c'est tout juste être *adapté* -- ce qui n'est pas, à mes yeux, la même chose. Même Darwin le disait fort justement : "survival of the fittest", pas "survival of the most clever". Ce qui explique que tant de crétins soient au sommet d'une société qui les fait proliférer (voir Fruttero et Lucentini).

Écrit par : Blumroch | 24/04/2017

Faut-il encore qu'il y ait une guerre et que nos capacités physiques ou l'âge ne nous empêchent pas d'y aller.
Pour le QI, je crois que tout les crétins télévisuels dépassent pourtant les 100.

Écrit par : Pharamond | 24/04/2017

"starship troopers"!!!
ah Denise Richards!

Je verrai bien un vote "compte double" pour les anciens des unités de première ligne.
On en fait partie à raison d'un an ou dix-huit mois en unité de combat (voire plus précisément en section ou peloton de combat, ou six mois de mer sur un "bateau gris" ou encore quatre mois d'OPEX
Un collège spécial pour les présidentielles, qui vote dans une urne à part (et donc dans des bureaux spéciaux) dont les résultats en nombre de voix sont doublés pour être additionnés au collège "ordinaire"

Ce serait assez bon ça.

Écrit par : Popeye | 24/04/2017

Une sorte de démocratie aristocratique et guerrière en somme. Difficile à sortir du contexte de la science-fiction...

Écrit par : Pharamond | 24/04/2017

électeur à 21 ans ... quand on avait "fait l' armée" qui nous avait "fait les pieds" ... ! pour ma grand-mère , avoir été "soldat" scellait l' entrée dans l' âge d' homme (rite initiatique) Pas question de se défiler quand la photo des "morts au combat" trônait sur le buffet rustique ...

Écrit par : EQUALIZER | 25/04/2017

@Pharamond : Vous n'avez pas vu la télévision depuis quelques décennies. ;-) J'irais bien leur attribuer un Q.I. de 90, et de 95 pour les plus doués. Pour atteindre 100, il faut un coefficient de redressement !

Hem... Sparte et même la première Rome (celle du soldat citoyen), ce n'était pas de la science-fiction. Personnellement, je ne suis pas certain que j'aurais résisté longtemps, mais j'aurais probablement approuvé les principes. Anarchiste, j'ai toujours détesté les sophistes citoyens du monde.

Écrit par : Blumroch | 25/04/2017

@Blumroch: Heinlein est un des seuls auteurs de SF à avoir imaginé un système politique viable, c'est vrai, ce qui lui a valu d'être accusé de fasciste par les lecteurs en diagonale... Donc Rome et Athènes étaient fascistes, la Venise des Doges itou... C'est en fait toute l'essence de l'Occident qui se trouve être fasciste pour les malcomprenants qui n'ont étrangement toujours pas migré en masse vers des terres plus humanistes ;-)

Le seul souci est que le système d'Heinlein repose sur la notion de mérite, et ce mot est en passe de disparaître du langage vernaculaire... Passant pas mal de temps dans les tchartchiés pour raisons professionnelles, je m'amuse à le sortir à tout bout de champ... La tête des (allo?)indigènes alors!!!

Écrit par : Benway | 25/04/2017

@Benway : Heinlein mériterait le titre d'éducateur de la jeunesse, presqu'au même titre que Plutarque (pour Bardèche) et L'Arioste (pour Jünger). *The moon is a harsh mistress*, *Stranger in a strange land* et *Starship troopers* m'ont même incité à lui pardonner ses derniers livres (à partir de *I will fear no evil*), tous mauvais.

Je n'ai pas l'ouvrage sous la main, mais le grand Bergier, qui l'admirait, avait eu cette jolie formule, rapportée par Pauwels : "Je suis pour la méritocratie. C'est le seul régime juste. Il n'existe nulle part."

"J'appelle fasciste quiconque possède un cerveau en bon état de marche". ;-)

Écrit par : Blumroch | 25/04/2017

Le mérite se mesure à l'intention ou à la performance ?
Si je suis moins pourvu en qualités qu'un autre, pourquoi alors contribuer à une telle société ? Par peur, pour manger, quelles autres raisons ? On ne construit pas, paradoxalement, une société fonctionnelle sur le seul critère de l'efficacité.

Écrit par : UnOurs | 25/04/2017

EQUALIZER > Tant qu'il restait des vétérans des guerres pour conserver l'indépendance du pays il était difficile aux politiques de demander d'abandonner cette indépendance. Pourtant c'est paradoxalement à cette époque et en avançant masqué au nom de la Paix qui devait en finir avec toutes ces horreurs que les jalons de notre dissolution ont été posés.

Blumroch > Sparte et Rome ce n'est pas de la science-fiction, mais pas de l'histoire contemporaine non plus. Sparte a disparu dévorée par sa propre intransigeance et Rome a muté dès qu'elle a grandi. Certaines choses sont difficilement transposables.

UnOurs > C'est d'ailleurs la société qu'on nous propose à demi-mot, une société où il faut servir efficacement le Système sous peine d'être un perdant à la charge des autres.

Écrit par : Pharamond | 25/04/2017

@Blumroch: l'intelligence est donc fasciste, les relations humaines parsemées de discriminations, le monde du travail n'en parlons pas... Orwell aurait même écrit que le pacifisme est pro-fasciste... J'aimerais pas être de gôche, ça doit pas être facile tous les jours ;-)
@UnOurs: dans le livre d'Heinlein, seuls ont le droit de vote les militaires, qui doivent allier le mens sana et le corpore sano... Dans une société sainement belliqueuse telle qu'elle est présentée dans Starship Troopers il est logique que ceux qui seront amenés à défendre la politique menée par celle-ci, fût-ce au prix de leurs vies, soient les plus à même d'en décider les orientations. Les conséquences finales des décisions sont pour ceux qui les prennent, pas de NIMBY dans ce système ...

Écrit par : Benway | 26/04/2017

Sans aller chercher dans la SF ou l'Antiquité, jusqu'à il n'y a pas si longtemps le vote était réservé aux hommes qui seuls allaient à la guerre. L’avènement du bombardement stratégique, l'entrée massive des femmes sur le marché du travail et plus récemment dans l'armée a changé la donne, entre autres choses.

Écrit par : Pharamond | 26/04/2017

les français d' USA ont voté Macron ... le vote des planqués et autres déserteurs en quelque sorte ?

Écrit par : EQUALIZER | 26/04/2017

On a réussi de faire de nous un peuple d’égoïstes et cela ne fait que commencer.

Écrit par : Pharamond | 26/04/2017

j' en ai connu qui après 30 années d' enseignement détaché à l' étranger (canada, sud-amérique, USA) y sont restés quand ils auraient dû rentrer en "France occupée" pour finir dans le 9-3 chez les racailles ... et ont donc démissionné , pour rester aux US dans un Lycée huppé ! mais des gens de "gôche" ! quand même ! merde !

Écrit par : EQUALIZER | 26/04/2017

C'est toute l'astuce de la boboïté : profiter du Système avec des idées très généreuses qui innocentent de tout.

Écrit par : Pharamond | 27/04/2017

Écrire un commentaire