Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2016

Voisins

J'habite un immeuble dans un quartier populaire, mais pas trop, c'est à dire non encore totalement envahi. Les locataires changent régulièrement et sont souvent assez pittoresques. Par exemple, j'ai eu récemment un couple d'Africains qui ne passait pas trois jours sans se disputer avec pleurs, bris de mobilier et cavalcades dans les couloirs à la clé. Ils ont été remplacés par un homme originaire d'un pays de l'est de l'Europe qui semble beaucoup aimer téléphoner en s'accoudant à sa fenêtre le soir venu. Je ne sais quelle langue il parle, mais j'ai toujours l'impression que ses appels ne sont constitués que de longues jérémiades. J'ai aussi eu un alcoolique qui écoutait Johnny Halliday à toute heure du jour et de la nuit, semblait se nourrir exclusivement de friture de poisson qui empuantissait l'immeuble, mais qui passait le jour de l'An me présenter ses vœux en s'excusant des désagréments qu'il pouvait parfois occasionner. Des broutilles comme le soir où il a défoncé la porte d'entrée de son appartement et son encadrement à coups de marteau – l’éthylisme ne permet pas une visée très sûre - parce l'ami à qui il avait confié ses clés était parti je ne sais plus où. À cette occasion je me suis aperçu que j'étais le seul à être sorti dans le couloir pour voir d'où venait le vacarme.

Je ne me plains pas, ce n'est rien de grave et j'ai l'intention de finir mes jours à la campagne.

Pour ceux que cela intéressent, deux autres anecdotes déjà mises en ligne sur ce blog. Soyons inventif, je leur donne des titres : La copine et Le justicier.

 

Commentaires

Bah ! C'est partout pareil, les miens devisent dans une langue étrange et ont toujours un béret vissé sur la tête avec un air ombrageux et méfiant envers l'étranger. Autant vous dire que je me tiens à carreau. Bizarrement je m'y sens bien, ce doit être mon côté vivre ensemble et toussa.

Écrit par : Coach Berny | 02/11/2016

Moi, je dis que vous êtes courageux, c'est tout.

Écrit par : Pharamond | 02/11/2016

ha, mes voisins sont des souchards qui jouent aux pauvres
csp plus et même plus plus , surtout sur le plan intellectuel , avec d'anciens universitaires
un peu comme cette vieille canaille de sénèque qui , après avoir passé deux jours dans son clapier , rentrait dans sa domus et se faisait masser par ses esclaves....

bon, juste devant chez moi , la déballade sert aux clodos et aux soiffards pour se laisser porter sur la ligne de plus grande pente

mais dans l'ensemble , très peu portent des bérets

Écrit par : kobus van cleef | 02/11/2016

Votre quartier semble beaucoup moins populaire que le mien. De toute façon le béret, aujourd'hui, à part les paras...

Écrit par : Pharamond | 02/11/2016

Les commentaires sont fermés.