Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2016

Billet culturel

Voyons voir ce qu'il y a de nouveau sur le IIIe Reich dans les arts.

Dans le 7me, on trouve Zombie Massacre 2: Reich of the Dead de Luca Boni et Marco Ristori. Les nazis tentent une fois de plus de gagner la Seconde guerre à l'aide de zombies, mais les braves GI veillent et vont les en empêcher. La bande annonce permet de constater que le bon goût est toujours de mise dans ce genre de film.

Dans le 9me, Guy Lefranc, le reporter créé par Jacques Martin, reprend du service dans Mission Antarctique de François Corteggiani et Christophe Alvès et part chez les nazis installés chez les manchots pour s'emparer d'une arme à "propulsion psychique" construite par eux (les nazis pas les manchots). Ah, les soucoupes volantes d'Hitler...

Dans Spynest (déjà trois tomes) de Jean-Luc Sala et Christophe Alliel, nous avons droit aux aventures de Ian Fleming, espion britannique, et son alter ego féminin venu des USA chargés de contrer les noirs desseins des nazis dans une Seconde guerre mondiale de fantaisie. Il paraît que c'est humoristique, alors...

 

Commentaires

L'horreur dans dans toute sa puissance.
Mais où allez vous chercher ces pépites, cher Pharamond ?

Écrit par : Vonkamach | 17/08/2016

il m'arrive, en bon cinéphile que je suis , de chercher l'inspiration dans les rayons des dévédés de la biblio 'cipale du bled où je vis

et je la trouve , l'inspiration, ou plutôt son manque

le manque d'inspiration dans les scénarios de films actuels ( aktuels?)

une portion non négligeable tourne autour du nazisme
pas sur le mode semi burlesque comme les pépites que vous nous dégotez

non, sur le mode psychiatrie lourde
délire
ou expiation

ce qui est très chrétien

battre sa coulpe sur la poitrine des autres

le dernier, dans mon lecteur, un film de cathe shortland , "lore"
( ce qui doit signifier "laure")
lore ,fille d'un dignitaire nazi , doit retraverser l'Hallemagne après la défaite
elle rencontrera un jeune chouif et devra apprendre à lui faire confiance, à rebours de tout ce que son éducation lui a appris ( ça , c'est la 4ème de couverture)
mais le plus beau , c'est les commentaires affichés au dos de la cassette , des extraits de coupures de presse
"une fresque lumineuse" ,le figamonde
"un choc visuel puis de compréhension" , les inrocks
"c'est bien filmé" , le journal du dimanche
"on lui voit pas la chatte" , le journal de kobus

Écrit par : kobus van cleef | 18/08/2016

Vonkamach > On peut effectivement parler de pépites car la nazisploitation rapporte des petites fortunes : films, BD, romans, "mémoires", "documentaires" etc. Le cinéma est passé de l'érotisme sadomasochiste au fantastique zombiesque pour s'adapter aux lois et aux modes mais reste toujours aussi lucratif, mais les autres supports ne sont pas en reste.
Si le cœur vous en dit une recherche avec le terme "nazis" sur ce blog vous permettra de vous rendre compte de l'étendu de l'ouvrage et je ne pense pas être exhaustif.

UnOurs > Ces images prouvent s'il le fallait que les soldats allemands n'étaient pas les monstres assoiffés de sang que l'on décrit dans l'histoire officielle quand ils ont conquis une partie de l'URSS. Rapidement ils sont pourtant entrés dans la logique atroce et sans issu des représailles. Il faut dire que la résistance là-bas n'avait rien a voir avec les FFI de la dernière heure en France mais constituait dès 41 de véritables armées pratiquant la terreur sur les collabos, les populations qui ne montraient pas de zèle pour la libération du pays et les soldats allemands. Hitler conscient de son infériorité numérique et matériel et de l'immensité du pays à tenir avait misé sur un effondrement du régime. Il s'est trompé.

kobus van cleef > Je l'ai vu. L'invasion de l'Allemagne par les Soviets pour pénible qu'elle puisse être dans le film ne ressemble pas à l’apocalypse qu'elle fut et de toute façon tout vient des Allemands responsables de leurs propre malheur, c'est la morale du film. Les enfants payent pour leur mère qui a profité du régime, pour leur père officier SS et leur grand-mère trop rigide.

Écrit par : Pharamond | 18/08/2016

Les malades, qu'est-ce qu'ils ne vont pas chercher.
C'est à croire qu'ils n'ont pas le shoix ;o)

Écrit par : téléphobe | 18/08/2016

C'est même sûr et certain.

Écrit par : Pharamond | 18/08/2016

vous êtes d'accord avec moi
on lui voit pas la chatte
et c'est contrariant
ce qui explique que je peine à finir de regarder le dévédé

Écrit par : kobus van cleef | 19/08/2016

" Les enfants payent pour leur mère qui a profité du régime, pour leur père officier SS et leur grand-mère trop rigide."

Le même processus est soigneusement appliqué vis-à-vis des descendants de colonialistes...

Mais rassurons-nous, les descendants des Barbaresques, Turcs ou Rwandais ne seront jamais coupables, eux, pour les crimes de leurs ancêtres.
Ouf.

Écrit par : Arthourr | 19/08/2016

kobus van cleef > Pour en être sûr il faut voir le film jusqu'à la fin. OK, je "spoile" : on ne voit rien de la petite Lore. Sinon, le film est joliment filmé, je trouve, mais les Russes et les Ricains sont assez bonhommes et les Allemands pas très sympas, et tout reste dans le sens de l'histoire officielle.

Arthourr > En voilà toujours qui n'auront pas à se repentir et je suis heureux pour eux. Leurs enfants pourront jouer parmi les herbes folles des ruines de nos cathédrales l'esprit léger.

Écrit par : Pharamond | 19/08/2016

même au sujet des JO de Rio , un petit coup d' Hitler et les jeux de 1936 ! que deviendrait la Télé -et Arte- sans tonton Adie !
Pas de repentance non plus pour le million et demi d' européens enlevé par les barbaresques musulmans sur les rivages méditerranéens en une dizaine de siècles . L' expédition d' Alger -1830- permettra de sécuriser les voies maritimes , ce qui était le but initial , et de délivrer par la même occasion , les derniers esclaves chrétiens "retenus" par la régence turque . Petite mise au point en passant :
http://ripostelaique.com/quelques-verites-sur-trois-siecles-de-colonialisme-turc-en-algerie.html

Écrit par : EQUALIZER | 19/08/2016

Le dernière fois je regardais une étape du Tour de France chez des amis et bingo ! les coureurs passent à Oradour, je n'ai pas de chance. On a aussitôt droit à un documentaire, un vieux en noir et blanc pour faire authentique et prendre aux tripes, avec récit certifié conforme du massacre.

Le monde est séparé entre l'admissible et ce qui ne l'est pas, l'esclavage turc fait partie de ce qui l'est et tout qui rappelle le fascisme (et ce sont des experts autoproclamés qui le déterminent) ne l'est pas. Point.

Écrit par : Pharamond | 19/08/2016

bon,pour en revenir aux réfugiés Hallemands et à leur cohabitation forcée avec leurs anciennes victimes ,j'avais entendu une causerie sur vronze kul d'un survivant chouif,adolescent qui prétendait s'être vengé sur les femmes et filles Hallemandes , excipiant de sa qualité de victime
il disait à peu près celà "j'abusais d'elles dès que l'envie m'en prenait"
un genre d'esclavage sexuel à la DAESH
avec la protection spéciale des américains
Jorge Semprun ne raconte pas autre chose lorsqu'il dépeint ce jeune communiste Hallemand ,lui aussi rescapé , qui s'arme d'une thompson pour imposer sa loi

Écrit par : kobus van cleef | 19/08/2016

à noter que le patronyme d'Hannelore est "Dressler"
qui est celui d'un syndrome cardiologique, la péricardite survenant trois jours après un infarctus

en gros, les complications à semi distance

là , Hannelore éprouve les premières complications de son aventure, on la fait tomber amoureuse de son sauveur chouif , qui aurait dû, en toute logique historique,la violer,puis la tabasser et la laisser pour morte et la dépouiller
il est vrai que , comme dit le nautonier "une montre cassée et un faon en porcelaine, tu n'as rien de mieux à m'offrir?"


bon, pour moi qui me suis aussi fadé les bonus ( boni?) , c'est bien filmu , angles , costumes, lumière....mais le laïus qui va avec.....infernal

les alboches ne guériront jamais de cette culpabilité
il y aura toujours quelqu'un pour en remettre une couche

Écrit par : kobus van cleef | 19/08/2016

en ce qui concerne le thème du viol et de l'abus sexuel commis par les victimes d'hier, il y a une scène du film où l'on peut s'en rendre compte
plusieurs en fait
mais ne retenons que celle là ; Lore n'en est qu'au début de son périple, avec ses frères et soeurs, elle cherche de la nourriture dans la forêt noire , ils trouvent une habitation de ferme avec les fenêtres fracassées ( d'ailleurs ses frères continuent à casser les vitres) elle rentre , il y a des coquilles d'oeuf ( oeufs gobés comme ça , houmf , à la sauvage comme lorsque j'étais gosse) et ....en avançant un peu, un cadavre de femme , à plat ventre , les cuisses ensanglantées , les bas baissés , des fourmis qui lui montent dessus , ça doit être récent puisqu'y a pas les nuées de mouches y afférentes , elle poursuit son exploration, on voit qu'elle a envie de gerber pendant que les gamins, ignorants de la vie/mort tournent autour de la fraü gisant là , elle grimpe un escadrin , et là , elle tombe sur Thomas , qui se réveille,d'autres coquilles d'oeuf autour , un peu embabouchi ....alors je vous l'demande , qui resterait sur les lieux d'un viol/homicide à pioncer jusqu'aux heures chaudes de la journée en cet été 45 chaud et tiède sinon le meurtrier?
d'ailleurs Lore ne s'y trompe pas puisqu'elle dit "excusez moi" et qu'elle décarre avec sa tribu de marmots....elle a pigé qu'il allait y avoir du troussage d'Hallemande bien née dans l'air si elle laissait son petit cul mignon sous les yeux du jeune "atypique" ( couvert chaudement en plein été , crâne tondu en cours de repousse....)
quelques scènes après , elle revoit son sticker à la gare/point de rassemblement d'un bled un peu isolé , lors d'une distribution de pain ( assez cocasse, on leur donne à bouffer s'ils regardent des photos de déportés morts.....j'ignorais que ce genre de truc avait eu lieu aussi tôt )il la mate avec insistance en s'enfilant de grandes rasades d'un truc gardé dans une bouteille opaque ( bouchon type limonade ....un peu improbable, les seuls trucs qui tiennent le choc dans ce genre d'errance c'est le bidon métallique)...il tente de lui voler un baiser ( expression surannée , il tente de lui rouler un gade et de lui peloter les miches), elle se dégage....

marrant qu'on nous inflige la vision de la violence Hallemande ( les photos des déportés , le père qui flingue le chien , la morte violée...) et qu'on invente le reste ( les camps ...mais le scénariste nous fait même pas traverser un läger...) et qu'on reste un peu aveugle à cette autre violence , à peine esquissée mais qui , j'en suis sûr , existe dans le bouquin dont a été tiré le scénario ( la chambre noire? j'ignore s'il a été traduit)

Écrit par : kobus van cleef | 20/08/2016

kobus van cleef > J'ai déjà eu l'occasion de lire des témoignages racontant l'impunité des anciens prisonniers après leur libération, si certains n'en ont pas ou peu usé, d'autres se sont livrés à des horreurs sur les Allemands sous l’œil indulgent des vainqueurs.

Oui, il y a une femme morte et qui a été sans aucun doute abusée, mais ça paraît être ici une des vicissitudes de ces temps troublés comme cela aurait pu se passer sur n'importe quel front, rien qui ressemble à la quasi systématisation du viol par les Soviétiques sur les Allemandes de l'enfant à la femme âgée.

Écrit par : Pharamond | 21/08/2016

Les Allemands , mais aussi tous les Occidentaux, sont coupables du crime des crimes jusqu'à leur disparition, seul expiation possible. D'ailleurs ça ne saurait tarder maintenant.

Écrit par : Pharamond | 21/08/2016

Les commentaires sont fermés.