Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2016

Ironie

Qui aurait cru que les gauchistes révolutionnaires d'hier deviendraient les serviteurs zélés du système capitalisme actuel ?

Qui aurait cru que la "dissidence" d'aujourd'hui ferait siennes les critiques marxistes de la bourgeoisie que l'on pouvait penser dépassées ?

 

Commentaires

Les trotskistes font les meilleurs néocons, c'est bien connu.

Écrit par : Noone | 11/08/2016

Un marxiste bien éduqué sait que sait que l'anarcho-gauchiste finit toujours petit-bourgeois, tout simplement parce qu'il l'a toujours été.

Écrit par : Nathanaël | 11/08/2016

tous les fascismes du XXeme siècle avaient intégré les critiques chréthiennes ou socialistes de la bourgeoisie (que l'on pense à Peguy) comem bien sûr aussi la critique marxiste :


"Droite et gauche sont des valeurs incomplètes et stériles. La droite, à force de vouloir ignorer l’angoisse économique des temps présents, a fini par priver de valeur humaine ses invocations religieuses et patriotiques. La gauche, à force de fermer les âmes populaires à tout ce qui est spirituel et national, a fini par faire dégénérer la lutte économique en un acharnement de bête fauves".

Jose Antonio PRIMO DE RIVERA, Anthologie

Écrit par : Dia | 11/08/2016

"La bourgeoisie a jué dans l'histoire un rôle essentiellement révolutionnaire.
"Partout où elle a conquis le pouvoir, elle a foulé aux pieds les relations féodales, patriarcales et idylliques. Tous les liens multicolores qui unissaient l'homme féodal à ses supérieurs naturels, elle les a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d'autre lien, entre l'homme et l'homme, que le froid intérête, que le dur argent comptant. Elle a noyé l'extase religieuse, l'enthousiasme chevaleresque, le sentimentalité du petit-bourgeois dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d'échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l'unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l'exploitation, voilée par des illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, directe, brutale, éhontée.
"La bourgeoisie a dépouillé de leur auréole toutes les professions jusque-là réputées vénérables et vénérées. Du médecin, du juriste, du prêtre, du poète, du savant, elle a fait des travailleurs salariés.
etc etc ...
Marx / Engels (in Manifeste du Parti Communiste- 1848)
lisez-le ce n' est pas contagieux , comme le "Que faire ?" de Lénine .

finalement , Marx -débarrassé des pseudo-marxistes- ça se lit assez bien , et une bonne partie de l' analyse marxienne reste valide . On ne peut quand même pas mettre au compte de Marx les horreurs du communisme soviétique .. quant à ceux qui s' en réclament l' ont-ils vraiment lu ?

Écrit par : EQUALIZER | 11/08/2016

« Les ennemis les plus rusés du peuple, ceux qui le trompaient le plus cruellement et le plus fréquemment, c'était de petits hommes ventrus à la peau rouge, sans scrupules et cupides, fourbes et impitoyables. Quand le pouvoir des tsars leur rendait la vie difficile, ils excitaient le peuple contre lui, et quand le peuple se soulevait et arrachait ce pouvoir des mains de l'empereur, les petits hommes le lui reprenaient par la ruse, et renvoyaient les travailleurs dans leurs niches ; si ceux-ci voulaient discuter avec eux, ils les massacraient par centaines et par milliers.

Ce sont justement ces petits hommes grassouillets qui sont les plus grands pêcheurs et les plus venimeux des insectes qui mordent le peuple. Les Français les appellent avec bonheur des bourgeois. Ils nous mâchent et ils nous sucent le sang … » (Maxime Gorki, La Mère)

Écrit par : Noone | 11/08/2016

De toute façon pas d'illusions. Ça ne colle pas « les hommes nouveaux », ils sont tous fumiers comme devant. Voilà la dure vérité à étouffer dit Céline.

"Ce qui séduit dans le Communisme, l'immense avantage à vrai dire, c'est qu'il va démasquer l'Homme, enfin ! Le débarrasser des « excuses ». Voici des siècles qu'il nous berne, lui, ses instincts, ses souffrances, ses mirifiques intentions... Impossible de savoir, ce cave, à quel point il peut nous mentir!... C'est le grand mystère. Il reste toujours bien en quart, soigneusement planqué, derrière son grand alibi. « L'Exploitation par le plus fort. » C'est irréfutable comme condé... Martyr de l'abhorré système ! C'est un Jésus véritable!..."

"Se faire voir aux côtés du peuple, par les temps qui courent, c'est prendre une « assurance-nougat ». Pourvu qu'on se sente un peu juif ça devient une « assurance-vie ». Tout cela fort compréhensible."

"Tous les fumiers sont prédicants ! Plus ils sont vicelards plus ils causent ! Et flatteurs ! Chacun pour soi !... Le programme du Communisme ? malgré les dénégations : entièrement matérialiste ! Revendications d'une brute à l'usage des brutes !... Bouffer ! Regardez la gueule du gros Marx, bouffi ! Et encore si ils bouffaient, mais c'est tout le contraire qui se passe ! Le peuple est Roi !... Le Roi la saute ! Il a tout ! Il manque de chemise !..."

"Rabaisser l'Homme à la matière, c'est la loi secrète, nouvelle, implacable... Quand on mélange au hasard deux sangs, l'un pauvre, l'autre riche, on n'enrichit jamais le pauvre, on appauvrit toujours le riche... Tout ce qui aide à fourvoyer la masse abrutie par les louanges est bienvenu. Quand les ruses ne suffisent plus, quand le système fait explosion, alors recours à la trique ! à la mitrailleuse ! aux bonbonnes !..."

Louis-Ferdinand Céline, Mea Culpa. 1936.

Écrit par : Danny | 12/08/2016

pour en savoir plus sur la vie de Céline, 1000 pages passionnantes de Frédéric Vitoux "La Vie de Louis Ferdinand CELINE" .. quelques concessions "prudentes" de l' auteur sur LE sujet qui fâche .. faut bien survivre .. ;-) mais vous ne serez pas déçus .

http://www.babelio.com/livres/Vitoux-La-vie-de-Louis-Ferdinand-Celine/176283

Écrit par : EQUALIZER | 12/08/2016

Noone > j'en conviens, mais qui l'aurais cru à l'époque ?

Dia > Superbe citation que je connaissais pas. C'est d'ailleurs tout l’intérêt de faire oublier que le fascisme était de gauche et révolutionnaire et un allié de circonstance de la droite. Avec cet oubli on sacralise la gauche et discrédite la droite (qui tétanisée s'est laissée faire) à jamais.

EQUALIZER > Oui, et c'est ce qui fait la puissance et la pertinence du discours d'un Lucien Cousin ou d'un Jean-Claude Michéa.

Noone > Un peu trop dans le style bolchevique à mon goût mais l'idée est là.

Danny > Nous en sommes encore là. La richesse ambiante a juste quelque peu vernis le tout mais le vernis s'écaille...

EQUALIZER > Merci pour le lien , j'irai voir.

Écrit par : Pharamond | 12/08/2016

curieusement , depuis l' après Georges Marchais (PCF pour les "nouveaux") , on n' entend plus utiliser le terme de "travailleur" mais celui de "salarié" . Du temps de Henri Kazucki , patron bafouilleur de la CGT , c' était du "les travailleurs" par-ci "les travailleurs" par-là .. exit les "travailleurs" ...

Écrit par : EQUALIZER | 12/08/2016

sur Marx délivré du marxisme , on lira avec intérêt , l' oeuvre de Costanzo Preve (hélas décédé) , extraordinaire ! et son éloge mérité chez "Elements" .. calez-vous dans un fauteuil , un 12 ans d' âge -sans glaçons!- à peine allongé d' eau glacée .. à portée de main ... en route vers une planète marx insoupçonnée ...

http://blogelements.typepad.fr/blog/2013/12/yves-branca-dernier-adieu-%C3%A0-costanzo-preve.html

Écrit par : EQUALIZER | 12/08/2016

EQUALIZER > Le PCF est sous perfusion depuis des années, il a même perdu sa faucille et son marteau. Plus assez de force pour les brandir sans doute.

Un grand merci, l'article est passionnant. C'est un peu ardu mais vaut la peine.

Écrit par : Pharamond | 12/08/2016

on n' est pas que des "crânes rasés" vociférants ! quand même ! :-)

Écrit par : EQUALIZER | 12/08/2016

Quand même !

Écrit par : Pharamond | 12/08/2016

faut lire ce que Choron écrit sur la faucille et le marteau
"le marteau ressemble à une bite emmanchée d'un képi, quand à la faucille,plus personne ne sait ce que c'est"
j'en avait une semblable pour le poing et la rose mais ça ferait fermer le blog....

Écrit par : kobus van cleef | 12/08/2016

Dommage j'aurais bien voulu savoir...

Écrit par : Pharamond | 13/08/2016

d'accord mais vous effacez le commentaire juste après ,hein?
le poing et la rose?
ça fait penser à l'oignon en chou fleur et au poing qui vient juste de le fister
en plus , sur le plan géométrique , c'est cohérent , ainsi que sur les autres plans , zoziologiques , politiques, financiers et aussi propagandistes

Écrit par : kobus van cleef | 15/08/2016

@Dia : merci pour ces phrases très vraies de Jose Antonio et tellement actuelles !

Écrit par : téléphobe | 15/08/2016

kobus van cleef > :-D J'ai bien fait d’insister, mais je n'arrive pas à effacer votre commentaire : nous devrons assumer votre analogie (sans jeu de mot) pour éternité.

Écrit par : Pharamond | 15/08/2016

Les commentaires sont fermés.