Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2016

Euro 2016

Ça commence. Tout ce qui m'importe c'est que l'équipe dite de France ne remporte pas la compétition et, si possible, soit rapidement éliminée. Je suis sidéré de voir des personnes de notre bord souhaiter sa victoire. Ensuite, que le meilleur gagne.

Commentaires

Je me sens beaucoup moins seul en vous lisant.

D'ailleurs, à propos de la grève TBM de demain : tout pour le nouveau stade, mais AUCUNE desserte de l'hôpital Pellegrin

Écrit par : PhD | 10/06/2016

A l'approche de ce genre de "compétitions", je poste toujours ce très beau texte d'Alvaro Mutis :

++++++++++++++

L'engouement de nos contemporains pour les spectacles sportifs me paraît tout à fait préoccupant. Nous voici, dérivant très vite, vers la vie châtrée et aseptisée des stades, respirant déjà, à pleines narines, la touffeur acre des vestiaires.
Le sport est une activité humiliante qui rend misérable. Le sportif ne prend aucun risque. Il cultive ses muscles et aiguise ses réflexes pour s'exhiber face à une foule souffreteuse, aigrie, aux idées courtes. Le public fait de l'athlète son idole, il lui attribue des vertus qu'il aimerait lui-même posséder, et suppose, derrière les musculatures d'élite, des attributs héroïques qui n'existent pas, et que l'athlète nie lui-même de surcroît. L'athlète est un eunuque que la multitude investit de désirs impossibles et anciens, qui n'ont plus cours depuis longtemps. Aussi, rien d'étonnant à ce que le sport, comme la prostitution et l'alcool, se soit transformé en une véritable industrie aux mains de marchands sans scrupule. Marchands d'athlètes ! Une honte qui nous vient de la Grèce antique. Car ce sont les athlètes grecs obtus qui, en inventant le logos et des méthodes de raisonnement encore en vigueur aujourd'hui, ont tari la précieuse source du mystère, le flux naturel et fertile de l'inconscient qui caractérisait les peuples contemporains des Hellènes et ceux qui les ont précédés. Ensuite, ce fut le tour des Romains de s'extasier au cirque, enfermés dans leur monde clos pendant qu'ils envoyaient surveiller les celle des athlètes.
Quand un homme a fait de son corps un instrument sur, harmonieux et puissant, il doit le risquer à chaque pas, et ce pour son plaisir, pour son propre épanouissement, sans témoins ni intrus. D'où l'inestimable prestige du siècle de la Renaissance. L'homme se voulait robuste et agile afin d'être capable de tuer et d'empêcher qu'on le tue ; il préparait son corps pour jouir de la vie dans toute sa plénitude. Mais, quand le condottiere s'est mis à rechercher le public et l'argent, et qu'au lieu de tuer son ennemi il l'a laissé s'enfuir en piteux état, il est juste devenu un petit caïd. Et, quand deux caïds, après s'être combattus, se sont embrassés sous les vivats de la foule en délire, on a assisté à la renaissance du sportif, grand symbole de notre époque infâme.
Ce goût actuel pour le sport n'est même pas signe de décadence. C'est l'annonce que notre heure la plus misérable est venue. L'homme des stades, le supporter des athlètes, est capable de toutes les vilenies, de toutes les bassesses. Il y a longtemps qu'il n'est plus un homme. Il a choisi comme source de son enthousiasme une tourbe de pauvres eunuques surentraînés. L'homme des stades a grossi les rangs de la Gestapo le nazisme était une doctrine de stade , il travaillait pour le MVD (ministère de l'intérieur) soviétique, il a lancé la bombe atomique sur Hiroshima, il a dévasté l'Europe au nom de la liberté et aujourd'hui, terrorisé, il fait du commerce au sein des Nations Unies. Chaque jour on nous impose, en guise de doctrine, une nouvelle misère idéologique, fermentée sous les gradins plombés des stades. Et l'épidémie se propage dangereusement: l'être humain voulant participer, de manière collective et frénétique, à un système qui le convie à une sinistre dissolution dans la moiteur des gymnases et lui promet une destruction sans gloire.
Les hommes sont incapables aujourd'hui de mourir seuls: voilà ce qui les accable. Ils croient devoir arriver à leur fin en partageant des propositions et des idéaux forgés par les marchands d'athlètes. Non content de décider de leur mort, ils la dépouillent de toute la sereine beauté qui fut jadis la sienne. Heureux les morts qui, tels les croisés pourrissant dans leurs armures sous le soleil d'un désert peuplé de lions, le grenadier blessé dont le sang a gelé sur la rive de la Bérézina ou le pilote de la RAF abattu dans la campagne bucolique et seigneuriale de sa patrie, jouissaient du privilège d'être seigneurs et maîtres de leur fin. Ce privilège est refusé à leurs frères d'aujourd'hui. Je dénonce la honte du sport. Je condamne la pantomime dopée des stades. Nous mourrons victimes des magouilles des trafiquants du stérile exercice musculaire. Nous serons tués par un onanisme collectif. Nous laisserons en héritage à nos enfants l'adroite et vile grâce des footballeurs, la hideuse grimace qui colle au visage des coureurs à pied, la malice de ghetto des joueurs de base-ball, la graisse efféminée qui enrobe la taille des nageurs, la fausse furie des boxeurs, la triste agilité des jockeys. Regrettons l'absence lumineuse des guerriers aveugles armés de lances, calmes statues de sang qui perpétuent une mort magnifique. Pleurons pour nos enfants nés à l'ombre des stades, ces bordels de la gloire.

++++++++++++++

Écrit par : UnOurs | 10/06/2016

Comme disait Chrysostome Téléphobe, qui aimait bien le pastis et n'avait pas sa langue dans sa poche : "je m'en foote de vos khonneries" ;o

Écrit par : téléphobe | 10/06/2016

PhD > Vous êtes bordelais à ce que je vois. Oui, le foot avant tout. Juppé doit remplir son stade !

UnOurs > Sincèrement, j'avoue ne pas trop adhérer à ce texte. Remonter à la Grèce antique pour y chercher l'origine du sport-business c'est y aller un peu fort. A vouloir toujours chercher plus loin les causes de notre décadence on va finir par remonter aux hommes des cavernes. Le problème n'est pas le foot, mais la propagande liée qui sert les banques et le pouvoir. C'est aussi de notre faute à idolâtrer les joueurs devenus des gladiateurs modernes se livrant à des simulacres de combats à notre place. C'est la délégation à l'oligarchie et aux sportifs de nos rôles de citoyen qui leur donne leur pouvoir et leur richesse. Dans l'Antiquité un Grec pouvait apprécier les spectacles du stade sans abandonner son rôle de soldat-citoyen défenseur de la cité toujours prêt à saisir la lance et le bouclier.

téléphobe > "Chrysostome" c'est à cause du pastis ?

Écrit par : Pharamond | 10/06/2016

@Pharamond : Non, Chrysostome, c'est pour honorer monsieur Mozart que j'aime beaucoup : ses prénoms étaient Jean, Chrysostome, Wolfgang et Théophile (Amadeus) !

Écrit par : téléphobe | 10/06/2016

OK, je croyais que c’était la couleur du pastis dégusté ;-)

Sinon, quel est votre morceau favori du compositeur, a supposer que vous en ayez un ? Moi, j'aime beaucoup le second mouvement (Andante) du Concerto pour piano n° 21. Je sais que ce n'est guère original, mais ce piano et ces violons...

Écrit par : Pharamond | 11/06/2016

Le concerto que vous citez est magnifique. Si je devais isoler une oeuvre ce serait le (Divertimento) trio à cordes K 563 dont voici une interprétation :
https://www.youtube.com/watch?v=uJk5jWJiro8
Un "divertissement" d'une telle profondeur, c'est quelque chose.

Écrit par : téléphobe | 11/06/2016

J'aime beaucoup, entre autres, le concerto pour clarinette, celui pour cor et par dessus tout, le Requiem. Et Cosi fan Tutte.

Pour le foutiballe: on m'a enguirlandée en commentaire sur un site ami parce que je souhaitais des pluies de grelons sur les fan zones. Surtout celle de la Tour.
C'était pourtant très gentil.

Écrit par : Carine | 11/06/2016

téléphobe > Merci.

Carine > Vous avez le lien avec ce commentaire que je puisse jeter un œil ?

Écrit par : Pharamond | 12/06/2016

bonjour,
j'aime beaucoup
bach : jésus que ma joie demeure

https://www.youtube.com/watch?v=W-FdgYFLD74

cordialement

Écrit par : jmespe | 12/06/2016

Pas très Mozart comme morceau ;-)
Ceci étant dit j'aime aussi beaucoup Bach ; les Concertos brandebourgeois en particulier.

Écrit par : Pharamond | 12/06/2016

Pharamond
Oui, c'était chez Nouratin, après son excellent billet sur le foot.

https://nouratinbis.wordpress.com/2016/06/05/quest-ce-quon-en-a-a-foot/

Bon, on m'a gentiment enguirlandée, hein, avec plein de bisous.
Et je précise que ce n'est pas Nouratin ^^

Écrit par : Carine | 12/06/2016

Merci. Je suis allé directement voir les commentaires (pas encore lu le billet) et il faut reconnaître que l'enguirlandement est très gentil, en effet. Nous sommes en présence de gens civilisés.

Écrit par : Pharamond | 12/06/2016

"les Concertos brandebourgeois en particuliers."

Et le 6ème, en particulier:

https://www.youtube.com/watch?v=81Vxkrfo0zQ

Écrit par : Carine | 12/06/2016

Pharamond
exactement :-)

Écrit par : Carine | 12/06/2016

Le billet de Nouratin mérite d'être lu !

Écrit par : Carine | 12/06/2016

Oui, même si j'ai du mal à en choisir un.

(Et zut ! j'ai mis un "s" à "particulier".)

Écrit par : Pharamond | 12/06/2016

Je vais le lire de ce pas.

Écrit par : Pharamond | 12/06/2016

Et la version Harnoncourt :

https://www.youtube.com/watch?v=BQTP96Zchp4

à 5 mn 25
Mais les explications qui précèdent sont intéressantes aussi.

Écrit par : Carine | 12/06/2016

Au foot comme ailleurs la discrimination c'est très mal sauf si elle est positive.

Écrit par : Pharamond | 12/06/2016

Allez allez !
Cessez ces agaceries !
Les milliardaires grossiers et surpayé pousseurs de baballe seront adulés par les masses,comme de bien entendu

Non,l'important c'est que, pendant les travaux, les affaires continuent
Ou plu, le dressage continue


Et qu'ai je vu pour corroborer mes dires ce matin, à l'aéroport de Barri ( provincial de Pugglia , Italie post berlusconienne ) ?

Anniversaire de la naissance d'Anne Frank ,12 juin 1929 à Francfort/main .....
Née à Franc fort ?

Pas étonnant qu'on soit passé à l'Euro !


Si téléphobe me lit .....

Écrit par : kobus van cleef | 12/06/2016

Ne réveillez pas mon tourmenteur, voyons.

Écrit par : Pharamond | 13/06/2016

Ah ! M-rde alors !
Mon chat Moortje (Matou en français) n'a même pas miaulé abusivement pour me rappeler la date fatidique.
Merci à vous kobus ;o)

Écrit par : téléphobe | 14/06/2016

Les commentaires sont fermés.