Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2015

Hi ! Hi !

nuremberg.jpg

Commentaires

C'est connu, simple rappel, donc...

L'article 19 du statut du Tribunal Militaire International (TMI) issu de l'accord de Londres signé par les Alliés le 8 août 1945, et base du procès de Nuremberg prévoyait que « le Tribunal ne sera(it)) pas lié par les règles techniques relatives à l'administration des preuves (...)» : toute pièce que le tribunal estimait avoir valeur de preuve était admise. Le tribunal pouvait accepter des pièces à conviction sans s'assurer de leur fiabilité et rejeter des preuves à décharge sans donner les raisons. Cela signifie en clair qu'on pouvait à volonté forger des pièces à conviction et ignorer des preuves à décharge.
En outre, l'article 21 du statut stipulait que « Le Tribunal n'exigera(it) pas que soit rapporté la preuve des faits de notoriété publique, mais les tiendra(it) pour acquis (...) ». C'est le tribunal lui-même qui décidait ce qu'était « un fait de notoriété publique ». Ainsi, la culpabilité des accusés était établie d'entrée de cause, puisque l'Holocauste et les autres charges qui pesaient sur eux étaient des faits de notoriété publique.

Jürgen Graf, l'Holocauste au scanner. Guideon Burg Verlag.

Écrit par : Danny | 06/11/2015

Face à un abat-jour et à un savon, la parole d'un honnête homme ne vaut rien et depuis... voilà où nous en sommes aujourd'hui ;o)

Écrit par : téléphobe | 06/11/2015

C'est lequel qui a lâché un gaz ?

Écrit par : Coach Berny | 06/11/2015

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve le procès bavarois finalement bien moins réussi que ceux de Moscou. Avec la participation américaine, on pouvait attendre une mise en scène un peu plus pro. Or, c'est plutôt fastidieux, peut-être parce que les accusés n'ont pas vraiment joué leur rôle, semblant à plusieurs reprises ne pas prendre très au sérieux les chefs d'inculpation inventés par les scénaristes (pourtant assez imaginatifs). C'est peut-être la séquence désopilante du balai Katyn(-Kakaline-Kamaïa) qui est la plus réussie, les juges, aussi bons que les Marx Brothers, refusant de répondre aux questions des avocats, et surtout l'acteur soviétique, très Monty Python, désignant un peu au hasard plusieurs coupables successifs, pour conclure que bon on va pas s'éterniser sur cet incident somme toute mineur, sous le regard imperturbable des trois autres démocrates.

Écrit par : Nathanaël | 07/11/2015

Nuremberg, Katyn et le NKVD selon René-louis Berclaz (La Sentinelle du Continent) :

Depuis la chute des régimes communistes, les chercheurs ont vu leur champ d'investigation largement étendu avec l'ouverture de ces archives interdites. On ignorait auparavant que le NKVD avait entièrement fabriqué le dossier à charge qui allait permettre, lors du procès de Nuremberg, de faire condamner les Allemands et leurs dirigeants pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.
Pour étouffer ces révélations pour le moins gênantes, les bruyants promoteurs de la répression antirévisionnise ont tout simplement bâillonné les chercheurs dissidents grâce à un arsenal législatif sur mesure. Leur crainte était que le révisionnisme de l'histoire de la Deuxième guerre mondiale ne retire aux bénéficiaires toute légitimité à se prévaloir des réparations que l'Allemagne a payé, paye et paiera pour les crimes en grande partie fabriqués de toutes pièces par des officines spécialisées dans la désinformation qui s'étaient déjà distinguées lors du massacre des élites polonaises à Katyn.
In « Droits de l'homme – Démocratie » 31/10/2015.

http://www.sentinelleducontinent.com/

Écrit par : Danny | 08/11/2015

Danny > Merci pour le lien vers la Sentinelle du continent, site que je ne connaissait pas. Pour le reste vous connaissez mon opinion.

téléphobe > Ouh, le mauvais esprit !

Coach Berny > Garnement !

Nathanaël > S'il faut établir la culpabilité de ses ennemis pour les condamner, maintenant...

Écrit par : Pharamond | 08/11/2015

Les commentaires sont fermés.