Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2015

Champ d'étoiles (22)

Mercredi 13 août 2003

20me étape (6me de cette année) – De Logroño à Najera- Environ 28 km

Temps beau et chaud avec un ciel voilé le soir.

Parti à 6h30. Logroño a des faubourgs qui n'en finissent pas. Traversée d'un agréable parc avec lac à la sortie de la ville. Dans certains villages le Chemin passent sous les bâtiments par des passages couverts. Il y a des fontaines partout, d'eau de ville ou de source, heureusement car c'est bien utile quand on marche, l'eau tiédit vite dans les gourdes. L'eau de source a ma préférence et de loin, l'autre a un fort goût de chlore. Presque tous les clochers ont leurs imposants nids de cigogne.

Chemin faisant je rencontre Jean-Paul, un viticulteur, parti du Puy en 2 000. En discutant les kilomètres passent plus vite et nous finissons ainsi l'étape. Arrivé à Najera, je vais au refuge. Prix de la nuitée libre, je laisse 10 €. Il y a plusieurs Français plutôt sympas et des Espagnols branchés, piercing, tatouages et maintenant St Jacques, style « Quoi, t'as pas encore fait Compostelle ? » Danielle, une Française qui chemine avec Jean-Pierre est un peu chamboulée, elle a vu un exhibitionniste en traversant un petit village. Le Chemin a ses dangers. À Logroño, une affiche au refuge public recommandait de ne pas partir avant 6h de matin, le quartier n'étant pas sûr.

Après avoir poser mon sac au refuge je vais manger puis faire un tour en ville. Je tente même une petite sieste sur la pelouse au bord de la rivière mais les mouches m'en empêchent. Je trouve un cybercafé et j'envoie des messages à Q***, l***, S*** et E***, j'en profite pour surfer un peu (2 € 50). Quand je décide de visiter le monastère Santa Maria la Real il est trop tard, il n'ouvre que de 16 à 19 h. Je constate aussi que l'entrée du bâtiment est juste à côté du refuge dont celui-ci fait partie. Le monastère est immense. Dommage, je ne le visiterai pas.

Les commentaires sont fermés.