Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2015

Champ d'étoiles (20)

Lundi 11 août 2003

18me étape (4me de cette année) – D'Estella à Los Arcos - Environ 20 km

Temps beau et chaud.

Contrairement à ce que j'espérais j'ai mal dormi. Dans la nuit j'entendais le bruit des voitures comme si un échangeur d'autoroute passait dans la chambre voisine. Je pars vers 7h. Étape dans un désert humain sur les 2 derniers tiers. J'ai tout de même rencontré un famille française, le père, la mère et leurs enfants, 2 jeunes ados. Je passe par la fameuse fontaine à vin d'Irache où les pèlerins peuvent se servir à volonté. Je goûte, il est pas terrible ou alors c'est parce que je suis plus habitué à boire un bon café à cette heure de la matinée.

Pour avancer, vive le Coca, c'est roboratif ! Il y a des distributeurs vraiment partout.

Arrivé à Los Arcos, l'une des premières maisons est un petit centre de repos et d'informations sur la ville. Il y a 3 refuges et 2 hôtels. Décidé à bien dormir je prends un hôtel à 35 €, dont le réceptionniste parle français, et tant que j'y suis je vais au restaurant pour 7 € 50. Premier vrai repas depuis mon départ. À l'hôtel, c'est douche, linge et petite sieste. En Espagne les fiches d'hôtel existent toujours.

Je constate que je trimballe des choses dont je ne sers pas, l'année prochaine je porterai moins lourd, c'est juré !

Je n'ai plus de photo sur mon jetable.

En ville, au hasard des rues je rencontre 4 Français puis un Espagnol et son ami italien, tous très sympas. Je visite l'église baroque et son cloître gothique, sur le clocher il y a des cigognes. J’achète quelques cartes postales. Los Arcos est né du pèlerinage et en profite toujours. C'est une petite ville au milieu de nul part d'où sa relative importance. À 20h30 il y a une messe avec bénédictions des pèlerins. J'ai trop sommeil pour y aller, demain ce sont 29 km qui m'attendent !

Cet après-midi j'ai aussi rencontré un jeune pèlerin français qui fait le Chemin avec sa tente, il me dit n'avoir pas assez d'argent pour se payer les refuges. Moi, je dors à l'hôtel ; j'ai un peu honte. À chacun son pèlerinage.

i.jpg

L'empire américain embusqué

Commentaires

L'effort et l'amphore ne font pas bon ménage, de là à préférer le coca...

Écrit par : Coach Berny | 12/10/2015

Le Coca contient du sucre, de la caféine et des sels minéraux, c'est mauvais quand on est oisif mais quand on est à la peine... Et j'en aime le goût.

Écrit par : Pharamond | 12/10/2015

Les commentaires sont fermés.