Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2015

Kino

Le fils de Saul de László Nemes, Grand Prix du Festival de Cannes 2015 :

« Deux jours dans la vie de Saul Auslander, prisonnier hongrois travaillant comme membre du Sonderkommando dans l’un des crematoriums d’Auschwitz. Devant enterrer le corps d’un garçon qu’il prend pour son fils, il essaie de mener à bien un acte impossible : sauver le corps et trouver un rabbin pour l’enterrer. Alors que le Sonderkommando est sur le point d’être dissout, Saul se détourne de la vie et de ses plans de rébellion afin de sauver le corps d’un fils dont il n’a jamais pris soin de son vivant. »

 

 

 Un Français de Diastème :

« Avec ses copains, Braguette, Grand-Guy, Marvin, Marco cogne les Arabes et colle les affiches de l'extrême droite. Jusqu'au moment où il sent que, malgré lui, toute cette haine l'abandonne. Mais comment se débarrasser de la violence, de la colère, de la bêtise qu'on a en soi ? C'est le parcours d'un salaud qui va tenter de devenir quelqu'un de bien. »

 

Commentaires

A vomir !!!

Écrit par : LeGall | 27/05/2015

Et c'est souvent fait avec nos deniers.

Écrit par : Pharamond | 27/05/2015

La première image montre un travailleur (la casquette) et la deuxième des citoyens menant un débat animé. La bonne réponse est évidemment Ségolène Royal, candidate socialiste en 2007 et inventrice de la "campagne participative".

Écrit par : Nathanaël | 27/05/2015

Bravo ! Il s'agit effectivement de notre Ségo et pour les raisons que vous évoquez. Vous êtes vraiment trop fort !

Écrit par : Pharamond | 27/05/2015

Premier indice "ne l'ouvrez pas" le mec sait déjà, pas besoin d'ouvrir le ventre de la victime, l'haruspice ne s'abaisse pas à ça
Deuxième indice, au cours du court métrage, on nous montre le perso principal vieillissant, acquérant barbe et lunettes, tétra ou pentagenaire

Réponse, Isaac Lachedeme, plus connu sous le sobriquet ( qu'il est sot ,ce briquet, incapable de l'allumer ma clope en plein vent !) du juif errant
En effet, il parcours le monde jusqu'au jugement dernier, il acquiert, à force d'à force, sagesse et prescience

Gardez vous votre Zigoulaine Royale

Écrit par : kobus van cleef | 28/05/2015

C'est ma foi une très bonne déduction mais un doute m'assaille tel le guerrier pasteur des plaines tanzanienne (moi aussi j'ai droit au jeu de mot), le juif errant est-il un personnage historique ? Et si j'en doute suis-je un révisionniste, un négationniste, bref, un fumier ?

Écrit par : Pharamond | 28/05/2015

Il y a malentendu: il s'agit du "Jui-Ferrant", le jeune apprenti du Maréchal-Ferrant. La coutume veut qu'au début de son apprentissage, il se présente à son maître en lui disant "Maréchal Nous voilà", ce à quoi ce dernier lui répond "Ca gaze". Tous ces faits sont historiquement attestés, c'est les contester ou en rire qui fait de vous un Faux Rissonnien, pour ne pas dire un Vrai.

Écrit par : Stag | 28/05/2015

Merci stag, je me sens mieux, votre érudition m'enlève un poids. Comme dit le proverbe aléoutien : "Il vaut mieux garder dans son filet un requin blanc que de souhaiter en vain cent raies noires."

Écrit par : Pharamond | 28/05/2015

L'apprenti du ferrage des chevaux a bel et bien existé
Les bourgeois de Geurnoble l'ont vu après ceux de Hambourg, Brême, Ferrare et tant d'autres villes d'importance
Pas de bleds espanche, les aragonais leur avait interdit le territoire à moins qu'ils se convertissent, un genre d'OQT avant l'heure, dans le style du derche, qu'on commence à bien pratiquer maintenant
Il avait, à les en croire, une barbe de deux pieds de long et des vêtements multicolores
Une dégaine de clodo, en somme
Il leur a raconté des trucs que seul un type ayant séjourné assez longtemps au contact des apôtres aurait pu savoir
Enfin, il était savetier
On résume : un clodo, pas maladroit de ses mains, un peu âgé, un peu cultivé..... C'est mon portrait à venir, Hu Hu Hu !

Écrit par : kobus van cleef | 29/05/2015

L'apprenti du ferrage des chevaux a bel et bien existé
Les bourgeois de Geurnoble l'ont vu après ceux de Hambourg, Brême, Ferrare et tant d'autres villes d'importance
Pas de bleds espanche, les aragonais leur avait interdit le territoire à moins qu'ils se convertissent, un genre d'OQT avant l'heure, dans le style du derche, qu'on commence à bien pratiquer maintenant
Il avait, à les en croire, une barbe de deux pieds de long et des vêtements multicolores
Une dégaine de clodo, en somme
Il leur a raconté des trucs que seul un type ayant séjourné assez longtemps au contact des apôtres aurait pu savoir
Enfin, il était savetier
On résume : un clodo, pas maladroit de ses mains, un peu âgé, un peu cultivé..... C'est mon portrait à venir, Hu Hu Hu !

Écrit par : kobus van cleef | 29/05/2015

Ha zut
Fausse manoeuvre
Gros doigts, tablette, toussa

Écrit par : kobus van cleef | 29/05/2015

Si c'est certifié historiquement conforme avec des témoignages et tout et tout je m'incline.

Entre parenthèses, avec cette description je pense vous reconnaître si je vous rencontre un jour.

Écrit par : Pharamond | 31/05/2015

ha .....
des clodos cultivés , j'en ai rencontré
lorsque j'étais jeune étudiant en médecine, y en avait un qui fouillait les poubelles ( tournant des 79/80) , pour dénicher le monde
il le lisait sous le porche d'une église en bas de chez moi
grave et tout
concentré quoi
ce qui gâchait un peu la chose c'est que parfois il trouvait ces petits bouquins de bédé , des pulps , voyez?
et là , le pauvre bougre se lâchait complètement , il ponctuait , mimait , bruitait les aventures du héros ( ou supposé tel )
on l'entendait faire "bang ! pan , pan ! prend ça , ordure ! attassion ringo kid , il est derrière toi !"
les dévottes passaient en l'ignorant , moive je lui laissait une pièce ( pas tous les jours , quand même )
je l'ai retrouvé assez vite sur une table de dissection , puisqu'il avait crevé dans l'hivers ( pas forcemment de froid et même c'était pas forcemment lui , mais j'ai jamais été très physionomiste et , à l'époque j'étais assez impressionné par les morts , donc j'avais pas dévisagé le "sujet")

Écrit par : kobus van cleef | 01/06/2015

J'ai toujours été fasciné par ce type d'individus, un médecin m'avait autrefois parlé d'un docteur en philosophie qui travaillait dans une conserverie, le travail répétitif lui permettait de philosopher tranquillement dans sa tête. Pourquoi n'enseignait-il pas ? Il l'ignorait mais supposait quelque fêlure secrète.

Écrit par : Pharamond | 02/06/2015

Y en avait un autre avec une tronche de kalmouk ou de khirgise, petit, yeux bridés, face cuite par le soleil et le kiravi ( une sous sous sous sous marque de pinard distribuée en armorique par "LVG" ,les vins Guevel, un ignoble sidi brahim coupé avec des restes de vins du languedoc, le pays de Marcelin Albert celui qui fit trembler m'sieur Thiers avec la revolte des vignerons consécutive à la crise du phylloxéra.... le tout en bouteille plastique..... si vous venez en armorique, faites l'essai, de quoi devenir abstheme jusqu'à sa mort) , tignasse rare et aussi graisseuse que ses fringues
Chez moi on l'appelait Dersou Ouzala, mais était probablement pas sibérien, plutôt d'Asie zentrale

Écrit par : kobus van cleef | 06/06/2015

kobus van cleef > Et il était cultivé votre Kalmouk ?

Écrit par : Pharamond | 07/06/2015

ha non ,c'était un clodo tout ce qu'y a de plus clodo
une loque , imbibée du matin au soir et inversement
mais juste avant l'arrivée de la mite au pouvoir , en 1980 ( 1980 ! putain ! j'ai voté pour la première fois , grâce à ce con de giscard qui avait diminué l'âge légal , résultat , une branlée comme pas possib' sous les hululements de jouissance de tout ce qui s'est découvert zosialisse du jour au lendemain .....) , les clodos étaient assez peu nombreux et surtout très hétérogènes
d'abord c'étaient des vrais clodos pas des sdf ( suppuration douloureuse fiscale ?)
ensuite y avait assez peu de jeunes parmi eux , on comptait les accidentés de la vie, les pochetrons, les démissionnaires ( famille , gosses , responsabilités de merde ténues comme les mille emmerdements quotidiens qu'on s'impose , vous voyez?) , les (rares) émigrés....j'ai d'ailleurs comme un con de chrétien zosial , servi la soupe dans un refuge puis après à la cimade ( ça a pas duré longtemps....)

bref le kalmouk se contentait de picoler et de ronfler
la belle vie pour qui a décidé de s'abstraire du monde , un genre de suicide ( qui n'a rien à voir avec le cochon -porcus suis- ou le sanglier -singularis porcus-) , un peu long , mais , en définitive , payant

Écrit par : kobus van cleef | 12/06/2015

Les clochards ont tous eu une vie super avant la tuile qui les a fait basculer, enfin d'après eux. Le plus drôle, si l'on peut dire, c'est que cela doit être parfois vrai. A Bordeaux, dans ma jeunesse, on disait d'une immonde clocharde qui faisait sa crotte devant tout le monde quand l'envie lui prenait que c'était une ancienne miss qui n'avait pas su gérer sa gloire éphémère. Allez savoir !

Écrit par : Pharamond | 12/06/2015

Les commentaires sont fermés.