29/11/2013

Merci pour tout

Nous devons nous rendre à l'évidence, nous en sommes arrivés au point où nos dirigeants ne se cachent même plus pour faire leurs mauvais coups. Ils bafouent ouvertement les lois qu'ils nous obligent à respecter, ne font plus aucun cas de la démocratie qu'ils feignent vénérer dans leurs discours, abusent de leurs pouvoirs sans aucune gêne, pillent frénétiquement tout en l'insultant le peuple sur lequel ils sont supposés veiller, abattent chaque jour des pans entiers du monde qui nous a vu naître et nous préparent pour servir leurs intérêts le pire des futurs sans que cela n'émeuve grand monde. Mieux, il suffit qu'un Cahuzac montre sa trogne de faux-cul au marché du coin pour que le péquin se dépêche d'aller lui serrer la main. Faut-il qu'il ait confiance dans la connerie humaine pour aller oser se montrer après ses mensonges avoués. Mais la vérité est sans doute là : nos maîtres nous méprisent et ils ont indubitablement raison de le faire.

Commentaires

Tiens, ça me rappelle une histoire sur le non-cumul des mandats. Mais que fait la police? ;)

Écrit par : le blaireau-garou | 29/11/2013

Forcément, vu la proportion de votants PS et surtout UMP aux dernières présidentielles, pas mal de politiques ont du en tirer un diagnostic similaire au vôtre.

Écrit par : Gas | 30/11/2013

Le général le disait déjà : "les Français sont des veaux". Je crois que l'exemple qui m'a le plus sidéré c'est lorsque le peuple a rejeté le traité constitutionnel de 2005... pour porter au second tour de l'élection présidentielle de 2007 deux candidats fervents partisans du oui. Va comprendre, Charles.

Écrit par : Agg | 30/11/2013

Oui Agg et ensuite, le pouvoir annule l'élection et le peuple reste sans réagir devant ce coup d'Etat. Car c'est bien ça qui s'est passé avec Sarko : il a ouvertement violé le principe de la souveraineté populaire. Et c'est un peu le sujet du billet.

Écrit par : Franck Ferdinand | 30/11/2013

Et le paracétamol, je vous le mets en suppos?

Écrit par : Le Blaireau-Garou | 30/11/2013

@Franck Ferdinand

>> Oui enfin Sarkozy avait quand même annoncé noir sur blanc dans son programme qu'il remettrait le traité constitutionnel sur la table : le viol était donc consenti pour 53,06% des Français. ;-)

Écrit par : Agg | 30/11/2013

Bah, je faisais partie des 53.06%. Accessoirement, je faisait partie des 45% à avoir voté oui.

Sarko avait annoncé à l'avance qu'il renégocierait un "mini-traité". 191 pages du texte refusé par le peuple, on caviarde deux ou trois lignes et, c'est bon, c'est devenu un "mini-traité".

Epatant la démocratie !

Écrit par : Franck Ferdinand | 30/11/2013

@Franck Ferdinand

>> Rassurez-vous, je pense que tout le monde, un jour ou l'autre, a été le cocu de l'histoire, en politique et je ne fais pas exception. Maintenant, vous connaissez le proverbe : "trompe-moi une fois, honte à toi ; trompe-moi deux fois, honte à moi".

Écrit par : Agg | 01/12/2013

Personnellement, la seule fois de ma vie d'électeur où j'ai fait le choix qui a eu le plus de voix, c'était en 2005 pour la Constitution de l'UE, les instances qui savent ont décidé de passer outre cette décision populaire au nom de la Démocratie, je présume, et de mettre ce vote à la décharge...

Écrit par : Pharamond | 01/12/2013

Écrire un commentaire