statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2022

Éden sur Garonne

Je suis allé faire un tour sur le site de la Mairie de Bordeaux pour connaître les fonctions des adjoints de notre maire écolo Pierre Hurmic. Certains intitulés sont de la pure poésie. En voici un florilège totalement arbitraire :

Bernard L. Blanc

Adjoint au maire chargé de l'urbanisme résilient

Didier Jeanjean

Adjoint au maire chargé de la nature en ville et des quartiers apaisés

Amine Smihi

Adjoint au maire chargé de la tranquillité publique, de la sécurité et de la prévention

Olivier Escots

Adjoint au maire chargé du handicap et de la lutte contre toutes les discriminations

Laurent Guillemin

Adjoint au maire chargé de la sobriété dans la gestion des ressources naturelles

Stéphane Pfeiffer

Adjoint au maire chargé du service public du logement et de l'habitat, de l'emploi, de l'économie sociale et solidaire et des formes économiques innovantes

Camille Choplin

Adjointe au maire chargée de la démocratie permanente, de la vie associative et de la gouvernance par l'intelligence collective

Delphine Jamet

Adjointe au maire chargée de l'administration générale, de l'évaluation des politiques publiques et de la stratégie de la donnée

Sylvie Justome

Adjointe au maire chargée de la sécurité sanitaire, de la santé et des seniors
Conseillère municipale déléguée auprès de Stéphane Pfeiffer pour le développement de l'habitat inclusif et intergénérationnel

 

Commentaires

Au lieu d'adjoint[e], serait préférable ce titre non seulement soviétisant mais encore susceptible de s'appliquer à l'un et l'autre sexes : commissaire politique parasite.

Chaque notion pourrait susciter un commentaire sarcastique dans le registre du *Lucifer's Lexicon* de Rollins. La tâche est toutefois si déprimante qu'on ne veut même pas faire de l'esprit facile -- une manière d'honorer l'imperturbable sérieux pontifiant des verts tyranneaux moins soucieux d'écologie que de pouvoir (quand même, à peine 15% des votes exprimés, sauf erreur, et tout le monde obéit au lieu de sortir les fourches).
-- "tranquillité publique" : elle existe quand la victime a été égorgée du premier coup et qu'elle ne trouble donc plus la quiétude des criminels.
-- "intelligence collective" : illustration d'une des lois paradoxales de l'autre grand Gustave, quand le Q.I. réel du groupe est bien inférieur au Q.I. calculé à partir de la somme des Q.I. individuels divisée par le nombre d'abrutis réunis.
-- "démocrassie permanente" : tyrannie éternelle.
-- "stratégie de la donnée" : utilisation de tous les moyens techniques contemporains pour espionner, rançonner et contraindre la population qui devra devenir vertueuse qu'elle le veuille ou non, son destin étant d'obéir aux criminelles lubies d'une minorité de khmervers au service du Bien et de la Science.
-- "lutte contre toutes les discriminations" : lutte, par tous les moyens même légaux, contre certaines opinions incompatibles avec le progressisme militant.
-- "habitat inclusif et intergénérationnel" : à chacun sa cellule de dimensions standardisées ; un cercueil ; une valise.
-- "formes économiques innovantes" : taxes, au nom de l'égalitude et de l'équitance, sur toutes les activités, transactions et possessions.
-- "urbanisme résilient" : baraques et immeubles prétendus écologiques, destinés à disparaître rapidement après s'être dégradés plus rapidement encore, afin de ne pas perturber la pauvre Gaïa.
-- "quartiers apaisés" : quartiers à éviter.
Ce n'est pas drôle. Mais c'est parce que ce n'est pas drôle non plus.
Dire que le seul slogan intelligent de 68 était : "Il est douloureux de subir ses chefs ; il est encore plus bête de les choisir ; il est plus intelligent de les pendre."

Écrit par : Blumroch | 24/05/2022

C'est très caractéristique du gauchisme, il faut IMPOSER le bien.
Alors qu'en fait ça évoque précisément une historiette Taoiste:

Il ne faut pas tirer sur les plantes pour les faire pousser plus vite mais biner et sarcler alentour pour favoriser leur développement.

Oui, c'est ça, il faudrait "sarcler" alentour... :-)

Écrit par : realist | 25/05/2022

Eh ben dites donc... On doit bien roupiller à la mairie de Bordeaux ! Les parapheurs ne doivent pas être trop encombrés !

Écrit par : Fredi M. | 25/05/2022

Blumroch > Merci pour les explications du jargon écolo-progressiste.
Sur le site de la Mairie toujours, une présentation de la ville apaisée :
https://www.bordeaux.fr/p148341/pour-une-ville-apaisee

realist > Ce n'est pas tout d'imposer le bien, c'est aussi et surtout imposer leur notion du bien.

Fredi M. > Mais non, tout ce petit monde doit sortir la ville de plusieurs années d'obscurantisme réactionnaire : un travail de titan.

Écrit par : Pharamond | 25/05/2022

@Pharamond : C'est de la prose pipotronique. Le pire, c'est la visible autosatisfaction de tous ces abrutis nuisibles. Mais bon, n'oublions pas que la population, à Bordeaux comme ailleurs, approuve toutes ces kronneries, qui ne proteste même pas ou à peine.
Ai été obligé de chercher la signification de "free floating".
Aujourd'hui encore, cette ville s'illustrait dans la chronique des faits divers. Y'a plus qu'à espérer (ou, pour certain, à prier) pour que de nombreux habitants "apaisés" ciblent les employés de la dictature verte, même si c'est par hasard.
Cromov, envoie-nous les Cosaques et l'Esprit Malin !

Écrit par : Blumroch | 25/05/2022

Blumroch > On a l'impression d'être revenus dans les années 70 quand la gauche réinventait le vocabulaire, l'ancien, trop réac et trop mesquin, était insuffisant à définir leur fulgurante pensée.

Moi aussi j'ai cherché la signification de "free floating". "Deux roues en libre service" doit être trop long à écrire.

Écrit par : Pharamond | 25/05/2022

Free floating ?
Vous n'y êtes pas du tout
Free pour frit, une histoire de friture, de frites, bref du culinaire,du fooding ( disons le mot, de la bouffe, fooding étant un terme qui revient trop souvent dans la ridiculissime émission-il en est de séminales, d'autres sont cyprinesques- de machine el truc Bidule, sur vronze ku, comment le recrachez vous, les connaisseurs resitueront ça dans le contexte)
Pour floating, c'est plus ardu
On peut garder une grille d'interprétation angluche
Floa serait alors une édulcoration de flea, le parasite bien connu
Et ing son participe présent
Nous serions donc en présence d'une méthode, d'un objectif visant à cuisiner les puces
Éventuellement en les faisant frire
Ce qui est raccord avec l'idéologie deconologiste, laquelle vise à nous faire bouffer des insectes ( au prix de la viande d'élevage, je précise)
Voyez, en quelques lignes, l'objectif des escrologistes est révélé
Au grand jour

Écrit par : Kobus van Cleef | 26/05/2022

Kobus van Cleef > De la street food en somme. Je n'en ai pas encore vu les stands dans les rues de ma (presque plus) bonne ville.

Écrit par : Pharamond | 26/05/2022

il paraît que c'est le fin du fin
faut être moudern
très moudern
très très moudern
il m'est arrivé de bouffer de la larve de bambou, croustillante (fallait enlever la peau, ma fille ne me l'a dit qu'après), dans la rue , à Pékin
et de la sauterelle grillée au Mexique (mais je ne sais plus dans quel état), seulement après trois verres d'alcool
au prix de ces denrées, y compris le voyage, s'entend, j'eusse préféré un chateaubriand
ou même plusieurs
et la planète ne s'en serait que mieux portée

Écrit par : kobus van cleef | 26/05/2022

kobus van cleef > Votre fille est taquine. Personnellement je n'ai mangé que des vers de farine et des grillons... et c'est aromatisation qui fait tout.

Écrit par : Pharamond | 26/05/2022

-- Majesté[s][1], la populace commence à sourdement gronder, qui ose se plaindre de n'avoir plus les moyens de se nourrir. Leurs discours ont beau etre confus d'être exprimés en un français correct, on peut les ramener à ceci : "La viande, les pâtes, le pain même sont hors de prix, et encore, quand on en trouve." Je vous passe les réflexions sur le prix de l'énergie. C'est vrai que nous organisons judicieusement toutes les pénuries ; c'est vrai aussi que nous faisons le nécessaire pour obliger ces manants[2] à financer notre admirable et nécessaire transition écolo-euro-davossienne vers un monde délivré de tous ces riens inutiles et surnuméraires ; mais que pouvons-nous leur répondre pour les calmer momentanément ? Vous le savez, ils sont krons, mais ils ont encore le nombre pour eux, même s'ils ne l'ont toujours pas compris.
-- S'ils n'ont pas ni pain ni pâtes ni viande, qu'ils bouffent des insectes.
-- Et si cette réponse taquine ne les apaisait pas ?
-- Dans ce cas, faites tirer à vue. Ils ne réagiront pas : ils sont déjà morts.

[1] Au singulier, s'agit de foutriquet 2.0 ; au pluriel, s'agit de ses marionnettistes.
[2] Au sens propre, très bientôt.

Écrit par : Blumroch | 26/05/2022

Blumroch > Il aura aussi du criquet halal et du scarabée kasher ?

Écrit par : Pharamond | 26/05/2022

@Pharamond : Mon ancienne fiancée, du peuple élu, s'amusait fort de l'existence de miel kasher.
J'imagine peu les sémites -- quels qu'ils soient -- rendre compatibles les insectes avec leurs lubies rituelles, mais dans un monde où tout est possible...

Écrit par : Blumroch | 26/05/2022

Blumroch > Saigner un hanneton ne doit pas être aisé.

Écrit par : Pharamond | 26/05/2022

Écrire un commentaire