statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2021

Chronique du temps de la Covid-19 (94)

Samedi 16 octobre c'est ma treizième participation à la manifestation anti pass sanitaire.

Ciel bleu et température printanière quand je rejoins M. et Philippe Dubois place de la Bourse vers 14h30. En arrivant je discute quelques minutes avec le fils d'une collègue que j'avais déjà vu aux manifs précédentes, toujours en pleine discussion visiblement passionnée avec ses voisins. Peu après, quand un organisateur annonce qu'avant de défiler il y aura un spectacle de vives protestations se font entendre et une bonne moitié des manifestants forment un cortège qui part sans nous. Le spectacle, une théâtralisation muette du danger de la vaccination, tient de la kermesse scolaire, n'apporte rien et s'étire un peu, aussi nous sommes bien contents quand nous quittons enfin la place. On nous annonce que nous allons faire un parcours tenu pour l'instant secret – toujours cette crainte des antifas – et que nous allons nous arrêter devant les terrasses des cafés où des personnels soignants suspendus vont expliquer aux consommateurs notre démarche. M. et moi appréhendons ce que nous prenons pour une culpabilisation contreproductive des utilisateurs de passes. Et c'est parti pour les quais et un premier arrêt devant des terrasses. En fait les orateurs mettent les formes et expliquent sans agressivité leur situation. Après la surprise de départ les consommateurs retournent rapidement à leur conversation et ne montrent guère d’intérêt pour nous. Nous repartons, un peu plus loin une organisatrice propose de faire un accroc au parcours déclaré et d'aller devant les terrasses de la place Saint-Michel généralement fournies en clientèle. Nous y allons suivis par une voiture de police. Sur place nouveaux speeches puis danses improvisées. J'en profite pour essayer de nous dénombrer : nous ne devons pas être plus de 150. Les consommateurs, là encore, sans être agressifs ne semblent aucunement concernés. Nous rejoignons ensuite le trajet annoncé à la préfecture, soit le cours Victor-Hugo et la rue Sainte-Catherine avec un ultime arrêt devant des terrasses où cette fois nous avons droit à quelques mouvements de sympathie et deux ou trois applaudissements. Puis c'est à la place de la Victoire où je quitte la manifestation avant sa dispersion pour rentrer chez moi.

Commentaires

La bonne moitié des manifestants, partie avec l'extrême gauche a pris un itinéraire non déclaré.
Les gauchos nous traitaient de collabo
Ils se sont fait nasser par les flics cours Alsace avec sortie possible en montrant ses papiers et ils ont pris 135 euros d'amende.
Donc, hier, ils étaient avec nous et sont restés discret.
J'ai discuté avec l'un d'eux qui se moquait ds danses en disant que ça ne servait à rien
Je lui ai répondu qu'il n'avait pas tort, mais que prendre 135 balles d'amende ne servait pas à grand chose non plus.

Écrit par : Philippe Dubois | 24/10/2021

@Philippe Dubois

Il est totalement inutile d'argumenter avec un gaucho à propos de quoi que ce soit.
Il y a un vice de la pensée qui dépasse toutes les échelles de la connerie ordinaire: ils ne voient pas ce qui est mais ce qui DEVRAIT ETRE (selon eux) et agissent comme si c'était déjà là.
Ca explique très bien que Pol Pot n'a été coupable de rien mais a simplement été "mal compris" :-(

Écrit par : realist | 24/10/2021

Philippe Dubois > Tellement discret que je n'en ai pas remarqué un seul. Peu importe ça a fait du mal en plus.

Écrit par : Pharamond | 25/10/2021

Écrire un commentaire