statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2021

« On veut pas mourir ! »

cmd.jpg

« On veut pas mourir ! »

Personne ne veut mourir mais jusqu’à il n’y a pas si longtemps, tout le monde en Occident comprenait que c’était inéluctable et chacun s’en accommodait d’une façon ou d’une autre.

Une des plus belles œuvres de l’art occidental exprime ce sentiment. « Le Chevalier, la Mort et le Diable » de Dürer, réalisée en 1513.

Le Diable essaie de se saisir du chevalier tandis que la Mort lui rappelle que son temps est compté. Le chien, courant sous son cheval en le fixant, guette le moment où il finira par abandonner sa monture. En dépit de ce triangle qui l’enserre, le chevalier regarde fixement l’horizon avec un sourire narquois. Sa volonté défie l’inéluctable.

Les Boomers ont totalement inversé cette conception de la vie en rejetant l’idée même de la mort. Le passé et ses obligations de transmission ont été liquidés, le futur réduit à un présent perpétuel où il faut se divertir. La culture festive actuelle qui découle de Mai 68 n’est rien d’autre qu’un rituel de conjuration de la mort. Jusqu’au Covid19, nous croulions sous les festivals permanents et l’obligation de faire la fête entourés d’ahuris.

Les confinements que nous affrontons en ce moment, ceux qui nous privent d’agir et d’être, n’auraient jamais été possibles sans le poids politique et culturel énorme des Boomers dont la peur de la mort détermine cette insanité dans laquelle nous sommes plongés.

Cette génération qui a détruit l’Occident en 50 ans ne veut pas crever et entend nous le faire savoir chaque jour.

(DP)

Source : Hitza Hitz

 

Commentaires

c'était encore sur le marché d'hier
des gros lards du parti des travailleurs qui demandaient des vaccins
non, qui sommaient la gubernature d'arroser le pays de vaccins
mais, interrogés, ils ne voulaient pas le spoutnik
pourquoi donc, amis travailleurs? (pour vous situer, le PT, c'est les syndicalistes progressistes -ceux qui touchent une enveloppe moins conséquente que les autres de la part du gubernamen,, donc ils sont un peu plus remontés que les autres, mais on peut les acheter comme le PS avait acheté le mec de Florange il y a bien 6 ans, dans l'est, et comme ils touchent moins, ils sont moins, déjà que le syndicalisme en France, bon) c'est un vaccin idéologiquement pur
bin non, ils n'en voulaient pas, pur ou impur, sur le plan idéologique s'entend, pas de vaccin venant de la patrie des travailleurs
de toutes façons, les syndicats se branlent du sort des travailleurs, on a vu (cf supra) quel prix était le leur, lors des zeuropéennes passées, dans l'est de la France
ce qui les fait jouir c'est les réformes sociétales, et les gentils zimmigris
bref pour en revenir à mes gugusses du PT, ils couinaient en me montrant leur revue du mois (quadrichromie, pleine page, ha pour se faire de la pub, on s'en cague de la planète) et là, photo des manifestants, tous des vioques en surpoids, l'archétype des professions subventionnées en afrance (éduc naze, fonxion publik, syndicalisme)
à la question "ça vous gène pas que vos mandants soient gras comme des moines?", ils n'ont rien trouvé à répondre

Écrit par : kobus van cleef | 08/03/2021

kobus van cleef > Vous avez déjà lu le magazine édité par un syndicat ? C'est consensuel et progressiste en diable avec évidemment le patronat comme ennemi, mais un patronat en tant qu'entité abstraite, à combattre pour le bien du salarié tout en prenant soin de ne pas nommer les choses, les complicités, les lobbies, les liens contre-nature, les vrais coupables, etc. Du vent sur beau papier et tout en couleur, il faut bien utiliser l'argent des cotisations.

Écrit par : Pharamond | 08/03/2021

les cotisations seraient bien en peine d'assurer le minimum minimorum du fonctionnement du syndicat
ce qui met de l'argent dans les rouages, ce qui fluidifie les relations sociales, ce sont d'une part les enveloppes glissées de la part des patrons , et on comprends mieux l'extinction du scandale de l'UIMM il y a une 15aine d'années avec dans le rôle du bouc émissaire Denis Gautier-Sauvagnac, et , d'autre part, le chèque que fait la guibernature une fois l'an aux syndicats dits représentatifs

Écrit par : kobus van cleef | 08/03/2021

On est quand même quelques uns .. 2% !!! a avoir combattu de "l'autre côté" avec cette dite extrême-droite maudite . D' où j' emmerde tousscécons masqués vaccinés bientôt crevés ! Amen ! :-D

Écrit par : EQUALIZER | 08/03/2021

kobus van cleef > Oui, je m'en souviens, quelques têtes sont tombées, sans être innocentes, elle n'étaient peut-être pas les plus coupables.

EQUALIZER > Dommage qu'on soit si peu nombreux, au moins on n'aura pas trop à rougir quand tout se cassera la figure.

Écrit par : Pharamond | 10/03/2021

Les publications syndicales sont un excellent moyen de facturer des biens difficilement quantifiables avec un nombre très important d'intervenants. Pour un comptable créatif c'est open bar.

Écrit par : A.g. | 12/03/2021

Gautier Sauvagnac versait de la main à la main, en liquide
Il avait employé l'expression "fluidifier les relations zoziales"
Ce qui revient à dire "stipendier les bons opposants"
Et c'était vraiment des sommes très conséquentes

Écrit par : Kobus van Cleef | 13/03/2021

On parle de 17 à 20 myons d'€
Pour celà, il morfla en première instance 350000€ d'amende trois ans de gnouf dont un ferme, réduit à 100000€ et un an avec sursis en appel en 2015
L'année suivante ces condamnations seront effacées de son casier

Pas mal, le coup des relations zoziales fluides
Lorsque je prends de l'aspegic (100 mg/j) c'est pour fluidifier les relations entre mon sang et mes artères
Mais y a peu de pognon qui va au secteur pharmaceutique puisque l'aspirine est libre de droits depuis un siècle
En tout cas, ça ne se situe pas entre 17 et 20 myons d'euros

Écrit par : Kobus van Cleef | 13/03/2021

A.g. > Des factures on peut toujours en faire, le problème est sa concordance avec la produit.

Kobus van Cleef > Remarquez, la fluidification par l'argent est une réalité, il suffit de voir comment les choses commencent à gripper dès que la manne se fait plus rare.

Écrit par : Pharamond | 14/03/2021

@Pharamond : (Intrusion) Les choses ne commencent pas à gripper : certaines seulement. Ainsi, le tribut versé aux tribus d'occupants de l'intérieur ne connaît aucune diminution ; la corne d'abondance coule et coulera toujours pour eux jusqu'à extinction ou suppression de ce que les salauds du fisc appelleraient, m'avait-on dit, "la matière imposable".

Écrit par : Blumroch | 14/03/2021

Blumroch > Sans doute, mais le temps de l'argent à profusion est compté.

Écrit par : Pharamond | 14/03/2021

Écrire un commentaire