statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2020

Février trop doux, printemps en courroux

Je ne sais pas si le virus de la Covid-19 est issu d'une expérience de scientifiques farceurs qui a mal tourné ou de l’accouplement d'un pangolin et d'une chauve-souris qui cherchaient à s'occuper en attendant d'être vendus comme viande de boucherie, mais je ne surprendrais personne en disant que cette histoire est lamentable de bout en bout. Encore que le deuxième n'apparaisse pas encore très distinctement et que le chemin qui y mène nous réserve certainement des surprises dont on se passerait volontiers. J’exècre bien évidemment l'idéologie mondialisme et son mélange délétère de christianisme le plus mièvre et de mercantilisme le plus sordide, mais s'il a un aspect positive c'est bien la rapidité de la diffusion de l'information ; or malgré le recul – la maladie est apparue officiellement depuis décembre 2019 – on patauge allègrement. Ça a été : continuons comme si de rien n'était puis tous aux abris, les masques ne servent à rien puis en fait si, la choroquine c'est très dangereux puis un petit peu ne fait pas de mal... et c'est toujours : les symptômes vont de rien au trépas, la mortalité varie selon selon les chiffres, les pays, l'état de santé du malade et peut-être la lunaison... Alors on se confine en s'auto-autorisant à sortir mais pas trop. Et pas question de protester, c'est la guerre, l'union sacré, no pasaran, l'ordre n°270, la dernière cartouche... On sert les fesses et les rangs. Celui qui émet des doutes est un mauvais citoyen, un complotiste, un fasciste.

S'il n'était pas aussi méprisant et néfaste Macron ferait presque de la peine, banquier propulsé à la tête de l’État pour liquider la vieille France et la remplacer par une simple succursale de la Global Village Company comme un DRH doit annoncer la fermeture d'une usine en y mettant les formes il a d'abord été bousculé par les Gilets jaunes ; le Système s'étant légèrement trop avancé sur le pronostic vital du peuple. Surpris et effrayé il a constaté avec ravissement et un peu d'étonnement – dans son monde on ne fait confiance à personne – qu'il pouvait compter sur le soutien indéfectible de ses luxueux laquais médiatiques et des petites mains gantés et lourdes des forces de l'ordre. Et puis ça a été l'imprévisible pandémie – on est au XXIe siècle tout de même – qu’aussi incompétent et que mal conseillé il gère à la petite semaine. En fait il a raison sur certains points  : il faut penser printemps parce qu'on n'en profitera pas beaucoup, et nous sommes bien en guerre, mais en mai 40.

Commentaires

oui je vois beaucoup de salopes profiter de la crise pour avancer leur agenda dégeulasse. J'aimerais beaucoup que ceux qui veulent – avec milles raisons – faire tomber ce régime se sentent inspirés aussi. Que Macron finisse son mandat en slip c'est le minimum

Écrit par : Dia | 02/04/2020

Dia > Dans ce panier de crabes que constitue la clique dirigeante actuelle la solidarité et le front commun ne sont que de façade, constitués uniquement contre la population. Si Macron n'est plus sauvable tous ses "amis" d'aujourd'hui non seulement le lâcheront, mais le chargeront d'autant plus qu'ils voudront s'alléger eux-mêmes.

Écrit par : Pharamond | 02/04/2020

Écrire un commentaire