statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2019

Musique (517)

Отава Ё (Otava Yo)

Яблочко (Petite pomme)

Tautumeitas & Auļi

Aulejas klezmers

Hrdza

Štefan

 

Commentaires

@Pharamond : Fort sentiment d'étrangeté, à voir les images plus encore qu'à écouter les airs. Le contraste avec ce qui nous entoure est... saisissant.

En avant pour les probables derniers musicalmars de l'année. ;-)

[Musicalmar [néo]situ]
Le *George Orwell devant ses calomniateurs* publié anonymement par les Editions de l'Encyclopédie des Nuisances contient quelques vérités aussi évidentes qu'intemporelles. En voici quelques exemples :
//
Parmi tant d'aimables caractéristiques, le XXe siècle aura eu celle d'inaugurer l'ère de la falsification à grande échelle.
(* C'est "à grande échelle" qui compte ici. *)
//
Si l'école stalinienne de la falsification reste un modèle pour notre époque, c'est par son objectif principal, plus encore que par ses procédés particuliers. On sait, en effet, que la propagande totalitaire n'a pas besoin de convaincre pour réussir et même que ce n'est pas là son but. Le but de la propagande est de produire le découragement des esprits, de persuader chacun de son impuissance à rétablir la vérité autour de soi et de l'inutilité de toute tentative de s'opposer à la diffusion du mensonge. Le but de la propagande est d'obtenir des individus qu'ils renoncent à la contredire, qu'ils n'y songent même plus.
Cet intéressant résultat, l'abasourdissement médiatique l'obtient très naturellement par le moyen de ses mensonges incohérents, péremptoires et changeants, de ses révélations fracassantes et sans suite, de sa confusion bruyante de tous les instants.
Cependant, si chacun, là où il se trouve, avec ses moyens et en temps utile, s'appliquait à faire valoir les droits de la vérité en dénonçant ce qu'il sait être une falsification, sans doute l'air du temps en serait-il un peu plus respirable.
(* Le dernier paragraphe trahit un optimisme délirant. *)
//
On commence par assener au lecteur, en gros caractères, une "information" sensationnelle. Et peu importe que la démonstration qui suit tienne ou non debout : s'adressant à un public dont on présuppose qu'il ne prendra pas la peine de lire, il est inutile de prendre celle d'écrire. Ce qui compte, c'est la sensation, justement, le plaisir trouble pris à voir briser une "icône", et ravaler au rang de l'opportunisme le plus banal une figure qu'on croyait exemplaire de "la pensée radicale du vingtième siècle". Ainsi, personne n'étant en définitive irréprochable, chacun pourra se dire qu'après tout il n'est pas plus méprisable qu'un autre dans ses accommodements et n'a pas de leçon à recevoir de tous ces gens du passé. C'est un plaisir que goûtent depuis assez longtemps déjà les intellectuels de pointe, grands briseurs d'icônes, et qu'il est bon de démocratiser comme le reste de la culture.
(* On ne peut plus dire à une crapule : "Misérable, tes ancêtres te regardent !" *)
//
Autant que par ceux qu'elle diffame, une époque se juge par ceux qu'elle honore, et par la manière dont elle les honore. On a ainsi vu récemment, à l'occasion de sa panthéonisation, l'escroc Malraux loué par tous les modernes, non quoique imposteur, mais justement parce que imposteur.
(* Incidemment, l'EDN oublie, ou ne sait pas, ou ne veut pas savoir, que Jean Bourdier avait déjà réglé son compte à Malraux l'imposteur dans *Les marchands de légende*. *)
//
On nous mène donc, de surprise en surprise, vers un tel perfectionnement de nos connaissances historiques qu'il ne subsistera bientôt plus rien de ce que, nous fiant à ce qui était universellement admis, nous pensions naïvement certain. [...] La perte du jugement historique, dont l'exercice reposait sur des connaissances et des intérêts également ruinés de nos jours, s'accompagne en guise de compensation d'un furieux moralisme rétrospectif. Au mépris de toute connaissance des faits réels, des enjeux historiques, de toute intelligence de ce que sont le mouvement et l'unité d'une vie dans une époque, on isolera et montera en épingle un épisode (inventé au besoin), le plus souvent une vétille, et on construira là-dessus toute une "théorie" arbitraire, de préférence psycho-logico-morale. On peut de cette manière passer l'histoire entière à la moulinette des catégories idéologiquement correctes du moment. Soumis à un tel traitement, on voit d'ailleurs ce que sont devenus les manuels scolaires censés servir à l'enseignement de l'histoire, où il ne subsiste plus grand-chose de ce soubassement indispensable de la connaissance historique qu'est la simple chronologie.
(* Discours bien... réactionnaire. *)
//
Quoique les modernes soient de grands iconoclastes à retardement (ils mettent toute leur énergie à récuser les autorités du passé, sans rien en garder pour celles du présent), le procédé en question peut également servir dans une veine que nous appellerons celle de l'éloge calomnieux, qui permet tout aussi arbitrairement de trouver à ceux dont on parle des mérites en accord avec les besoins de l'orthodoxie intellectuelle régnante.
(* On ne saurait mieux dire que les éloges décernés par certains sont du bruit sans la moindre signification. *)
//
"Les journalistes écrivent, parce qu'ils n'ont rien à dire ; et ils ont quelque chose à dire, parce qu'ils écrivent." Que peuvent-ils donc dire et que leur reste-t-il ? La psychologie à la moderne, qui les autorise à affirmer qu'un salaud est au fond quelqu'un de bien, qu'un homme honnête n'est en fait pas si probe qu'il en a l'air. Avec de telles mises "à plat" et "en perspective", on se flatte de respecter la "complexité" de la vérité, son caractère "éclaté", alors qu'en réalité on la met en pièces, on la "déconstruit" comme disent certains, bref on la décompose. Et comme tout se vaut dans ce no man's land de l'insignifiance, on peut jongler sur le mode du badinage mondain avec des morceaux d'informations et des fragments de truquages, comme n'importe quel internaute naviguant sur les réseaux télématiques, débarrassé de la cohérence et de la logique par la pensée virtualisée.
//
"Le plus effrayant dans le totalitarisme n'est pas qu'il commette des "atrocités", mais qu'il détruise la notion même de vérité objective : il prétend contrôler le passé aussi bien que l'avenir."
(* Là, c'est une citation d'Orwell. *)
//
Par un paradoxe que je m'explique mal (mais je ne suis pas très malin), situs et néo-situs persistent à être nos ennemis, et radicaux encore, quand ils devraient, s'ils étaient cohérents, être dans notre camp, ou tout au moins ne pas être dans celui qu'ils défendent malgré tout.

[Musicalmar pour saluer une prémonition]
Me revient en mémoire, je ne sais pourquoi[1], un recueil de textes du grand John Campbell comprenant notamment "La bête d'un autre monde"[2], "Cécité", "Crépuscule", "Suicide", "Elimination" ainsi que la nouvelle qui donne son titre au recueil : "Le ciel est mort". Comment mieux décrire notre situation ?
Je sais, je sais : les titres d'origine ne permettraient pas cette facétie par coïncidence. Pour une fois, hommage aux traducteurs !
Les temps à venir ne nous laisseront sans doute plus le loisir de nous livrer à pareilles facéties.

[1] En fait, si. ;-)
[2] C'est un singulier collectif.

Écrit par : Blumroch | 27/12/2019

Eh oui, ces peuples (pour les vidéos il s'agit dans l'ordre et sauf erreur des Russes, Lituaniens et des Slovaques) n'ont ps (encore ?) honte de leur passé et de leurs traditions.

Les citations bien que datées de plus de 20 ans sont totalement d'actualité, tout est dit et bien dit. Le reste de l'ouvrage est-il aussi clairvoyant ?

Étonnante suite funèbre, en effet.

Écrit par : Pharamond | 28/12/2019

@Pharamond : Décidément, les ravissantes de l'Est sont bien mignonnes. ;-)

C'est un long article, une manière de préface, rappelant que la vérité d'Orwell se trouve plus dans ses livres que dans une anecdote d'ailleurs présentée *très* malhonnêtement par les journalopes de *Libération* et autres. J'ai pris les meilleurs passages ; on en trouve de comparables chez Semprun (le Jeune, pas le paternel socialaud) comme chez Debord -- qui eux aussi, avec les rédacteurs de l'EDN, ont une étrange cécité sur de certains sujets qu'on ne saurait évoquer librement dans un pays de liberté, de libertés et de libres opinions.

N'y manquait qu'une nouvelle intitulée "Assassinat" par un traducteur inspiré, car le suicide ne concerne que les 80 pour cent d'abrutis aveugles ou aveuglés, les autres n'ayant pas vraiment consenti à leur effacement -- mais n'ayant plus l'énergie désespérée pour le faire payer le plus cher possible, faute d'organisation... fasciste ou apparentée. ;-)

Écrit par : Blumroch | 28/12/2019

Oui, et la "pâleur" de leur minois y est sans doute pour quelque chose ;-)

Mais ces passages sont excellents.

"Elimination" peut englober l'assassinat. Pour les 20% je vous trouve bien optimiste ;-)

Écrit par : Pharamond | 28/12/2019

@Pharamond : C'est vrai que la pâleur, chez les vamps, s'impose.

Good point. Mon regard venait de se porter sur *Le suicide français* et le *Portrait de Marianne avec un poignard dans le dos*, ravivant mon énervement face à cette situation de cauchemar.

Hommage à Pareto ; exagération poétique ; fantasme, même !
On doit être plus proche de 5 que de 20, mais cette pensée est vraiment trop déprimante, même pour un esprit noircissique.

Écrit par : Blumroch | 28/12/2019

[Musicalmar de hasard]
J'avais un temps envisagé un jeu des deux images ayant pour solution Jack London. J'aime assez le hasard qui me fait découvrir cette courte et belle profession de foi, "What Life Means to Me", aux accents dignes d'Orwell et de la *common decency* (avec un peu de socialisme... à l'ancienne) :
https://www.marxists.org/archive/london/revolution/ch13.htm
J'aime presque plus cet autre hasard (qui n'en est pas un, sans doute, tant de secrètes correspondances existent entre les auteurs qu'on apprécie) : ce cher anarchiste qu'était Régis Messac avait jugé utile de traduire ces quelques pages sous le titre "Ce que la vie signifie pour moi", quelques années avant sa mort.

"I discovered that I did not like to live on the parlor floor of society. Intellectually I was bored. Morally and spiritually I was sickened. I remembered my intellectuals and idealists, my unfrocked preachers, broken professors, and clean-minded, class-conscious workingmen. I remembered my days and nights of sunshine and starshine, where life was all a wild sweet wonder, a spiritual paradise of unselfish adventure and ethical romance. And I saw before me, ever blazing and burning, the Holy Grail.

So I went back to the working-class, in which I had been born and where I belonged. I care no longer to climb. The imposing edifice of society above my head holds no delights for me. It is the foundation of the edifice that interests me. There I am content to labor, crowbar in hand, shoulder to shoulder with intellectuals, idealists, and class-conscious workingmen, getting a solid pry now and again and setting the whole edifice rocking. Some day, when we get a few more hands and crowbars to work, we'll topple it over, along with all its rotten life and unburied dead, its monstrous selfishness and sodden materialism. Then we'll cleanse the cellar and build a new habitation for mankind, in which there will be no parlor floor, in which all the rooms will be bright and airy, and where the air that is breathed will be clean, noble, and alive."

Le pied-de-biche, ce n'est pas utile que dans *Half-Life*. ;-) Plaisanterie mise à part, on pouvait encore dialoguer, avec des gauchistes de cette trempe, pour lutter contre le talon de fer.

Écrit par : Blumroch | 30/12/2019

[Musicalmar]
Avec la référence donnée *infra*, modeste contribution à l'ambiance festive et ludique qui règne sous les joug et muselière de l'illégitime Foutriquet 2.0 (même si lui ou un autre...) :
https://www.youtube.com/watch?v=fdWJIjoXJDk
Année de transition (expression qui faisait déjà rire Flaubert) du pire vers l'encore plus pire, fort probablement. *Macte animo !*, sans conviction. :-(

Écrit par : Blumroch | 31/12/2019

Blumroch > Oui, avec les vrais hommes de gauche et non avec les gauchistes de salon. Bien qu'il ait chez chaque idéaliste une part inquiétante.

Notre civilisation est montée si haut que même en presque chute libre elle met du temps à arriver au plus bas, mais la pesanteur provoque une accélération alors gare à l'impact.

Écrit par : Pharamond | 31/12/2019

[Musicalmar]
Comme moi, Bonnal tient Maurice Joly en haute estime. Les classiques ont tout -- et mieux -- dit :
https://www.dedefensa.org/article/maurice-joly-et-le-gouvernement-par-le-chaos-vers-1864
Qu'on aille [re]lire les textes disponibles ici, on ne regrettera pas le temps qu'on leur aura consacré :
https://fr.wikisource.org/wiki/Auteur:Maurice_Joly

Écrit par : Blumroch | 02/01/2020

[Musicalmar d'amour, de tolérance et de paix]
Je ne parviens pas à en croire mes yeux : cette... chose est disponible chez ioutube :
https://www.youtube.com/watch?v=kUBXRSK0osI
Je croyais que l'honorable société était censée censurer, au nom de la totale liberté d'expression sur *presque* tous les sujets anodins, ce qui pouvait nuire au radieux développement de la R.A.T.P. En plus, les graphismes ne relèvent plus du retro-gaming mais du prehisto-gaming !
Et comment, avec de simples mots, exprimer ma consternation à voir cette charge *stigmatisante* (et sous-titrée) contre les sympathiques touristes (nouveaux) Suédois, pardon : Vikings :
https://www.youtube.com/watch?v=hvd15Nj_Pzg

Écrit par : Blumroch | 02/01/2020

[Musicalmar extrait du *Baron Noir*]
Mon PC affiche, à chaque démarrage sous DOS ou à chaque ouverture d'une console ligne de commande, une facétie prise au hasard dans d'immenses fichiers de "fortune cookies" (citations plus ou moins exactes et facéties plus ou moins drôles). J'avais écrit pour Vindoze 92 (a.k.a. Windows 3.1) son équivalent pour changer à intervalles réguliers le fond d'écran ; le programme vient de m'afficher cette image :

Case 1 : Depuis le perchoir qui, de manière efficace et radicale, l'isole des contribuables[1], le chef *élu* des moutons[1] s'adresse ainsi à ses pigeons[1] pour les mieux berner en disant une vérité[2] :
-- La situation est claire : d'un côté, il y a nous ; de l'autre, le Baron Noir.

Case 2 : Surgissent l'éléphant et la tortue, les deux intellectuels indispensables pour assurer la nécessaire médiation entre la réalité et ces riens[1] qu'on sait incapables de comprendre une situation sans l'aide *éclairée* et *désintéressée* des journalopes et assimilés :
-- Eh là, eh là !

Case 3 : Lesdits zintellectueeeels (comme disait l'ours du Muppet Show) précisent alors leur pensée, seule adaptée à la *complexité* du monde :
-- Méfions-nous des simplifications !

Le curé (quelle que soit sa religion) se signale par son sens des nuances à l'infini, qui permet de considérer l'ennemi mortel comme un simple adversaire amical. "Monumentale erreur", comme le dit la fille de Jack Slater.

Le *Baron Noir*, c'est gauchiste, mais c'est souvent bien vu. Les auteurs auraient souvent mérité d'être dans le camp d'en face.

[1] Un synonyme interchangeable pour éviter la répétition.
[2] C'est d'ailleurs à ce procédé du "mentir vrai" qu'on reconnaît le véritable expert.

Écrit par : Blumroch | 02/01/2020

Blumroch > Excellent texte en effet et modernité étonnantes des références, il est vrai. Les classiques ont (presque) tout dit, mais n'étant pas des prédictions d'oracles il leur manque les ajustements avec les particularités de notre époque.

On attend l’internaute vigilant qui dans un élan civique et tolérant ira dénoncer cette amusante et surprenante vidéo à M. Youtube.

L'antifascisme issu de l'après-guerre a formaté - et formate toujours - bien des esprits qui ne peuvent concevoir l'opposition au Système qu'à gauche et assimilaient la capital au fascisme nous faisant entrer dans une impasse d'où nous ne sommes toujours pas sortis. Que de gaspillage d'idées et bonnes intentions !

Écrit par : Pharamond | 02/01/2020

@Pharamond : Les ajustements sont inutiles quand on a les bons principes. Dans "Survival Technique"[1], Poul Anderson et Kenneth Gray racontaient comment des Romains astucieux amenés à notre époque se révélaient parfaitement adaptés à l'immonde société ricaine, alors que les universitaires projetés en arrière dans le temps se révélaient parfaitement incapables de se débrouiller.
Les exemples et illustrations adaptés à l'époque, c'est bien, mais c'est accessoire parce que c'est un jeu qu'on peut prolonger à l'infini sans agir. ;-)

[1] *The Magazine of Fantasy and Science-Fiction*, volume 12, number 3, pages 3 to 15, chez archive.org. Y'a une traduction française dans *Histoires à rebours*.

Écrit par : Blumroch | 02/01/2020

@Blumroch

Merci pour ce rappel des classiques: Orwell, London et Maurice Joly qui gagne à être connu.
London s'était présenté pour devenir maire d'Oakland dans la SF Bay Area. La réponse du capital ne s'est pas fait attendre, comme dans les autres centres industriels des US. Voici le cloaque que c'est devenu:
"Le nombre d'homicides est en augmentation : il est passé de 93 à 145 entre 2005 et 2006, ce qui place Oakland en tête des homicides aux États-Unis. La plupart se concentrent dans le sud-ouest de la ville, dans une zone surnommée « Killing Zone ». La violence est alimentée par des gangs armés, principalement composés d'Hispaniques et d'Afro-Américains qui font d'Oakland une des principales villes de trafic de drogue, d'armes et prostitution"
https://fr.wikipedia.org/wiki/Oakland_(Californie)

Écrit par : Sven | 02/01/2020

@Sven : Pas un hasard si Maurice Joly avait fait l'objet d'une énigme :
http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2017/05/29/le-jeu-des-deux-images-269-5948964.html

David Cole fait le portrait de la nouvelle Californie :
https://www.takimag.com/article/settle-for-less-you-white-bastards/
Nous comblerons vite le léger *retard* pris sur nos maîtres ricains, avec le gauleiter de Bruxelles : les nécessaires troupes de supplétifs du Système sont déjà là.

Écrit par : Blumroch | 02/01/2020

Blumroch > A l'infini, ce n'est pas nécessaire, juste par rapport au présent suffit.

Écrit par : Pharamond | 02/01/2020

Je continue dans le HS.
Dans un récent I-média, J-Y. Le Galou rapportait que le quotidien Présent avait présenté ses excuses aux Serbes pour les avoir traité de Serbolchéviques, ce qui était bien vrai puisque Milosevic était le président de la fédération et a été ré-élu.
Je m'étonne de la récente Serbolatrie de notre camp. Elle est sûrement liée à l'arrivée massive de transfuges de la gauche. Non-contents d'avoir asservi les autres peuples du royaume puis de la soit-disant fédération yougoslave, les Serbes ont consciemment provoqué la première guerre mondiale en s'assurant que les Russes les soutiendraient en cas de conflit provoqué par l'assassinat de l'archi-duc François-Ferdinand, comme le rappelle fort justement Dominique Venner dans son Histoire du terrorisme.
Dans le même ordre d'idées, cette émission assez hallucinante du boys band de Soral:
https://www.egaliteetreconciliation.fr/ONLI-Hebdo-15-Les-Ouighours-et-la-rhetorique-anti-Chine-57588.html
Tout n'est pas faux, mais l'à-plat-ventrisme pro-chinois est répugnant. Ces deux débiles y voient un modèle à suivre face au totalitarisme occidental et son contrôle du net. On pourrait les mettre au défi d'aller faire en Chine des émissions anti-gouvernementales. Les épurations ethniques des populations ouïghour et tibétaine n'existent pas même si l'un des imbéciles finit par reconnaître que ces populations sont devenues minoritaires chez elles. Et pourtant, leur situation est bien pire que celle des Palos objet de toutes attentions d'E&R. Et en plus de gêner les Chinois, ils sont sunnites et pas chiites comme les Iraniens qui financent le patron.

Écrit par : Sven | 02/01/2020

Pas trop envie de regarder une production soralienne, mais je fais confiance au Kamerad Sven. Je note au passage que le "Tout n'est pas faux" confirme l'importance, pour faire passer quelques mensonges, de mentionner *aussi* quelques vérités.
Dans les années 90, j'avais croisé quelques notoriétés de "notre" camp qui, méprisables autant qu'incohérentes, ne dédaignaient pas l'argent de l'Iran, de la Corée du Nord, de la Chine et même de l'Intérieur.

Écrit par : Blumroch | 02/01/2020

Sven > D'où qu'elle vienne l'info doit être passée au filtre de son esprit critique. Il a beaucoup de bonnes choses dans le site d'E&R, mais aussi des choses plus suspectes voire carrément délirantes. Leur vision du monde et de l'actualité est déformée par leur antisionisme enragé et l'antiaméricanisme qui en découle ; c'en est parfois grotesque.

Écrit par : Pharamond | 02/01/2020

@ Pharamond

Grotesque, c'est le mot.

@ Blumroch

Je jette un coup d'oeil à E&R de temps à autre. En lisant le titre de la vidéo, je me suis demandé quel numéro d'équilibristes allaient réaliser les clowns pour faire de la Chine un pays de liberté et diaboliser les Ouïghours sans froisser les "misilmans du quotidien". Je n'ai pas été déçu. Pour que la pilule passe, il faut qu'il y ait des éléments véridiques. Bien sûr, il y a des enjeux géopolitiques, il est évident que les Américains ne voient pas d'un mauvais la révolte des Ouïghours, ... En dehors de cela, un numéro de lèche répugnant. Ils ont oublié de mentionner que l'essor économique chinois était dû aux délocalisations et pas au génie industriel des Hans. Cette poubelle à ciel ouvert est, pour ces tarés, un paradis national communiste pour ne pas dire national ... Pour moi, le communisme est un ennemi tout autant que le libéralisme. La route de la soie, prévue pour continuer de nous submerger de produits de mauvais qualité, une aubaine. Raphaël Glucksmann, sous-fifre de la mondialisation, qui incarne, selon eux, la "puissance impériale" et allait être écrasé par l'inarrêtable titan jaune. Quelle mentalité d'esclave! Même si je n'ai pas connu cette époque, j'ai pensé aux gauchistes célébrant le maoïsme ou la chute de Saïgon. Des possédés!

Écrit par : Sven | 02/01/2020

@Sven : Excellent résumé de la situation générale : eux[0], possédés[1] ; nous, dépossédés[2].

[0] Tous ceux d'en face. Au passage, même l'athée peut admettre, par lassitude et par accablement, que nous sommes maudits.
[1] Pas par un esprit très malin -- avec ou sans capitale. La nature a horreur des cervelles vides, qui les comble avec n'importe quoi, aurait dit Aristote dans un texte perdu.
[2] Excellent titre que *The dispossessed majority*.

[Musicalmar]
Une bonne bibliothèque doit toujours contenir quelques livres n'ayant pas encore été lus -- destinés à ne l'être jamais ou à l'être à la faveur d'un hasard comme celui qui me fit ouvrir hier *L'ordre naturel* d'un certain Maxime Laguerre, acheté lors de mon ultime passage chez Mona Lisait à Paris. Les idées, peu progressistes, en sont plutôt bonnes, même si évoquer Bodinat et les moralistes du XVIIe (comme le fait avec une grande hardiesse le site Apophtegme), c'est exagéré. Deux avis également partisans, l'un dans le négatif, l'autre dans le positif, en diront assez :
http://demagogo.chez.com/lag00.html
https://www.persee.fr/doc/noroi_0029-182x_1995_num_168_1_7137_t1_0608_0000_2

Écrit par : Blumroch | 04/01/2020

D'autres vidéos de"Stefan" chantées par Hrdza existent sur le ternet
Une en particulier avec Suzanna Jara, leur chanteuse attitrée ( elle chante aussi pour S.H.A)
Là, elle a des dreads qui lui battent la nuque et le dos et elle ressemble trait pour trait à ma kouzine Sandrine M
Incroyable ce que je peux faire comme fausses reconnaissances, ces derniers temps
Le début de la fin
Bonne année à tous

Écrit par : Kobus van cleef | 04/01/2020

Kobus van cleef > La vidéo de votre "kouzine" sans doute :
https://www.youtube.com/watch?v=q5bao_DtOQ0

Merci pour vos voeux.

Écrit par : Pharamond | 04/01/2020

[Musicalmar]
La Mite garde le silence, mais Cassen, grand comédien, est toujours là pour justifier d'occasionnels passages par ioutube :
https://www.youtube.com/watch?v=sF_K0wvjB_0

Écrit par : Blumroch | 04/01/2020

@ pharamond
voui c'est celle là
quasi son portrait craché
et grande gueule comme toutes les filles de ma famille paternelle
pourtant narbonoïde comme moi, on s'imaginerait pas trouver une similitude slavique quelconque
et pourtant

Écrit par : kobus van cleef | 04/01/2020

Blumroch > J'avoue préférer de beaucoup La Mite, plus inventif.

kobus van cleef > La vie est pleine de surprises ;-)

Écrit par : Pharamond | 06/01/2020

@Pharamond : Un autre genre. Cassen est certes inégal, qui abuse du procédé "Encensons les salauds", mais comme La Mite a presque pris sa retraite...

Écrit par : Blumroch | 06/01/2020

Ou bien prépare-t-il du nouveau, le bonhomme a l'air d'avoir du mal à décrocher.

Écrit par : Pharamond | 06/01/2020

@Pharamond : C'est déjà difficile de réfréner l'envie de commenter sans nécessité... ;-)

Écrit par : Blumroch | 06/01/2020

[Grün Sonne[1]]
Trouvé chez agoravox, ce billet :
https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/ukraine-des-neo-nazis-vendent-des-220619
mériterait de n'être pas un musicalmar et de figurer dans la rubrique "Sont [trop] forts, ces nazis !". A elle seule, l'*évidente* et irréfutable[2] transformation du chiffre 25 en une croix maudite mérite le coup d'oeil. Incidemment, j'ignore si le "smiley" est d'origine, comme j'ignore tout (et veux continuer à tout ignorer) de l'éventuelle question ukrainienne[3]. Le signe "OK" socialiste et national, ce n'était rien.

[1] Ce n'est peut-être pas du bon allemand (mais en est-il seulement ?), mais c'est censé signifier "soleil vert" pour des raisons qui apparaîtront vite.
[2] Au moins autant que l'éléphant, à en croire Vialatte.
[3] Qui semble se poser, à en croire le vertueux agoravox.

Écrit par : Blumroch | 11/01/2020

[Grünner Sonne]
Rien n'est simple.
Dans l'article d'origine cité par le billet d'agoravox, on lit ceci : "Après les avoir traités de «doryphores» (à cause des couleurs du ruban de St Georges arboré par les habitants du Donbass), voilà qu’en Ukraine les néo-nazis font des conserves de «séparatiste» et «d’orthodoxe» comme s’il s’agissait de viande de poulet, de vache, ou de cochon."
Or, dans mon souvenir, en d'autres temps et sous d'autres latitudes, le doryphore, c'était le boche et donc presque toujours le socialiste national[iste].
Décidément, rien n'est simple.

P.S. : A la question "Quelles sont vos *sources* ?" qui tend à remplacer le célèbre "Avez-vous des *textes* ?" de Fustel de Coulanges, voici la réponse :
http://www.donbass-insider.com/fr/2020/01/10/ukraine-des-neo-nazis-vendent-des-conserves-de-separatiste-a-la-creme-fraiche/
http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/allemand3.html
http://www.histoire-en-questions.fr/vichy%20et%20occupation/vie%20quotidienne/doryphores.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Doryphore_(homonymie)
On notera au passage la reprise presque *verbatim* de plusieurs phrases. Si attali n'est pas dans le coup, qui a copié ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/01/2020

Dans les boîtes c'est du pâté de doryphore ou bien je n'ai rien compris ?

Écrit par : Pharamond | 12/01/2020

@Pharamond : Voilà une idée qu'elle est bio et bonne (je n'ai pas dit : savoureuse) : du doryphore au quinoa. ;-)

Écrit par : Blumroch | 12/01/2020

Miam !

Écrit par : Pharamond | 12/01/2020

Écrire un commentaire