statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2019

Musique (509)

Skoll

Campi Elisi

 

Campi elisi

 

Quello che cerchi qui lo troverai, chi vuoi rivedere poi lo rivedrai!

Dove tutto è pace e dove la tua voce è atomi di luce e chi ha creduto si riunisce!

 

Dove il mio cane dorme al sole del tramonto

E fa sogni tiepidi mentre i cavalli corrono

Dove le tue mani sono come api che si posano lievi

Tra fiori e verdi prati mossi da un vento caldo!

 

Come ampie onde spinte da Nettuno

Acque più profonde dove chi ha creduto

Chi ci ha preceduto ha trovato pace

Quella pace che la terra gli ha negato!

 

La meglio gioventù del '15-'18

I ragazzi di Tobruch lanciati nella guerra

Mio nonno che mi abbraccia, mi sorride

Ed io che non riesco a piangere più!

 

Quello che cerchi qui lo troverai, chi vuoi rivedere poi lo rivedrai!

Dove tutto è pace e dove la tua voce è atomi di luce e chi ha creduto si riunisce!

 

Dove il mio cane dorme al sole del tramonto

E fa sogni tiepidi mentre i cavalli corrono!

 

(Source : Archivio non conforme)

 

Champs Élysées

 

Ce que tu cherches ici, tu le trouveras, tu le reverras !

Où tout est paisible, où ta voix est atomes de lumière et ceux qui ont cru se rejoignent !

 

Où mon chien dort au soleil couchant

Et fait de beaux rêves pendant que les chevaux courent

Où tes mains sont comme des abeilles qui se posent légèrement

Entre les fleurs et les prés verts agités par le vent chaud !

 

Comme de larges vagues poussées par Neptune

Des eaux plus profondes où ceux qui ont cru

Ceux qui nous ont précédés ont trouvé la paix

Cette paix que la terre lui a refusée !

 

La meilleure jeunesse de "15-18"

Les garçons de Tobrouk lancés dans la guerre

Mon grand-père me serre dans ses bras, me sourit

Et moi qui ne peux plus pleurer !

 

Ce que tu cherches ici, tu le trouveras, tu le reverras !

Où tout est paisible, où ta voix est atomes de lumière et ceux qui ont cru se rejoignent !

 

Où mon chien dort au soleil couchant

Et fait de beaux rêves pendant que les chevaux courent !

 

(Traduction Reverso & Pharamond)

Commentaires

@Pharamond : Entre la musique et les paroles d'une violence insoutenable, j'ai un net *ressenti* de CasaPound et de fa^H^Hromanité antique façon *Gladiator*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/10/2019

J'aime bien la musique italienne dite "alternative" , bien supérieure à la nôtre presque disparue d'ailleurs. Skoll est l'un de ses meilleurs représentants actuels et la langue italienne est si belle.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2019

[Musicalmar]
Signalement au CSA^H^H^HGCetYA :
https://www.youtube.com/watch?v=iQFsUUeJ7rA

Écrit par : Blumroch | 10/10/2019

Excellent ! A 100% d'accord sauf sur le changement de cibles par les islamistes. Ces gens-là sont bêtes et méchants et leur conscience politique celle d'un bacille en fin de vie.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2019

@ Pharamond

Je suis bien d'accord avec vous. Sköll est excellent. J'aime bien aussi Antica Tradizione
https://www.youtube.com/watch?v=YQ3MmeFna8o
ou le très éclectique Sotto Fascia Semplice
https://www.youtube.com/watch?v=H8J7F3ZcwEM

Écrit par : Sven | 12/10/2019

[Musicalmar]
Longtemps, comme tout le monde, je n'ai connu Gabriel Sénac de Meilhan que par son honorable roman *L'émigré*. C'est grâce au *Purgatoire* de Pierre Gaxotte que j'avais appris l'importance d'un petit ouvrage éclairant intitulé *Des principes et des causes de la Révolution en France*, paru en 1790, qui mettait l'auteur, avec Rivarol et Burke (évidemment bien plus essentiels), au nombre des chroniqueurs contemporains d'une histoire désespérante. Ne retrouvant plus mon exemplaire de l'édition Desjonquères, je lance à tout hasard une recherche Gougueule qui m'amène à cette page et à ce site :
http://www.leboucher.com/vous/senac/meilhan.html
Quelques extraits qui pourraient donner envie d'y aller voir :

"La plupart des historiens ressemblent à ces joueurs, qui notent et racontent le nombre des coups en gain ou en perte, tandis que le géomètre analyse le fond d’un jeu, fixe les chances et les désavantages, et n’a pas besoin de savoir des événements qu’il a en quelque sorte prévus."

"Necker, sorti récemment du bureau d’un banquier, et sans connaissance des formes de l’administration, sentit que son élévation serait vue avec peine par les magistrats, bien supérieurs à lui par leur état et leur capacité. Il supprima les intendants des finances qui avaient des rapports journaliers avec lui, et pouvaient pénétrer le secret de son incapacité en affaires. Il chercha à diminuer l’autorité des intendants, et à écarter ceux qui, par leurs talents et leur réputation, pouvaient prétendre à lui succéder."

"Un ordre fut institué en Amérique pour les défenseurs de la liberté, et le roi souffrit que ses courtisans portassent cet ordre, monument de l’indépendance d’un peuple soulevé contre son ancien gouvernement. La paix se fit, et douze cents millions de dettes, avec une perte d’hommes immense et plus forte que celle des campagnes de terre, fut le résultat d’une guerre qui ne pouvait produire aucun avantage à la France, d’une guerre mal à propos entreprise par l’Angleterre et la France, et dont les effets nécessaires feront, d’ici à deux siècles, les destins des quatre parties du monde. La guerre d’Amérique renversa ainsi à la fois, en France, les têtes et la fortune publique."

"Je vais résumer en peu de mots les principes d’une si étonnante Révolution, épars dans le cours d’un siècle.
La faiblesse qui caractérise le dernier règne ; l’oubli des principes ; la hardiesse des écrits ; l’indignation excitée par le règne dissipateur et scandaleux d’une courtisane ; les rigueurs exercées contre la magistrature ; l’inapplication du monarque aux affaires ; la négligence à punir et à récompenser, sont les premiers germes de la fermentation des esprits et du mépris de l’autorité. Ensuite, sous le règne actuel, le rétablissement impolitique des parlements; la suppression de l’étiquette à la cour ; le changement perpétuel de système dans l’administration ; l’indifférence pour le choix des ministres; leur imprévoyance et leur incapacité ; l’établissement des assemblées provinciales; les innovations dans la discipline militaire; le découragement qu’elles ont inspiré aux troupes ; la domination de quelques sociétés ; la guerre de l’Amérique ; les écrits de Necker ; l’assemblée des notables, ont développé ces germes et hâté la Révolution. Le désordre des finances en fut l’occasion, l’assemblée des notables, le principe, et Necker la cause immédiate."

Écrit par : Blumroch | 12/10/2019

@ Blurmoch

Encore un auteur méconnu (de moi) que vous nous faites découvrir. Vous auriez dû créer votre maison d'éditions ou au moins lancer une collection rééditant les écrivains maudits.

Écrit par : Sven | 13/10/2019

@Sven : Eh eh, "comme tout le monde" était une facétie. ;-)

Vous n'y pensez pas sérieusement. Aurais-je fait cela qu'un Duconno[1] quelconque m'aurait accusé de *rentabiliser* ma bibliothèque[2] ! ;-)

Au reste, je crois que cela existe déjà, dans une certaine mesure. De manière probablement un peu moins judicieuse que sous ma direction[3], mais bon, quelle importance ? ;-)

Plaisanterie mise à part : non seulement je suis *nihiliste*, mais encore nous sommes en *France*. La composition de *Mauvaises lectures*[4], une anthologie formée d'extraits pris aux auteurs maudits comme aux auteurs classiques n'aurait en rien remédié à notre chute. Suffit de voir le sort des meilleurs du passé, tous oubliés ou pillés. Rien n'est pire que les bons conseils et bonnes analyses négligés. Et puis, rien n'est triste comme un bon livre attendant d'être tiré du néant par un honnête lecteur. Aucun spectacle n'est plus déprimant que celui des libraires et bouquinistes. *Mutatis mutandis*, c'est la réponse de Xerxès à Artabane s'étonnant de ses larmes alors qu'il contemple "l’Hellespont couvert de vaisseaux, le rivage entier et les plaines d’Abydos remplis de gens de guerre" :
"Lorsque je réfléchis, répondit Xerxès, sur la brièveté de la vie humaine, et que de tant de milliers d’hommes il n’en restera pas un seul dans cent ans, je suis ému de compassion."
A notre sinistre époque, composer de bons, voire d'excellents livres, est parfaitement inutile. Entre ceux qui ne les ouvrent pas, ceux qui ne les comprennent pas et ceux qui n'en tirent pas les leçons...

Et puis, je ne suis pas un intellectuel, moi. ;-)

Y'a quand même un progrès : avant de sévir sur le blog de Pharamond, je ne recommandais mes mauvaises lectures préférées qu'à trois ou quatre personnes choisies ; aujourd'hui, ce nombre s'élève sans doute à une vingtaine d'involontaires victimes ! ;-)

[1] Qui va évidemment voir dans cette *pique* de rappel la marque d'un grand intérêt paradoxal. Ah, la métapsychologie, c'est bien l'apanage du crétin. Et d'ailleurs, si on donne ici dans la métamétapsychologie...
[2] Sans d'ailleurs se demander comment on compose une bonne bibliothèque au fil des années.
[3] Affaire de personnalité, sans doute.
[4] Voyez, j'avais déjà le titre. ;-)

Écrit par : Blumroch | 13/10/2019

[Musicalmar]
J'ai récemment offert à mon épouse mélomane une version du *Couronnement de Poppée* de Monteverdi enregistrée à Salzbourg sous la direction musicale de William Christie. L'admirable morceau de bravoure final à peine achevé, je suggère de jeter un oeil, par curiosité, au DVD qui accompagne les 3 disques. *Très* mauvaise idée : nous découvrons qu'à Salzbourg comme à Bayreuth, c'est le règne du metteur en scène aimant les fausses audaces modernistes malsaines :
https://www.youtube.com/watch?v=quhXDVX6jjA
La même Sonya Yoncheva avait participé à une version un peu moins vomitive du même opéra :
https://www.youtube.com/watch?v=3SuzLj2aoys
Je me demande toujours pourquoi des individus talentueux acceptent, même pour le fric, de participer à de tels crimes, comme je m'étonne que certains aillent encore voir de tels *spectacles* sans emporter des lunettes noires, très noires.
Back to Wagner... sans les voix et sans les images !

Écrit par : Blumroch | 13/10/2019

Sven > Et il ne faut pas oublier 270bis
https://www.youtube.com/watch?v=fhwHsfzsT4A

Blumroch > Le talent quel qu'il soit n'est qu'un aspect de la personnalité. Trop souvent nous sommes éblouis par une disposition d'un individu et cette "lumière" nous empêche de voir le reste. Le voulons-nous d'ailleurs ? Le domaine de la musique dite classique n'échappe pas à la règle. Ceux qui la composent sont en plus coupés du monde réel par leur milieu et leurs revenus et côtoient une population cosmopolite et les puissants de la planète. Que voulez-vous attendre d'eux ?

Écrit par : Pharamond | 13/10/2019

@Pharamond : Je ne suis pas ébloui par les talents des uns et des autres, sachant que d'une part la proportion des imbéciles est la même dans tous les groupes, et que d'autre part la maîtrise d'un domaine n'est pas synonyme de bon sens général (ainsi, je connais un physicien brillant... qui croit les désinfos politiques et économiques diffusées par la chaîne Arte !). Et je ne pensais pas qu'aux seuls musiciens : c'est la participation de gens compétents à des entreprises stupides, dans toutes sortes de projets, qui m'étonne encore.

Écrit par : Blumroch | 13/10/2019

@Blumroch

Les gens compétents passent de nombreuses années sur les bancs de l'école, de l'université, des grandes écoles, ... Plus on étudie longtemps, plus on est soumis au formatage du système. Ce n'est pas pour rien qu'on nous rabâche que les sous-diplômés votent pour l'extrême droite. Même en science, on ne peut échapper à la propagande car il y a les cours de langue, de communication, de sciences humaines, ... Il est dit que les gens intelligents lisent Le Monde et regardent Arte. Et donc beaucoup se plient à cette injonction. Comme ils obéissent à celles de cracher sur les méchants sans avoir jamais ouverts leurs livres.
Cela donne des situations cocasses. Un jeune docteur arrive au boulot au même moment que deux collègues et moi un lendemain d'élections où le FuN a recueilli 25% des suffrages. C'est dingue de penser qu'un d'entre nous a voté pour le fascisme nous dit-il. Comme il s'agissait d'un jeune scientifique, je lui demande s'il se souvient des probabilités conditionnelles et s'il reste persuadé que la proportion est la bonne sachant que les personnes qu'il côtoie travaillent pour le CNRS et l'université. Petit silence gêné, ma réaction étant àla limite du supportable en ce jour de deuil républicain.
Un autre collègue m'a affirmé qu'il était normal qu'il y ait beaucoup de noirs à Nantes et Bordeaux car ces populations s'étaient installées à l'époque du commerce triangulaire. Je suis presque sûr qu'il a entendu cette énormité sur Arte.

@ Pharamond

Oui et pas mal d'autres comme Zeta Zero Alfa, Hobbit, ...

Écrit par : Sven | 13/10/2019

@Sven : J'ai beaucoup lu, et j'ai passé quelques années à [faire semblant d']étudier à la Sorbonne : pourtant, je suis resté un *primaire* allergique à la propagande. Par quel *miracle* ? ;-)
Explication *brillante* que celle qui rend compte de la présence de toutes ces *lumières* noires à Bordeaux ! Les demi-habiles d'Arte ne décoivent jamais.

Écrit par : Blumroch | 13/10/2019

Blumroch > L'explication est la même : la compétence dans un domaine n'est qu'une petite partie de l'individu. Les gens ne cherchent que le confort qu'il soit matériel ou intellectuel. Si on en reste à ce seul but leur participation à des entreprises qui leur fournissent ce dont ils ont besoin n'a pour eux rien de stupide. La société s'effondrerait-elle ? Ce ne serait pas de leur faute et avec un peu de chance ils s'en iront sous des cieux plus clément ou alors essaieront de négocier avec le pouvoir qui arrivera quel qu'il puisse être.

Écrit par : Pharamond | 13/10/2019

@Pharamond : C'est bien désolant. On ne fait pas une civilisation avec des gens de cette espèce. On ne peut même plus rêver au retour des 47 ronins en chevaliers désireux de venger la mort de l'Occident assassiné. :-(
J'aime bien le confort intellectuel à la façon de Marcel Aymé, mais pas à n'importe quel prix.

Écrit par : Blumroch | 13/10/2019

Oui, c'est désolant et plus encore. Mais ces gens-là ne veulent pas faire perdurer une civilisation ils prétendent incarner "la"civilisation.

Écrit par : Pharamond | 14/10/2019

@Blumroch

Sûrement parce que vous avez beaucoup lu. Il me semble que nombre d'experts dans un domaine sont globalement incultes. Ils ont réussi selon les critères du système. Et ils cachent cette inculture derrière la répéitition des dogmes transmis par les références que sont l'immonde, arte, ... Ils restent de bons élèves qui font plaisir à leurs maîtres. Tant que les élites ne sont pas dévoyées, tout se passe bien. Dans la situation actuelle, ...
Heureusement qu'il reste des individus imperméables à cette propoagande.

Écrit par : Sven | 15/10/2019

@Sven : J'avais *déjà* beaucoup lu *avant* khâgne et Sorbonne. Et comme le confirmeraient mes Mauvais Parent 1 et Mauvaise Parente 2, j'étais aussi *déjà* méchant[0]. ;-)
Plaisanterie mise à part, cette étonnante résistance innée d'environ 20[1] pour 100 des populations mériterait une étude : je suis certain qu'existe un gène de la servitude.

[0] Au point parfois de choisir des cours donnés par des Méchants.
[1] Je sais, c'est un hommage à Pareto et je fais semblant d'être optimiste : 5 pour 100 serait une estimation plus réaliste.

Écrit par : Blumroch | 15/10/2019

C'est *Conjure Wife*, un roman de Fritz Leiber, qui m'avait incité à écouter Scriabine[1], compositeur dont je ne connaissais alors que le nom. Voici une pièce méditative jouée par le grand (et trop méconnu) Ivan Ilic :
https://www.youtube.com/watch?v=20RL-wOvTF4
Un Ilic qui a deux mains droites :
https://www.youtube.com/watch?v=f7lsDbuy-MU

[1] Très bien servi par le talent de Xiayin Wang aussi, soit dit en passant.

Écrit par : Blumroch | 15/10/2019

L'étrange blog de l'étrange Wendy est parfois instructif, à condition d'ignorer les commentaires. Celui-ci, exercice littéraire uchronique sans doute, mérite toutefois d'être signalé[1] :
http://www.wendy-leblog.com/2019/10/destabilisation-generale-en-temps-de.html?showComment=1571132747694#c6490622178444033217
Robert Beauvais avait rédigé un parallèle semblable, *mutatis mutandis*, dans son *Pigeon vote !*.
[1] Je ne dirai pas pour quelles raisons, lesquelles sont *diverses*, *multiples* et même *plurielles*.

Écrit par : Blumroch | 16/10/2019

Blumroch > Sauf que le nazisme est pure doctrine alors que les néo-français sont un mélange ethno-religieux de population que nous avons colonisée et de surcroît pauvre. C'est très important la pauvreté dans un monde où le faible a dans les discours toujours raison.

Écrit par : Pharamond | 16/10/2019

@Pharamond : Quelqu'un a fort bien dit qu'on devrait protéger les forts contre les faibles. Le nombre, toujours le nombre, et le chantage, toujours le chantage.
Les roboratifs éditoriaux de Pauwels n'auront servi à *rien*. Quant aux bons livres du passé... :-(
Je vais retourner aux non-musicalmars. ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/10/2019

Depuis des décennies les discours aussi étayés et subtils puissent-ils être ne nous ont servi à rien. Nous allons de défaites en défaites jusqu'à, non pas la défaite finale, mais l’annihilation pure et simple. Mais je sais que contrairement à ce que pense l'opinion générale les combats d'arrière-garde ont aussi leur noblesse.

Écrit par : Pharamond | 17/10/2019

Faut décidément que Jean Raspail nous donne un ultime roman ayant pour titre *Pharamond*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/10/2019

C'est très aimable, mais le héros de "Sire" de Raspail se nomme déjà Philippe Pharamond de Bourbon ;-)

Écrit par : Pharamond | 17/10/2019

@Pharamond : Celui de Raspail incarne encore une forme d'espérance, quand *Pharamond des nobles causes perdues* serait plus lucide et même plus *réaliste*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/10/2019

Excellent. Merci Pharamond pour m'avoir fait découvrir ce groupe.

Écrit par : Vonkamach | 01/11/2019

Écrire un commentaire