statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2019

Walking dead

nuitdesbiblis2019_1.jpg

L'affiche annonçant « La nuit des bibliothèques » dont voici l'alléchant programme sur le site de Bordeaux :

 

"La Nuit des Bibliothèques #3

Bordeaux et sa Métropole

Le samedi 12 octobre 2019

Un événement festif dans les bibliothèques de Bordeaux et sa Métropole, parrainé par l'écrivain auteur de romans policiers Hervé Le Corre.

Une occasion unique de découvrir bibliothèques et bibliothécaires sous un autre jour !
Pour cette troisième édition, sept bibliothèques de Bordeaux rivalisent d'imagination pour vous offrir une soirée exceptionnelle. DJ set, concert dessiné, fanfare, spectacle, visites décalées, performances décalées, repas partagés... Autant de raisons pour que tout le monde, adultes et enfants, habitués et visiteurs d'un soir, pousse les portes de la bibliothèque.

Consultez le programme à Bordeaux

Animation

La Nuit des bibliothèques à Bordeaux-Lac Le 12/10/2019 - Bibliothèque de Bordeaux Lac - Bordeaux

Une soirée qui va a faire du bruit avec des danses, jeux, karaokés... Divas du dancing, chanteurs en herbe, joueurs de tout âge... et tous les autres sont les bienvenus !

Animation

La Nuit des bibliothèques à Grand Parc

Le 12/10/2019 - Bibliothèque du Grand Parc - Bordeaux

Concert dessiné de tAk & Demont : Yôkai

Animation

La Nuit des bibliothèques à Jardin Public

Le 12/10/2019 - Bibliothèque du Jardin Public - Bordeaux

La Nuit des Bibliothèques sera l'occasion de fêter les 70 ans de la bibliothèque du Jardin Public 

Animation

La Nuit des bibliothèques à Flora Tristan

Le 12/10/2019 - Bibliothèque Flora Tristan - Bordeaux

Une soirée placée sous le signe de l'improvisation et de la convivialité : quiz, jeu de piste, fresque géante, animations pour les tout-petits, théâtre d'impro...

Animation

La Nuit des bibliothèques à Jean de la Ville de Mirmont

Le 12/10/2019 - Bibliothèque Jean de la Ville de Mirmont - Bordeaux

Une nocturne de jeux et de lectures, dans une atmosphère de détente où la convivialité et la rencontre sont à l'honneur.

Animation

La Nuit des bibliothèques à Mériadeck

Le 12/10/2019 - Bibliothèque Mériadeck - Bordeaux

Une soirée d'exception avec le comédien Jacques Bonnaffé et le saxophoniste François Corneloup, la fanfare afro-soul-cumbia,  une Silent Party, des visites enchantées, des trésors du patrimoine, des quiz et des jeux pour tous.

Animation

La Nuit des bibliothèques à Pierre Veilletet

Le 12/10/2019 - Bibliothèque Pierre Veilletet - Bordeaux

L'espace intersidéral débarque à Caudéran !"

 

Il fallait attendre le XXIe siècle pour avoir cette idée de génie d'aller faire les c... dans les bibliothèques de nuit. Personnellement j'hésite entre le concert dessiné de tAk & Demont et la fanfare afro-soul-cumbia. Faire du bruit dans une bibliothèque de nuit alors qu'on y respecte le silence de jour c'est géant ! Enfin... en y réfléchissant, l'affiche parle de déambulations et cela se passe de nuit, j'avoue craindre d'y rencontrer des zombies. Ne riez pas : ça existe, j'en croise tous les jours.

 

Commentaires

Animation *et* bibliothèque. C'est bien le crépuscule. D'où ce titre, *Crépuscule des bibliothèques*[1], d'un certain Virgile Stark (un pseudonyme), qui complète les livres, beaucoup plus intelligents, de Mandosio sur la T.G.B.N.F. et notre société parfaite désireuse d'accomplir l'idéale utopie[2] avec des bibliothèques sans le moindre livre (pour la disparition des lecteurs, c'est déjà presque fait).

[1] https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2015/07/28/virgile-stark-organise-plus-grand-autodaf%C3%A9-symbolique-histoire
[2] Comme le rapporte le narrateur Hythlodaeus ("l'expert en balivernes"), Utopia est traversée par le fleuve Anhydre ("sans eau"), et on y évoque les sages Polylérites ("ceux qui déraisonnent complètement")...

Écrit par : Blumroch | 04/10/2019

Aller faire le 'cron' dans une bibliothèque la nuit, c'est taupe ;o)

Écrit par : téléphobe | 04/10/2019

Les bibliothèques, déjà nocives pour la santé en raison de la présence de livres[1], sont de plus dangereuses à cause des activités associées aux Suédois et aux Ruritaniens :
http://www.fdesouche.com/1271617-suede-augmentation-vertigineuse-des-agressions-dans-les-bibliotheques-publiques-qui-deviennent-un-haut-lieu-du-trafic-de-drogue

[1] De moins en moins, heureusement. Si j'en crois des usagers, dans les *médiathèques*, jusqu'aux bandes dessinées *intellectuelles* qui cèdent du terrain face aux DVD et aux jeux vidéo. L'époque est ludique, dont le slogan n'est pas "Make 'em think" mais "Make 'em laugh" : c'est d'ailleurs une bonne chose, le rire atténuant la souffrance, contrairement à la réflexion qui l'augmente.

Écrit par : Blumroch | 04/10/2019

Jack Lang en a rêvé, les séides de Juppé l'ont fait.
J'avais un peu d'espoir pour Caudéan n'ayant lu que le titre. Naîvement, j'imaginais qu'Hubert Reeves viendrait évoquer le big bang et l'écologie comme il le fait depuis plusieurs années.
Le Conservatoire de Bordeaux ouvrira la soirée en interprétant le thème de Star Wars.

Le Conservatoire de Bordeaux ouvrira la soirée en interprétant le thème de Star Wars.
Assistez ensuite au spectacle "Mystère et boule d'atome", à moins que la Force ne vous pousse à vous déhancher sur la flashmob et le bal swing de Total Heaven Selector !
Après avoir dégusté une boisson que choisirez-vous ? Participer à des quizz, vous initier à la pratique du sabre laser ou créer votre propre galaxie lumineuse ?
N'hésitez pas à sortir votre déguisement de Dark Vador, un cadeau vous attend sans doute !

Programme de la soirée :
Impromptus musicaux : Star Wars
Par les élèves violoncellistes du Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud.
Tout public, de 18h à 18h30.

Mystère et boule d'atome, par la Cie le Soleil dans la Nuit
Célestine est inquiète, l'étoile polaire a disparu !
À partir de 5 ans, de 18h30 à 19h30.
Sur réservation au 05 24 57 67 60.

Quiz de la Nuit des bibliothèques
Tout public, à 18h30, 19h, 19h30, 20h et 20h30.

Atelier sabre laser Star Wars
Duels avec l'Académie de Sabre Laser Bordeaux.
Tout public, de 18h45 à 20h45.

Apéro de l'espace
Tout public à 19h30.

Flashmob Swing Time
Danse et démonstration de danse swing avec Swingtime Bordeaux.
Tout public de 20h30 à 20h45.
› Consultez les dates des répétitions et la vidéo de démonstration

Bal avec Total Heaven Selector aux platines
Tout public de 20h45 à 21h45

Lectures à la torche, jeux, galaxie lumineuse
En partenariat avec le centre d'animation Monséjour.
Tout au long de la soirée.

Game session
Jeux vidéo et démonstration de réalité virtuelle.
Tout public, tout au long de la soirée.

Écrit par : Sven | 06/10/2019

Sûr que le conte est lu par un trans comme c'est la mode. Surtout avec cette hisotire de boules disparues;

Combat de sabre laser, équipes de quidditch, ... y a des dès fois où je commence à regretter que Darth Vader et les forces impériales n'aient pas gagné. Pas parce que je partage leurs idées mais parec que celles des autres mais dégoûtent au plus haut point. Comme Robert Dun.

Écrit par : Sven | 06/10/2019

J'approuve le Kamerad Sven qui a retrouvé une très jolie formule du *Journal* de Jules Renard : "Je ne réponds pas d'avoir du goût, mais j'ai le dégoût très sûr."
*Mutatis mutandis* : "La tyrannie de Darth Vader n'aurait sans doute pas mon approbation totale, mais enfin, elle aurait déjà cet avantage considérable de n'être pas la tyrannie dirigée par le mièvre collectif des chevaliers du Jeudi." ;-)

Écrit par : Blumroch | 06/10/2019

téléphobe > Sont-ce dans les bibliothèques que "mes sages taupes se créent ?"

Blumroch > Les bibliothèques se vident il faut bien leur trouver une utilité.

Sven > Puisqu'on est dans le ludique j'organiserais bien un safari à l'Elysée.

Écrit par : Pharamond | 06/10/2019

@ Blumroch

Surtout si l'empire avait évolué comme dans l'Europa de Jean-Claude Albert-Weil ou selon le voeu de von Salomon : empire victorieux et Palpatine éliminé.

@ Pharamond
J'aurais bien une réponse à vous donner mais je la garderai pour moi bien que très Charlie. Ou par mp :-)

Écrit par : Sven | 06/10/2019

Sven > Ou en direct ;-)

Écrit par : Pharamond | 07/10/2019

Je m'éloigne encore plus de l'époque, ou l'époque s'éloigne encore plus de moi. J'ai été obligé d'interroger kikipedia pour comprendre les deux allusions culturelles évoquées par le Kamerad Sven : "Palpatine"[1] et "Jean-Claude Albert-Weil"[2]. :-(
Vrai que ma connaissance du monde de Star Wars se limite aux trois premiers films et à quelques vieux jeux vidéo pour PC. Quant à la S.-F., elle est morte quand j'ai cessé d'en lire, à la fin des années 80 (et mes quelques tentatives épisodiques pour lire ce qui sortait ensuite sous cette étiquette ne m'ont pas incité à persévérer : mieux vaut relire les classiques). ;-)

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Palpatine
Le temps et l'énergie consacrés à des sujets aussi inessentiels me laisse toujours perplexe.
[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Albert-Weil

Écrit par : Blumroch | 09/10/2019

C'est comme ça que l'on s'aperçoit que l'on est d'ailleurs ;-)

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

@Pharamond : Rare bonheur de traduction : "The Outsider" qui devient "Je suis d'ailleurs". ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/10/2019

Oui, au lieu de traduire trop littéralement le titre ou bien de la changer totalement ici le sens est exact avec un petit plus poétique.

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

Les éditions Mnémos publient l'intégrale de HP Lovecraft :
https://www.mnemos.com/catalogue/lovecraft-lintegrale-prestige/

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

@Pharamond : Y'a bien longtemps que j'ai lu *presque* tout HPL et en engliche -- à considérer la "qualité" des traductions successives, c'est d'ailleurs préférable. ;-)

"Je suis un outsider" aurait fait autobiographie d'un canasson présenté à une course hippique. ;-)

Écrit par : Blumroch | 09/10/2019

Je me doutais bien, mais je voulais juste présenté cette édition. Proposée en financement participatif elle a très rapidement obtenu la somme nécessaire à sa réalisation.

J'aime bien cette nouvelle mais il faut avouer qu'elle est incohérente car même sans miroir la créature narratrice aurait du voir ses membres putréfiés et si n'ayant pas de repère parce que recluse elle considère que c'est la normalité elle devrait alors trouver anormales voire répugnantes les personnes qu'elle découvre à la fête.

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

@Pharamond : Pour adapter un mot de Dolfie concernant Jünger : "On ne touche pas à HPL !" et même : "Défense d'exercer son esprit critique sur ses oeuvres !". ;-)
Déjà que Messac m'avait presque fâché, un temps, avec Doyle...

Écrit par : Blumroch | 09/10/2019

Je n'aime pas l'hyper critique capable de tout démonter et je suis grand amateur de HPL, mais je me souviens m'être fait la remarque la nouvelle à peine lue.

Écrit par : Pharamond | 09/10/2019

"Such a lot the gods gave to me -- to me ; the dazed, the disappointed ; the barren, the broken", c'est *presque* le Nerval d'*El Desdichado* :
"Je suis le Ténébreux, -- le Veuf, -- l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie".

Parlant de critique et d'examen, voici ce que le sage Anatole France faisait dire à son abbé Coignard qui s'adresse ici à son disciple :
//
-- C’est une grande infirmité que de penser. Dieu vous en garde, Tournebroche, mon fils, comme il en a gardé ses plus grands saints et les âmes que, chérissant d’une dilection singulière, il réserve à la gloire éternelle. Les hommes qui pensent peu ou ne pensent point du tout font heureusement leurs affaires en ce monde et dans l’autre, tandis que les méditatifs sont menacés incessamment de leur perte temporelle et spirituelle, tant il est de malice dans la pensée ! Considérez, en frémissant, mon fils, que le Serpent de la Genèse est le plus antique des philosophes et leur prince éternel !

M. l’abbé Coignard but un grand coup de vin et reprit à voix basse :

-- Aussi, pour mon salut, est-il du moins un sujet sur lequel je n’ai jamais exercé mon intelligence. Je n’ai point appliqué ma raison aux vérités de la foi."
//
Le plaisir, assez enfantin, de démonter les mécanismes se paie cher -- par la perte de la joie, assez enfantine elle aussi, qu'on avait à les simplement voir fonctionner.

Écrit par : Blumroch | 09/10/2019

Il est doux d’obéir à un dogme bienveillant, mais la parole de Dieu n'existe pas seule celle des hommes est. A ne pas réfléchir on s'en va à l'abattoir le sourire au lèvres.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2019

@Pharamond : L'abbé, observateur lucide, sans illusion sur les hommes, se ménage un coin de Paradis (c'est ici le mot) pour éviter de rester seul au milieu des ruines. Je peux le comprendre -- ainsi, je n'admets *presque* pas qu'on critique Abraham Merritt, E. E. "Doc" Smith et Calimero, surtout avec des arguments. ;-)

"Si vous vous comportez comme des veaux, vous finirez à la boucherie.". C'est sur la page d'accueil du site de JPP, avec cette autre formule de bon sens : "Apprenez à penser par vous-même. Si vous ne le faites pas, d'autres le feront pour vous." (même si "*apprendre* à penser" fait sourire : pourquoi pas "se faire pousser un Q.I." ?)

Écrit par : Blumroch | 10/10/2019

Pour les deux auteurs que vous citez soyez tranquille de mon côté, je ne les ai pas lus ;-)
Pour Calimero de même : je suis fan.

Il y aura toujours des cerveaux "divergents" quoiqu'on fasse, pour les autres je crois qu'il faut non pas les aider à penser comme le Système s'y emploi, mais les aider à penser à penser.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2019

@Pharamond : On peut apprendre à lire, écrire et compter, mais pas à réfléchir. Le Q.I. et l'esprit critique sont innés. On doit certainement pouvoir prévenir leur apparition -- à considérer nos contemporains les plus récents, ça semble fonctionner.

Écrit par : Blumroch | 10/10/2019

Je suis d'accord, mais je reste persuadé que beaucoup en sont capables si on les aide à faire sauter certains verrous mentaux. Bien sûr il existe aussi d'indécrottable abrutis ou salopards.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2019

@Pharamond : Les verrous mentaux n'existent que chez ceux qui ont par nature un caractère de prisonnier ou de gardien. ;-)

Écrit par : Blumroch | 10/10/2019

C'est possible mais prendre conscience de sa captivité est l’indispensable préliminaire à toute idée d’évasion.

Écrit par : Pharamond | 10/10/2019

@Pharamond : Ceux qui ne sont ni prisonniers ni gardiens se moquent des verrous, qui n'existent pas pour eux. ;-)

E. E. "Doc" Smith, malgré ses qualités, vous semblerait peut-être trop daté, voire trop naïf. John Walker et moi devons être les derniers à relire, tous les dix ans, la série des Fulgurs ("Lensmen" en engliche) publiée en France grâce à Gallet et à Bergier -- évidemment.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_du_Fulgur

Vous trouverez aisément en français, chez m'sieur Library Genesis ou comparable, les deux principaux livres de Merritt, savoir *Les habitants du mirage* et *La nef d'Ishtar*. C'est de la fantasy ensorcelante, malgré (ou à cause de) sa simplicité, malgré un style abusant des exclamations. L'importance de Merritt est assez dite par les co-auteurs de cette facétie mineure :
https://en.wikisource.org/wiki/The_Challenge_from_Beyond_(Moore,_Merritt,_Lovecraft,_Howard,_and_Long)

Calimero, c'est le philosophe nihiliste par excellence. ;-)

Écrit par : Blumroch | 11/10/2019

P.S. : Ai oublié de donner, pour éviter d'y aller par mégarde, le lien de cette étrange bibliothèque probablement grise : gen dot lib dot rus dot ec

Les bibliothèques de ce temps, quand elles existent encore, n'abritent plus de vieux érudits comme celui qu'interroge le narrateur de *L'île des pingouins*, désireux d'écrire l'histoire de la Pingouinie (c'est un thème pour une chanson de La Mite) :

-- À quoi bon, mon pauvre monsieur, vous donner tant de peine, et pourquoi composer une histoire, quand vous n’avez qu’à copier les plus connues, comme c’est l’usage ? Si vous avez une vue nouvelle, une idée originale, si vous présentez les hommes et les choses sous un aspect inattendu, vous surprendrez le lecteur. Et le lecteur n’aime pas à être surpris. Il ne cherche jamais dans une histoire que les sottises qu’il sait déjà. Si vous essayez de l’instruire, vous ne ferez que l’humilier et le fâcher. Ne tentez pas de l’éclairer, il criera que vous insultez à ses croyances.
Les historiens se copient les uns les autres. Ils s’épargnent ainsi de la fatigue et évitent de paraître outrecuidants. Imitez-les et ne soyez pas original. Un historien original est l’objet de la défiance, du mépris et du dégoût universels.
Croyez-vous, monsieur, ajouta-t-il, que je serais considéré, honoré comme je suis, si j’avais mis dans mes livres d’histoire des nouveautés ? Et qu’est-ce que les nouveautés ? Des impertinences.

Écrit par : Blumroch | 11/10/2019

Vous êtes élitiste ;-)

Ainsi parlait Kalimero.

La première partie du discours aurait pu être prononcé par un progressiste.

Écrit par : Pharamond | 11/10/2019

@ Blumroch

Je ne suis pas un grand fan de Star Wars, qui emprunte à de nombreux imaginaires que j'aime (Indo-européens, Japon, militarisme, ..) pour les mélanger au sein de l'informe et manichéenne "Force". Le tout tourné par un réalisateur qui pille sans vergogne de nombreux grands cinéastes comme Kurozawa ou même Riefenstahl, comme ici:
https://www.youtube.com/watch?v=O2F91Up9fT8
Que cette bouillie puritano* - new age ait plu ne me surprend pas trop: il y en a pour tous les goûts, la vision du simpliste, l'héroïsme un pieu mièvre.

*Il y a des élus comme dans les versions puritaines du christianisme (mais pas de peuple élu).

Quant à Jean-Claude Albert-Weil, ses romans sont assez déroutants et fort mal-pensants:
https://albert-weil.blogspot.com/#!
http://euro-synergies.hautetfort.com/tag/jean-claude+albert-weil
Au point d'en écoeurer d'exellents critiques littéraires peu habitués à l'absence d'illustration dans les livres:
http://www.presences-d-esprits.com/laltermonde-jean-claude-albert-weil/
"Regardez, disait la Théorie, chaque ethnie-culture a ses supériorités spécifiques et ses infériorités. Non, les peuples ne sont pas égaux. Non, l'homme n'égale pas l'homme". Pour certains, la haute culture et la science, pour d'autres le jazz et le swing!

Écrit par : Sven | 11/10/2019

Cette festivisation des médiathèques obéit à un concept qui, depuis une dizaine d'années, gagne de plus en plus de terrain : la médiathèque ''troisième lieu''. En gros, l'idée est d'attirer un maximum de personnes, de s'imposer comme le troisième lieu où elles passent leur temps (les deux premiers lieux étant leur domicile et leur lieu de travail). Et pour ça, tous les moyens sont bons (concerts, Cosplay, tricot, débats participatifs citoyens, transats, cours de cuisine, tournois de jeux video...), du moment (c'est moi qui ajoute) que ça n'a rien à voir avec la lecture, l'effort, la concentration, le silence et l'élévation (bref, la discrimination).

P.S. je travaille dans une médiathèque (qui n'est pas encore trop durement touchée, même si la présence de PC, de DvD et de BD a considérablement amorcé un effondrement... m'enfin, même s'il n'y avait que des livres... quand je vois ce que les gens lisent... )

Écrit par : Blaise Suarès | 12/10/2019

@Sven : Damn, je me souviens maintenant avoir lu l'éloge que Christopher Gérard avait écrit, mais je l'avais aussitôt oublié, tant l'auteur de *Quolibets* voit en chaque confrère, ami et relation un "contemporain capital" -- il trouve même des vertus à Parvulesco !
A en croire quelques récits, Georges Lucas se serait inspiré de la pauvre érudition de Joseph Campbell (*Le Héros aux mille et un visages*) et aussi d'E. E. "Doc" Smith (le cycle des *Lensmen*). Pour le premier, c'est sans doute vrai ; pour le second, j'ai des doutes -- les méchants de *Star Wars* (pour ce que j'ai pu en voir) ne valent ni Eddore ni Boskone.
@Blaise Suarès : Virgile Stark n'est plus anonyme : c'est vous ! ;-)
Dans *Les autres et moi*, Gaxotte faisait le portrait d'un bibliothécaire à l'ancienne qui vérifiait que les lecteurs avaient vraiment lu les livres qu'ils avaient empruntés. Impitoyable, ce personnage les condamnait à tout relire si les réponses n'étaient pas satisfaisantes -- et les lecteurs de ce temps obtempéraient sans protester ! Autre époque.

Écrit par : Blumroch | 12/10/2019

Blaise Suarès > Les musée aussi doivent devenir ludiques et les monuments des parcs d'attraction : pourvu qu'on fasse des entrées.

Écrit par : Pharamond | 13/10/2019

@ Pharamond : c'est tout à fait ça !

@ Blumroch : ah, vous connaissez Virgile Stark... une fois de plus votre culture m'épate ! J'ai lu son livre : bien entendu je suis d'accord avec lui, mais cette conception à l'ancienne de la culture est devenue le fait d'une minorité - et d'une minorité qui s'écrase dans la plupart des cas - moi je l'ouvre, mais j'apparais comme le réactionnaire de service qui pinaille même quand les gens lisent (précisément parce qu'ils ne lisent pas : ils consomment des livres, ils en dévorent un puisse à un autre, sans rien en tirer, exactement comme les zombies qui enchaînent les séries télévisées) ; du reste, il m'arrive de jouer au vieux bibliothécaire tel que décrit par Gaxotte : une fois sur deux, les gens sont incapables de savoir ce qu'ils ont lu, et quand je leur recommande de grands livres, ils me répondent qu'ils ne veulent pas se prendre la tête, que l'histoire ne doit pas être trop sombre, et que ce doit être un livre récent (il faudra peut-être un jour que je rédige un florilège des arguments bidons des gens qui ne veulent surtout pas lire - je veux dire : lire vraiment, lire pour s'élever, pour mourir et renaître, pour sortir de sa condition de cloporte émotif et niais).

Écrit par : Blaise Suarès | 15/10/2019

@Blaise Suarès : "Blumroch a (presque) tout lu". "Blumroch a (presque) toujours raison"[0]. Votre étonnement me suggère que vous n'êtes pas remonté au tout premier commentaire : pour votre peine[1], vous relirez *tout* le site capturé avec WinHTTrack. Vous avez quatre heur^H^H^H^Hans. ;-)
"Florilège" : eh, excellente idée pour une carte blanche !
"Mourir et renaître" : damn, un disciple de Kardec !

[0] Celle-là, je la disais déjà aux petits camarades en 6ème[0a], bien avant Soral, même si je n'ai aucune preuve *écrite*. Etant moins brillant qu'à l'époque, je le dois avouer : aujourd'hui, c'est de moins en moins vrai. ;-)
[0a] Qui devaient en convenir.
[1] Humouuuur, just joking ! De fait, ce n'est pas une condamnation, et vous aurez de nombreuses bonnes surprises, à plonger dans les archives du site de Pharamond.

Écrit par : Blumroch | 15/10/2019

@Blaise Suarès : Ma mémoire me fait défaut et je ne sais plus si j'ai lu l'anecdote que voici chez Gaxotte ou chez France : au XIXe, au cours d'une promenade dans un parc, un bibliothécaire considère avec attendrissement un couple de gens manifestement modestes dévorant avec passion le même livre côte à côte sur un banc. L'érudit, après avoir rêveusement formulé quelques hypothèses sur le grand classique susceptible d'inspirer un tel intérêt, pense avec fierté à son propre rôle dans la diffusion de la culture qui élève l'âme et sort l'homme de sa condition. Le couple s'en va en oubliant le livre, permettant ainsi au bibliothécaire d'en découvrir le titre et la nature : un ouvrage libertin[1].
Les lecteurs indignes ne datent pas d'aujourd'hui. ;-)

[1] Qui n'est signé ni Crébillon, ni Dorat, ni même Denon.

Écrit par : Blumroch | 15/10/2019

Cher Blumroch,

Moi qui maugrée les néo-lecteurs, voilà que je commets finalement ce que je leur reproche. Et, ainsi, en survolant les commentaires comme je l'ai fait, j'ai donc rejoint la masse des lecteurs superficiels. C'est une leçon d'humilité. Mais c'est aussi, de ma part, un terrible forfait, car nul ne survole un commentaire de Blumroch impunément. Blumroch ne se zyeute pas à la va-vite, de loin, Blumroch, on le lit scrupuleusement, avec un crayon et un carnet. On note. On engrange. On respecte. On salue.

La peine encourue pour mon forfait et ma vanité n'ayant rien de pénible, je m'y plierai certes volontiers.

Concernant cette autre anecdote : voilà qui illustre à merveille la naïveté de cette profession ; mais je peux témoigner du changement de nature de cette naïveté chez le bibli... pardon, chez le médiathécaire contemporain : car si le bibliothécaire d'antan (ce semi-hussard noir) avait pour sublime espoir de voir ses lecteurs plongés dans les grands classiques, le médiathécaire, quant à lui, a oublié, et ne pense même plus, que les classiques puissent être lus (d'ailleurs, il ne sait pas vraiment ce que sont les "classiques", c'est vrai, au nom de quoi, au nom de quel critère, au nom de quelles valeurs, quiconque s'arrogerait le droit oppressif de dire que tel livre est un classique, et que tel autre est un roman de seconde zone à l'eau de rose ? Au nom de quoi Boutang serait supérieur à Aymeric Caron ? Faulkner supérieur à Christine Angot ? Stevenson supérieur à Musso ? "Malevil" supérieur à "Hunger games" ? Hein, au nom de quoi ?) ; et ce qui le fait jubiler, le médiathécaire, ce qui le fait espérer religieusement, ce qui lui fait dire que la "Culture" est encore et toujours là, plus diverse et moins rigide, c'est le taux de fréquentation de son établissement. C'est tout. C'est tristement tout. Lisez énormément, qu'importe ce que vous lisez ! Venez dans les bi... médiathèques, allongez-vous, discutez de la dernière série Netflix, venez regarder du porno, apprendre le français à des clandestins, manger du pop-corn ou danser le hip-hop (...) ! Lisez ou ne lisez pas, mais soyez-là, peuplez le vide, occupez l'espace, cela réchauffe le cœur du médiathécaire, il se sent utile ; le médiathécaire plus engagé, plus haut perché, aura même l'impression de participer au grand-
œuvre culturel républicain, de le voir s'accomplir sous ses yeux...

Bref, si je n'y travaillais pas, je n'y mettrais plus les pieds. Mais, comme je l'ai dit, mon cas n'est pas le plus à plaindre. Je sais qu'il y a de nouvelles médiathèques qui se construisent, et qu'elles mettent le paquet sur la convivialité, les jeux vidéo, le graffitti ou que-sais-je, que c'est directement injecté dans leur raison d'être, que les élus qui veulent leur nouvelle médiathèque y mettent un pognon dément, des technologies à tout crin, le tout enrobé des concepts-clés : ludique, vivre-ensemble, ouverture, lien social, participatif, citoyen, écoresponsable, échange...


P.S. Je n'ai lu ni Dorat, ni Denon, mais ma récente lecture de "Mes contre-poisons", d'Etiemble, m'a convaincu de l'intérêt de Crébillon (fils) ; irai-je le lire pour autant, ça reste à voir, car il y a encore quelques classiques de SF qui manquent à ma culture - il y a des priorités ! et je sais que vous me comprendrez :-)

Écrit par : Blaise Suarès | 15/10/2019

@Blaise Suarès : N'en faites pas trop[1], ou je vais vous supposer sarcastique. ;-) Mais de l'esprit chez un spirite, quoi de plus normal ?

Votre développement fera office d'introduction pour la carte blanche que nous attendons : "Mauvaises raisons pour éviter les bonnes lectures". ;-)

*Point de lendemain* est, à mon sens, surestimé, mais vous n'iriez pas perdre votre temps à lire *La nuit et le moment* et *Les égarements du cœur et de l'esprit* : cette prose *civilisée* exigerait aujourd'hui un pasticheur d'élite, comme Philippe Jullian, Hubert Monteilhet ou Jean-Louis Curtis.

[1] Blumroch n'est qu'un commentateur parmi d'autres, y compris les coyotes qui gardent le silence.

Écrit par : Blumroch | 15/10/2019

Blaise Suarès > Selon la méthode facile des présentateurs flemmards pour chauffer une salle de spectacle : "Faites du bruit !"

Écrit par : Pharamond | 15/10/2019

@ Blumroch [1] : je me disais aussi que j'en faisais trop ;-) mais cela dit j'apprécie toujours vos anecdotes et références (en SF surtout), donc vous resterez mon préféré !.. ce qui n'empêche pas les autres commentateurs d'être tous des esprits fins et cultivés.

Pour Crébillon, merci pour ces conseils !

Je ne connais pas Philippe Julian. Voilà qui vient enrichir mon carnet d'écrivains à lire.


@ Pharamond : oui c'est ça. Et les élus, complètement azimutés par la novlangue et le festivisme, en sont très friands : ils veulent que ça bouge et que ça fasse du bruit partout. Et plus il y a du chômage et des retraités dans leur commune., plus ils versent là-dedans. Sans doute pour simuler la vie.

Écrit par : Blaise S. | 16/10/2019

Écrire un commentaire