statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2019

Cinéma français (3)

« Un Érythréen unijambiste qui arrive à Marseille et qui couche avec une bourgeoise, c’est le pitch type du film français »

Eric Neuhoff

Commentaires

Merdalors !
S'il faut se couper la jambe pour emballer une beurgeoise....

Écrit par : Kobus van cleef | 01/10/2019

Vous faites erreur c'est le petit plus (ou petit moins, comme vous voudrez), l'élément déterminant c'est l'origine géographique. Gardez vos deux jambes.

Écrit par : Pharamond | 01/10/2019

il ne faut pas oublier que le pov' ti' nérytréen a perdu sa jambe, mangée par le Rottweiler d'un vigile de supermarché électeur du Front National.

sinon il manque un élément crucial

Écrit par : Popeye | 01/10/2019

Je sais, je sais, ce n'est pas bien d'avoir une bibliothèque, mais bon, le p'tit Neuhoff qui joue ici au grand subversif dénonçant la mode du temps avec un courage proprement zemmourien[0], c'est aussi et surtout l'individu qui avait en 1992 courtisé le système (sans oser rédiger un autobiographique *Appel de la gamelle*) avec cette inutile bassesse contre Brasillach intitulée *Actualités françaises*, dont il pourrait aisément tirer aujourd'hui le scénario d'un de ces EFFQGCS[1] qu'il affecte apparemment de critiquer. A condition sans doute de le moderniser un peu en remplaçant Brasillach par Zemmour et d'y inclure un Erythréen unijambiste, une naine Wakandaise et une courageuse journaliste de télévision adepte de la Vraie Foi. Un politique aventurier, mégalomane, gérontophile et transgressif pourrait faire une apparition dans son propre rôle. Pour l'intrigue, on complètera le roman avec des éléments pris dans le résumé de n'importe quel film passant sur Arte. L'important, c'est que ça se termine mal pour Z. Le titre est tout trouvé : *Nouvelles actualités "françaises"* (avec guillemets, pour l'indispensable note d'humour).

[0] Faut prendre la mesure des incroyables *risques* qu'il prend à dénoncer ainsi, sans concession, en homme libre, la production cinématographique eurogouvernementale.
[1] Euro Film Français de Qualité Garanti Citoyen et Subventionné.

Écrit par : Blumroch | 01/10/2019

La bourgeoise, couchant par la suite avec le passeur de son amant, et en sentant ses deux jambes s'écrie:
"Ah...? J'ai cru que vous étiez deux."

(je sors)

Écrit par : bedeau | 02/10/2019

Popeye > Supermarché où il s'était rendu pour acheter un exemplaire des "Misérables" en édition de poche (il est pauvre) et faire comme ses amis les Afghans de Calais.

Blumroch > Il n'empêche que la formule est amusante et ô combien vraie.

Pour "Actualités françaises" que je n'ai pas lu j'ai toujours cru qu'il avait traité la question avec une certaine objectivité.

bedeau > :-D

Écrit par : Pharamond | 02/10/2019

@Pharamond : Je ne garantis pas l'exactitude des répliques mais j'ai le souvenir d'un amusant dessin de Chard ou de Konk, vu voici deux ou trois décennies. Un scénariste enthousiaste commence à exposer son idée : "C'est l'histoire d'une Zaïroise lesbienne et sidaïque qui...". Et le producteur de l'interrompre immédiatement avant même que l'autre ne puisse exposer son "pitch" pour un Film Français de Qualité : "Ce serait mieux si la Zaïroise était naine, en plus". Neuhoff arrive un peu tard. ;-)
*Actualités françaises* insistait sur le caractère authentique des citations, choisies et parfois tronquées avec un soin particulier. Quant au registre, censé être habile, dénonçant "la "banalité du mal", il a beaucoup servi.

Écrit par : Blumroch | 02/10/2019

Naine aveugle et cul de jatte
Ou cule de jatesse ?
Oui,cule de jatesse, ça sonne plus inclusif

Écrit par : Kobus van cleef | 02/10/2019

Blumroch > Je me souviens maintenant, il me semble que c'est du Konk (sans garantie).

Kobus van cleef > Parler de cul et d’inclusion, attention aux poursuites pour sexisme, harcèlement et autres accusations nées de l'imagination fertile des féministes !

Écrit par : Pharamond | 02/10/2019

Kobus van cleef > PS : vos tentatives de féminisation de l'expression vous vaudront sans doute une petite remise de peine.

Écrit par : Pharamond | 02/10/2019

Pour contenter tout le monde : "cul{e} de jate{sse}" en orthographe 2.0 ! ;-)

(en fait, signes "LessThan" et "GreaterThan", mais avec les surprises que réservent les "parsers" HTML...)

Écrit par : Blumroch | 02/10/2019

@ Blumroch

Les parsers sont farceurs :-)

Écrit par : Sven | 02/10/2019

Blumroch > Je ne suis pas convaincu, la personne, en l’occurrence de petite taille, est clairement définie il faut donc écrire "cule de jatesse" sans avoir peur de la hardiesse du terme.

Écrit par : Pharamond | 02/10/2019

@Pharamond : Vous êtes insensible aux beautés de l'orthographe inclusive rationnellle ! "cul-de-jatte" au masculin, "culE-de-jatteSSE" au féminin (je corrige, après réflexion, la graphie trop novatrice de l'excellent Kobus van cleef). "Q2écuelle" au neutre, peut-être. Rien que de logique ! ;-)
@Sven : Pas quand ils sont bien conçus. ;-)

Écrit par : Blumroch | 02/10/2019

Blumroch > Je suis d'accord. Peut-on de la même façon appeler une personne de petite taille mâle "un person de petit tail" ?

Écrit par : Pharamond | 03/10/2019

À propos de conneries de genre, savez vous ( qui a dit,planter les choux ? un peu de sérieux !) qu'on impose maintenant, dans les entreprises de plus de 20 salariés ( pourquoi 20? Et pas 19? Ou 21?) la présence d'un référent salarié pour le harcèlement sexuel au travail ?
Oui madame,oui monsieur
Un ou une référent.e pour des faits de harcèlement sexuel
Et qui mieux qu'une salarié.e ?
Moche et en surpoids, par surcroît
On ne sait
Encore un hochet distribué à la plèbe par la prominenz
J'adore
Surtout que dans notre branche, les boss bossent, comme leur nom l'indique, et l'unique salarié mâle se pavane, et, un jour ou l'autre,se prendra une claque ( d'ailleurs il faudra enquêter sur les démissions successives qui nous ont affecté ces temps derniers)

Écrit par : Kobus van cleef | 04/10/2019

Le commentaire du camarade Kobus van cleef ouvre des perspectives gr{e|o}tesques : l{e|a} gros{|se} et moch{e|e}[1] salarié{|e} référent{|e} harcèlement pourra *aussi* être l{e|a} référent{|e} climat... *sauf* si on veut donner des satisfactions d'ego à deux petits kapos. A y mieux réfléchir, ces référents devraient toujours aller par deux, au nom de la parité : sur vingt personnes, de deux à quatre commissaires politiques et corrects. Encore n'ai-je pas pris en compte les quotas de diversitude. La productivité va augmenter !

[1] Notation humoristique ici ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/10/2019

Écrire un commentaire