statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2019

Le secret

A la station du tram deux filles d'une vingtaine d'années discutent :

- T'as vu [nom incompréhensible] sort avec Léa ?

- Mais comment il fait pour attirer toutes les jolies filles ? Il est moche, il est lourd...

Comme la seconde a élevé la voix la première, un peu gênée, compense machinalement en parlant plus bas et je n'entends pas son avis sur la question. C'est dommage...

Commentaires

"-- Oui, mais il a Greta^H^H^H^H^Hune montagne de thunes."
Paraît que dans cette activité cynégétique, le gibier ordinaire est flatté d'intéresser après une vedette exhibée (ou vantée) avec publicité (*dixit* un de mes anciens pigistes prétendant être brièvement sorti avec une miss Pologne évidemment incomparable). ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/08/2019

Justement j'aurais bien aimé entendre ce qu'a expliqué la première à supposer qu'elle l'ait fait.
Lucide, elle pourrait dire qu'il a dit fric.
Mièvre, qu'il a du charme et qu'il ne faut pas juger trop vite et patati et patata.
Ou autre chose qu'on ne soupçonne pas...

Le plus amusant c'est que la réflexion de la seconde en forme de cri du cœur vient plus souvent des garçons plus objectifs envers ceux de leur sexe ou peut-être un peu jaloux.

Écrit par : Pharamond | 29/08/2019

L'envie pourrait expliquer la ludicité. Pour séduire les ravissantes, j'aurais préféré être le sosie de Stewart Granger, et Théophile Gautier aurait été dans les mêmes dispositions, si on en croit un long passage de *Mademoiselle de Maupin* dont voici un court extrait :
"Être beau, c’est-à-dire avoir en soi un charme qui fait que tout vous sourit et vous accueille ; qu’avant que vous ayez parlé tout le monde est déjà prévenu en votre faveur et disposé à être de votre avis ; que vous n’avez qu’à passer par une rue, ou vous montrer à un balcon pour vous créer, dans la foule, des amis ou des maîtresses. N’avoir pas besoin d’être aimable pour être aimé, être dispensé de tous ces frais d’esprit et de complaisance auxquels la laideur vous oblige, et de ces mille qualités morales qu’il faut avoir pour suppléer la beauté du corps ; quel don splendide et magnifique !

Et celui qui joindrait à la beauté suprême la force suprême, qui, sous la peau d’Antinoüs, aurait les muscles d’Hercule, que pourrait-il désirer de plus ? Je suis sûr qu’avec ces deux choses et l’âme que j’ai, avant trois ans, je serais empereur du monde ! — Une autre chose que j’ai désirée presque autant que la beauté et que la force, c’est le don de me transporter aussi vite que la pensée d’un endroit à un autre. — La beauté de l’ange, la force du tigre et les ailes de l’aigle, et je commencerais à trouver que le monde n’est pas aussi mal organisé que je le croyais d’abord. — Un beau masque pour séduire et fasciner sa proie, des ailes pour fondre dessus et l’enlever, des ongles pour la déchirer ; — tant que je n’aurai pas cela, je serai malheureux."

L'*advocatus diaboli* pourrait mentionner Talleyrand prétendant que ses disgrâces différaient ses conquêtes d'une ou deux semaines à peine. ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/08/2019

Autre hypothèse formulée par la chercheuse et sociologue Marilyn Monroe dans un de ses travaux scientifiques publiés :
https://www.youtube.com/watch?v=YR9T0sH1xH4
https://genius.com/Marilyn-monroe-youd-be-surprised-lyrics

(On peut préférer la voix de Julie London)

Écrit par : Blumroch | 29/08/2019

De même qu'il est plus agréable de devenir riche après avoir été pauvre que de naître riche il faudrait pouvoir devenir beau après avoir été laid, mais c'est encore plus difficile.

Je reste persuadé que ceux qui attirent par l'argent ou l'esprit sont tout de même jaloux des succès des bélâtres.

https://www.youtube.com/watch?v=EFG1QLCzICc

Écrit par : Pharamond | 29/08/2019

Quant à l'hypothèse Monroe, sauf exceptions et il y en a toujours, j'ai des doutes.

Écrit par : Pharamond | 29/08/2019

@Pharamond : I was joking, indeed. De fait, c'était l'occasion de mentionner une chanson ailleurs que dans la rubrique "Musique(*)". Et puis, MM était meilleure chanteuse qu'elle n'était "actrice" -- on se souvient de sa mémorable présentation par Addison DeWitt (George Sanders) dans *All About Eve* : an actress "graduate of the Copacabana School of Dramatic Art". ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/08/2019

Je me doute bien. Pour le talent de MM j'avoue que dans ses films ce n'est pas ce qui se remarque en premier ;-)

Écrit par : Pharamond | 30/08/2019

@Pharamond : C'est vrai que ce qui frappait en premier chez elle, c'était ses yeux qui pétillaient de bêtise -- même si on a récemment tenté de nous la vendre comme philosophe d'élite !

Écrit par : Blumroch | 30/08/2019

"Pétiller de bêtise", bel oxymore ;-)

Écrit par : Pharamond | 30/08/2019

@Pharamond : La formule est de Proust. Le procédé porte un nom savant et prétentieux :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Parypono%C3%AFan

Écrit par : Blumroch | 30/08/2019

Blumroch > Je ne connaissais même pas ce terme ; je crois aussi que l'on peut considérer cette phrase comme un oxymore, non ?

Écrit par : Pharamond | 01/09/2019

@Pharamond : Cette fausse subtilité n'a pas d'entrée propre dans le moderne classique *Gradus* de Bernard Dupriez, qui la mentionne incidemment à l'entrée "Pseudo-simulation" : à en croire l'auteur citant un certain Morier, ce serait une figure "où l'on feint de croire qu'une idée jaillit de son contraire" avant de renvoyer à l'entrée "nigauderie" -- ce qui est étrange pour un trait d'esprit.

Écrit par : Blumroch | 01/09/2019

Tout ceci me semble inutilement compliqué...

Écrit par : Pharamond | 02/09/2019

@Pharamond : Et même presque talm^H^H^H^H... non, j'l'ai pas dit. ;-)
En tout cas, les demi-habiles adorent ces fausses subtilités artificielles autant qu'inutiles. L'école Boileau, c'est fini depuis longtemps.

Écrit par : Blumroch | 02/09/2019

Cela me rappelle tous ces cuistres férus de néologismes et de franglais parce, voyez-vous, la langue de nos ancêtres ce n'est pas suffisant pour exprimer tout ce qu'ils ont dans la tête.

Écrit par : Pharamond | 03/09/2019

@Pharamond : Debord estimait avec raison que le français classique était devenu une langue morte dans les années cinquante. Comme deux ou trois autres, j'estime qu'un mot qui n'est pas dans le Littré est suspect. ;-)

Écrit par : Blumroch | 03/09/2019

Je ne la crois pas morte, mais atteinte de parasitose au point de la rendre bien malade sinon agonisante.

Écrit par : Pharamond | 04/09/2019

Écrire un commentaire