statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2019

Jacques le Grand

Je viens de terminer Devenir soi de Jacques Attali. C'est la première fois que je lis un ouvrage du génie universel. Résumons : après une entrée en matière où le bonhomme nous explique que les choses dans le monde et en France vont aller de mal en pis en partie parce que personne ne l'écoute et quelques chapitres bâclés du "devenir soi"© à travers les âges il nous assène une interminable liste de personnes qui seraient "devenues elles" parce qu'elles l'ont décidé (j'ai failli dire par le triomphe de leur volonté). On y trouve aussi bien Moïse et Mahomet que Georges Soros et Steve Jobs en passant par d'obscurs entrepreneurs d'Afrique ou d'Inde. Vient ensuite la méthode en cinq étapes digne d'un ouvrage de coaching américain des années 70 pour enfin "devenir soi"© quelque soit sa condition afin de choisir sa vie, sa langue, son pays, son avenir, sa sexualité, etc. Il ne faut compter sur personne, mais "devenir soi"© doit se faire de le but de s'accomplir en aidant les autres et en les incitant à faire de même pour que plus personne ne soit un "résigné-réclamant"© dans un monde idyllique de sept milliards de bobos. Pour finir je ne résiste pas au plaisir de vous reproduire la conclusion ultime de cette bouillie prétentieuse invendable si elle n'avait pas été estampillée "Jacques Attali" :

« En écrivant ce livre, j'ai conscience que je dois, comme tout le monde, appliquer les conseils que j'y dispense, c'est ce que j'ai toujours fait jusqu'ici, n'ayant jamais attendu de personne ; n'ayant jamais occupé que des fonctions créées par moi ; ayant toujours tenté, au mieux, de trouver mon bonheur dans le fait d'être utile aux autres ; ayant toujours fait ce qui me semblait le mieux pour le monde en y créant des institutions internationales, et pour mon pays par mes conseils, aussi longtemps que j'ai pensé qu'il y existait des hommes politiques capables de mettre en œuvre les réformes que je pensais utiles. »

 

Commentaires

"Son" pays : lequel ? ;-)
Il aurait pu conclure avec ce fier grouchisme : "I worked my way up from nothing to a state of extreme *intellectual* poverty."
Au moins, cette variation sur le modèle "Deviens ce que tu es"[1], il ne l'a pas "empruntée" à Jünger (voir les indispensables *Dictionnaire des plagiaires* et *Les plagiaires -- le nouveau dictionnaire* écrits par Roland de Chaudenay).
Ainsi, Pharamond, vous nous préparez un volume de *[Vraies] mauvaises lectures* ? J'aime à penser que vous allez y inclure du Giscarat. ;-)

[1] Ce serait de Pindare, mais dans les *Pythiques*, à en croire le site de saint Remacle, la formule serait plutôt "Sache rester toi-même" :
http://remacle.org/bloodwolf/poetes/pindare/pythiques.htm

Écrit par : Blumroch | 08/08/2019

Oui, on peut se poser la question sur son pays, mais il n'est pas à une contradiction près.

S'il reconnait que nombre de personnalités historiques ont voulu s'émanciper des diverses pesanteurs traditionnelles il dit faire sienne le terme "devenir soi" d'où mon petit C accolé ;-)

En aidant un ami à emménager j'ai découvert cet ouvrage dans sa bibliothèque qui me paraissait suffisamment mince et écrit en grands caractères pour être lu rapidement et prendre contact dans le texte avec la pensée du génie. Je n'ai pas été déçu.

Écrit par : Pharamond | 08/08/2019

"Rester coi", c'était un beau titre en forme de programme, pour cet individu, quand bien même Avia Anastasia verrait sans doute dans ce conseil l'expression d'une haine rab[bin]ique. ;-)

Écrit par : Blumroch | 08/08/2019

L'antisémitisme a ceci de particulier que ce sont les autres qui déterminent si vous l'êtes ou non, alors prudence ;-)

Écrit par : Pharamond | 08/08/2019

Bref retour à Pindare. Pour les oxfordiens, "γένοι' οἷος ἐσσὶ μαθών" (*Pythiques*, II, 72) se traduit ainsi :
-- Become such as you are, having learned what that is.
-- Be what you know you are.
-- Be true to thyself now that thou hast learnt what manner of man thou art.
-- Having learned, become who you are.
Simplicité trompeuse d'une eau aussi transparente que profonde.

Écrit par : Blumroch | 09/08/2019

Damn, ai oublié cette référence savante :
https://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_1974_num_87_414_1239
Avec le baccalauréat Langevin-Wallon modifié Blanquer, on ne verra plus jamais de considérations comparables.
C'est bien dommage.

Écrit par : Blumroch | 09/08/2019

Je savais que ce vieil aigrefin était graphomane
Dans les cartons revenus de chez mes parents, j'ai trouvé"Gandhi, la force des faibles" ou la revanche des faibles, peu importe
Ça doit avoir 20 ans, facile
J'ai soulevé le paveton, je l'ai reposé, découragé
Il se trouvera peut être un invité de ouiquende pour faire main basse dessus
C'est tout ce que je peux souhaiter

Écrit par : Kobus van cleef | 12/08/2019

@Kobus van cleef : J'ose à peine formuler la suggestion, mais la poubelle, pour de tels liv^H^H^Himprimés, n'est-ce pas un devoir qui l'emporte sur les considérations de piété filiale ? ;-)
(Incidemment, le titre de l'objet étant *Gandhi ou l'éveil des humiliés*, on en peut déduire que l'animal n'a pas plagié Koestler.)

Écrit par : Blumroch | 13/08/2019

@Blumroch

Dans un parc près de chez moi, il y avait un torchon de Rackaya Diallo dans une boîte à livres. Je l'ai pris et l'ai mis à la poubelle.

Écrit par : Sven | 13/08/2019

@Sven : Je veux espérer que vous avez accompli ce terrible *sacrilège* en l'absence de tout témoin, et surtout que vous n'avez laissé aucune empreinte digitale identifiable ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 13/08/2019

@Blumroch

Je crois me souvenir l'avoir mis dans les déchets recyclables. Pas sûr d'avoir fait un geste pour la planète. En tout, je pourrais toujours dire que je voulais la faire entrer dans la bibliothèque verte. Une consécration pour une Wakandaise:
https://img.over-blog-kiwi.com/0/93/15/29/20180422/ob_736b2f_wakanda.png
Elle y côtoiera l'étalon noir. Ca nous fera des vacances.

Écrit par : Sven | 15/08/2019

Je rêve on n'y lit pas une seule fois le nom d'un petit pays riverain de la Méditerranée orientale ?

Écrit par : Paul.Emic | 15/08/2019

Blumroch > Attali n'a rien inventé et son livre a l'air d'un ouvrage de stagiaire que le maître aurait parcouru rapidement et auquel il aurait ajouter quelques chapitres pour le personnaliser.

Kobus van cleef > La minceur de l'ouvrage et la grande taille de la police d'écriture m'ont incité à franchir le pas et de constater si les oeuvre d'Attali sont à la mesure de ses interviews. Pour ce livre au moins la réponse est oui. Pour le vôtre et ses 600 pages en édition de poche je comprends vos hésitations.

Paul.Emic > Non, seulement l'apport du judaïsme positif sur la notion du "devenir soi", passage au demeurant assez obscur et ne m'ayant pas vraiment convaincu.

Écrit par : Pharamond | 19/08/2019

Je l'ai lu aussi, je me suis cru dans Starship Troopers lors de la diffusion de la propagande télé impériale.

Écrit par : Barblaireaussa | 01/09/2019

Il y a de cela dans ce livre, en plus ennuyeux. Bonnes vacances !

Écrit par : Pharamond | 01/09/2019

Écrire un commentaire