statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2019

Le jeu des deux images (330)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme nous est aimablement proposée par Blumroch.

330a.jpg

330b.jpg

Commentaires

Boieldieu ^^!

Écrit par : Carine | 21/05/2019

@Dame Kameradin Carine : Non ! ;-) Un indice rien que pour vous : l'énigme a un rapport avec votre blog. ;-)

Écrit par : Blumroch | 21/05/2019

Des chats musiciens, "La grande illusion" et une mouette ?

Écrit par : Pharamond | 21/05/2019

@Pharamond : Les chats n'ont aucune importance pour le *sujet* de la première image. Se trouve que j'aime bien cette illustration qui convient pour évoquer... ce qu'elle doit évoquer.
Un élément du film a un rapport direct avec l'énigme, qui n'a rien à voir avec les réalisateur, scénariste et même acteurs.
C'est la lecture de plusieurs commentaires lus chez Dame Kameradin Carine qui m'a donné l'idée de cette énigme, mais cette origine anecdotique ne donne évidemment pas la solution, même si...

Écrit par : Blumroch | 21/05/2019

Pour information : mon épouse a beau avoir trouvé la solution (c'est vrai qu'elle connaît ma bibliothèque), elle me reproche la difficulté de l'énigme, qu'elle juge excessive. Je viens de vérifier que Gougueule, *convenablement interrogé*, donnera la solution. ;-) *Sursum corda* ! (ce n'est pas un indice !).

Écrit par : Blumroch | 21/05/2019

Moi, j'attends tranquillement au pied de l'estrade, avec mon bouquet.
Dépêchez-vous, sinon faudra que je le change !

Écrit par : Carine | 21/05/2019

Eh bien, si je suis le seul participant nous ne sommes pas prêt de connaitre la solution :-(

Écrit par : Pharamond | 21/05/2019

Blumroch,
À propos du Beau nécessaire à notre survie ?
Beau que l'on trouve assez facilement dans la musique ?

Écrit par : Carine | 21/05/2019

Euh... Céline ?

Écrit par : Carine | 21/05/2019

Le duo des chats que pourrait illustrer la première image est de Rossini, mais je ne vois point de tournedos dans la deuxième illustration
Bon OK, je ==>

Écrit par : Philippe Dubois | 21/05/2019

Le duo des chats que pourrait illustrer la première image est de Rossini, mais je ne vois point de tournedos dans la deuxième illustration
Bon OK, je ==>

Écrit par : Philippe Dubois | 21/05/2019

@Dame Kameradin Carine : C'est très bien de ne pas renoncer. ;-) Et oui, le sujet, c'est bien la musique, la vraie musique avec des notes et non avec des mots (même si l'idée exprimée par la première image exige des phrases). S'agit donc pas de Céline ; toutefois, la personne à trouver a figuré avec lui sur une même liste édictée par des "haineux" pendant "les heures les plus sombres" et patati et patata. Il n'y a pas de hasard, j'ai *encore* choisi un méchant. ;-)
@Pharamond : Vous n'êtes pas seul... à ne pas encore trouver. ;-)
@Philippe Dubois : Merci de me donner une excuse pour évoquer la délicieuse et talentueuse Sumi Jo :
https://www.youtube.com/watch?v=ECPAIatM_DA
Oubliez les chats pour ne voir qu'un rassemblement de compositeurs d'époques diverses, qu'on ne trouverait réunis que dans un seul type de livre.

Écrit par : Blumroch | 22/05/2019

Euh... Karajan ?

Écrit par : Carine | 22/05/2019

Euh... Furtwängler ?

Écrit par : Carine | 22/05/2019

Herr Deutsche Grammophon?

Écrit par : Carine | 22/05/2019

@Dame Kameradin Carine : Des méchants, encore des méchants, toujours des méchants... Apprenez que le méchant à trouver a, lui aussi, dirigé un orchestre en au moins une occasion qu'on pourrait qualifier de spectaculaire, qui a d'ailleurs laissé une trace visible et audible dans l'histoire de la musique comme dans celle qui concerne les images qui bougent, même si personne ne le connaît à ce titre (ce dernier point n'étant d'ailleurs plus vrai de nos jours).

Écrit par : Blumroch | 22/05/2019

Ne s agirait il pas de Chostakovitch et de la fameuse création de sa 7eme symphonie sous les bombes à Leningrad? Le chef d orchestre était Carl Eliasberg selon Whiskypedia...

J ai eu le plaisir d assister aux concerts plutôt pugilistiques du célèbre H8000 belge, mais ce concert en particulier est sans conteste le plus rock n roll de toute l Histoire musicale

Écrit par : Benway | 22/05/2019

Le chef de l'orchestre du Titanic, Wallace Henry Hartley?

Écrit par : Carine | 22/05/2019

Blumroch > Euh... Le chef d'orchestre de "The Magical Maestro" :
https://www.dailymotion.com/video/x6ikcf6

Écrit par : Pharamond | 22/05/2019

@Benway : Vous m'avez incité à lire la fiche de Chostakovitch... mais ce n'est pas lui. Quant à la fiche d'H8000, elle est illisible, qui n'existe qu'en étranger !
@Dame Kameradin Carine : Vrai que ce navire était une sorte de grande illusion de sécurité, mais non, ce n'est pas votre astucieuse suggestion.
@Pharamond : Si c'est une variante du jeu *Magic : The Gathering*, j'abats cette carte, savoir l'inoubliable *The Cat Concerto* avec Tom et Jerry :
https://www.youtube.com/watch?v=jL7X7EjsWJo
;-)

@Tous : Je pourrais faire le malin en soulignant que tous les éléments sont donnés dans les réponses précédentes, mais ce serait bête et méchant. ;-) Bref : la première image est comme un concentré d'histoire de la musique ; la seconde concerne la musique du film "La grande illusion" qui a donné au personnage mystère une occasion de briller incognito. A vos claviers !

Écrit par : Blumroch | 22/05/2019

Blumroch > Émile Vuillermoz ? Mais si c'est lui, je n'ai aucun mérite : votre précédent commentaire avaient quasiment donné la réponse, Wikipédia a fait le reste et j'ignorais l'existence de cet homme.

Écrit par : Pharamond | 22/05/2019

La couronne de lauriers, le bouquet de fleurs et le bisou de Dame Kameradin Carine reviennent donc à Pharamond qui a trouvé la solution, savoir Emile Vuillermoz (1878-1960) qui fut musicologue, compositeur, critique musical et critique littéraire. A en croire Internet, non seulement il eut l'idée du Festival de Cannes, mais encore il fut l'un des premiers critiques à saisir l'importance de la télévision.

C'est d'ailleurs sans importance aucune : de fait, Vuillermoz reste -- ou devrait rester -- dans les mémoires pour sa remarquable *Histoire de la musique* qui fait toujours office de référence, au même titre que celle, plus célèbre et un peu plus personnelle (comme l'indique d'ailleurs son titre, *_Une_ histoire de la musique*), rédigée par Lucien Rebatet. En lisant ces deux ouvrages complémentaires, on peut évidemment jouer au grand spécialiste ("Doctus cum kikipedia" !) pour y trouver assez facilement des lacunes voire pire : des injustices -- ainsi de Gustav Holst, expédié bien rapidement (dans le même registre, on peut reprocher à Kléber Haedens son traitement bien cavalier des littératures médiévales, que ce soit par ignorance ou par désintérêt). Pourtant, en attendant l'avènement d'un EuroKalifaReich qu'on sait déjà ami des belles-lettres, des arts et des sciences, ces livres seront encore à bon droit considérés comme des *classiques*, alors que leurs détracteurs sont déjà ou seront bientôt oubliés. Quant aux ouvrages collectifs qui prétendent remplacer les oeuvres conçues par un seul bon esprit...

Avec son rassemblement des plus grands compositeurs, la première image voulait évoquer, d'indirecte et féline manière, cette érudite histoire de la musique grâce à *Cat Symphony*, une illustration composée par un certain Sven Hartmann aussi inspiré et aussi talentueux que le Moritz von Schwind auteur du fameux tableau intitulé *Die Katzen-Symphonie*. J'avais d'abord envisagé un tableau chronologique des compositeurs et genres, mais j'ai voulu offrir à l'ailurophile camarade téléphobe une compensation symbolique pour l'absence -- à ma connaissance -- de tout lien entre sa jeune fille au stylographe et Vuillermoz.

L'indice donné par la seconde image concernait évidemment la *musique* du célèbre film et surtout ses conditions d'exécution : en effet, bien qu'il ne figure pas au générique (une vengeance, un oubli ou une excessive discrétion ?), Vuillermoz a été le directeur d'orchestre de *La grande illusion*.
Un certain Olivier Curchod, apparemment spécialiste du cinéaste Renoir, rapporte cette anecdote instructive dans son *Renoir : Partie de campagne et La grande illusion* : "Emile Vuillermoz, musicien et critique occasionnel, fut, pour La Grande Illusion, juge et partie, car après avoir dirigé l'enregistrement de la musique (sans crédit au générique), il signa deux critiques élogieuses du film à sa sortie."
Le procédé, habituel dans la presse et jusque dans nos milieux (dans les années 90, Beketch avait en riant allumé la rédaction de *Rivarol* pour cette pratique malhonnête consistant à confier l'examen critique d'un livre à son auteur... protégé par un pseudonyme à usage unique ou par un "house name"), est évidemment indéfendable quand il est clandestin, et Vuillermoz aurait pu se dispenser de naviguer ainsi sous *faux pavillon*. Avancer masqué, c'est diminuer la valeur d'éloges pourtant objectivement mérités.
La conclusion à tirer de cette anecdote, c'est qu'en vérité presque personne n'est parfait -- à part Foutriquet 2.0, évidemment, âme simple qui aime à croire exact et justifié son autoportrait flatteur puisque peint avec les couleurs de sa propre imagination courtisane et complaisante. Mais c'est un autre sujet...
En tout cas, on peut regretter l'époque où certaines élégances intellectuelles et morales s'imposaient à *tous* -- ainsi de ces grands professeurs de l'Université qui s'interdisaient de mentionner leurs propres ouvrages dans les bibliographies données à leurs étudiants.

La fiche de Vuillermoz apparaissait en fournissant à Gougueule "histoire de la musique" (première image) et "la grande illusion" (seconde image). L'énigme n'était donc pas *si* difficile. ;-)

Par désoeuvrement ou par curiosité, on pourra consulter les habituelles fiches de police française et anglaise ; dans la première, on appréciera le caractère fielleux de l'anonyme savant compilateur kikipédien qui a cru nécessaire d'y aller de son couplet *vertueux* pour *subtilement* *stigmatiser* l'engagement politique de Vuillermoz, d'ailleurs étrangement attribué à la mort de son fils en vertu du sophisme *Post hoc, ergo propter hoc* : "il gravite dans les milieux collaborationnistes parisiens et va jusqu'à préfacer en 1944 un ouvrage publié de Philippe Henriot." Le même crétin, contenant à peine son indignation sous couvert de nous *informer*, tient d'ailleurs à nous avertir : Vuillermoz a figuré sur la liste noire des "écrivains *indésirables*" (et on reproche aux vieux socialistes nationalistes leurs affiches proclamant que certains clients n'était pas *souhaités* !) dressée par le Comité "national" des "écrivains". A relever certains noms mentionnés dans cette raffle, notre *satellite* vichyssois ou vichyste était en bonne, voire excellente compagnie.

Un disciple et ami de Vuillermoz a passé trente ans à kollaborer avec *L'Immonde*, haut fait qui lui assurait de tomber à sa mort dans un oubli bien mérité pour rejoindre les fantômes d'Ohnet, Béachelle, Jauni et Jeando. Probablement désireux de passer quand même à la postérité, il avait malheureusement eu l'ingénieuse idée d'ajouter, dans les dernières rééditions de l'*Histoire de la musique*, quelques paragraphes de son cru, consacrés à la "musique" contemporaine, alors que son plat exercice de "name dropping" ne s'imposait en rien. D'éventuels curieux gagneront donc à chercher, par principe, les premières éditions pour s'éviter d'inutiles énervements.

Merci aux ceusses qui ont bien voulu participer, et particulièrement à la mélomane Dame Kameradin Carine[005], car c'est son blog, riche de références à la musique classique, qui m'a donné l'idée de rappeler l'existence de Vuillermoz et surtout celle de son *magnum opus* que j'ai souvent offert ou recommandé sans avoir pris la peine, jusqu'à cette occasion, de m'intéresser particulièrement à son auteur.
Au passage, je suis assez content d'avoir découvert, en rédigeant ce *blurb* minimaliste, que Vuillermoz avait été *flétri*, c'est-à-dire distingué et même *honoré*, par le tristement célèbre C."n"."e". Le choix d'un *méchant* n'était même pas intentionnel ! Faut croire qu'ils sont décidément *partout*... et toujours associés aux bons livres. Sans doute un hasard... ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/05/2019

Blumroch > Je ne mérite bien évidemment aucunement tous ces honneurs, mon seul mérite étant de savoir lire à peu près et d'appuyer sur les touches d'un clavier (de PC, non de piano). Pour le reste, un grand merci pour vos blurbs toujours aussi instructifs que passionnants et la découverte du personnage.

Écrit par : Pharamond | 22/05/2019

@Pharamond : Vous avez trouvé, c'est tout ce qui compte. Au reste, l'époque ordonne de *gagner* par tous les moyens. ;-)
Ce n'est d'ailleurs pas de ma faute, si les personnes à trouver présentent, en tout cas à mes yeux, un certain intérêt que les *blurbs* ne font que souligner plus ou moins [mal]adroitement. ;-)
En tout cas, le livre de Vuillermoz est à lire, qu'on soit mélomane ou non, tout comme est à lire, consacré à un sujet très différent, le *Des dieux, des tombeaux, des savants* d'un C. W. Ceram au passé... intéressant (et là encore, je l'ai longtemps ignoré). ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/05/2019

Oui, mais je n'aime pas mon époque ;-)

Il y a tant de livres à lire...

Écrit par : Pharamond | 22/05/2019

@Pharamond : Moi, je la hais. ;-)
C'est exact, mais ceux qui présentent un réel intérêt sont en nombre assez limité -- dans mon expérience, parmi tous ceux que j'ai lus, à peine un sur dix... et j'ai rarement donné dans la bande dessinée. ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/05/2019

Je lis moins vite que vous et j'ai déjà une longue liste d'attente. Heureusement que j'ai des conseillers en lecture ;-)

Écrit par : Pharamond | 22/05/2019

Allez, bouquet et bisou au Kamerad Pharamond ^^

Écrit par : Carine | 22/05/2019

Merci, j'accepte avec plaisir même si c'est immérité.

Écrit par : Pharamond | 22/05/2019

Bravo au Patron, son titre n est pas usurpé

Écrit par : Benway | 23/05/2019

Damn! Mon snotphone a mutilé mon précédent message...

Écrit par : Benway | 23/05/2019

Merci, vous êtes trop aimable.

Écrit par : Pharamond | 23/05/2019

@Pharamond : "j'ai déjà une longue liste d'attente." Message reçu, fin des suggestions -- d'ailleurs peu appréciées sinon par vous. ;-)

Écrit par : Blumroch | 23/05/2019

Tss, tss, plusieurs visiteurs ont écrit noir sur blanc qu'ils venaient ici autant pour les commentaires dont bien sûr les vôtres que pour ma modeste prose.

Écrit par : Pharamond | 23/05/2019

Écrire un commentaire