Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2019

Peintres

« La Galerie d’art Thulé est un projet né en 2007 en Italie ; elle est organisée par l’association Thulé. Thulé propose des œuvres d’art en galerie, des biographies ainsi que des bibliographies d’artistes proscrits ou ignorés pour des motifs idéologiques ou encore en ligne avec les canons esthétiques qui dominent. La Galerie d’art Thulé se veut une œuvre collective qui s’adresse à tous les amoureux de l’art. Elle prie les visiteurs de participer par l’envoi d’informations et de reproductions d’œuvres d’artistes sur son site. Notre Galerie d’art appelle les journaux, sites internet, magazines et blogs à publier des compte-rendus sur ses activités. »

Sur ce site - malheureusement en italien - l'incontournable Arno Breker côtoie nos dessinateurs mal-pensants Konk ou Chard, le peintre très controversé Herbert Smagon, le dessinateur Mjölnir dont le crayon a tant fait pour le succès du NSDAP a ses débuts, et bien d'autres.

Commentaires

@Pharamond : Y'a même un Adolf Reich parmi les artistes. Si ce n'est pas de la provocation, ça... ;-)
Plaisanterie mise à part, merci pour l'adresse !

Écrit par : Blumroch | 22/04/2019

Il est mort en 63, son nom a dû être lourd à porter pendant les années d'après guerre.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

@Pharamond : Je note l'absence de certain aquarelliste bien connu. ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/04/2019

Oui, c'est vrai, mais il n'a pas fait carrière... enfin pas en tant que peintre.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

@Pharamond
D'autant qu'il a été emprisonné jusqu'en 49.

Écrit par : Sven | 22/04/2019

Pour peintures haineuses sans doute.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

Comme dignitaire du Reich :-(
Lis, si ce n'est déjà fait le Questionnaire d'Ernst von Salomon sur l'arbitraire des détentions des mauvais traitements infligés aux détenus. Peu suffisait pour finir en taule.

Écrit par : Sven | 23/04/2019

J'ai heureusement renoncé à écrire *Le questionnaire de Bruxelles* qui aurait, entre autres, évoqué les mauvais traitements infligés aux mauvais esprits. ;-)
Pharamond, j'appuie la motion du camarade Sven : si vous ne l'avez pas encore lu, lisez *Le questionnaire*.

Écrit par : Blumroch | 23/04/2019

Sven & Blumroch > Je n'ai lu que "Les réprouvés", mais je tâcherai de corriger cette lacune dès que possible.

Écrit par : Pharamond | 24/04/2019

@Pharamond
C'est un livre génial. Les réponses fournies au questionnaire de dénazification donnent lieu à des digressions de von Salomon sur sa vie dans l'Europe des années 20 au milieu des années 40. S'entremêlent des considérations politiques, des descriptions de la vie des corps francs, une description de l'Allemagne de Weimar puis du nazisme jusqu'à l'effondrement, son amour des femmes de la bonne bouffe, ... C'est franchement truculent car von Salomon ne manque pas d'humour. Il y a des épisodes savoureux comme celui où l'un de ses frères, membres du NSDAP, se lance dans la généalogie pour savoir si famille est d'origine juive, ou celui dans lequel von Salomon explique, que bien qu'ayant été dans une école de cadets, il n'avait jamais porté l'uniforme d'une armée régulière et n'avait jamais été décoré. La seule décoration qu'il avait reçu était pour être passé derrière les lignes ennemies et avoir volé un pot de crème, à la demande de son chef de corps-francs.

Écrit par : Sven | 26/04/2019

@Pharamond : J'approuve, là encore, le camarade Sven, qui oublie sans doute à dessein les quelques lignes assez ironiques consacrées au très *sérieux* Jünger entouré de disciples. ;-) Quant à la scène où des dames de certaine communauté lui apportent des vivres le prenant pour un des leurs...
Petite et malpropre fourberie, l'édition parue chez Gallimard dans la collection L'imaginaire comporte évidemment une inutile et imbécile préface en forme de dénigrement :
"L'idée de se servir du canevas du fameux questionnaire, élaboré par les Américains pour prendre les anciens nazis dans la nasse infaillible d'innombrables questions, pour raconter sa propre vie et dénoncer l'imbécillité des vainqueurs, pour montrer et démontrer qu'ils ne valaient pas mieux que les vaincus, pour dénoncer les injustices et les mauvais traitements infligés aux Allemands, cette idée était sinon géniale, pour le moins maligne et drôle."
L'atténuation est sotte : de fait, l'idée -- toujours évidente après coup -- était géniale et ce grand livre est un chef-d'oeuvre.
Aurais-je été assez fat et assez candide pour écrire une charge contre l'immonde monde moderne, que je l'aurais intitulée *Le questionnaire de Bruxelles*, imaginant les questions et les réponses que nous devrons sans doute bientôt fournir à nos geôliers plus ou moins exotiques -- avant notre exécution en masse, cela va sans dire.
Une autre manière de procéder consistait à faire l'inventaire d'une bibliothèque de méchant, et là, c'était *Mauvaises lectures* qui s'imposait. ;-)
Une chance pour tout le monde : je suis nihiliste autant que paresseux. ;-)
Bref, de toute urgence, une fois Papini achevé, von Salomon !

Écrit par : Blumroch | 26/04/2019

Sven & Blumroch > Je suis convaincu - Papini est déjà acheté - mais il va me falloir être au moins centenaire pour tout lire.

Écrit par : Pharamond | 26/04/2019

@ Pharamond

C'est ce que je te souhaite. Mais lis le Questionnaire avant.

@Blumroch

Je n'ai pas évoqué, à dessein, les passages dans lesquels l'auteur fréquente les cercles nationaux révolutionnaires et les anciens des corps francs. A mon avis, pour bien apprécier ces passages, il faut avoir une certaine connaissance de la révolution conservatrice allemande. La moquerie sur Jünger m'a fait sourire. Et ne manque pas de justesse*.
C'est le lot des préfaces actuelles. A quand la mention: "Ne convient pas à un enfant de moins de 36 ans". Peut-être pour la ré-édition des pamphlets.

* Blumroch fait allusion à ce passage:
"C'était lui qui donnait à la revue son importance par des articles si spirituels et d'un style si cristallin que nos lecteurs, remplis d'un profond respect, avaient l'impression qu'il était déjà bien beau si Ernst Jünger lui-même était sûr de les comprendre… J'étais incapable de me débattre avec ses livres. L'organe magique et l'organe métaphysique me faisaient défaut… Je fus donc presque naturellement exclu de la communauté qui se forma autour de lui, ce groupe de disciples qui semblaient posséder naturellement ce qui me faisait si cruellement défaut ; ils s'accroupissaient aux pieds du maître et fixaient d'un œil fasciné la pierre philosophale qu'il tenait entre les mains, non pas pour s'en servir, mais pour la peser, calibrer, analyser et sublimer".

Écrit par : Sven | 27/04/2019

@Sven : Comme jadis on forgeait, à la Plutarque, des parallèles forcés entre Corneille et Racine, on pourrait ici en trouver un entre Jünger et Abellio, fort intelligents tous deux mais dépourvus de tout sens de l'ironie, entourés de disciples éblouis, c'est-à-dire, trop souvent, de zéros. ;-)
Passé, le temps où Nimier demandait des préfaces à Boutang, Perret ou Blondin ; aujourd'hui, c'est le petit profaillon demi-habile soucieux de montrer combien il est plus intelligent et plus *moderne* que l'écrivain ou le penseur qu'il doit présenter. On en arrive ainsi à des zozos qui se croient supérieurs à Nietzsche prétendu cinglé. Epoque de crétins.

Écrit par : Blumroch | 27/04/2019

"On en arrive ainsi à des zozos qui se croient supérieurs à Nietzsche prétendu cinglé."

Ah! Je crois que j'ai touché là ou ça fait mal.
Evidemment, pour quelqu'un qui admire de si nombreux "maîtres" les mécréants font peur.

Écrit par : realist | 27/04/2019

@Pharamond : Dernière vidéo de la Mite, toujours en forme malgré la triste tournure des événements :
https://www.youtube.com/watch?v=6d0PhisxvFs

Pour une prochaine brassée de réflexions, ces propos adaptés aux mauvaises rencontres qu'on peut faire même dans un club de haute tenue :

"-- Je suis un (beep !). Je suis content d'être un (beep !) car tout minuscule que je suis, je dénigre tout ce qui me dépasse. J'aurais tant voulu collaborer à l'immortel *Pourquoi nous ne sommes pas nietzschéens* où j'aurais été sur un pied d'égalité avec ces *sommités* de la philosophie *mécréante* que sont Ferry, Comte-Sponville et Descombes (sans oublier quelques autres obscurs à ma pauvre mesure).
-- Eh bien moi, je ne suis pas de force à être un maître, mais je ne suis pas de faiblesse à être un disciple, ce qui ne m'interdit pas d'estimer les rares estimables. Je ne suis pas fier d'être ainsi puisque c'est ma nature, mais je suis bien content de n'être pas un (beep !)." (librement adapté d'un petit dialogue d'Arthur Schnitzler -- évidemment plus concis, s'adressant aux lecteurs d'*avant*)

"Never Wrestle with a Pig. You Both Get Dirty and only the Pig Likes It."[1] : attribué à tort à Bernard Shaw et à quelques autres mauvais esprits comme Twain ou Anonymous, ce joli mot et ses variantes sont un synonyme pour "Redirected to /dev/null".

Et oui, on sait qu'on ne devrait pas répondre aux trolls, mais c'est un peu comme avec les importés : à ignorer leurs attaques, on les laisserait croire (je n'ai pas dit : penser) qu'ils ont raison ou qu'ils sont les plus forts. En l'occurrence, ce n'est pas tout à fait le cas. Je veux bien cesser tout commentaire pour laisser le champ libre aux seuls grands mécréants subversifs ; je ne suis pas absolument certain que ce sera *mieux*. A vous tous de voir. ;-)

[1] https://quoteinvestigator.com/2017/07/08/pig/

Écrit par : Blumroch | 27/04/2019

La bête se tortille, ça doit faire effectivement trés mal.

Écrit par : realist | 28/04/2019

@Blumroch

Michel Maffesoli tancé par des "communiquants" (dont l'insupportable ex-dir comm d'Ali le repris de justice) sur TV Libertés:
https://www.tvlibertes.com/bistro-libertes-avec-michel-maffesoli

Quoiqu'on pense de lui (je n'ai rien lu de lui hormis un excellent entretien dans Eléments), sa hauteur de vue et ses réponses acérées font ressortir la médiocrité de la quasi-totalité des intervenants.

Écrit par : Sven | 28/04/2019

J' arrive avec mes ranger's aux pieds ... tout cela est bel et bon , mais je suis de ceux qui croient que quoi qu' on pense du régime NS , de AH , des teutons , du bien du mal etc .. la victoire de cette Allemagne aurait été la notre ! celle de notre survie , celle des européens (blancs) et notre dernière chance d' exister . Maintenant on peut admirer chaque jour les conséquences de cette défaite commune même si nous n' en fûmes pas participants ...

Écrit par : EQUALIZER | 28/04/2019

Sven > Merci. Je vais donc partir en quête de l'ouvrage.

EQUALIZER > Difficile à dire parce que la période est aujourd'hui éloignée et qu'il est interdit de l'étudier honnêtement. Remarquez que cet interdit plaiderait dans votre sens.

Blumroch & realist > Je ne veux pas m'immiscer, mais il me parait inutile de se fâcher pour un différent pour ce qu'on pourrait résumer si j'ai bien suivi par une divergence d'opinion sur la philosophie de Nietzsche.

Blumroch > Excellente vidéo de La Mitte.

"A vous tous de voir." C'est tout vu ;-)

Écrit par : Pharamond | 28/04/2019

Vu l' état de délabrement de la France (à tous points de vue) une victoire de l' Allemagne ne pouvait pas nous mener à pire !
Je peine à imaginer que nous connaîtrions l' invasion actuelle ... comme l' Histoire ne repasse pas les plats .. ce n' est que pure spéculation .. ou domaine de l' uchronie .

Écrit par : EQUALIZER | 28/04/2019

Installés dans notre confort et notre illusoire sécurité nous avons délégué la politique a des techniciens par facilité les imaginant pas trop mal intentionnées et globalement compétents. Compétents pour leur caste ils le sont assurément, mais leurs intérêts ne correspondent aux nôtres. Ce détail nous avait échappé ; nous en payons le prix fort.

Écrit par : Pharamond | 28/04/2019

@realist

Vous n'avez pas compris que le premier commentaire de Blumroch ne vous était pas destin. Blumroch évoquait les nombreuses préfaces actuelles dans lesquelles un pseudo-intellectuel ou profaillon d'université de seconde zone essaie de se faire un nom en rabaissant un auteur auquel il n'arrivera jamais à la cheville, comme c'est le cas pour la récente ré-édition du Questionnaire d'Ernst von Salomon, où l' a été pour la sortie du Journal de Drieu, des Décombres de Rebatet, des Cahiers noir d'Heidegger, ...
Il se trouve que sur le blog de Pharamond, nous sommes quelques uns à apprécier les digressions de Blumroch qui nous font découvrir des auteurs que nous ne connaissons pas. Vous ne semblez pas avoir compris que la lecture est une activité fondamentale pour se constituer une vision du monde moins sommaire "que c'est la faute à l'islam" et sortir de l'aliénation par la marchandise que l'on tente de nous imposer. N'hésitez pas à nous faire partager vos connaissances d'un domaine précis - musique, architecture, histoire, montagne, cuisine, préparation sportive, ...

Écrit par : Sven | 28/04/2019

@Sven
"Vous n'avez pas compris que le premier commentaire de Blumroch ne vous était pas destin."

Même si la "cible" était partagée je ne crois pas m'être trompé.
Si je me souviens bien Blumroch s'était déjà "excité" de façon semblable contre Three Piglets.

"Vous ne semblez pas avoir compris que la lecture... "

J'ai une petite bibliothèque de 800 bouquins mais il n'y a pas plus de deux douzaines de romans ou "classiques".
Quand à faire partager mes connaissances...
Philosophie de l'esprit (Bitbol et autres), Anthropologie (Clastres, Sahlins, Bateson), Civilisation Chinoise et ésotérisme, etc...
Bref, que du rigolo.

Écrit par : realist | 28/04/2019

@Sven : J'avoue n'avoir jamais été ébloui par les sociologues après Gustave Le Bon, Jules Monnerot et Raymond Boudon (que je connais toutefois moins bien que les deux premiers).

Bistro Libertés qui recrute de la gourde hippophile et juppéiste parmi ses chroniqueurs, maintenant...

Je connaissais déjà Maffesoli qui ne m'était pas apparu comme essentiel mais simplement comme digne de l'ancien *Nouvel Observateur*. ;-)

Quant à la vidéo, j'avoue avoir arrêté après le numéro de sophiste cherchant à justifier, sans grand talent, la scandaleuse et indéfendable caution "universitaire" accordée à Teissier, même sans lui avoir donné du *summa cum laude* -- une petite, très petite habileté. J'ai même lu la chose, et tout ce que je peux dire, c'est que c'est très inférieur au moindre ouvrage de Jean-Pierre Nicola sur le sujet (lui préfère régner sur une secte dite conditionnaliste).

Seul point amusant : sa relation, *si* elle est vraie, des raisons qui ont permis à kikipedia de le prétendre favorable à Foutriquet 2.0. C'est toujours une erreur que de répondre à des journalopes ou à un "realist".

Quant au roquet ("mouarf, mouarf !" : c'est lui qui se décrit le mieux avec cet aboiement qui lui va si bien) qui se reconnaîtra à bon droit, il devrait cesser de m'aboyer aux chausses. Chacun a pu juger de la valeur et de l'intérêt de nos contributions respectives. Dans ce match, j'ose penser qu'il a perdu ; en revanche, il gagnerait à la fermer quand il prétend l'ouvrir, surtout quand il prétend juger très au dessus de sa chaussure.
Incidemment, puisque l'animal croit nous *éblouir* avec ses quelques livres hétéroclites choisis grâce aux chroniques intellectuelles (!) de *L'Express* et autres *ejusdem farinae*, sans doute, qu'il sache qu'au temps de sa splendeur parisienne, ma bibliothèque comportait quelque 6200 bouquins (lus, évidemment). Aujourd'hui, après épuration, c'est encore environ 2400 (et Nietzsche y figure, évidemment). On doit pouvoir doubler le total pour savoir ce que j'ai *lu* à raison d'un bouquin par jour pendant des décennies. Ayant gagné l'estime de Pierre Boutang et de quelques cervelles comparables, je me contrefous donc de l'avis de Duconno le "realist" qui serait certainement mieux inspiré de fréquenter d'autres blogs où il retrouverait un troupeau (les "habitués") de très grands esprits subtils, cultivés, incisifs, indispensables, à sa mesure : je pense que le Bonnet d'âne de Brighelli lui conviendrait parfaitement, car entrant dans le temple de la sottise, le "mécréant" se sentirait chez lui. On peut dire et prouver que Béachelle est un crétin ; mais seul un crétin peut qualifier Nietzsche de "cinglé".

C'est une expérience commune : je suis souvent irrité quand d'autres prétendent apprécier ce que j'aime car nos raisons ne sont presque jamais les mêmes ; je n'ai, notamment, rien de commun avec de très nombreux "admirateurs" de *The Prisoner*, de Tolkien ou de Jünger. Pour notre camp, c'est la même chose, et je me dis que certains devraient plutôt aller en face, où leurs immenses qualités fort bien tenues *secrètes* seraient mieux employées.

Quadruppani a tout dit de la difficulté à dire le néant d'un crétin : on l'insulte à la manière situationniste (c'est souvent ce qui s'impose et ce qui suffit) ou on l'expédie en quelques lignes, et on est accusé d'être trop rapide ; on lui consacre du temps, et là, le crétin y voit la mesure de son importance. Tenaille infernale. :-(

Écrit par : Blumroch | 29/04/2019

@Pharamond : Personne n'oblige l'autre (censored), qu'on sait allergique à mes menus propos (en vertu d'une loi psychologique énoncée par Nietzsche -- évidemment --, il a d'ailleurs oublié avoir reçu une leçon à propos de son TLDNR de crétin illogique, comme il a aussi systématiquement oublié de nous démontrer, textes et réflexions à l'appui, son immense valeur intellectuelle) à me lire, encore moins à m'apostropher.
C'est pour éviter d'avoir affaire avec de tels (censored) que je prône, ordinairement, la vertu d'indifférence, seule garante de la paix sociale. Vous me pardonnerez d'avoir jugé utile de répliquer, oubliant qu'avec certains, aucune conversation n'est possible ou utile, comme Aristote l'avait déjà observé.
On ne m'y reprendra plus. Et si nécessaire, on ne me lira plus -- ce sera un repos pour mes trois ou quatre lecteurs identifiés. ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/04/2019

Mais pourquoi tant de rancœur ?
Il s'est passé quelque chose de déplaisant entre vous ailleurs ?
On peut discuter sans s'empailler, non ? Fût-ce de Nitche ? (hey, je l'ai fait exprès, mais ça n'a pas fait sourire...)

Écrit par : Carine005 | 29/04/2019

@Carine : Aucune rancoeur. Au reste, je ne connais pas l'individu et c'est tant mieux : je m'en voudrais.
La réaction à un *troll* qui devrait, de *son* propre mouvement, m'éviter.
Rassurez-vous, la prochaine fois, je disparais pour redevenir un *lurker*.

Écrit par : Blumroch | 29/04/2019

@Carine : P.S. : "Nitche", c'est une orthographe qui doit faire gagner moins de points au *Scrabble*, mais c'est une jolie francisation à la Jacques Perret. ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/04/2019

@Sven
Vous voyez, le "grand homme" vous contredit et il est effectivement très malheureux que sa grande culture ne lui apporte pas plus de satisfactions.

Écrit par : realist | 29/04/2019

@Blum .. realist : ça va se terminer au sabre ? à l' ancienne ?

https://allgemeine-burschenschaft.de/wp-content/uploads/2017/04/cropped-Kommers3-1.jpg

https://www.youtube.com/watch?v=o_HvagP0y60

Écrit par : EQUALIZER | 29/04/2019

@Sven : Je ne sais si vous avez été un peu *gamer* et si vous avez pratiqué les Falcon 4.0 et autres IL-2 Sturmovik, mais dans les missions proposées par ces simulations militaires de vol, outre l'objectif principal, évidemment obligatoire, on trouve toujours, au retour, quelques cibles dites d'opportunité, généralement sans grande importance -- des nuisances mineures. C'est pourquoi, par analogie, vous aviez à la fois complètement raison et légèrement tort : l'objectif principal, c'était bien le troupeau des esprits de deuxième ou de troisième ordre qui croient briller au détriment de gens bien plus intelligents qu'ils ne le seront jamais ; la cible d'opportunité, insignifiante, c'était le roquet qui croyait se distinguer avec ses "mouarfs" et autres remarques judicieuses de type "Nietzsche est cinglé", ce qui suffit à donner sa mesure de *minuscule*, même par rapport aux médiocres évoqués *supra*. J'aurais pu résister, mais le crétin (qui, pour se donner une contenance, verse *évidemment* *aussi* dans le psychologisme de Monoprix en période de soldes), c'était aussi tentant qu'inutile. ;-)

@EQUALIZER : Comme les excellents Lugan[1] et Volkoff, je suis favorable au duel, et pas *seulement* pour donner des leçons de responsabilité et de décence aux journalopes. Dans une société idéale, le duel aurait cette vertu que de rendre les gens polis, en tout cas de les dissuader de vous *infliger* leurs abois en forme de "mouarf" pour attirer l'attention qu'ils ne méritent en rien.
Même si j'étais en bonne forme physique (ce n'est pas le cas, et c'est l'unique raison pour laquelle je ne me joins pas aux camarades Pharamond et Philippe Dubois le samedi), je n'irais pas me battre au sabre mais au pistolet ou au revolver (un Equalizer[2], of course). Offensé, ayant donc le choix des armes, je pourrais aussi bien choisir l'esprit et déclarer que l'autre a déjà perdu. ;-)
Excellent film que *Duellistes*. Dans le même registre, on trouve aussi *The Fencer*[3] consacré à Endel Nelis, film fort plaisant que l'immonde chaîne Arte repasse ce vendredi 10 mai à 20h55. Comme il est introuvable en DVD...

[1] https://www.bvoltaire.fr/duel-desengorger-tribunaux-rendre-enfin-prudents-journalistes/

[2] http://attelage.org/f_article_read.php?aid=22389

[3] https://www.youtube.com/watch?v=MHB5D7MS8Qo

Écrit par : Blumroch | 29/04/2019

J'épargnerai à tous une facétie inspirée de Flaubert et de Queneau, mais puisqu'on a parlé d'escrime, j'en profite pour signaler l'existence d'un excellent roman de Pérez-Reverte, *Le maître d'escrime* qui, par de certains aspects, rappelle un autre chef-d'oeuvre, *Le Maître ou le tournoi de go* de Kawabata. N'étant pas le Bardèche élégiaque de *Sparte et les Sudistes*, je n'en dirai pas plus. "'Nuff said", comme disait Stanley Lieber.

Écrit par : Blumroch | 29/04/2019

Blumroch > Vous êtes tout excusé, je crois seulement que ce petit différent est d’avantage dû à une incompréhension initiale qu'à autre chose.

Écrit par : Pharamond | 29/04/2019

@Pharamond : Nope, mais c'est sans importance aucune. ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/04/2019

@realist

Vous avez été vexé, c'est bon, on a compris. Les attaques ad hominem à l'égard de Blumroch sont fort déplaisantes. Et vouloir essayer de semer la zizanie au sujet d'un soit-disant désaccord ne vous grandit pas.
Primo, je ne vois pas où Blumroch me contredit.
Secundo, même si c'était le cas, je ne m'en offusquerais pas outre mesure. Nous sommes sur un espace de discussion. Etre contredit fait partie des "risques" encourus. Cela nourrit les échanges, permet d'avoir un éclairage nouveau pouvant amener à reconsidérer son point de vue, ... Lorsqu'on ne supporte pas la contradiction, on ne participe pas.

@Blumroch

Le reproche que je fais à ce genre d'émission est de donner la part belle à des chroniqueurs sans grand intérêt.
Je ne suis pas un grand fan de socio, mais je rajouterais à votre liste Weber, Sombart, et quelques textes de Baudrillard.
Je suis partagé concernant Mafesoli. L'épisode de la thèse sur l'astrologie est peu glorieux. Tout comme le suivant, qui n'est pas sans rappeler celui survenu dans le monde nauséabond des "gender studies":
https://zilsel.hypotheses.org/1713
Néanmoins, les trop rapides évocation de l'enracinement dynamique, la sortie de l'individualisme par la tribu, son surprenant aveux d'assister à la messe à St Nicolas du Chardonnet tous les dimanches et son évocation de l'incendie de Notre Dame (http://www.lefigaro.fr/vox/religion/maffesoli-que-signifie-la-piete-collective-au-pied-de-notre-dame-en-feu-20190416) m'ont donné envie d'en savoir plus. Et sûrement de lire le temps de tribu qu'un ami m'avait recommandé.

Je n'ai pas été tellement gamer. Un peu de civilisation, de warcraft, de doom like et d'un jeu de stratégie se déroulant durant la 2nde GM dont le nom m'échappe. Je comprends le concept de cibles secondaires et n'étais pas complètement dupe. Certaines fois, j'évite de mettre de l'huile sur le feu, car les échanges se faisant sous pseudo, la discussion fait place au trollage.

Écrit par : Sven | 30/04/2019

@Sven : J'ignorais ce canular, réjouissant, mais ils sont aujourd'hui si nombreux et surtout si faciles à produire... C'est comme l'envoi à un éditeur, après en avoir modifié quelques noms et adjectifs, d'un roman publié quelques décennies auparavant, roman qui sera évidemment refusé (parfois par son éditeur d'origine) : l'exercice est divertissant une fois, deux fois, mais ensuite, ce n'est plus que monotone confirmation d'une réaction prévisible et, malheureusement, explicable.
Ce que j'avais lu sous la signature de Maffesoli ne m'incitait déjà pas à le considérer comme un grand (et le scandaleux cadeau fait à Teissier avait même fait hurler des astrologues "sérieux" -- en tout cas meilleurs sophistes --, c'est tout dire !) ; ce que vous m'apprenez le rend plus petit encore. ;-)

Vous êtes aussi habile et diplomate que Pharamond. Pour parodier un mot (tristement) fameux : "Vous m'avez compris." ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/05/2019

@Sven : Damn, Maffesoli serait un menteur, en plus, si on en croit ce papier :
http://www.homme-moderne.org/societe/socio/teissier/analyse/socio.html
dont les auteurs signalent que la... ahem, "thèse" de Teissier a eu la mention "Très honorable" -- la *petite* habileté étant de ne pas l'assortir des félicitations du jury.
La conclusion livrée ici :
http://cibois.pagesperso-orange.fr/esprit.htm
attribue la même malhonnêteté ("Tricherie assumée donc, et des deux côtés") à Germaine et à Michel. ;-)
Après avoir séduit Abellio, le mannequin l'aurait eue, sa chaire à la grande Sorbonne, si Mitterrand avait continué à nuire plus longtemps !

Écrit par : Blumroch | 01/05/2019

@Sven
Ben voyons, le flot d'insultes de Blumroch n'est pas "ad hominem", bien sûr...
Quand a "ne pas accepter la contradiction" ça ressemble étrangement aux méthodes gauchistes d'accuser l'adversaire de ce qu'on pratique soi même (pout le compte de Blumroch dans ce cas)

Écrit par : realist | 01/05/2019

@Blumroch

Les félicitations du jury ne sont plus attribuées dans la plupart des universités. Assez étrangement, la thèse en question n'est pas en ligne sur le site recensant les thèses soutenues en France: https://www.theses.fr/027001067.
A l'époque, Eléments avait pris fait et cause pour Maffesoli dans un dossier sur "l'inquisition à l'université" regroupant cette thèse et les affaires de révisionnisme à Lyon 3. Un prétexte commode pour ne pas paraître focaliser sur délires des petits copains.
Vous me direz, quand on a dirigé 140 thèses, je ne suis pas sûr que le travail du doctorant ait été suivi ni même la thèse relue. C'est proprement hallucinant lorsque l'on sait le temps que cela prend d'encadrer véritablement un étudiant. Lorsque l'on voit la diversité des sujets abordés, il est difficilement concevable d'imaginer que le directeur de thèse soit un expert de l'ensemble des domaines.
Très franchement, il est fréquent de voir des thèses être soutenues alors que l'étudiant ne devrait pas recevoir le titre de docteur. Quand c'est Germaine ou les frères Bogdanov, le directeur de thèse se retrouve sous le feu des projecteurs.
Pour revenir à Maffesoli, il est des nôtres, il a mis son gilet comme les autres:
http://www.lecourrierdesstrateges.fr/2019/03/30/maffesoli-les-gilets-jaunes-face-a-la-canaille-mondaine/
Ces prises de position ne sont pas étrangères à sa diabolisation par les chercheurs qui sont, en règle générale, des libéraux économiques et/ou sociétaux.

Écrit par : Sven | 01/05/2019

@Sven : Pour défendre et mélanger les sujets consacrés à l'étoile jaune et le sujet consacré aux étoiles, je parie qu'AdB était à la manoeuvre. ;-)
Plus sérieux qu'il n'est, Maffesoli pouvait -- et même devait -- refuser de "diriger", de manière réelle ou fictive, la foutaise de Germaine. J'imagine qu'il aurait aussi bien accepté un sujet consacré aux tribus du hip-hop, à condition de voir "son" concept être présenté comme essentiel (il semblait bien y tenir, au début de la vidéo citée *supra*). Au passage, un sophiste ordinaire pourrait aussi bien soutenir, morceaux de phrases à l'appui, que cette idée vient d'une lecture attentive de *Sparte et les Sudistes*... ;-)
Schnitzler avait eu une jolie formule que j'attribue parfois facétieusement à Nietzsche pour d'évidentes raisons, savoir que pour définir un homme, trois anecdotes suffisent, comme pour définir un triangle, trois points. Même si je n'avais pas un peu lu (et oublié) Maffesoli, je crois que deux points suffiraient : Germaine et Autolib. ;-)

L'article pourrait passer dans *Causeur* ou dans *Valeurs*. Suffit pas d'écrire quelques lignes désapprouvant la ligne officielle pour être, du coup, un grand. Et le "name dropping" à ce degré, c'est de la copie d'élève moyen de Terminale. Rien que le "Meurs et deviens"... Je suis presque étonné de n'avoir pas vu un petit développement sur Faust de Goethe, donc Faust Goethes, donc Faust Gottes, et donc Pugnus Dei, ce poing de Dieu qui s'abattra, tôt ou tard, sur Foutriquet 2.0. ;-)
Onfray, lui aussi, se prétendait favorable aux Gilets jaunes, jusqu'à sa découverte opportune, grâce aux journalopes, de leur prétendue hostilité à Sion.

Pardonnez-moi de n'être pas élogieux à l'excès : n'oubliez pas que je ne sais pas lire, même si je ne l'ai pas fait *Express*. ;-)

Écrit par : Blumroch | 01/05/2019

@Sven : Une dernière pour la route, à propos de Maffesoli. Dans la vidéo que vous citiez *supra*, l'animal affirmait à l'ex-juppéiste : "Je n'ai jamais dit que j'étais franc-maçon" (à 07:47). Or, ici :
http://www.souslavouteetoilee.org/la-main-de-michel-mafesoli
il le proclame : "«C’est clair», enfin, que ce non dogmatisme universitaire, enté sur l’esprit de tolérance de mon origine populaire, fut conforté par mon engagement maçonnique.
J’ai été initié au G O, à Lyon, dans une loge composée pour partie de policiers, l’autre étant des anarchistes (je vous laisse deviner de quel côté j’étais !) C’était en 1972. C’est dire , dans la foulée des évènements de 1968, les discussions tout à la fois enflammées et respectueuses de l’autre, de l’altérité, qui animaient les tenues.
Là encore la tolérance faisait sens. J’y ai appris, en silence, la nécessité d’être un esprit libre. La nécessité non moins impérieuse, d’éviter l’absolutisme des opinions erronées ou douteuses. Toutes choses indignes d’un authentique franc-maçon. Car, c’est chose aisée à comprendre, l’orthodoxie fait fond sur la routine philosophique. L’hétérodoxie, quant à elle, est pétrie d’intranquillités. C’est ce qui fait sa noblesse."
Tous les poncifs sur ce club d'imbéciles qui, parce qu'ils assistent à des conférences, croient y avoir acquis un authentique savoir et même une éminente dignité intellectuelle, y sont. Ah, la *nécessité* d'être un esprit *libre*...
Je n'aime déjà pas les sincérités successives, alors le mensonge...

Écrit par : Blumroch | 02/05/2019

P.S. : Suis tombé sur cette profession de foi parfaitement compatible avec le charabia de Foutriquet 2.0 alors que je cherchais, en vain, dans le fichier des thèses, celle de Germaine, dont l'absence est assez étrange, comme vous l'avez remarqué. En revanche, on y trouve les Bogdanoff !

Écrit par : Blumroch | 02/05/2019

@Blumroch

Très bon :-) Sûrement AdB sous l'un de ses multiples pseudos ou l'un de ses sbires. C'était une époque d'étiage pour Eléments.
Je pense que vous avez senti l'ironie dans mon propos. Pour faire écho à ce que vous disiez, Marx écrivait qu'on ne pouvait être communiste et franc-maçon car on ne pouvait défendre à la fois les intérêts du peuple et ceux de la bourgeoisie.
Pour compléter votre triangle, cette vidéo du gourou humoriste A. Soral: https://www.dailymotion.com/video/x27q7t8
A partir de 10:45 si vous voulez éviter la logorrhée justificatrice du maître du logos comme il aime à se définir, à l'attention de son public de semi-débiles.

Écrit par : Sven | 04/05/2019

Écrire un commentaire