Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2019

Pompéi

Aurait-on retrouvé l’enregistrement d'une webcam qui a filmé l’éruption du Vésuve de 79 ? Plus exactement il s'agit d'une vidéo réalisée par Zero One Animation pour un musée de Melbourne.

A day in Pompeii

Commentaires

J'avais déjà vu cette vidéo, c'est d'une profonde imbécillité pour ne pas dire d'un connerie noire:
Pompéi a été anéanti par des coulées pyroclastiques qui se sont abattues en QUELQUES MINUTES et pas par des bombardements sporadiques durant toute la journée, c'est d'ailleurs pour ça que ça été si bien conservé, y compris les cadavres.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nu%C3%A9e_ardente

Écrit par : realist | 15/04/2019

Je ne suis pas expert vulcanologue, mais les coulées en questions arrivent vers la fin et d'après les chercheurs les événements se seraient succédés sur environ 48 heures.

Écrit par : Pharamond | 15/04/2019

Jolie animation, qu'on croirait tirée d'un péplum.
Autre témoignage à l'ancienne, sans webcam, celui de Pline le Jeune (lettres XVI et XX) :
http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/plinejeune/six.htm
Lire du Tite-Live dans ces circonstances, devant pareil spectacle, c'est étonnant.

Écrit par : Blumroch | 15/04/2019

Je relis le texte, lu en seconde ou première, et oublié depuis. Joli propos : "Je pourrais me vanter qu'au milieu de si affreux dangers, il ne m'échappa ni plainte, ni faiblesse ; mais j'étais soutenu par cette consolation peu raisonnable, quoique naturelle à l'homme, de croire que tout l'univers périssait avec moi."
D'être collectif, le malheur serait moins terrible. Au moins avait-on ici l'espoir que c'était la fin du monde et de tout le monde. Espoir que nous ne saurions avoir : crapules et crétins continueront à exercer leur pouvoir après notre disparition. :-(

Écrit par : Blumroch | 15/04/2019

Merci pour le lien, je n'avais jamais eu l'occasion de lire les lettres de Pline le Jeune concernant la catastrophe.

Écrit par : Pharamond | 15/04/2019

"D'être collectif, le malheur serait moins terrible." Ô que oui, et nous n'aurons même pas cette petite consolation.

Écrit par : Pharamond | 15/04/2019

@Pharamond : "Avez-vous des textes ?" demandait le grand Fustel de Coulanges.

C'est la raison pour laquelle j'appelle de mes *voeux*[1], hélas vains, le Grand Astéroïde Vengeur ou la Grande Peste Universelle, Soudaine et Rapide. ;-)

[1] Je ne suis pas *si* fou : je ne *prie* ni Crom ni Cthulhu, qu'on sait indifférents à tout ce qui nous arrive. ;-)

Écrit par : Blumroch | 15/04/2019

La GPU a déjà sévi dans les années 20 et 30 dans une partie du monde ;-)

Écrit par : Pharamond | 15/04/2019

@Pharamond : Pas si "U" que cela. C'est comme avec le déluge : y'a toujours des veinards pour échapper au sort commun !

Écrit par : Blumroch | 15/04/2019

Les propagateurs de bacilles écarlates auraient bien aimé qu'elle soit "U".

Écrit par : Pharamond | 15/04/2019

Le Vésuve n' est pour rien dans l' incendie de ND de Paris ... les GJ non plus ... la destruction de ce symbole est de mauvais augure ... trop de coïncidences .

Écrit par : EQUALIZER | 16/04/2019

En principe, bon an mal an, environ 4000 Chrétiens assassinés en Indonésie dans la semaine pascale.
Ça s'est peut-être déplacé cette année.
Ah, c'est un accident ? What else?
À défaut d'en faire une mosquée...

Écrit par : Carine005 | 16/04/2019

Pari : la piste criminelle sera (est déjà ?) écartée, ou alors on retrouvera dans les décombres, *miraculeusement* préservés, un gilet jaune et une carte d'adhérent à un mouvement... "controversé", comme on le dit des substances prétendues novices.
Pari : de dix à quinze jours de propos mensongers, hypocrites ou ignobles (entre autres : difficultés à trouver des sous pour une éventuelle reconstruction d'ailleurs "révisée" dans le sens qu'on imagine, lamento sur les terribles conséquences pour le tourisme, interdiction de poser certaines questions) avant que ne retombe la chape de plomb jusqu'au prochain épisode. On ne plaisante pas avec le poids électoral.
Pari : le prochain symbole sur la liste, ce sera l'assemblée [inter]nationale -- non, just joking. Ce sera Versailles. Religion, monarchie. Mais attention : que nul n'aille toucher à EuroDisneyLand (sauf si de bonnes assurances ont été souscrites avant).
Rappel : les paris ne sont ni des prévisions ni des encouragements ni des souhaits. Leur probabilité est simplement trop différente de 0.
Je hais cette époque.

Un pari différent :
https://fboizard.blogspot.com/2019/04/un-gout-de-cendre.html

Écrit par : Blumroch | 16/04/2019

Gloups. "Nocives", pas "novices". Lapsus clavieri, lapsus clavis. J'ai une mauvaise excuse : je viens de voir photos et vidéos. Ancien parisien, mais parisien d'*avant* -- ah, les rendez-vous donnés au point zéro... :-(

Écrit par : Blumroch | 16/04/2019

EQUALIZER > Destruction, peut-être pas, mais de très gros dégâts. A choisir J'aurais préféré le Palais de l'Elysée...

Carine > Qui se souviendra de nous ?

Blumroch > Avec Hanlon ou Heilein je serais plutôt partisan du pari de FBoizard. Nous ne sommes pas si vieux, nous aurons droit à bien d'autres infamies avant notre heure.

Écrit par : Pharamond | 16/04/2019

@Pharamond : On a beau savoir générales l'incompétence et l'incurie, j'ai quand même, dans ce cas, peine à le *croire*.

Écrit par : Blumroch | 16/04/2019

@Pharamond : Autre pari, lu à l'instant :
https://saucisson-pinard.blogspot.com/2019/04/nd-de-paris-ac-ci-den-tel-quon-vous-dit.html
Si j'en crois quelques sites ricains (dénoncés par la malpensance de chez eux), le mot d'ordre (qui n'a d'ailleurs pas besoin d'être formulé, tant le dressage a été efficace) enfoncé avec un marteau de forgeron, c'est : c'est la fôte à padchance.

Écrit par : Blumroch | 16/04/2019

Soupçon djihadistes rentrés sans jugement et dans la nature, c'est un pari.
Mais aussi et en même temps, en poupées russes, sans avoir encore lu la Lime, soupçon sataniste mondialiste franc mac, qui n'a trouvé que ça pour sauver les fesses de micron.
Union sacrée de rigueur, on est sommés.
J'aurais préféré qu'ils attaquassent la pyramide du Louvre, ou le Serpent d'océan. Ou Beaubourg. Mais là, aucun risque.
Ils ont bien sacrifié 2 tours et 5000 vies pour pouvoir attaquer l'Irak...

Écrit par : Carine005 | 16/04/2019

Enchaînement inspiré par Lady Kameradin Carine : la vie des riens, ça ne coûte pas cher -- et ça ne fait pas couler de larmes bataviques en torrents ou en rivières.
Union sacrée avec de tels (censored) ? Sans moi.

Écrit par : Blumroch | 16/04/2019

Ni moi !

Écrit par : Carine005 | 16/04/2019

Blumroch > Je profite de mon droit de désaccord pour continuer jusqu'à preuve du contraire à croire à un accident ;-)

Quant à l'Union sacrée que l'on nous vend régulièrement... comment dire ?

Carine > Beaubourg ? Même les flammes n'en veulent pas.

Écrit par : Pharamond | 16/04/2019

@Pharamond : Y'a aussi l'hypothèse de l'intervention divine, voire celle de l'intervention *satanique* (par la manipulation des probabilités, comme dans l'excellent roman de Jack Williamson intitulé *Darker than you think*, *Plus noir que vous ne pensez* : on fait *croire* à un accident quand c'est une destruction programmée). ;-)
Je *croirai* aux accidents quand les foyers construits pour loger les envahisseurs brûleront eux aussi -- ce qui n'arrive jamais. ;-)

Écrit par : Blumroch | 16/04/2019

Comme je l'avais pressenti, on peut *tout* craindre des projets de reconstruction en forme de temple vivrensembliste[1]. Je vois déjà HidalgogolE changer le nom en prévision de "ses" inutiles et ruineux jeux olympiques : Notre Flamme de Paris. On peut imaginer que les architectes copains du régime sont déjà sur le coup. :-(

[1] https://www.causeur.fr/notre-dame-france-catholique-modernite-160725

Écrit par : Blumroch | 16/04/2019

@Blumroch
Oui, je vois trés bien une nouvelle toiture en forme de "pussy hat" rose.
Plus sérieusement et si ce n'est PAS un accident on peut se demander quelles seraient les conséquences attendues et si ça ne va pas partir dans des directions imprévues de tous.

Écrit par : realist | 17/04/2019

@realist : Disparition, totale ou presque, du sujet d'ici dix à quinze jours. Dans l'enthousiasme général, adoption d'une loi défiscalisant les "dons" (ils osent le mot !) faits par les gentils milliardaires à 90% au lieu de 66%, ce qui signifiera en clair que le bon peuple paiera, comme d'habitude, pour les oligarques. Reconstruction au profit de quelques entrepreneurs, avec un projet grotesque mais *moderne* (pas mal, votre idée de toiture "pussy hat" rose, mais c'est peut-être encore trop tôt). Et ce sera tout.
(Je me demande si je ne suis pas exagérément optimiste, d'ailleurs.)
Je crois avoir lu que l'un des généreux oligarques avait 80 *milliards* de fortune *personnelle*, de quoi vivre largement pendant quelques siècles. Il fait semblant de donner quelques millions par je ne sais quelle entreprise. Tout est dit, là aussi.

Écrit par : Blumroch | 17/04/2019

Ah, selon *L'Express*, me dit gougueul, c'est *seulement* 66 milliards et 900 millions, la fortune *personnelle* mentionnée *supra*. A ce niveau astronomique, la précision n'a plus aucune importance -- en pourcentage, c'est même inférieur à l'habituelle différence monstrueuse entre prévisions et vrais chiffres (toujours dans le sens de la hausse) pour n'importe quel budget public mensonger.
Idée de conte fantastique : cette cupidité et cette rage d'accumulation doivent bien avoir une raison, que le goût du pouvoir et la folie n'expliquent pas entièrement. Un quidam (un journalope honnête et compétent, ce qui fait beaucoup, mais c'est un conte) enquête pour découvrir a) que la vie après la vie existe ; b) que l'argent de la vie précédente est transférable dans la suivante ; c) que les mêmes qui règnent ici règnent *aussi* *après*, parfois en pire si c'est possible. Et l'enquêteur de désespérer, qui ne peut même plus compter sur la mort volontaire pour échapper à tout cela.

Écrit par : Blumroch | 17/04/2019

Les causes de l' incendie ? on n' a pas à se poser de question sur comment c' est arrivé puisque c' est arrivé . J' ai bon ?

Écrit par : EQUALIZER | 17/04/2019

@EQUALIZER : Excellent. Vous connaissez vos classiques, Kamerad. 20/20 ! Doctorat de bienpensance décerné *summa cum laude* ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/04/2019

'"Destruction par incendie involontaire".
Trop forts.
Ils trouveraient un corps décapité dans une forêt qu'ils chercheraient l'origine d'un homicide involontaire.
Là, on cherche les causes d' un incendie spontané.
Moi, je vous dis que c'est une malice du Saint-Esprit, spécialiste du feu de broussaille.
Sinon, je vois pas.

Écrit par : Carine005 | 17/04/2019

Erreur : "destruction involontaire par incendie".
Ça change tout ! Un gentil visiteur de charpente a voulu se réchauffer un peu en brûlant la dernière édition de Libération et oups, ça a foutu le feu là dis donc.
Si je reprends mon image morbide, le gars teste son petit Laguiole sur un cou et oups, ça décolle tout là dis donc...

Écrit par : Carine005 | 17/04/2019

A y bien réfléchir, toute enquête est inutile : c'est un simple cas de combustion *spontanée* tout juste digne du *Livre des Damnés* (tout se tient !) de Charles Fort, ou des *Histoires magiques de l'histoire de France* (Breton et Pauwels).
Comme dit le pseudo-Pascal : "Et combien un policier bien *converti* par avance trouve‑t‑il plus *évidente* la conclusion qu’il avance d'emblée !"

Écrit par : Blumroch | 17/04/2019

Le pire, c'est tout le CO2 que ça a dû dégager.
C'est en pensant à ça que la Hidalgo fait la tronche.

Écrit par : Carine005 | 17/04/2019

Et les (micro-)particules fines, Dame Kameradin Carine ! Me semble d'ailleurs que SégogolE voulait interdire les feux de bois, quand elle pouvait encore imposer ses lubies !

Écrit par : Blumroch | 17/04/2019

Update ! Plus habile que ses camarades milliardaires, un des gros donateurs aurait bien réfléchi pour finalement renoncer à sa déduction fiscale (il a certainement quelques mois pour se raviser, quand tout le monde aura oublié). Si c'est vrai, c'est bien, mais ce qui aurait été mieux, c'est de le faire *avant* les commentaires écoeurés.

Écrit par : Blumroch | 17/04/2019

Blumroch,
"Et les (micro-)particules fines, Dame Kameradin Carine !"

Ce détail leur a échappé.

Écrit par : Carine005 | 17/04/2019

et les tonnes de plomb fondu vaporisé , c' est bon à inhaler !

Écrit par : EQUALIZER | 17/04/2019

Chez *Les minuscules*, on semble n'être pas excessivement convaincu par la thèse (ou plus exactement par la conclusion prévue dès le début du devoir, comme dans toute bonne dissertation) de l'incendie par simple et compréhensible négligence bien humaine :
https://les-minuscules.blogspot.com/2019/04/fausse-alerte.html
Dans les vidéos du billet, la malhonnêteté du cauteleux journalope fait plaisir à voir : c'est devenu si rare, un employé qui tient à justifier son salaire.

Écrit par : Blumroch | 17/04/2019

@Carine : le feu spontané ? depuis Dieu s' adressant à Moïse depuis un buisson ardent ... humm ! j' ai des doutes ...

Écrit par : EQUALIZER | 18/04/2019

Les mesures de prétendue "pollution" vont-elles montrer une augmentation temporaire du Fléau ? Les mafias gouvernementale et parisienne pourraient alors se retourner contre ce qui reste des institutions catholiques. Ce serait aussi ingénieux que de faire payer la population pour les lubies de la religion climatique. Une taxe "enfumage illégal au moyen de vieux bois et vieilles charpentes"...
Dans ses dernières années, Gautier, le "parfait magicien ès Lettres françaises", disait, devant le spectacle de la chiennerie moderne (déjà !) : "Je ne voudrais pas mourir. Je voudrais être mort."
Et ces pourritures de prévoir un "geste architectural fort", savoir la transformation de ce qui reste en zone touristique. Après l'immonde pyramide du Louvre, une tour façon Dubaï ? Paraît que l'architecte (ne pas rire) de la T.G.B.N.F. est sur les rangs -- pour mémoire, lire les deux ouvrages de Mandosio consacrés à cette abomination.
Ah oui, comme le veut l'apocryphe malédiction chinoise, nous vivons des temps dignes d'intérêt.

Écrit par : Blumroch | 18/04/2019

Certains ont depuis longtemps assimilé Foutriquet 2.0 à Néron (ce qui est d'ailleurs injuste pour Néron, but that's another story...). Voici une explication originale et ingénieuse qui, ne faisant intervenir ni les (censuré) ni les (censuré) ni même les Illuminati, en vaut bien d'autres, surtout à considérer la volonté manifeste de *profiter* de l'occasion pour *moderniser* dans le registre "Quick & Dirty", "vite fait mal fait" :
http://www.wendy-leblog.com/2019/04/notre-dame-des-champignons-dans-la-foret.html
Leopardi disait fort bien que faute d'accès direct à la vérité, on pouvait simplement formuler des hypothèses (apparemment) logiques à partir des rares éléments dont on disposait. Encore le grand Italien n'avait-il pas envisagé l'existence d'individus capables de *tout*, qui rend certaines idées *envisageables*.

Écrit par : Blumroch | 18/04/2019

@Blumroch
La mérulle.. excellente trouvaille, c'est une hypothèse tout à fait plausible, et si c'est le cas on voit bien là que les pieds-nickelés ne mesurent pas toutes les conséquences de leurs actes et visent les petits bénéfices à court terme.

Écrit par : realist | 18/04/2019

@realist : Le blog de l'étrange Wendy réserve parfois d'étonnantes surprises. Faut éviter de s'infliger les commentaires, qui vont ordinairement du bizarre à l'incompréhensible. ;-)
Les enragés capables de *tout* resteront au pouvoir avec l'appui des 80 personnes sur 100 qui gardent, par sottise ou intérêt, les yeux fermés.

Écrit par : Blumroch | 18/04/2019

Finalement, ça existe les décapitations involontaires :

https://www.contre-info.com/christianophobie-une-statue-de-la-vierge-en-fonte-decapitee-a-marlhes

Écrit par : Carine | 19/04/2019

Triste manière de perdre la tête. Dame Kameradin Carine en a oublié de faire sa légitime réclame :
https://lamouettejoviale.wordpress.com/2019/04/19/le-grand-consensus/
Billet *éclairant* au titre bien trouvé, "Notre-Dame : crime avec préméditation", ici :
http://www.wendy-leblog.com/2019/04/notre-dame-crime-avec-premeditation.html
Le projet est une abomination, une de plus avec l'immonde tour triangle (un sujet pour Dominique Setzepfandt !).
Le tourisme est bien un diabolisme. ;-)
J'ai quelques doutes sur la future *reconquista* (les précédents, c'était avec des gens d'une autre trempe et d'une autre qualité). La masse et la quantité ont choisi, depuis longtemps. Malgré l'espoir soulevé par les Gilets jaunes, on ne saurait *devenir* fier, ferme et courageux -- pas plus de soi-même que sous une influence raisonnable et libératrice. On ne saurait pas davantage *devenir* intelligent. Le bon sens ne se décrète pas. Quant au miracle...

Écrit par : Blumroch | 19/04/2019

Merci Blumroch,
j'ai ajouté.

Écrit par : Carine | 19/04/2019

Finalement depuis l'incendie de Rome par Néron on n'a rien inventé

Écrit par : Paul.Emic | 19/04/2019

Toutes les suppositions sont possibles, même s'il est curieux qu'une toiture de cette dimension s'embrasse de cette manière - le bois séché depuis des siècles brûle très bien, mais il faut tout de même une source importante de chaleur pour que le feu se communique à la charpente et qu'en est-il des système de sécurité anti-incendie ? - je n'ai pas d'opinion sur les faits et n'accuse personne.

Écrit par : Pharamond | 19/04/2019

Oh il ne faut pas hésiter à accuser surtout lorsque l'on sait que le quartier est l'objet de projets pharaoniques.
La seule explication accidentelle serait qu'une source de chaleur, type braséro ou court-circuit mette le feu à un combustible proche comme du tissu, (une bouteille de gaz, du petit bois, pourquoi pas ?) qui en s'embrassant serait la source d'une chaleur encore plus intense et surtout durable capable d'enflammer une poutre. A partir de la mise à feu d'un élément de charpente tout est possible mais le départ relativement improbable.
Du moment que dans le quart d'heure, les autorités ont exclu la piste non accidentelle, émettre un avis contraire relève naturellement du complotisme. N'empêche qu'en 1000 ans il n'y a pas eu des masses d'incendie de cathédrale qui ont commencé dans les combles ...

Écrit par : Paul.Emic | 19/04/2019

J'avoue que l'empressement à déclarer l'incendie accidentel alors que les décombres fumaient encore et empêchaient la moindre expertise est agaçant et suspect, mais c'est la routine de nos jours où les excités du Coran sont forcément déclarés, avant la moindre enquête ni analyse, des déséquilibrés quand ils commettent des actes meurtriers. Mais attendons un peu, l'improbable a sa place dans l'histoire du monde.

Écrit par : Pharamond | 19/04/2019

Pour revenir sur le premier commentaire de @realist , l'éruption du Vésuve a été relativement longue (24 à 48 h) et complexe.
Il y a eu des chutes de rochers puis une pluie de pierre ponce jusqu'à près de 3 mètres à Pompéi et finalement tout a été recouvert par la ou les coulées pyroclastiques
On a ainsi retrouvé des corps écrasés par des rochers, d'autres écrasés sous l’effondrement de leur abri. Un des sites les plus fameux de concentration de corps est celui de ceux regroupés dans ce qui étaient à l'époque des hangars à bateaux sur la plage, où des gens s'étaient réfugiés dans l'attente d'un secours hypothétique par la mer.
Le petit film semble assez bien reprendre cela .

Écrit par : Paul.Emic | 19/04/2019

Oui, je pense qu'il retranscrit assez bien les événements et "l'ambiance" de la tragédie loin des exagérations grotesques du dernier "Pompéi" hollywoodien.

Écrit par : Pharamond | 19/04/2019

Merci Blumroch pour ce lien vers une explication marchande de l'incendie de Notre Dame. Le Christ avait bien raison de les chasser du temple.
Macron en Néron, et pourquoi pas Attali ou béchamelle en Sénèque :-(

Écrit par : Sven | 20/04/2019

Avant, pour rendre compte d'un crime, c'était "Cherchez la femme" ; aujourd'hui, c'est "Cherchez le fric". :-(

J'ai pu voir quelques pages de la Résistance où Foutriquet 2.0 était assimilé à Néron : de fait, c'est plutôt l'immonde Joffrey de *Game of Thrones* qui lui correspond, dont kikipedia nous dit :

"Joffrey is an amoral sadist who disguises his cruelty with a thin veneer of charm. This is best epitomized by his response when his (then) betrothed offends him : Joffrey pronounces that his mother had taught him never to strike a woman, and so commissions a knight of the Kingsguard to hit her instead. He enjoys forcing people to fight to the death, and enforces cruel punishments for lesser crimes. He has no sense of personal responsibility, blaming failures on others. He lacks self-control and often insults his allies and family members. Joffrey is one of the story's few characters to display no redeeming qualities whatsoever."

Ce portrait semble... familier. Au reste, certain ciel de naissance confirme, comme l'avait expliqué le jeu des deux images sans images. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/04/2019

Sainte colère évoquée par le camarade Sven (je ne sais pas comment la séquence se termine car je n'ai pas vu le film) :
https://www.youtube.com/watch?v=Rpg1FbaRFTs

L'estimable Tresmontant écrivait ceci sur cet épisode, dans *L'enseignement de Ieschoua de Nazareth* : "Ieschoua, nous allons le voir, a usé d'une certaine violence. Il chasse les vendeurs du temple à coups de fouet, et tout l'enseignement évangélique est d'une certaine manière violent. Il fait violence à nos préjugés, à nos mentalités, à nos habitudes morales et à nos conceptions. [...] Mais Ieschoua n'a jamais *détruit*. Il n'a jamais *tué*." [...] La question et de savoir s'il est absolument nécessaire de passer par la destruction des êtres pour parvenir à la destruction de structures économiques et politiques funestes."

Ben si, justement. A ménager les représentants du mal, on les encourage à continuer et à recommencer. Mais bon, je ne suis pas chrétien. ;-)

Un peu sophiste, Tresmontant admet plus loin : "Il existe des violences saines. Il peut être bon de détruire d'une manière violente des structures politiques ou économiques criminelles, des habitudes funestes. La violence n'est pas toujours ni nécessairement destructrice des êtres. Elle peut être une condition, au contraire, pour sauver des êtres.
La non-violence peut être maladive. Elle peut, dans certains cas, justifier les sarcasmes de Nietzsche et des révolutionnaires. Ieschoua fait usage parfois de la violence, mais, encore une fois, il est notable que sa violence ne détruit jamais des êtres, elle a au contraire pour but de libérer."

La mort, justement, c'est une libération et même la seule -- enfin, si mon idée de conte fantastique *supra* ne correspond pas à la réalité. ;-)

Un peu d'incohérence par la suite : "Cependant, il ne faut pas se leurrer. Nous sommes en guerre, dans tous les domaines de l'existence. Au niveau politique et économique, d'abord, bien entendu. Mais aussi guerre dans l'ordre des idées, des doctrines. L'exercice de la philosophie, aussi, et éminemment, est une guerre. Le christianisme ne veut pas châtrer l'homme, ni lui ôter l'agressivité normale, sans laquelle il n'y a pas de conquête ni de création. Mais le christianisme se propose pour but la vie, et non la mort. La guerre a changé d'ordre. Les vertus guerrières ne sont pas annihilées, ni refoulées, mais transposées. Il reste toujours à mener le combat de David contre Goliath et les philistins. Le christianisme est en guerre, depuis des siècles, et jusqu'à la fin des temps, et il le sait. Il est en état de guerre perpétuelle. Mais la guerre qu'il mène n'est pas contre les hommes, pour les détruire. Elle est pour eux, et pour les vivifier."

L'art d'inventer en soi des batailles, c'est une jolie formule de Monteilhet. Reste qu'il est plus utile et plus intelligent de les livrer, ces combats, dans le monde réel plutôt que dans sa tête.

Écrit par : Blumroch | 20/04/2019

Blumroch > Le film en entier vous apprendra comment finit le personnage principal ;-)
https://www.youtube.com/watch?v=3RG43Ut1_lY&t=19859s

La démonstration de Tresmontant quoique qu'habile est fort tortueuse et ne résoud rien.

"Reste qu'il est plus utile et plus intelligent de les livrer, ces combats, dans le monde réel plutôt que dans sa tête." Tout à fait d'accord.

Écrit par : Pharamond | 21/04/2019

@Pharamond : Comme je le supposais, l'histoire finit mal pour le héros, mais contrairement à *Gladiator* et à *Braveheart*, ce n'est pas très exaltant. ;-) M'en vais revoir *Conan* et *Le roi Arthur*.

Philosophes, théologiens : tous sophistes, même les meilleurs.

Écrit par : Blumroch | 22/04/2019

C'est cette non-violence qui m'a détourné du christianisme. Avec l'universalisme et l'inversion des valeurs. Sans parler du fétichisme des pieds, particulièrement marqué chez Bergoglio.
J'écoutais récemment une émission sur les cultes solaires. L'intervenant expliquait que les Romains s'étaient détournés du mithraïsme par refus de la violence à cause des sacrifices réalisés lors des rites. J'ai du mal à ne pas y voir un parallèle avec le développement de l'anti-spécisme et du véganisme. En dépit de mon amour de la nature et des animaux (je suis pour une décroissance drastique de la population humaine pour préserver la bio-diversité), et peut-être à cause d'icelui, je suis d'accord Spengler sur l'importance du caractère prédateur de l'homme dans son évolution.

Écrit par : Sven | 22/04/2019

Blumroch > Moi, j'aime bien l'histoire du Christ, c'est tout de même un destin hors du commun et elle est inscrite sur chaque église, chaque calvaire, chaque croix de cimetière de notre monde.

Difficile de faire entrer la complexité de la réalité dans des théories aussi habiles soient-elles.

Sven > Les Conquistadors et les Croisés, pour ne citer qu'eux, étaient aussi de bon chrétiens et ils savaient manier l'épée. Je trouve inutile et illusoire de chercher une spiritualisé autre, le christianisme est un syncrétisme habile, il a absorbé avec plus ou moins de casse les cultes précédents pour devenir ce pseudo-monothéisme. Certains groupes de notre bord l'ont bien compris en prenant la croix celtique comme symbole. Je suis agnostique mais de culture chrétienne et je mourrai sans doute ainsi, et peu me chaut du guignol actuel du Vatican !
Pour le reste je crois que l'époque est à un plus grand respect théorique des animaux et de la nature et je ne suis pas sûr que la religion y soit pour grand chose. Je mange peu de viande, parce que ce n'est pas bon pour la santé et par goût. Je préfère en manger peu et de qualité. c'est la surconsommation de viande qui fait que les conditions d'abattage sont déplorables pour rentabiliser.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

Blumroch > Joffrey le méchant pas beau de "Game of Thrones" a bien sûr les cheveux blonds et les yeux bleus, un petit air aryen juste comme ça.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

@Pharamond : L'ignoble Joffrey a surtout une tête de crétin macroniste sociopathe ! ;-)

"Il n'y a de dieu que le redoutable Finagle ; son prophète, d'ailleurs fou, s'appelle Murphy" :
https://en.wikipedia.org/wiki/Finagle%27s_law

Un père qui laisse ses petinenfants subir le joug des mafias, c'est un parrain ou un sadique. A supposer que l'inquiétant cinquième évangile connu sous le nom de *L'empreinte du ciel* ne soit pas une forgerie extraordinairement fabriquée par des martiens, la seule attitude digne consistera[it] à garder les bras croisés et à proclamer : "Sans moi." Crom et Cthulhu suffisent à satisfaire toutes les aspirations spirituelles -- j'aime à penser que Robert Dun en aurait convenu. ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/04/2019

Avec Hollywood on pourrait inventer une nouvelle règle : "Dans un film le méchant a toujours le type nordique".

Je ne connaissais que le prophète.

De toute manière chrétien ou pas nous serons tous balayés, que chacun prie ou ne prie pas à qui il voudra si cela peut l'aider. Je ne prierai pas, mais j'aurais une pensé pour les moines défricheurs du Moyen-Ages, les bâtisseurs de cathédrales et les chevaliers qui protégeaient ce monde. Vingt siècles d'histoire dont quelques-uns de splendeurs ne s'effacent pas ainsi.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

@Pharamond : A propos de cinéma, hollywoodien ou non, j'en profite pour recommander la lecture d'un bouquin fort drôle, bien informé, et surtout très agréablement écrit : *Encyclopédie du cinéma ringard*, d'un certain François Kahn (apparemment, aucun lien avec certaines notoriétés). A elle seule, l'entrée consacrée au chef-d'oeuvre de Sa Transcendance Béachelle, *Le jour et la nuit*, justifie la lecture. ;-)

La prochaine Grande Nuit sera presque certainement définitive, tant est grande la volonté d'effacer radicalement toutes les traces du passé :
https://ericwerner.blogspot.com/2019/04/un-temps-pour-tout.html

Écrit par : Blumroch | 22/04/2019

Sur un certain cinéma deux sites incontournables :
http://www.nanarland.com/
https://unodieuxconnard.com/

Oui, c'est certain, elle tombera d'abord sur nous parce que nous sommes allés voir, puis sur les autres plus ou moins tardivement selon les moyens de chacun, mais tous seront plongés dans l'obscurité. Seuls seront satisfaits ceux qui pour lesquels les ruines de notre monde constitueront déjà une aubaine et pour quelques nomades fortunés.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

@Pharamond : Je connaissais le site, mais j'ignorais qu'ils avaient repéré l'excellent bouquin cité *supra* :
http://www.nanarland.com/bibliographie/index.php#4

Extinction des lumières pour tous. Le sursis des nomades fortunés sera sans doute d'assez courte durée. Petite consolation : j'ai toujours pensé qu'à anéantir l'excellence, les organisateurs le paieraient eux aussi. Suffit de voir leurs écoles et ce qui en sort : ce n'est pas une aristocratie.

Écrit par : Blumroch | 22/04/2019

Certains s'en sortiront, il ne faut pas se leurrer, et pas les meilleurs.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

@Pharamond

Je suis globalement d'accord avec vous sur la faculté syncrétique du catholicisme. Je ne reviendrai par sur les sur les massacres de païens d'Europe (l'église ne s'est jamais excusé alors qu'elle a fait de l'à-plat ventrisme partout dans le monde et surtout en Amérique du Sud). Je pense que les conquistadors et et les croisés étaient avant tout des Européens - nous n'avons été christianisés que superficiellement.
Mais il n'empêche que le stoïcisme aurait pu être une sagesse, une religion sans dieux, pour l'Europe. Je peux faire miens les préceptes de Sénèque et de Marc Aurèle, alors que l'enseignement du Christ me laisse indifférent (hormis l'épisode des marchands du temple et son affirmation d'être venu porter le glaive). Lorsque nous nous sommes mariés, nous avons été bien embêtés par le choix des textes. Et lors de la préparation au mariage, ma future épouse et moi étions un peu en décalage avec les autres futurs mariés (étudiants en médecine pour la plupart) qui étaient près à conserver des attardés mentaux alors que nous sommes eugénistes. Ce qui dénote une opposition entre cette religion du salut individuel et l'appartenance primordiale à la société (qui n'a pas à supporter certains fardeaux).
Je pense que vous avez mal compris mon propos. Au moment des périodes de décadence, la force et le sang versé sont déconsidérés. Je ne crois malheureusement pas qu'il y ait une grande considération pour que ce soit d'autre que son nombril chez la plupart des "vegans". Si c'était le cas, ils arrêteraient de polluer avec leurs fréquents voyages en avion par exemple. C'est juste un symptôme de plus de leur état moutonnier. Je suis comme vous, je ne mange pas de la viande tous les jours et privilégie aussi la qualité.

Écrit par : Sven | 22/04/2019

Pour s'excuser il faut des victimes pour écouter et les païens sont assez invisibles de nos jours.
Je ne crois pas aux religions sans dieu, autant ne pas croire si rien ne transcende et philosopher chez soi. Regardez Bouddha, "simple" sage transformé en quasi divinité, c'est humain.
"Au moment des périodes de décadence, la force et le sang versé sont déconsidérés", oui jusqu'à l'effondrement et au retour de la violence de survie. Les végans suivent la mode avec la tendances des crétins de croire que ce qui est autre est mieux.

Écrit par : Pharamond | 22/04/2019

@Pharamond, @Sven : Quel besoin, pour les esprits forts, d'une divinité et même d'une quelconque "transcendance" ? A la limite, le *Manuel* d'Epictète suffit à se conduire décemment dans la vie. Comme le disait justement Gripari dans son *Evangile du Rien*, "Ses conseils valent pour tous, pour toutes les races, pour tous les peuples, pour toutes les classes de la société, pour toutes les formes de vie... Les Martiens eux-mêmes, s'ils existaient, ne pourraient que faire leur profit de cette lecture..."

Honorer le passé, l'étudier, le transmettre, s'en inspirer, ne pas en être indigne : c'est la seule "religion" rationnelle, qui peut aussi tenir lieu de politique.

Malgré son talent, Sénèque est toujours un peu comédien quand il joue au surhomme stoïcien : "Il ne faut pas regarder Burrhus comme un homme vertueux absolument. Il ne l’est qu’en opposition avec Narcisse. Sénèque et Burrhus sont les honnêtes gens d’un siècle où il n’y en avait pas." Et du même : "Le jansénisme des chrétiens, c’est le stoïcisme des païens, dégradé de figure et mis à la portée d’une populace chrétienne ; et cette secte a eu des Pascal et des Arnauld pour défenseurs !" (et combien d'autres esprits de qualité !).

Robert Dun, qui estimait que *Zarathoustra* pouvait tenir lieu d'évangile, aurait approuvé Andler dans *Nietzsche, sa vie et sa pensée*, dans ce développement sur Nietzsche et Chamfort : "Aussi en est-il [Chamfort] venu à mettre au même niveau d’influence nocive deux causes de la dégradation humaine : «l’établissement de la secte nazaréenne et la féodalité.»

Nietzsche ne l’a suivi que dans la condamnation de la «secte nazaréenne», et encore a-t-il modifié les termes du verdict. À coup sûr, il a voulu, lui aussi, comme Chamfort, qu’on «redevînt Grec et Romain par l’âme», mais dans les Grecs et les Romains, Chamfort avait aimé une humanité moins encombrée de préjugés sombres et fumeux et un goût plus vif des natures intellectuellement fortes. Nietzsche, s’il a certes mésestimé les chrétiens pour cette idée lugubre qu’ils se sont faite de la vie, sur laquelle depuis eux ne cesse plus de planer l’ombre du péché, il les a haïs davantage pour cette grande corruption de la pitié qu’ils ont fait régner et qu’il jugeait propre à sélectionner des dégénérés. Selon lui, non seulement la morale chrétienne est une morale de troupeau, mais elle est la doctrine où le troupeau légifère et fait triompher son ressentiment, la conscience de sa bassesse et sa haine du soleil et de la joie."

Tant qu'à avoir une religion, autant qu'elle soit *solaire* pour éclairer plutôt que pour aveugler.

Écrit par : Blumroch | 22/04/2019

Pensez-vous réellement que la planète soit peuplée que d'esprits forts ? D'autre part il y a des crétins athées et des esprits brillants croyants.
Je crois que l'absence de divinité supérieure finit par faire croire aux hommes qu'ils sont des demi-dieux. Même les rois et les empereurs recevaient et étaient redevables de leur pouvoir d'une puissance supérieure. Aujourd'hui la laïcité (à géométrie variable) permet tout, Yahvé et le Grand Architecte étant assez permissifs ; l'argent étant la dernière idole, au pouvoir réel à qui sait lui sacrifier.

Écrit par : Pharamond | 23/04/2019

@Pharamond : Dans un monde normal, ce serait le cas : 80 pour 100 de crétins, c'est vraiment trop -- cette proportion révèle toutefois bien ce qui a la faveur des dieux, pour d'assez évidentes raisons. ;-)

Jamais prétendu que l'athéisme à lui seul était *la* marque de l'intelligence. On commence comme ça et on finit, comme certain *professeur*, à estimer qu'Aristote était un imbécile, en tout cas un enfant. Témoignage de Gusdorf dans *Mythe et Métaphysique* :

"Jusqu'à la veille de la guerre, le séminaire de philosophie de l'Ecole Normale se trouvait sous l'influence de Léon Brunschvicg, vieil homme bienveillant et souriant, philosophe authentique, mainteneur de la grande tradition du pythagorisme métaphysique, illustrée par ses principaux ouvrages, piédestal d'une présence qui s'imposait à nos jeunes années. Toute invocation de la vérité doit s'énoncer selon la médiation des certitudes indélébiles de la science rigoureuse. Hors des saines disciplines de la mathématique et de la physique, point de salut ; la raison s'égare dès qu'elle accepte les compromissions de la chair et du cœur, dès qu'elle pactise avec le sentiment ou la foi. L'avènement du savoir rigoureux jalonne de siècle en siècle le devenir d'une raison militante, dont les progrès annoncent le triomphe à venir, dans la communion intellectuelle des hommes de bon entendement. L'histoire de la philosophie, voie royale de la vérité, jalonne le lent cheminement des conquêtes de la connaissance exacte depuis Pythagore, Platon, Euclide et Archimède jusqu'à Galilée, Leibniz et Einstein. Les penseurs étaient notés en fonction de leurs aptitudes dans les disciplines abstraites. Aristote, avec ses complaisances pour l'histoire naturelle et la rhétorique, ne passait pas dans la classe supérieure ; sa condamnation entraînait celle de la période médiévale dans son ensemble, époque de régression infantile, où les maîtres penseurs, ne dépassaient pas l'âge mental de sept ans, selon l'échelle de Piaget. Platon, Descartes, Spinoza, Leibniz, Kant figuraient au tableau d'honneur des têtes de série, dont Bergson était exclu, en dépit d'une sympathie certaine de Brunschvicg pour ce penseur subtil.

Notre maître, on ne doit pas s'y tromper, était un grand esprit, foncièrement bienveillant, et qui ne jugeait pas sans avoir tenté de comprendre. Il avait consacré des années d'efforts à une magistrale édition des œuvres de Pascal, précisément parce qu'il lui paraissait incompréhensible et scandaleux que ce mathématicien, ce physicien, ce logicien de grande qualité se fût laissé fasciner par la révélation chrétienne. En toute loyauté, Brunschvicg avait voulu ressaisir le comment et le pourquoi de cette haute trahison à l'égard des exigences de l'esprit pur."

Jusqu'à l'imminente extinction complète des lumières par les importés et les importateurs, on discutera encore des vrais philosophes, quand les petits jugements des petits professeurs sont déjà tous oubliés. ;-)

Pour ma part, je trouve dommage (et incompréhensible) que des qualités intellectuelles très supérieures (de saint Thomas d'Aquin à Boutang), soient consacrées à des fantaisies qui devraient appartenir au genre fantastique.

Faudrait alors expliquer comment certains, qui ne croient en rien sinon en quelques vertus assez romaines, sont immunisés contre la démesure, qui ont même choisi le camp du Mal. ;-) Plus que la théologie, l'étude de ceux qui résistent naturellement au conditionnement me semble à la fois plus intéressante et plus profitable intellectuellement. Evidemment, personne ne l'ira entreprendre.

Écrit par : Blumroch | 23/04/2019

Evoquant Gusdorf, je profite de l'occasion pour rendre hommage à un honnête philosophe clair et précis. Voici la conclusion, intemporelle, de son commentaire de 1983 à propos de son *Mythe et Métaphysique* de 1953 :

"Il m'arrive d'être interrogé, à l'étranger, sur l'état présent de la philosophie en France. Je suis dans l'incapacité de donner une réponse satisfaisante. J'ai l'impression qu'il n'existe pas, en France, de champ philosophique, ni de langage unitaire, qui assurerait une certaine cohésion de la pensée, fût-ce dans l'opposition des points de vue. Le dialogue n'existe nulle part ; on aperçoit seulement de petites familles, des chapelles d'admiration mutuelle au sein desquelles se perpétuent des recherches ésotériques, limitées à des problématiques localisées, dont l'intérêt n'est pas évident pour les non-initiés ; l'obscurité du langage protège d'ailleurs ces spéculations contre les curiosités éventuelles. La linguistique a ses fervents, le sexe a les siens, on peut s'enfoncer dans la biologie, dans les fondements des mathématiques, cultiver patiemment son jardin secret avec l'aide de quelques complices, en attendant la grande fête du colloque qui réunira en quelques points de la planète les quinze ou vingt affiliés de la gnose en question, qui n'en sont que plus à l'aise pour se reconnaître mutuellement un génie occulté au profane.

Dans les temps obscurs du haut Moyen Age, les barbares de tous les horizons ayant submergé le territoire de la culture hellénique après avoir crevé le *limes* de l'Empire, l'universelle désolation laissa subsister, au fond des hautes vallées montagneuses, quelques petits cénacles détenteurs de parcelles du patrimoine disparu. Coupées du reste du monde, ces communautés gardaient jalousement les miettes de la Vérité perdue, essayant tant bien que mal de préserver ce qui restait, en vue de possibles restaurations en des temps plus propices. Et de fait, la diligence fervente de ces clercs ne fut pas vaine ; elle permit les renaissances à venir, où les fragments dissociés du sens se rassemblèrent dans l'unité d'un dessein d'humanité. Peut-être subsiste-t-il, dans la nuit philosophique d'à présent, de vrais philosophes, gardiens du sens dont la fidélité sera un jour récompensée.

Pendant que j'écris ces lignes, dans le printemps de 1983, se déroulent à Paris les championnats internationaux de tennis. Un chroniqueur relate un événement surprenant. Contrairement à toutes les prévisions, la championne favorite pour le tournoi féminin de cette année a été éliminée par une jeune inconnue, âgée de dix-sept ans à peine. Le fait est d'autant plus bouleversant que la perdante, numéro un du tennis mondial, avait mis dans sa préparation toutes les chances de son côté. Elle bénéficiait des conseils éclairés d'une entraîneuse transsexuelle et travaillait son match avec l'aide d'un ordinateur. Je ne vois pas ce que le sexe des entraîneurs (ou entraîneuses ?), ou même le sexe des ordinateurs, peut avoir à faire dans un match de tennis ; je suis porté à croire que la victoire doit revenir au joueur le plus fort, le meilleur et le plus inspiré.

Le propos du commentateur me paraît révélateur de la confusion mentale du temps présent. Nous avons aujourd'hui des philosophes qui spéculent sur le sexe, et d'autres qui jouent avec les ordinateurs ; tous les accessoires du discours humain sont bons à prendre. Pourquoi pas une philosophie du point, de la virgule, ou du point-virgule ? Un jour, en Grèce, j'ai vu passer un camion qui portait sur son flanc l'inscription Metaphorai ; et je me pris à rêver à un gros traité sur la Métaphore du Déménagement et le Déménagement de la Métaphore — à partir de l'arche de Noé, dont on peut considérer qu'elle fut le premier camion de déménagement dans l'histoire de l'humanité. Un camion à la capacité considérable et, de plus, amphibie et insubmersible. Je dédie ce thème à plus génial que moi.

Le philosophe, tel que je le concevais au temps de Mythe et Métaphysique et tel que je le conçois encore aujourd'hui, est un donneur de sens. Sa mission n'est pas de perdre ses contemporains dans les labyrinthes du non-sens, ou de tel ou tel égarement choisi avec soin, mais de les aider, selon la mesure de ses moyens, à s'orienter dans la confusion générale. A travers les vicissitudes de la culture, les questions demeurent, celles à partir desquelles il appartient à chacun de définir son identité propre. La question posée à Œdipe, aux origines de la mythologie d'Occident — la question de l'Homme. Et, corrélativement, la question du Monde et celle de Dieu."

(On trouve quelques propos comparables dans *La barbarie* de Michel Henry)

Écrit par : Blumroch | 23/04/2019

"Tout est possible ; tout n'est pas permis". C'est une formule de Bergier, plus intelligente que le fameux "Rien n'est vrai ; tout est permis" qui était le secret de la secte des assassins.

Écrit par : Blumroch | 23/04/2019

@Blumroch
Y a pas que la philosophie dans la vie.
On pourrait même dire qu'il n'y pas de vie dans la philosophie...
https://www.lexpress.fr/culture/livre/un-sage-est-sans-idee_801955.html

Écrit par : realist | 23/04/2019

Attention, camarade realist : on commence par citer *L'Express*, et on finit par mentionner le pitoyable "bloc-notes" du *Point* de sa Transcendance Bazar de l'Hôtel de Lui. ;-)
J'ai beau avoir quelques affinités avec les sagesses chinoise et surtout japonaise, je n'irai sans doute pas les qualifier de philosophies. Au reste, quel besoin d'aller au loin chercher ce qu'on peut trouver chez nous ?
Pas de *vie* dans la pensée d'un Nietzsche ? ;-)
Quatre pour la route :
"Qu’est-ce qu’un philosophe ? C’est un homme qui oppose la Nature à la Loi, la raison à l’usage, sa conscience à l’opinion, et son jugement à l’erreur."
"Peu de personnes peuvent aimer un philosophe. C’est presque un ennemi public qu’un homme qui dans les différentes prétentions des hommes, et dans le mensonge des choses, dit à chaque homme et à chaque chose : «Je ne te prends que pour ce que tu es, je ne t’apprécie que pour ce que tu vaux» ; et ce n’est pas une petite entreprise de se faire aimer et estimer, avec l’annonce de ce ferme propos."
"Ce que j’admire dans les anciens philosophes, c’est le désir de conformer leurs mœurs à leurs écrits : c’est ce que l’on remarque dans Platon, Théophraste et plusieurs autres. La Morale pratique était si bien la partie essentielle de leur philosophie, que plusieurs furent mis à la tête des écoles, sans avoir rien écrit ; tels que Xénocrate, Polémon, Heusippe, etc. Socrate, sans avoir donné un seul ouvrage et sans avoir étudié aucune autre science que la morale, n’en fut pas moins le premier philosophe de son siècle."
"Peu de philosophie mène à mépriser l’érudition ; beaucoup de philosophie mène à l’estimer." (on peut d'ailleurs intervertir les termes)
Pour défendre une vérité, entre le clavier et un AK-47, je choisis le FG 42. ;-)

Écrit par : Blumroch | 23/04/2019

Mouarf!
Vous dégainez trop vite Kamerad Blumroch.
Vous devriez lire les textes cités d'un peu plus près sans vous polariser sur la source (traiter séparement l'information et la source Colonel Lang dixit) c'était le seul texte "potable" et concis disponible sur Ternette.
Il n'est pas question de "philosophie" Chinoise mais au contraire de l'aspect anti-philosophique de la sagesse Chinoise, connaissez vous François Julien?
Quand à Nietzsche je n'ai aucune estime, il était complètement cinglé et l'a toujours été même avant que ça devienne évident.

Écrit par : realist | 23/04/2019

Ah, le retour du fameux "mouarf" qui vous tient lieu d'argument, realist expert en tout. Quant à m'apprendre à lire...
Incidemment, Nietzsche et ses bons lecteurs n'ont cure de votre avis, assez peu autorisé si j'en juge par presque toutes vos interventions.
Bon, sur ce, l'utilité de converser avec les trolls ne m'apparaissant pas, je vous laisse le dernier mot : vous devez en rêver.

Écrit par : Blumroch | 23/04/2019

@Blumroch
Ne me frego la transcendance :-) Mon catholicisme culturel est purement identitaire et s'inscrit dans la longue mémoire. Le récent incendie de notre dame nous le rappelle: un temple païen remplacé par une cathédrale issu du génie européen, un symbole de la France qui a traversé les âges et qui pourrait périr de et par la marchandisation. Les exemples transmis par l'Illiade et l'Odyssée, l'Edda et la sagesse européenne me suffisent. Je n'avais pas mentionné le vieux Boutefeu comme le surnommait Jünger, pour me cantonner au domaine antique, mais il occupe lui aussi une place importante dans mon panthéon personnelle. Très beaux extraits d'Andler et si bien adapté à notre époque.

Sénèque le reconnaissait lui-même, faussement modeste?: "je ne suis pas un sage véritable".

@Pharamond
Je ne crois pas et ne recherche pas la transcendance. Je préfère avoir des exemples auxquels me référer et des exemples issus de ma propre culture. Si j'ai employé le terme religion sans dieux, c'était pour signifier le passage des derniers relents de panthéisme à autre chose. Nietzsche reprendra par la suite les figures d’Apollon et de Dionysos sans pour autant croire à l'existence des dieux grecs. Une période de transition aurait pu advenir à la fin de l'Empire romain. Malheureusement, en tout cas pour moi, le christianisme et sa morale d'esclave ont triomphé.
Ne vous méprenez pas, je ne demande pas d'excuse au Vatican. Je remarque simplement que les papes, depuis le télévisuel (je ne dis pas le télévangéliste) Jean-Paul II, ont présenté des excuses partout dans le monde, sauf en Europe. Et pourtant, les exactions furent nombreuses chez nous aussi (lire, par exemple, la conversion forcée des Suédois et des Norvégiens, par Olaf le gros dit St Olaf dans la saga éponyme) et ont duré jusqu'au XVIème siècle chez les Baltes. Les latinos ne sont pas plus Aztèques, Mayas, Incas, ... que nous sommes Celtes, Germains, ... culturellement parlant. Génétiquement parlant, il le sont même moins en raison du métissage. Le paganisme a un statut officiel dans les pays scandinaves, en GB, dans les pays baltes. Pas sûr que les anciens cultes bénéficient d'une quelconque reconnaissance officielle dans les pays d'Amérique latine. Pourquoi cette position du Vatican? A mon avis pour la simple raison qu'ils savent que l'Europe est perdue pour leur cause, alors que la bataille fait rage en Amérique latine entre catholicisme et sectes puritaines nord américaines et que l'Afrique est un réservoir de chrétiens. Peter Sloterdijk émettait l'hypothèse, dans Si l'Europe s'éveille, que l'Eglise avait poussé à la colonisation de l'Amérique pour avoir accès à un grand marché d'âmes à convertir. Il y voyait la première mondialisation. Des motivations similaires ont poussé les catholiques à soutenir la colonisation de l'Afrique.

Écrit par : Sven | 24/04/2019

▄︻̷̿┻̿═━一 ça s'anime sur le blog intellocrate !
gardons nous du syndrome gaulois qui consiste à se tirer dans les pattes entre alliés objectifs.

Écrit par : Paul.Emic | 24/04/2019

@Pharamond : 100% d'ac avec votre réponse à Sven du 232-04-019 . Pour avoir porté la croix-celtique à l' époque d' O-N , bien que "athée" ;-) elle était en dorure merdique qui verdissait au contact de la peau .. j' en ai fait faire une en or copie conforme il y a une bonne trentaine d' années , et que je porte depuis ! cette croix solaire est aussi ancienne que la swastika plurimillénaire !

@P-E : il faut garder le sens de l' ennemi commun ! ;-) l' ennemi principal , secondaire tertiaire .. mais commun ! comment le dire ? (((*))) ? ;-) :-) :-D

@Bumroch ... qui a déjà "Tout Compris" !

Écrit par : EQUALIZER | 24/04/2019

Merci à ceux qui me soutiennent mais cependant je comprends Blumroch car je ne suis pas vraiment de droite, juste anti-gauche et anti-mondialisation.
Si la droite "classique" ne remplit plus son office (manifestement) elle devra être remplacée, pas quoi exactement je n'en sais rien mais c'est indispensable et ce ne sera pas par un retour aux valeurs anciennes "à l'identique".

Écrit par : realist | 24/04/2019

Komrad Blumroch je préfère l' AK qui donne toute satisfaction et a toute ma confiance ;-) ... le FG 42 trop compliqué , trop lourd , mais c' est vôtre choix ... ce sera mieux qu' un clavier ! mais un clavier azerty en vaut deux !

Écrit par : EQUALIZER | 24/04/2019

@Sven : +1, comme on dit chez les internautes branchés. ;-)
@EQUALIZER : Excellent, le clavier AZERTY qui en vaut deux. ;-) N'ayant aucune expérience directe des armes, j'avoue que toute ma "science" vient des FPS et de leurs documentations. Et surtout, je n'ai pas résisté à la facétie -- j'ai quand même plus utilisé l'AK-47 que le FG 42. ;-)

Écrit par : Blumroch | 24/04/2019

En France la Droite n'existe pas, elle n'est définie que par la Gauche qui décide de ses contours. En vous positionnant comme "anti-gauche" et "anti-mondialisation" vous vous placez vous-même à droite et je suis désolé de vous le dire, à l'extrême droite (je vous fais grâce des tendances ultra-droitiste qu'un macronien vous décernerait sans sourciller).
Moi-même qui accepte qu'on me classe à l'extrême-droite j'avoue ne pas savoir vraiment de quoi on me parle. Comme vous je suis anti gauche, donc anti-mensonges, donc "anti-droite modérée" dite de gouvernement. Je suis baptisé mais pas vraiment pratiquant, écœuré par le positionnement politique du clergé depuis 1968, franchement anti-mondialiste (c'est difficile d'être anti-mondialisation, c'est comme si on était contre l'avion et la machine à vapeur). Toutefois je me sens plus proche des valeurs chrétiennes que du culte de la force des néo-païens ou des adorateurs de la svastika . Je ne connais pas particulièrement Nietzsche n'ayant pu aller jusqu'au bout d'un seul de ses bouquins mais on en fait le philosophe du surhomme, concept que je refuse totalement tant il a été au fil de l'histoire la source de bien des problèmes.

Écrit par : Paul.Emic | 24/04/2019

Blumroch > Je n'ai pas prétendu que vous prétendiez quoi que ce soit ;-)
Moi aussi les esprits "supérieurs" croyants m'étonnent, mais je ne considère pas cela comme du gaspillage. A ma modeste échelle je me suis longtemps interrogé sur ce que je croyais ou non. Il m'est impossible d'adhérer au discours du catéchisme, mais je n'arrive pas à arriver à accepter un monde seulement scientifique explicable, quelque chose me semble exister entre les deux, quelque chose d'infime et d'immense, d’intermittent et d'omniprésent que j'ai du mal à l'expliquer. Heureusement que l'on peut être agnostique.

Sven > Peut m'importe les réservoirs d'âmes et les élucubrations vaticanes, n’étant qu’agnostique et que de culture chrétienne je me contente des pierres et des splendeurs passées dont les échos ont encore quelque grandeur.

EQUALIZER > Moi, c'est mon porte-clé, n'ayant aucun "bijou" sur moi c'est mon pense-bête quand je ne sais plus où j'en suis.

realist > Je suis nationaliste, le reste se déduit de lui-même.

Paul-Emic > Hitler est resté chrétien jusqu'à la fin, le Valhalla et tout le barnum n'avaient pas que des partisans au NSDAP et ont surtout été mis en relief après la guerre par les vainqueurs histoire de barbariser un peu plus les vaincus.

Écrit par : Pharamond | 24/04/2019

EQUALIZER > C'est toujours votre fond d'écran ? ;-)

http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2016/09/05/jusqu-au-dernier-souffle-5844320.html

Écrit par : Pharamond | 24/04/2019

@Paul-Emic : Avais oublié : très joli, le dessin ! ;-)
@Pharamond : Ach, faute de pouvoir récupérer les images du site avec WinHTTrack, l'OEil de Sauron n'avait pas vu cette superbe image, désormais ajoutée au répertoire dans lequel pioche aléatoirement son économiseur d'écran.
Quand on évoque l'agnosticisme, je pense toujours à cette facétie appréciée des physiciens, facétie qui connaît d'ailleurs plusieurs variantes :
"Physicists use the wave theory on Mondays, Wednesdays and Fridays and the particle theory on Tuesdays, Thursdays and Saturdays." -- c'est la version attribuée à Bragg, on ajoute parfois que le dimanche, c'est le chaos quantique qui règne. ;-)
Autre formulation : “Light is waves on Mondays, Wednesdays and Fridays ; it is particles on Tuesdays, Thursdays and Saturdays ; and on Sundays we think about it."
Robert Heinlein a tenu un propos analogue dans *Stranger in a Strange Land*, quand le philosophe Jubal Harshaw se demande comment expliquer à Mike ce qu'est "la" création :
"He decided to back off and try a new approach ; apparently God the Creator was not the easiest aspect of Deity to try to explain to Mike as an opening... since Mike did not seem to grasp the idea of Creation itself. Jubal wasn't sure that he did, either. He had long ago made a pact with himself to postulate a Created Universe on even-numbered days, a tail-swallowing etemal-and-uncreated Universe on odd-numbered days -- since each hypothesis, while equally paradoxical, neatly avoided the paradoxes of the other -- with, of course, a day off each leap year for sheer solipsist debauchery. Having thus tabled an unanswerable question he had given no thought to it for more than a generation."
Le même sage, confronté à l'idée qu'une secte de crétins (les Fosterites) puisse être dans le vrai, tient ce raisonnement qui donne l'attitude à adopter en cas de mauvaise surprise :
"So the Fosterites might be right. Jubal could not even show that they were probably wrong. But, he reminded himself savagely, two things remained to him -- his own taste and his own pride. If indeed the Fosterites held a monopoly on Truth (as they claimed), if Heaven were open only to Fosterites, then he, Jubal Harshaw, gentleman and free citizen, preferred that eternity of pain, filled damnation promised to all "sinners" who refused the New Revelation. He might not be able to see the naked Face of God... but his eyesight was good enough to pick out his social equals -- and those Fosterites, by damn, did not measure up !"

Écrit par : Blumroch | 24/04/2019

@Paul-Emic : Ai oublié (bis) : pourtant ordinairement allergique aux intermédiaires, j'irai quand même vous conseiller, pour donner une autre chance à Nietzsche, l'admirable et insurpassable biographie que lui a consacrée Daniel Halévy -- ce n'est pas de la provocation ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 24/04/2019

@Paul-Emic : P.S. : Comme d'habitude, la comparaison des fiches de police française et anglaise est instructive :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Hal%C3%A9vy
https://en.wikipedia.org/wiki/Daniel_Hal%C3%A9vy
Quand le texte français évoque sa famille de gauchistes plus ou moins (censored), le texte anglais va, lui, à l'essentiel :
"Despite his early stand as a pro-Dreyfusard, he later became a supporter of the political right. Following the 6 February 1934 crisis, he lost all trust in parliamentary institutions. Despite his Jewish descent, he publicly declared that following 6 February 1934 he was now a "man of the extreme right". Although he personally abhorred Italian Fascism and German National Socialism, he went on to support Marshal Philippe Pétain's Vichy regime."
Si vous n'aviez pas envie de découvrir Nietzsche avec un tel guide (d'ailleurs estimé par Boutang comme par Monnerot), ce serait à désespérer ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 25/04/2019

@Pharamond : oui , c' est tjrs mon fond d' écran ! la croix de St-Patrick (roue solaire / croix dite "celtique") la curiosité du renard , l' éternité des pierres .. la présence invisible de ceux d' avant .. ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 25/04/2019

@Blumroch je note cela dans mon carnet de conseils à suivre ;-)
Halévy comme Bernanos, deux grands hommes de droite qui ont été ignominieusement trahis par leur ignoble descendance.

Écrit par : Paul.Emic | 25/04/2019

Blumroch > Je comprends que l'on puisse considérer l'agnosticisme comme une facilité pourtant c'est chez moi, curieusement, une conviction assez réfléchie et "sentie".

EQUALIZER > J'ai bien reçu la preuve ;-)

Accompagné de l'horrible image du couple luxembourgeois.

Écrit par : Pharamond | 25/04/2019

@Pharamond : L'agnosticisme est plutôt une suspension du jugement en attendant un complément d'information qui viendra tôt ou tard. ;-)
@Paul-Emic : Terrible responsabilité que la mienne, si vous veniez à être déçu ! ;-) Mais j'ai confiance en cet Halévy.

Écrit par : Blumroch | 25/04/2019

@Blumroch

lol, alors :-) Que devrais-je dire à votre, +1000 pour vos blurbs inactuels pour rester dans certains considérations de ce fil.


@Pharamond

Un instant magique sur cette photo. Belle trouvaille.

"je me contente des pierres et des splendeurs passées dont les échos ont encore quelque grandeur".
C'est mon cas également. J'ai assisté à des baptêmes, communions, ... qui se déroulaient dans des églises "bouygues". Il y manquait les siècles d'histoire nous contemplant. Et qui plus est célébrés par la crème issue de vatican2, ce qui a accentué mon malaise.

@realist

Tout le monde sait bien qu'on ne reviendra à l'identique pas au monde d'avant. C'est impossible. Ce qui importe, c'est la permanence de qui fait de nous de vrais Européens. Dominique Venner parlait de la Tradition qu'il opposait aux traditions. La forme change mais pas le fond. Sinon, nous devenons des caricatures.

@ Paul-Emic

Le surhomme ou plutôt le surhumain nietzschéen n'a rien à voir avec les délires hitlériens, communistes ou transhumanistes. Pour faire simple, c'est la réalisation du dépassement de soi. Avoir de forts instincts mais être capable de les dominer en vue de créer et non de détruire. Ce que Sloterdijk appelle la domestication de l'être. Ce sont les trois états de l'homme dans Zarathoustra: chameau puis lion puis enfant.

Écrit par : Sven | 26/04/2019

@Sven : "+1000" ? Si je vous pensais favorable aux Sudistes (dont vous nous parlerez bien un jour), je ne vous savais pas méridional ! ;-)
L'OEil de Sauron a maintenant identifié *tous* ses lecteurs. ;-)

Écrit par : Blumroch | 26/04/2019

Blumroch > Oui, c'est une manière de voir la question qui me convient tout à fait.

Sven > Je suis satisfait d'avoir trouvé un terrain d'entente ;-)

Écrit par : Pharamond | 26/04/2019

@Blumroch

C'est le problème avec les sudistes, ils ne viennent pas de Sparte. Je m'y mets.

@Pharamond

On est d'accord sur l'essentiel :-)

Écrit par : Sven | 27/04/2019

@Sven : Passer de Sudiste à Spartiate et de Spartiate à Sudiste étant probablement difficile (seule une élite peut y parvenir), les Spartiates doivent assurer la tranquillité des Sudistes, lesquels doivent en retour faire le nécessaire pour que les guerriers puissent accomplir leur mission sans perdre le sens du jeu sérieux qui caractérise notre camp. ;-)
Spartiates et Sudistes : venant de relire les livres du grand Bardèche pour la cinquième ou sixième fois, je note que non content d'avoir vu notre avenir (comme Bainville en d'autres circonstances), il avait aussi inventé la notion de "political correctness" bien avant sa naissance officielle selon kikipedia. "Nous en sommes arrivés, sans nous en rendre compte, à un régime où il n'est pas permis de *penser incorrectement*, et où il n'est pas permis non plus de *vivre incorrectement*."
Très jeune, ne connaissant son nom que par ses études balzaciennes, je savais simplement qu'il était le beau-frère de l'auteur des *Sept couleurs* et de *Notre avant-guerre*. Depuis longtemps, quand j'ai à évoquer Brasillach, je le mentionne ainsi : le beau-frère de Bardèche. ;-)

Écrit par : Blumroch | 27/04/2019

Sven > Il m'avait aussi semblé la même chose ;-)

Écrit par : Pharamond | 28/04/2019

Écrire un commentaire