Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2019

Samedi 12 janvier

Gilets jaunes Acte IX et cinquième manifestation à Bordeaux pour moi.

Il fait gris mais doux. En partant vers la place de la Bourse je croise près de l'Hôtel de ville, où les forces de l'ordre installent des barrières, des militaires en patrouille ; les élucubrations de Luc Ferry me traverse une seconde l'esprit. Mon frère doit me rejoindre et en attendant je me promène pour prendre la température et voir si je reconnais quelqu'un. Un Britannique m'accoste et me demande les raisons de cette manifestation puisque Macron a été élu démocratiquement. Je lui explique ma vision des choses, il me dis qu'il comprend mieux, me sert la main et s'en va. Le dessin que j'ai réalisé sur le dos de mon gilet dix minutes avant de partir pour la manifestation, un chat hérissé (R.I.C), a un petit succès ; on le prend en photo, une femme me demande si elle peut faire le même, un Agenais me félicite et discute quelques minutes avec moi. Mon frère ne répond pas aux SMS et n'est toujours pas là. L'arrivée des motards annonce le départ, cette fois le cortège prend la direction inverse de la dernière fois : direction la place des Quinconces. Nous faisons le grand tour du centre ville et au niveau des travaux du tram je constate que les barrières amovibles en matière plastiques qui ont servi une fois précédente de barricade ont été remplacées par d'autres en béton impossibles à déplacer. Un peu plus loin j'aperçois Philippe Dubois debout sur du mobilier urbain en train de filmer le défilé. Nous nous saluons et je continue mon chemin. Des jeunes le visage caché par un foulard taguent « Macron démission » sur les murs, un autre tient un pancarte « Rue Dettinger » à l'angle des rues. Le cortège bifurque avant la gare et emprunte un moment des rues étroites où il devient silencieux, peut-être un peu mal à l'aise. Nous retrouvons la rue Saine-Catherine où j'attends mon frère dont les SMS me signalaient le déplacement ; arrivée en retard à cause de l’interruption des trams il a pris des raccourcis pour me rejoindre. Il arrive enfin avec deux amis à lui. Quelques centaines de mettre c'est la fin du parcours près du Grand théâtre où des échauffourées ont débuté. Je reste un peu puis je rentre. Toute l'après-midi un hélicoptère de la Gendarmerie nous a survolé, parfois assez bas. D'après les autorités nous aurions été 6 000 manifestants.

IMG_20190112_165120.jpg

Terminus place de la Comédie où les foules haineuses aiguisent leurs couteaux (invisibles sur l'image) pour en découdre

 

Commentaires

Nous serons nombreux à espérer une photo supplémentaire : celle du chat R.I.C., que le grand crique me croque !

L'image de cette foule haineuse (mais bien dissimulatrice !) aiguisant ses couteaux (invisibles sur l'image), c'est beau comme un célèbre aphorisme de Lichtenberg, celui du couteau sans lame et dépourvu de manche. ;-)

Écrit par : Blumroch | 13/01/2019

J'ai filmé 17 minutes
J'ai commencé alors que la tête du cortège atteignait le Cours Aristide Briand
Quand j'ai arrêté, des manifestants arrivaient encore de la Place Gambetta.
Je suis parti dès le début des échauffourées sur la Place Pey Berland, mais cette fois, vers la statue de Chaban.
Quand nous sommes repassés Ruse sainte Catherine, ils avaient fermé les accès de la promenade Sainte Catherine : il y avait des badauds derrière les grilles et j'ai immédiatement crié le slogan : "Libérez nos camarades" repris par quelques GJ, ce qui a fait rire tout le monde.

Écrit par : Philippe Dubois | 13/01/2019

Est-il trop tôt pour faire un bilan de ce soulèvement ?

La fascination ne nos milieux pour ce soulèvement, encore plus que pour tous ces rendez-vous électoraux manqués, est bien naturelle (l'insurrection ou la fête rousseauiste, seuls moments de phénoménalisation du "peuple" dispersé). Elle s'explique par une vision organique du corps social, laquelle s'oppose, en tout point, à la vision mécanique libérale-contractuelle ("there's no such thing as society. There are individual men and women" Margaret Thatcher). Il est fort à craindre toutefois que :

- fort de "la supersition syrienne imposée par Constantin" (Lovecraft), le peuple ait été dépossédé de sa seule puissance historiale effective : la violence. Le tout petit nombre de blessés du côté de la police est à ce titre révélateur. Pour la "haine" on repassera ou plutôt on consultera les racailles de banlieue.

- fort de plusieurs siècles d'expériences, le pouvoir tient désormais la rue et y est seul maître. Il va jusqu'à contrôler le niveau d'agitation qu'il veut y voir. Il est va de ces demonstrations tenues toujours loin des centres de pouvoirs (https://link.simple-mail.fr/c/443/a476e3262fb1d83656feebfffa865efea2ef1eea019a3ba63035e8abf9c9525923f1f694ea285081) comme des ses attentats terroristes fantastiquement non tactiques qui ne frappent jamais que des faibles.

- fort de la domestication du médiatique, le pouvoir - lequel n'a d'ailleurs probablement plus de pouvoir que dans les médias - se maintient malgré un profond et définitif discrédit. Les provocations désinvoltes de Maquereau sont sans doute des faux-pas mais elles donnent aussi chaque fois la mesure de cette puissance, puissance réelle à n'en avoir rien à f...

- si délaissant son arrogante raideur, le pouvoir accordait ce rêve si démocratique de réferendum, il est quasi certain que sa mise en oeuvre n'aboutirait à aucun changement notable dans la domestication ambiante.

Le seul point positif de ce mouvement c'est que les "ficelles" sont désormais dans la lumière. Reste à sortir de la Caverne...

Écrit par : Dia | 13/01/2019

@dia

la racaille gagne contre la police parce qu'elle combat sur son territoire . C'est vrai que se faire fouiller trois fois avant de manifester place de l'Étoile c'est donner un bel avantage aux flics.

Écrit par : Mistersmith | 13/01/2019

Du plus vif comique, cet habile détournement *en situation*, par M. Dubois, du slogan scandé par les enragés 68 ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 13/01/2019

Nouveau et intéressant, grenadage par hélicoptère
https://twitter.com/Bellingdawg/status/1084489303881928710

Écrit par : realist | 14/01/2019

@realist

d'après libé c'est un fake et c'est vrai que ça sonnait faux.

Cette histoire bordelaise est vraie en revanche :

https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/14/le-gilet-jaune-blesse-a-bordeaux-place-en-coma-artificiel_1702887

Quand il s'agit d'écraser le peuple (supposément) de droite, le pouvoir n'a plus de limite

Écrit par : Mistersmith | 14/01/2019

@Mistersmith

Ce n'est que plus inquiétant, la dissémination de fakes ayant pour but de pouvoir dénier même les cas réels.
C'est du conspirationisme "classique" (concept inventé par la CIA)
Et avec les progrès de la synthèse vidéo et audio ça ne va pas s'arranger.

Écrit par : realist | 14/01/2019

Blumroch > Vous avez pu voir la "bête" dans votre boîte mail ;-)

Le fasciste est fourbe.

Philippe Dubois > Grâce à vos vidéos on pourra peut-être arriver à compter les manifestants pour connaître leur vrai nombre ;-)

Dia >
- Je ne crois pas que notre religion ait à voir là-dedans, les forces de l'ordre sont plus entraînées et mieux équipées.

- Le pouvoir est puissant et sans scrupule, mais gangrené par l'incurie de l'époque.
Je ne suis pas un partisan de la croyance des attentas sous faux pavillons.
(Votre lien est mort)

- Oui, la puissance que donne un totalitarisme, un totalitarisme flasque, mais omnipotent.

- J'en suis aussi presque sûr, mais je veux la tête de Macron parce que je ne le supporte pas et pour faire un précédent. C'est tout pour moi.

Les masques sont tombés, enfin, et même ceux qui ne voulaient pas voir voient. La vision que le peuple a du pouvoir en sera changée pour longtemps.

realist > Je n'y crois pas, trop imprécis et dangereux.

Écrit par : Pharamond | 14/01/2019

Failli oublier de signaler ces réflexions dignes d'intérêt à propos des Gilets jaunes (avec quelques réserves sur la fin, parce que la redécouverte des valeurs catholiques...) :
https://les-minuscules.blogspot.com/2019/01/les-deplorables_86.html

@Pharamond : Vous avez fort bien croqué un chat en colère et prêt à tout pour obtenir le R.I.C. ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/01/2019

Hum, quand on commence par utiliser "fasciste" comme synonyme de "violent" on emploie le vocabulaire de l'ennemi et l'on se bat sur son terrain. Pas le meilleur billet du blog...

Écrit par : Pharamond | 14/01/2019

Même chez ceux qui défendent les Gilets jaunes, sont pas si nombreux à avoir compris que c'était une vraie guerre d'*extermination* que mène le système : "Rappelons, pour détendre l'atmosphère, que la décision, par le pouvoir, qu'une partie de la population qu'il est chargé de gouverner n'a pas sa place dans la société à venir, constitue la première étape d'un génocide."
Savez, même chez Debord, on trouve quelques âneries. ;-)

Écrit par : Blumroch | 14/01/2019

Oui, nous sommes tous humains.
Le bon vocabulaire à utiliser c'est la base. Volkoff a longuement traité de la logomachie dans ses ouvrages sur la désinformation. Malheureusement bien trop des nôtres tombent encore dans le piège, par paresse, naïveté ou mauvais calcul.

Écrit par : Pharamond | 14/01/2019

La légende de la photo est savoureuse! Si j'osais, je l'enrichirais en précisant que l'observateur averti peut apercevoir clairement sur celle-ci, en plus des affûtages nauséabonds, de nombreux représentants invisibles de minorités qui ne le sont pas, ce qui rééquilibre heureusement cette foule haineuse du côté du Bien ;-) La présence d'armes blanches (plus ou moins décelables) s'explique forcément par un malentendu culturel du coup.

Mes respects à tous ceux qui se rendent à ces rassemblements, que l'on soit d'accord ou non avec les GJ, c'est une divine surprise de trouver notre peuple encore capable d'une telle gniaque.

Écrit par : Benway | 14/01/2019

Le texte "les déplorables" fait partie des meilleurs qu'il m'ait été donné de lire sur ce réveil des Français.
Ce caractère de "contre-révolution" ne peut pas nous étonner.
Non plus que les valeurs redécouvertes et vécues avec bonheur sur les ronds-points. Qui cela peut-il défriser que ce soit des valeurs catholiques (véritables et non catholiques franc-macs)?
Quelle que soit la suite, c'est très positif, sauf évidemment pour les victimes mortes ou mutilés.
Il faudra que justice soit rendue un jour, par des vrais juges.

Écrit par : Carine | 14/01/2019

@Carine , justice rendue par des franc-juges de la Sainte Vehme ! ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 15/01/2019

Equa,
Tu as compris que je parlais d'un temps au-delà de la Sainte Vème !

Écrit par : Carine | 15/01/2019

@Carine : J'ai le sentiment, sans doute exagérément vaniteux, d'être un peu visé. ;-) N'allez donc pas m'assimiler au méprisable Onfray, car je n'ai pas signalé l'article de nicolas l. par hasard, malgré mon sourire amusé à lire ces phrases : "Les Gilets jaunes se battent contre les idées chrétiennes devenues folles. Et donc, sans le savoir, pour le catholicisme." -- le "sans le savoir" est délicieux.
Suffit pas d'apprécier saint Chesterton pour avoir raison sur tout.
Je tiens que le dogme catholique, quand bien même serait-il le vrai -- de *nuance* intégriste comme dit Monteilhet --, n'est pas d'une grande *efficacité* dans un combat qui risque fort d'être le dernier. Où sont les chevaliers, les moines-soldats et les fortes têtes politiques telles que Richelieu ?
D'autres vertus, vieilles et romaines, seront nécessaires -- et Raspail, je pense, en conviendrait. Quant à la justice, elle n'est d'aucun monde, qui n'existe que dans les romans et les films.
Au passage, excellente, cette "Saint Vème" qui répond à l'excellente "Sainte Vehme" du camarade EQUALIZER. ;-)

Écrit par : Blumroch | 15/01/2019

Blumroch,
Non, vous n'étiez pas visé par mon pauvre commentaire :-)
Au contraire, soyez remercié du lien !
Je vais relayer, d'ailleurs, car je trouve ce texte remarquable.

Écrit par : Carine | 15/01/2019

Benway > Mais qui vous dit que c'est une foule ? ;-)

C'est notre dernière chance, la divine surprise. Que l'on abandonne et "l'on prendra cher" comme disent les jeunes.

Carine > De bonnes choses, mais aussi des naïvetés. Traiter les antifascistes de fascistes et reprocher à Macron sa reductio ad hitlerum n'est pas très cohérent. D'autre part l'auteur dédouane un peu rapidement les Français de leurs responsabilités, bien sûr qu'ils ont subis la propagande du Système, mais ils ont aussi mordu goulûment à l'hameçon de l'UE par cupidité prêts à abandonner monnaie et frontières pour un hypothétique meilleur pouvoir d'achat. Quant au retour du spirituel en France...

Écrit par : Pharamond | 15/01/2019

@Phara ... sur votre dernier commentaire adressé à l' oiselle . Je n' ai pas lu le texte jusqu' au bout .. j' y arrive plus . Si le texte ne me scotch pas (sans glaçon) dès le départ , je décroche . Et puis parler des "antifas aux méthodes de fascistes" là je zappe , mon côté zappeur Camembert ;-) de quelles méthode de fasciste parle-t-on ? des italiens issus des combats de 14-18 agressés par les gaucho de l' époque , et pas qu' un peu ! ça canardait pas à blanc ! pareil pour les SA . L' époque était violente entre les deux guerres , alors les "Natio" ne faisaient souvent que se défendre , comme on l' a vu jusqu' à nos jour . "Tuer un fasciste n'est pas un crime" : slogan des rouges en Italie pendant les dites "années de plomb" . Voilà pourquoi je décroche devant ce vocabulaire . Moi le premier j' emploie à tort le terme "GestaPo" .. KGB conviendrait mieux mais hélas en France n' aurait pas la même charge maléfique .. et puis en fait la gestapo française truffée de voyou (Rue Lauriston) convient bien aux propos . Faschistes et NS ont perdu la guerre .. Vae Victis ! ;-) au bord du Styx , je reste fidèle au drapeau noir à tête de mort ! ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 16/01/2019

Nous sommes d'accord, sauf pour l'emploi de Gestapo bien sûr ;-)

Écrit par : Pharamond | 16/01/2019

Dans la première de ses *Six easy pieces*, le grand Richard Feynman soulignait que nos connaissances étaient toujours des approximations. De fait, je ne sache aucun texte un peu long dont j'irais approuver *chaque* mot (à part quelques slogans). Comme les savants, nous vivons sur des approximations et sur des raccourcis. Si nous attendons le développement pur et parfait, nous risquons d'attendre très longtemps. ;-)
L'article du mystérieux "nicolas l.", s'il comporte quelques *petits* points faibles (pour moi, c'est la conclusion qui m'a fait sourire) est quand même à cent coudées, intellectuellement et culturellement, au-dessus des vidéos de la Tatiana "Ventôse" (quel pseudonyme éclairant, dieux bons !), qui a pourtant l'indulgence de plusieurs honorables visiteurs du site (j'aurais bien mis un commentaire chez le camarade Paul-Emic si ses captchas ne me l'interdisaient depuis des semaines), alors que ses propos faciles sont sans intérêt aucun. Vrai que je ne lui trouve, moi, aucun charme, et que sa voix haut perchée est crispante, qui n'améliore pas son discours de blogueuse gauchiste très moyenne -- partie du parti de gauche, elle n'est pas plus respectable pour autant.

Écrit par : Blumroch | 17/01/2019

@Blum ... la Tatiana , à part élargir les cercle de ses relations , si c' est encore possible , ben ... c' est tout ! :-D

Écrit par : EQUALIZER | 17/01/2019

Blumroch > Vous êtes bien sévère avec Tatiana, elle a certes les manières de tout jeune youtubeur, mais sa critique des vœux présidentielles dans les limites du genre est assez réussie et amusante.
https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=NOUwgpe9XDk

Écrit par : Pharamond | 17/01/2019

Sévère avec "nicolas l.", vous êtes ici indulgent avec la minaudante Tatiana de Nuit Debout, ô grand Pharamond. Pour ma part, je suis -- enfin, j'espère être -- *juste*. ;-)
Le camarade EQUALIZER sera peut-être d'accord avec moi pour pousser le cri de guerre des légions de César : Venus victrix ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/01/2019

Il est vrai, mais je considère "nicolas l." plus "érudit" et même si je comprends que tout le monde puisse faire des erreurs et des approximations l'utilisation du langage de l'adversaire est rédhibitoire quand on se veut pertinent, c'est une faute de goût et tactique impardonnable.

Écrit par : Pharamond | 17/01/2019

Je comprends votre exigence, presque impossible à tenir en des temps où nous sommes tous *vulnérés*, comme disait Claude Bruaire, par les sottises du monde moderne, à commencer par sa langue dégradée. Un exemple : pour évoquer les sinistres polices du régime, j'utilise indifféremment Gestato ou Stasi, sachant pourtant que l'analogie n'est pas *entièrement* exacte. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/01/2019

J'ai cédé moi aussi jadis à ses facilités. Comment être compréhensible rapidement et clairement sinon en utilisant les conventions acceptées par tous. Vous voulez discréditer un homme autoritaire caricaturez-le avec un brassard : tout le monde comprendra. Vous êtes choqué par les violences d'un autre dites qu'il se comporte comme un facho et chacun appréciera votre indignation à sa juste valeur. Le Système ne pourra pas être plus satisfait ; son ennemi se bat sur son terrain en utilisant le langage erroné et factice qui ne lui permettra pas d'en sortir.

Écrit par : Pharamond | 17/01/2019

Les allusions à l'histoire romaine étant de moins en moins comprises, faut prendre des exemples contemporains. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/01/2019

Les péripéties naïves de Star Wars en guise de mythologie... et la SF pour philosophie ;-)

Écrit par : Pharamond | 17/01/2019

De nombreux textes de la S.F. de l'Age d'Or étaient autant de leçons de philosophie. Quand on a bien lu Robert Heinlein, Poul Anderson, Pohl et Kornbluth, Fritz Leiber, Gene Wolfe et quelques autres, on ne saurait devenir un bon esclave du Système. ;-)

Écrit par : Blumroch | 17/01/2019

Je veux bien rempiler dans l' infanterie aéromobile -Starship trooper- pour détruire les parasites ... ! ;-)

https://www.youtube.com/watch?v=MSGzJ05OWgI

Écrit par : EQUALIZER | 17/01/2019

Surtout avec Denise Richards comme pilote. ;-)

A en croire kikipedia, scénariste et réalisateur voulaient faire un film *contre* le fâââchisme -- c'est *réussi*, aussi réussi que *Rêve de fer* ! ;-) Faut croire qu'ils n'avaient pas vraiment lu le roman d'Heinlein, une apologie de l'homme libre et responsable (évidemment, faut avoir compris les leçons du colonel Dubois).

Écrit par : Blumroch | 18/01/2019

:-D .. les uniformes ont un parfum DDR , en style "prussien" la NVA était au top ..

https://thetchaffprod.fr/wp-content/uploads/2017/11/starship-trropers1-e1515069933470.jpg

L' original ach ! wunderbar ! ;-)
https://www.youtube.com/watch?v=JZu1lsLxw6o

Écrit par : EQUALIZER | 18/01/2019

Epoque lointaine, où les costumes n'étaient pas de Donald Cardwell, mais d'Hugo Ferdinand Boss. ;-)

Écrit par : Blumroch | 18/01/2019

Blumroch > Je suis d'accord, c'était une boutade en relation avec votre oeuvre de jeunesse ;-)

Par contre pour Star Wars, je maintiens.

Certaines œuvres finissent par exprimer le contraire de ce pour quoi on les a réalisées.

Je préfère les tenues du IIIe Reich à celles des ersatz de la RDA.

EQUALIZER > Pour la RDA c'est l'esprit prussien et le militarisme coco, mais leurs casques sont horribles.

Écrit par : Pharamond | 18/01/2019

@Phara ... ce casque a été conçu entre 1943/44 pour remplacer le casque typique de l' armée allemande , car plus résistant aux impacts de balles (9mm) de par sa forme . Il a été présenté à AH début 44 qui l' a refusé aux motifs que le besoin d' acier était prioritaire pour l' armement , que que la silhouette du casque traditionnel était bien connue des armées ... la première armée de RDA portait uniforme russe et casque russe (ça leur plaisait pas trop!) alors Honecker a proposé aux soviétique l' adoption de ce casque qui a été accepté puisque "refusé" par AH !! avec retour à l' uniforme allemand ... et le décorum prussien qui va avec !

http://helmet-collection.over-blog.com/casque-allemand-ddr-m56-m44-post-ww2.html

Écrit par : EQUALIZER | 18/01/2019

@Pharamond : *Star Wars*, c'est du mauvais "space opera" des années Gernsback, et encore. ;-) Dire que ça tient lieu de philosophie à de nombreux crétins qui se proclament, aux Etats-Unis, "de religion Jedi", quand ils ne se prennent pas pour des "chevaliers de la Force" ! Je peux presque comprendre les fans de Star Trek (pas pour la propagande), mais ceux de Star Wars me sont un mystère.

Écrit par : Blumroch | 18/01/2019

EQUALIZER > J'ignorais tout cela, il n'est reste pas moins que ce casque est fort laid et que la plupart des casques modernes occidentaux ont des similitudes avec le célèbre Stahlhelm ;-)
Merci pour le très intéressant lien.

Blumroch > Et pas qu'aux Américains. Pour Star Wars ayant vu le premier enfant - l'une des premières fois où j'allais au cinéma - je l'ai trouvé magique et suis resté très indulgent avec la première trilogie, indulgence qui a un peu perduré avec la seconde et a totalement disparu avec la pitoyable troisième made in Disney.

Écrit par : Pharamond | 20/01/2019

@Pharamond : Etrangement, si je n'ai pas été séduit par les trois premiers films (à part la séquence finale, très "Dam Busters" du premier) -- je n'ai pas vu les suivants --, j'ai plutôt apprécié certains des jeux Star Wars pour PC (*Rogue Squadron*, *Episode 1 : Racer*, *X-Wing vs Tie Fighter*, *Jedi Outcast*, *Jedi Academy*, *Republic Commando* ainsi que *Knights of the old Republic* 1 et 2), et tout cela *malgré* l'apparition de quelques personnages des films. ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/01/2019

Ce conte avait par contre très bien marché avec moi du haut de mes douze années. Empruntant au roman de chevalerie, au western (mais le western n'était-il pas déjà une version modernisée et américanisé du récit médiéval ?) et aux histoires de SF classique George Lucas avait réussit un amalgame cohérent et son univers était assez riche pour mille aventures futures. Et c'est là que la nouvelle trilogie échoue : elle tente de respecter l'intrigue originale en enfermant l'histoire dans une sorte de reboot stupide tout en la trahissant. Joli tour de force !

Écrit par : Pharamond | 20/01/2019

@Pharamond : Bon sang, mais c'est bien sûr, je comprends tout : moi, j'étais déjà trop âgé ! ;-)
Faut quand même dire que c'était de la S.F. assez primitive, à peine du space opera à la Edmund Hamilton, Leigh Brackett ou Jack Williamson première période.
J'avoue que l'absence de toute starlette mignonne a pu jouer, parce que Carrie Fisher, avec ou sans macarons façon dame de Vix, bof. Y'aurait eu Musetta Vander ou Melinda Clarke... ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/01/2019

Le facteur âge n'y est sans doute pas pour rien dans l'affaire.

Oui, assez primitive, mais inédite à l'écran et les effets spéciaux étaient remarquables en comparaison des autres films de l'époque.

Dans quoi ces demoiselles ont-elles tournées ? Pour Carrie Fisher je suis d'accord avec vous.

Écrit par : Pharamond | 20/01/2019

@Pharamond : Melinda Clarke fait des apparitions dans quantité de séries américaines, en plus d'avoir été la glaçante Amanda, la méchante de la seconde série *Nikita*. Musetta Vander a le même parcours, qui fut aussi l'inoubliable mante religieuse d'un épisode de *Buffy contre les vampires* (ben si, j'avoue avoir vu quelques épisodes au début). ;-) Starlettes au talent honnête, elles ont eu beaucoup de charme.

Écrit par : Blumroch | 20/01/2019

George Lucas a "viré sa cuti" après deux VRAIS films (American Graffiti et THX1138) pour se consacrer exclusivement à la traite des neus-neus et a brilliament conclu en vendant sa pompe a fric a Disney, alors les "fondements" de la mythologie Stars-Wars...

Écrit par : realist | 21/01/2019

Dans le jeu des deux images numéro 309, un méchant s'étonnait de l'"étonnante et lucide indulgence pour les rusés commerçants roublards que sont Georges Lucas et Steven Spielberg" manifestée par le grand John Milius.
Heureusement, y'a eu LucasArts. ;-)

Écrit par : Blumroch | 21/01/2019

Blumroch > Merci pour les références, j'ignorais leur existence.

realist > On peut ne pas aimer Star Wars, le space-opéra c'est particulier.

Écrit par : Pharamond | 21/01/2019

Écrire un commentaire