Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2019

Samedi 5 janvier

Pour la quatrième fois je rejoins le rassemblement des Gilets jaunes place de la Bourse à Bordeaux. Il fait froid, mais un ciel sans nuage permet au soleil de nous réchauffer. Parti pour être seul après la défection d'un membre de ma famille pour raison de santé je retrouve Philippe Dubois. Curieusement j'ai l'impression que chaque samedi l'ambiance est plus joyeuse avec des manifestants plus nombreux (4 600 cette fois-ci, m'a-t-on dit) et aussi plus résolus. Nous faisons un grand circuit en passant devant le Pont de Pierre où un important dispositif barre inutilement l'accès à la rive droite où personne n'avait l’intention d'aller puis par la gare Saint-Jean. Peut-être les consignes ont-elles été changées car les forces de l'ordre semblent moins promptes à utiliser leurs flash-balls. Si nous avons toujours droit à l'hélicoptère de la Gendarmerie, on ne nous bloque plus place de la Victoire nous permettant ainsi de rejoindre l’Hôtel de Ville où des échauffourées ont très rapidement lieu entre canon à eau et grenades lacrymogènes contre bouteilles et pavés que l'on extrait d'une petite rue adjacente. Je ne m'attarde pas et rentre chez moi.

Le mouvement semble installé pour durer. Le Pouvoir a beau essayer de diaboliser les Gilets jaunes avec l'artillerie lourde habituelle en les accusant d'être fascistes, d'antisémites, de racistes, de séditieux, violents, voire des tueurs en puissance et tenter d'en appeler à la Démocratie et à la République pour s'abriter derrière je crois que son discours ne prend plus : des décennies de relativisme pendant lesquelles les anciens fondamentaux ont été patiemment déconstruits, un mot pouvant signifier tout et son contraire le lendemain selon les besoins, ont fait leur œuvre faisant douter de tout et ne croire plus qu'au tangible et à quelques principes simples.

IMG_20190105_140911.jpg

Place de la Bourse une des Trois Grâces (je ne saurais dire laquelle) arbore un gilet jaune

Commentaires

Superbe.
Merci Phara !

Écrit par : Carine | 06/01/2019

Bonsoir
Merci des nouvelles bordelaises
J'y ai habité 65 ans
Les consignes ont changé ou ont été changées
Cordialement
PH

Écrit par : hidalgo | 06/01/2019

Carine > Merci pour ton enthousiasme.

hidalgo > Bonsoir,
merci pour la correction et content que ce petit billet vous ait plus.

Écrit par : Pharamond | 06/01/2019

Bordeaux est en effervescence jaune , la plus forte mobilisation de France , bravo pour votre participation ! ;-) mais vous avez raison de ne pas trainer dans les échauffourées , le niveau de toxicité des gaz lacrymo employé est monté d' un cran ! et les butors de la police se sentent des ailes avec le soutien des crapules gouvernementales ...

Écrit par : EQUALIZER | 07/01/2019

Merci. Oui il faut se méfier de l’eau qui dort et de "la belle endormie" comme on la surnomme trop facilement.
Je n'ai plus la forme nécessaire pour faire le malin face aux policiers et pour l'instant je crois qu'il faut jouer l'usure "pacifiquement".

Écrit par : Pharamond | 07/01/2019

Écrire un commentaire