Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2018

Policier, mon ami

La Police Nationale recrute :

Devenez policier, gardien de notre paix

Dis-moi pourquoi ? - Devenez policier, gardien de notre paix

Je me demande qui est concerné par l'adjectif possessif "notre" : vous et moi ou le Système ?

Commentaires

Excellent titre ! ;-)
Nous le savons tous, "notre", ici, désigne le Système, ses maîtres, ses complices et ses troupes de supplétifs importés. Qui, les ayant vu agir, en pourrait douter ?
Une honnête et cynique mafia semblerait préférable.

Écrit par : Blumroch | 20/11/2018

"Gardien de la paix", cela faisait, sans doute, trop monde d'*avant*. Eric Werner, ici, rejoint le grand Pharamond :

https://ericwerner.blogspot.com/2018/11/par-son-nom.html

"C'est une oligarchie policière, il faut donc le dire. Une dictature, si tu préfères. En ce sens, le slogan entendu hier: "La police avec nous" est particulièrement débile. Peut-on être plus bête. La police ne sera jamais avec toi, mon grand. C'est une garde prétorienne. Mets-toi bien ça dans la tête."

Écrit par : Blumroch | 21/11/2018

Merci.

Je me demande comment on peut être policier sinon pour gagner sa vie.

On notera que bizarrement si le second clip respecte scrupuleusement la parité homme femmes, il y en a 4 de chaque, tout ce petit monde est bien blanc.

La police n'est ni bonne ni mauvaise elle est aux ordres.

Écrit par : Pharamond | 21/11/2018

Le goût du pouvoir, probablement, tout *petit* qu'il peut être. Rançonner l'automobiliste après lui avoir fait la "morale" sur un ton faussement paternel avec la conscience d'être couvert, c'est sans doute une compensation suffisante pour la couardise (pardon : l'obéissance aveugle aux ordres supérieurs) face aux vrais ennemis de l'ordre public. Comme chez les jésuites : *perinde ac cadaver", l'obéissance de zombies sans réflexion, sans conscience morale, sans dignité.

Propagande pour faire croire aux moutons qu'ils sont gardés (je n'ai pas dit : protégés) par des moutons de même origine.

Elle est même aux ordres qui n'ont pas besoin d'être formulés, en cela semblables à leurs confrères en maintien d'un *certain* ordre : les journalopes.
Amusant comme l'excuse "je n'ai fait qu'obéir aux ordres" n'est pas *universellement* valable. ;-)

Écrit par : Blumroch | 21/11/2018

Update : "formulés, *et les flics sont* en cela semblables". Dommage qu'on ne puisse réviser un commentaire au moins pendant quelques minutes après sa mise en ligne. :-(

Une amie m'avait avoué avoir défilé, dans sa jeunesse, en scandant "A bas l'école des flics et des patrons !". "L'école des flics, des patrons, des profs, des financiers, des journalopes, des politicards et des juges" aurait été légèrement meilleur pour désigner les principaux individus *ivres* de pouvoir sur autrui -- ce pouvoir qu'ils aiment tous à exercer parce qu'ils savent ne rien risquer.

Écrit par : Blumroch | 21/11/2018

On m'a reproché d'utiliser le terme pratique et fourre-tout de "Système". Je l'emploie justement parce qu'il est pratique afin d'être obligé à chaque fois que je les incrimine la longue liste des maîtres et de leurs laquais qui bien sûr varie selon les circonstances, mais si peu que sauf précisions utiles il n'est nul besoin de faire le détail.

Écrit par : Pharamond | 21/11/2018

"La Police travaille toujours pour le Château" (Cornélius Castoriadis)
Certes la Police , ce n' est pas que la garde prétorienne du Pouvoir (mais qui l' a élu?) , c' est aussi des gens compétents qui enquêtent sur des crimes et délits de droit commun . Quand elle devient "politique" , bras armé des Lois liberticides , elle n' est plus au service du bien commun . Et puis quoi , elle est composée d' "hommes" et quand il y a de l" homme , il y a de l' hommerie (dixit Céline)

Écrit par : EQUALIZER | 22/11/2018

Me vient, je ne sais trop pourquoi, une petite idée pour deux séries TV de science-fiction, complémentaires l'une de l'autre : dans la première, d'exemplaires policiers -- rapides, efficaces et dévoués au bien public -- trouveraient et captureraient *tous* les malfrats, nuisibles et autres perturbateurs du repos public, pour les remettre à ce qui tient lieu de justice. J'ai déjà le titre en frenglish : "The EqualizerS", voire "The EqualizerZ" pour faire *branched*. Faudra trouver un sosie du grand Edward Woodward pour jouer le rôle du capitaine ou du commandant, lequel aurait pour nom, en guise de clin d'oeil, Robert Maquecaule (ou Roberta, sans doute, pour suivre le dernier stéréotype en vogue). Les effectifs placés sous ses ordres seraient évidemment très divers, en accord avec des directives énoncées par la führerin allergique aux hommes blancs (et sans doute aux ménagères, à *toutes* les ménagères) de plus de 50 ans.
Dans la seconde série, d'exemplaires avocats -- avec l'assistance *éclairée* de juges progressistes tous membres (encartés ou non, comme ça se faisait au PC de la grande époque) de certain célèbre syndicat humaniste --, permettraient aux mêmes malfrats, nuisibles et autres perturbateurs du repos public, d'être immédiatement relâchés avec des excuses, parfois des indemnités compensatoires garanties par un nouvel impôt, la CEPS (Contribution pour une Ecologie Pénale Solidaire : ça ne veut rien dire, mais ça fait joli). La relaxe après admonestation bienveillante serait la règle, mais pour assurer le spectacle et la continuité des affaires, certains seraient *lourdement* condamnés à de la prison avec sursis, ou à de la prison hors les murs (dans l'intérêt de la *décence*, tout nationaliste ou assimilé serait, lui, embastillé pour de vrai, et pour longtemps). L'indispensable élément comique serait assuré par les commentaires, désabusés mais optimistes, des policiers exemplaires encore occupés à remplir les formulaires CERFA des affaires alors que les jugements auraient déjà été rendus, rendant leur tâche quelque peu dérisoire. J'ai déjà un titre possible : "Les avocats des diables".
Zut, involontaire, cet insensible glissement de la science-fiction vers le réalisme.
A en croire Gabriel Chevallier, Béraud aimait à répéter : "Les patrons sont toujours des salauds". *Mutatis mutandis*...
Le policier n'est pas un ami. D'ailleurs, s'il n'existe aucun chat policier, c'est qu'il y a une bonne raison. ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/11/2018

EQUALIZER > Heureusement qu'il s'y trouve des gens compétents, mais leur travail est faussé par la pression politique. Ils finissent désabusés ou "s'adaptent".

Blumroch > Vous êtes sûr que la deuxième série n'est pas un documentaire ?

Écrit par : Pharamond | 22/11/2018

@Pharamond : Comme dit *supra*, ce glissement vers le documentaire est indépendant de ma volonté. La réalité m'a commandé de passer de *Babylon 5* à *Babylon Hotel* ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/11/2018

Nous subissons plus la réalité que nos adversaires...

Écrit par : Pharamond | 22/11/2018

Écrire un commentaire