Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2018

Bruxelles veille

The Team, saison 2, a débuté hier sur Arte. Cette série européenne (une coproduction allemande / danoise / belge / autrichienne) narre les aventures d'une équipe transfrontalière de policiers chargée d'enquêter sur... euh, en fait je m'en fiche. La présentation enthousiaste par la chaîne vous en dira plus :

"Trois nouveaux limiers se lancent aux trousses d'un tueur, sur fond de terrorisme et de trafic d'art international. Une série haletante qui prouve la très bonne santé du polar noir européen.

Danemark. Sous une pluie battante, deux migrants syriens, Malu et Faris, trouvent refuge dans une maison d'hôtes tenue par des militants humanitaires. Au milieu de la nuit, un tireur assassine les occupants. Malu réussit à s'enfuir. Parmi les victimes, une jeune femme belge avait été en contact prolongé avec les terroristes de Daech, aux côtés de sa sœur, Safa, introuvable. L'investigation est confiée à une "équipe commune d'enquête transfrontalière" : Gregor Weiss, de la police de Hambourg, Nelly Winther, commissaire danoise, et Paula Liekens, de la cellule antiterroriste belge.

Haute volée

Après le succès de sa première saison, The Team remet les compteurs à zéro avec une nouvelle enquête – une série de meurtres ensanglante la frontière germano-danoise – et un nouveau casting européen de haute volée, dont l'excellente Lynn Van Royen, déjà remarquée pour sa prestation dans Beau Séjour et Marie Bach Hansen, de la série Les héritiers. Tambours battants, les trois enquêteurs s'enfoncent dans une affaire qui mêle terrorisme, au côté des combattants de l'état islamique, trafic d'art international et montée de la xénophobie sur le sol européen. Des thématiques politiques actuelles intelligemment creusées par les scénaristes, qui donnent leur profondeur à une réalisation haletante et enlevée."

Si le cœur vous en dit c'est visible sur leur site jusqu'au 16 novembre.

La bande-annonce de la première saison :

Commentaires

On dira ce qu'on voudra de *Game of Thrones* et de *Dexter*, mais c'est quand même moins malsain que *ça*. Je préfère ne pas imaginer le montant des subventions probablement versées par l'eurocrassie aux producteurs.

Écrit par : Blumroch | 19/10/2018

Malgré leurs défauts les séries et les films américains n'en demeurent pas moins toujours plus regardables que les productions européennes. Quant aux françaises je m'en dispensent impérativement depuis quelques années, ma tension en dépend.

Écrit par : Pharamond | 19/10/2018

Vrai que depuis *Arsène Lupin*, la moindre image, même fixe*, extraite d'une "série française *de qualité*" (toujours) fait "monter les globules", voire échauffe le sang, comme au récit d'une mauvaise action. ;-)
Y'a guère, de notre côté de l'Atlantique, que les rosbifs pour réussir, parfois, une série regardable -- comme *The Fixer*.

Écrit par : Blumroch | 19/10/2018

C'est quoi exactement "The Fixer" ?

Écrit par : Pharamond | 19/10/2018

Une mini-série dans un registre analogue à celui de la série *Equalizer* :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tueur_d%27%C3%89tat

https://en.wikipedia.org/wiki/The_Fixer_(2008_TV_series)

Les acteurs sont excellents. Faut quand même tolérer une certaine violence et une ambiance sinistre. Contrairement à la réalité, quelques crapules paient pour leurs crimes. ;-)

Écrit par : Blumroch | 19/10/2018

Je ne connaissais pas, j'essaierais de voir un épisode ou deux en streaming si je trouve.

Écrit par : Pharamond | 20/10/2018

Dans mon souvenir, c'était diffusé très tard. Une édition existe en DVD, qui n'offre que la version anglaise avec sous-titres en anglais. L'acteur principal fait penser à celui, excellent lui aussi, de la série policière américaine *Life* ; et Tamzin Outhwaite, si elle n'est pas une beauté, a bien du charme.

Écrit par : Blumroch | 20/10/2018

N'ayant plus de télé depuis au moins dix ans, je me passe de séries
Peut être ai-je tort ?
De ttes façons, certaines sont gravées sur dévédé à la biblio, mais c'est l'envie de les regarder qui me fait défaut
L'envie de lire aussi, ces temps ci, je suis dans un état d'aboulie profond
Pourtant je devrais pas,l'actu est revigorante, avec la perquise chez l'ivrogne communiste merluche, la probable interdiction de démocratie participative, signe infaillible de la pétoche des intelligences qui nous gouvernent, le bras de fer entre la grosse komission et Viktor Orban et entre les agences de notation et l'Italie

Écrit par : Kobus van cleef | 20/10/2018

Le seul feuilleton télévisé indispensable, c'est *Le prisonnier*. ;-) Les autres divertissements (films et feuilletons en DVD, jeux *offline*), c'est manière de passer le temps quand le *taedium vitae* interdit même d'ouvrir un de ces trop nombreux bons livres d'avant, qui n'ont servi à rien pour ralentir la Grande Catastrophe et qui vont disparaître avec nous. Prôner l'extinction des lumières de l'intelligence avec un livre qui s'intitule alcowan, faut quand même oser... ;-)

Écrit par : Blumroch | 20/10/2018

@Kobus van cleef

Si vous voulez de l'actualité "revigorante" allez voir du coté de la saga Khashoggi

https://turcopolier.typepad.com/sic_semper_tyrannis/2018/10/httpsenwikipediaorgwikihanbali.html

Mohammad "Bone Saw" Al Saud et Erdogan en sont presque à s'étriper pour l'enjeu du prochain Califat.
On peut compter sur les Muzz pour se foutre sur la gueule entre eux.

Écrit par : realist | 20/10/2018

'ffectiv'ment entre bin salman et erdo'han ( aka l'intolérant au gluten) , le torchon brûle
Celà changera-t-il la marche du monde en Syrie, en Europe ?
Est ce que ça va alléger le prix du baril de pitroul' sur le marché ?
Pitroul'saoudien pas de la première qualité, le top du top c'est le vénézuélien, zéro contamination par le souffre, mais il sert d'étalon, paraît il, pour apprécier le marché
J'entendais ce matin d'une oreille distraite vronze ku et une intelligence économique et sociale nous rappeler que l'histoire débute en 74 par la guerre du kippour et le renchérissement du pitroul'
Elle pourrait bien finir par le délaissement du dit pitroul' "naturel" pour un autre, plus"artificiel"
Et ce ne sont pas des paroles en l'air

Écrit par : Kobus van cleef | 20/10/2018

Merci Blumroch pour vos conseils avisés. J'essaierai aussi de voir une épisode.

Écrit par : Sven | 20/10/2018

"Conseils avisés", comme vous y allez... Pour les livres, films, feuilletons et jeux, j'ai, comme tout le monde, mes *guilty pleasures* (j'ai vu par trois fois les deux *John Wick* et le *Merlin* de Steve Barron, et j'ai lu la saga des *Lensmen* d'E. E. "Doc" Smith trois fois aussi, c'est dire !). ;-) Faudra d'ailleurs que je retrouve une jolie formule de Schnitzler sur cette nécessité occasionnelle dans l'existence : réduire la lumière, surtout quand on n'est déjà pas trop brillant. Les hauteurs, à mon âge, ça fatigue. ;-) Sénèque avait déjà noté qu'il existait une monotonie du brillant comme il existait une monotonie du terne (quant à la persistance dans le médiocre, suffit de voir m le minuscule et ses complices, *tous* ses complices depuis l'époque de pompidou).

Dans le registre du fantastique, j'avais aussi bien aimé *The Lost Room*, feuilleton en six épisodes :
https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Lost_Room
Je l'irais bien, par de certains aspects, rapprocher de ce site *très* réussi dans le registre "inquiétante étrangeté" :
http://www.scp-wiki.net/

Rien de *politique* dans tout ça, évidemment.

Écrit par : Blumroch | 20/10/2018

Dans la rubrique films, me demande si cette oeuvre (dont j'ignore *tout*) n'aurait pas un message un peu politique :
https://www.causeur.fr/invasion-japon-kurosawa-cinema-155278
*Invasion*, c'est un peu comme la Grande Substitution dans *L'invasion des profanateurs de sépultures*, non ?

Écrit par : Blumroch | 20/10/2018

Reprenons donc ce thème du pitroul'artificiel versus pitroul'naturel
Nous dépendons presque totalement de nos importations de l'estranger
En effet, la secte ekolozozialist au pouvoir a révoqué
1) les permis de prospection d'hydrocarbures en Île de France ( oui, bassin parisien, transgression flandrienne, terrain sédimentaire , pitroul', toussa)
2) les permis de prospection de gaz de schiste ( plus communément appelé gaz de prout)
3) tout en justifiant le maintien de cette même prospection pour les polaques ( mais c'était avant le retour des heures les plus sombres de leur histoire) au motif d'une rupture de leur sujétion au pitroul'et au gaz russe
Que nous reste-t-il comme option ?
1) investir dans la recherche sur le pitroul'artificiel
2) raquer,payer,douiller, cracher au bassinet et creuser notre dépendance énergétique et financière auprès de pays qui nous veulent du bien ( forcément)
Quelle option croyez vous que nous ayons pris ?

Écrit par : Kobus van cleef | 21/10/2018

Deux titres proposant quelques pages bien instructives sur toutes ces histoires d'huile de roche :
- *La guerre secrète du pétrole*, par Jacques Bergier et Bernard Thomas, chez J'ai Lu ;
- *Du Sahara de Conrad Kilian au Koweit de Saddam Hussein*, par Euloge Boissonnade, chez Albatros.

Écrit par : Blumroch | 21/10/2018

The Turner Diaries et Hunter .. de la fiction restée en l' état .. dommage ! et "Starship troopers" pour les uniformes et la guerre aux 'parasites' ... nous sommes assiégés .
https://www.youtube.com/watch?v=VywKJSglL24

Pas vu The Team , je vais m' y coller .. réjouissant qu' un "nettoyeur" d' ordures fasse le boulot . On peu rêver .

@Blum .. Il y a la guerre secrète du pétrole de Pierre Fontaine
: https://liesidotorg.wordpress.com/2011/12/28/la-guerre-secrete-du-petrole-de-pierre-fontaine/

sinon j' avais lu (années 60) Les secrets du pétrole (Pierre Fontaine) ça ouvrait grand les yeux ... ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 21/10/2018

Eh oui, comme le suggère subtilement le camarade EQUALIZER, nous serons écrasés par un talon de fer (*The Iron Heel*, source d'inspiration pour les *Turner Diaries*, soit dit en passant).
A lire et voir *Starship Troopers*, ça fait mal de penser qu'Heinlein a été de gauche, et qu'il a été un parasite mangeant avec des bons alimentaires. :-( Heureusement qu'il a viré à droite, pour ensuite perdre tout talent.
@EQUALIZER : *The Fixer* n'est pas trop éloigné, dans l'esprit, d'*Equalizer* (dont j'ai récemment découvert, avec un peu d'étonnement, quelques épisodes montrant un Robert McCall bien économe en vies infra-humaines !). Merci pour la référence au livre de Pierre Fontaine, que j'ignorais.

Écrit par : Blumroch | 21/10/2018

Blumroch > Ma recherche de la série en streaming est restée vaine, je n'ai même pas trouvé une bande-annonce.

Kobus van cleef > Personnellement je n'arrive plus à m’intéresser à l'actualité. Ces micro-événements ne font que confirmer le délitement général, je trouve.

Écrit par : Pharamond | 22/10/2018

@Pharamond : Vrai qu'en dépit des précautions cauteleuses (mais habiles) prises par les scénaristes, *The Fixer* n'avait rien pour devenir populaire. C'est pourquoi, prudent, j'avais acheté la série en DVD (version anglaise avec sous-titres en anglais). Si vous souhaitez la découvrir... ;-)

Écrit par : Blumroch | 22/10/2018

Merci, mais mon anglais laborieux et déficient ne me permettrait pas de profiter de l'intrigue.

Écrit par : Pharamond | 23/10/2018

@Pharamond : Too bad. ;-)

Écrit par : Blumroch | 23/10/2018

Écrire un commentaire