Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2018

Patrimoine(s)

Les 15 et 16 septembre prochains nous aurons droit comme tous les ans aux Journées européennes du patrimoine.

« La France s’est déclarée, hier, prête à contribuer à la restauration du Musée national de Rio de Janeiro au Brésil, ravagé dimanche dernier par un incendie. «Tout comme le Louvre, il est un symbole de dialogue des cultures. Dans les flammes, c’est une partie de la mémoire de l’humanité qui a disparu», a ainsi déclaré Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, depuis le Louvre Abu Dhabi. »

En fait le patrimoine n'est plus national, sur la planète mondialiste où règne le nomadisme sous toutes ses formes il ne peut être qu'européen ou appartenir à l'humanité. Pour preuve un Louvre peut bien se trouver à Abu Dabhi... Dans un contexte de crise financière qui n'en finit pas et de désintérêt d'un certain public (un petit tour dans un monument historique quelconque suffit à remarquer la "couleur" de la quasi totalité des visiteurs) pour les monuments nationaux c'est la course pour être reconnu par l'UNESCO et pouvoir espérer avoir les subsides qui participeront à l'entretien des toitures et l'édition des plaquettes publicitaires. Mais ne vous inquiétez pas pour Versailles ou le Mont-Saint-Michel, l’État les entretiendra toujours, agrémentés du festival folklorique qui convient, quitte à les affubler d'une bulle en plastique géante ou d'un parc d'attraction pour faire moderne. La France doit rester la France et attirer ses myriades de touristes annuels. Le vrai problème est la conservation du petit patrimoine, des humbles chapelles dépouillées de nos campagnes, des oratoires et des calvaires des bords de routes communales, des mille petites constructions de nos ancêtres qui font qu'un peuple en soit un. Je ne suis pas sûr que les nouveaux Français qui nous remplacent peu à peu soient émus par le lavoir où nos aïeules se sont cassées le dos ou la minuscule construction votive dédiée à un saint qui ne signifie rien pour eux.

Commentaires

Dans ses *Mythologies françaises* (étrangement publiées chez Actes Sud), le sieur Lapaque, se croyant au niveau de Jacques Perret, avait imaginé un groupe de copains voulant s'en prendre à la Tour Eiffel ("L'attaque de la Tour Eiffel") sous prétexte de démontrer la fragilité de l'ordre technicien. Bien évidemment, ces "zaffreux" parlaient, parlaient... avant de renoncer.
C'est une plus vaste conjuration qui serait nécessaire afin de détruire toutes les traces de notre passé, pour qu'elles ne soient pas souillées par ceux qui nous ont déjà remplacés et qui ont la faveur de ce régime maudit. Ne veulent-ils pas tous une table rase ? "Ne rien leur laisser" devrait être un mot d'ordre. On peut préférer disparaître sous les décombres qu'être égorgé.

Écrit par : Blumroch | 05/09/2018

"Le vrai problème est la conservation du petit patrimoine, des humbles chapelles dépouillées de nos campagnes, des oratoires et des calvaires des bords de routes communales, des mille petites constructions de nos ancêtres qui font qu'un peuple en soit un."

Très juste. Je me rappelle encore la colère d'un vieux bulgare, mi-architecte mi-brocanteur, alors que nous passions à côté d'une chapelle quasi en ruine non loin de la route, à Mâcon : " Regarde moi ce foutu gâchis ! Même les Turcs ont plus de respect pour leur patrimoine ! C'est incompréhensible, ce mépris de la culture ! On est en France, merde ! "
Cela fait bien longtemps que je ne suis pas retourné à Mâcon, mais je crains que cette chapelle ne soit même plus un souvenir, à moins qu'elle ne continue de s'effriter dans l'indifférence générale...

Écrit par : La Bleue | 06/09/2018

Blumroch > Même si je comprends votre nihilisme sur le sujet je n'y suis pas encore, mais je crois que cela s’immisce peu à peu. La pyramide du Louvre ou les colonnes de Buren m'avaient longtemps perturbé, aujourd'hui le mauvais goût qui s'étale et les outrages à notre patrimoine me laisse presque froid.

La Bleue > Et ce vieux Bulgare avait raison. Pour son malheur notre civilisation est trop riche et les riches oublient la valeur des choses et finissent toujours par gaspiller.

Écrit par : Pharamond | 06/09/2018

Le site que vous pointez est effarant

on y trouve en sous titre "l'art du partage"
et les journées européennes renvoient immédiatement sur une mappe monde.

Pour le local, par contre : TOUT sera détruit
dès lors que ça ne rapporte pas

dans ma ville de Pau, je note déjà plusieurs bâtiments rasés ... datant des années 70
même pas 50 ans, et hop, on rase ...

Écrit par : jmespe | 08/09/2018

Et, en même temps...
"L'hôtel de la Marine devrait accueillir une exposition de la famille régnante du Qatar pendant... 20 ans ! Selon Le Monde, le Centre des monuments nationaux (CMN), qui gère le lieu, serait près de signer une convention avec le pays de 2,5 millions d'habitants, afin que le Qatar y présente, par roulement, pendant vingt ans la collection d’art Al-Thani, du nom de la famille régnante."
même si:
"Dans une interview au Point, en août 2017, Emmanuel Macron considère clairement que le petit émirat a financé des activités terroristes."


https://www.marianne.net/economie/et-maintenant-l-hotel-de-la-marine-comment-le-qatar-est-en-train-de-se-payer-paris

Écrit par : bedeau | 08/09/2018

jmespe > Je vous avouerais qu'à part quelques exceptions le "patrimoine" des années 70...

bedeau > Ce n'est pas grave "ceux qui savent" décrètent selon leur intérêts qui est fréquentable ou pas, les mots et les faits n'ont plus aucun sens en eux-mêmes.

Écrit par : Pharamond | 09/09/2018

Écrire un commentaire