Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2018

Le jeu des deux images (312)

Comme son nom l'indique il s'agit de deux images qui doivent vous permettre par analogie de deviner l'identité d'une personnalité vivante ou défunte. Cette énigme nous est aimablement proposée par Blumroch qui conseille au passage de cliquer sur les images pour les voir plus en détail.

312a.jpg

312b.jpg

Commentaires

Énigme très géographique... La première carte indique des villes disséminées en Europe et en Amérique du Sud et la deuxième le département du Maine-et-Loire avec une ville peut-être Vaudelnay à cause du "V". Malheureusement les seules personnalités liées à cette localité sont les parents de l'acteur Jude Law et le pilote de F1 François Cevert selon Wikipédia. Donc le mystère demeure.

Écrit par : Pharamond | 29/04/2018

@Pharamond : C'est bien Vaudelnay (bravo !) et le "V" entendait bien aider à identifier le patelin, mais kikipedia ne sera d'aucune utilité ici. ;-) Vous avez déjà la moitié de l'énigme. Une chance que le miniblurb soit prêt !

Écrit par : Blumroch | 29/04/2018

Si j'ai la moitié de l'énigme c'est qu'il y encore la moitié qui m'échappe...

Écrit par : Pharamond | 29/04/2018

Le rond rouge situé à peu près à Malmö a-t-il sont importance ?

Écrit par : Pharamond | 30/04/2018

@Pharamond : La Suède a son importance, qui appartient et n'appartient pas à l'ensemble des autres points.

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

Il est pourtant avéré que jamais itlaire n'a mis les pieds hors d'Europe
Et encore moins à vol de nez

Pour le reste, sur vronze ku ce matin y a un mec qui présente son bouquin "total bull shit"
Ça donne envie, non ?

Écrit par : Kobus van cleef | 30/04/2018

Le Surinam(e) en pointillés, est-ce que c'est-y normal ?

Écrit par : Boutros | 30/04/2018

Le Surinam(e) en pointillés, est-ce que c'est-y normal ?

Écrit par : Boutros | 30/04/2018

@Kobus van cleef : Divine inspiration que la vôtre, car Adolf H., qui est décidément partout, est évoqué par la personne à trouver ! (Il n'a aucun rapport direct avec la carte, toutefois).
@Boutros : L'outil "remplissage" de PaintShop Pro 4.11 n'est pas parfait. Evidemment égaux en dignité, tous les points marqués ont été colorés en jaune pour effacer les couleurs d'origine qui donnaient des dates et des noms, ce qui rendait l'énigme trop facile.

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

Ce sont les points-coins où des Anciens ont été traqués par le Mossad ?

Écrit par : Carine | 30/04/2018

Au hasard ^^

Écrit par : Carine | 30/04/2018

Je pense à Louis Ferdinand Céline qui a beaucoup voyagé, parce que je l'aime bien ;o)

Écrit par : téléphobe | 30/04/2018

@Carine : Astucieuse et audacieuse suggestion qui m'inspire cette variation sur ma facétie "Le Maurras n'existe pas" : (*#VERMOT TRUE *) "Le mot sad n'existe pas" (*#VERMOT FALSE *). ;-)
Pour en revenir à l'énigme, s'agit des étapes d'un voyage beaucoup plus classique.
@téléphobe : Qu'en est-il du souvenir de la petite Anne ? En tout cas, dans les étapes du voyage, ni Sigmaringen, ni Danemark ! ;-) Si telle avait été la solution, j'aurais d'ailleurs mis des représentations de Bébert, faites au stylo Bic, pour les étapes. ;-) Ah, incidemment, votre suggestion me fait penser à la nouvelle devise suggérée par quelques socialo-micronistes enragé[e]s pour remplacer la mensongère "Liberté, Egalité, Fraternité" par "Liberté, Egalité, Adelphité". Et pourquoi pas "Liberté, Egalité, Adolphité" ? ;-)

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

Très bon ça !
Adolphité !
Retour du refoulé en plein nez !

Écrit par : Kobus van cleef | 30/04/2018

Blumroch > Je ne vois toujours pas...

Écrit par : Pharamond | 30/04/2018

@Kobus van cleef : J'ai bien pensé à *pire* qu'Adolphité mais je n'ose l'écrire. ;-)
@Pharamond : La première image recense les tribulations d'un personnage comme les raconte un auteur classique ayant un rapport indirect mais fort avec Vaudelnay. Quelques villes : Lisbonne, Cadix, Bordeaux, Paris, Venise, Constantinople... Si j'en dis plus, je donne la solution ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

Cela ressemble fort aux villes visitées par Candide...

Écrit par : Pharamond | 30/04/2018

Ca ressemble au voyage de Candide

Écrit par : PdL | 30/04/2018

Le voyage de Candide ayant été identifié, la solution ne devrait plus tarder !

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

Eh zut ! En même temps que PdL ;-)

Écrit par : Pharamond | 30/04/2018

Bon, alors, si on écrit "Voltaire", on a le mini-blurb?

Écrit par : Eron Amburst | 30/04/2018

@Eron Amburst : Presque ! Faut encore trouver la relation entre Vaudelnay et le Voltaire auteur de *Candide*, à part l'initiale commune. ;-)

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

@Tous : N'oubliez pas que la Suède, qui ne figure pas dans les voyages de Candide, est un indice mineur.

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

Je suis perplexe. Pour la Suède, il y aurait bien le roi Charles XII dont Voltaire fut le biographe. Le lien avec l'ouest, ce serait plutôt un épisode de la Régence et sa proximité avec le duc et la duchesse du Maine?

Écrit par : Sven | 30/04/2018

@Sven : *Candide* n'a pas été choisi par hasard. La solution est plus simple -- ce me semble (évidemment, l'ayant choisie, j'ai un léger avantage sur les visiteurs !).
A ce stade, je viens de vérifier, Gougueul donne la solution -- mais pas dans les premiers résultats.

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

Vous utilisez gogol, ça explique tout.
Benjamin Guittonneau, dit Ben, né à Vaudelnay, dessinateur, entre autres du voyage en absurdie. Connaissant vos mauvaises fréquentation, j'avais cherché dans un autre Candide que celui de Voltaire, celui où sont passés Gaxotte, Brasillach et Rebatet.
Si je fais une nouvelle fois fausse route, je repars cultiver mon jardin!

Écrit par : Sven | 30/04/2018

J'aurions été mieux inspiré de n'pas signaler que Gougueul donnait la solution, alors trop facile ! :-(

La couronne de lauriers revient donc au camarade Sven qui a identifié l'illustrateur politique Benjamin Guittonneau (1908-1966), dit *Ben*. Ce talentueux satiriste nous a laissé, sous le transparent pseudonyme d'Arouet, un *Voyage en Absurdie* (1946) et un *Retour en Absurdie* (1959) qui dénoncent de manière souriante mais implacable la chiennerie révolutionnaire d'après 1945. Bien (c'est-à-dire : injustement) oublié aujourd'hui, Ben n'a même pas sa fiche de police au sommier de kikipedia, et je n'ai trouvé que cette page (reprenant un article de *Présent* sous la signature d'un certain Armand Mathieu) qui parlât de lui avec quelques détails :

https://www.delitdimages.org/ben-50-ans-deja/

La consultation des Gougueul, Ixcouic et autres Deukdeukgo livre aussi le nom de Benjamin Guittonneau -- parfois orthographié Guittoneau avec un seul "n" -- pour un article posthume de 1966, dans *L'histoire pour tous*, à propos de l'emplacement exact du site d'Alésia.

A en juger par les deux livres que j'ai lus et par les quelques dessins que j'ai vus, comme les fameux Lineczi Stantoff et Lamidaeff, comme son ami Jacques Perret, Ben semble n'avoir éprouvé qu'un respect très limité pour son époque, pour le général de La Perche et pour le régime populomaniaque : c'est assez pour le recommander à l'estime des bons esprits. Parmi les pasticheurs et parodistes de Voltaire, il a gagné une place d'honneur aux côtés de Gaxotte (pour son *Nouvel Ingénu*) et de Jamet (pour son *Nouveau Candide*, sans doute la seule bonne action de ce courtisan mitterrandolâtre). Existerait-il un "Lagarde et Michard" ou un "Chassang et Senninger" de la réaction littéraire intelligente, que Ben y devrait légitimement figurer.

Le choix des images pour l'évoquer n'était pas facile -- en tout cas pour moi. J'ai fait pour le "moins pire", mais j'en suis conscient, l'intersection des deux images retenues n'était pas évidente à trouver. La première illustration évoquait le Voltaire parodié et pastiché par Ben grâce aux étapes du périple de Candide (avec en manière d'indice le point rouge de la Suède, le héros du *Voyage en Absurdie* étant sujet suédois) ; la seconde donnait l'emplacement de Vaudelnay (d'où le V de la marque rouge en guise d'indice, comme l'a vu immédiatement Pharamond), le petit village du Maine-et-Loire où naquit Ben. Détail amusant : cette naissance illustre n'est même pas mentionnée dans la fiche kikipedia de ce Vaudelnay qui perpétue néanmoins la mémoire de notre réactionnaire avec une rue Benjamin Guittonneau -- probablement la seule au monde.

Deux points anecdotiques : dans la réédition du *Voyage en Absurdie*, les inutiles notes prétendues "historiques" signées par une certaine Marie-Madeleine Martin sont autant d'affronts au lecteur, *systématiquement* pris pour un imbécile inculte ; quant au *Retour en Absurdie*, d'abord paru dans le *Rivarol* de la grande époque (celui d'avant le sieur Jérôme "I 8 the Brigandes" Bourbon), il avait évidemment valu un procès à son auteur.

L'oubli presque total dans lequel Ben est tombé (un Ben que j'avais découvert, pour ma part, au hasard d'un étalage de livres devant le magasin Gibert Jeune, quand j'étais étudiant, il y a *très* longtemps) confirme cette triste évidence : *presque* toujours, sauf miracle, nos bonnes actions disparaissent dans le néant, qui ne laissent aucune trace dans les mémoires, et rien de ce que nous faisons n'a de *réelle* importance sinon à nos yeux -- et encore. Quoi de plus *normal*, d'ailleurs, dans cette Absurdie et même dans cette Sinistrie de cauchemar qui nous est imposée non seulement par le malheur des temps mais encore et surtout par notre inaptitude aux fermes et violentes résolutions qui seraient nécessaires afin de résister à la guerre d'anéantissement victorieusement menée contre nous par nos maîtres américains et par leurs vassaux eurocrates qui tous, pourtant, ne sont très exactement *rien* ?

Bref, si la déesse Alea place les deux pamphlets de Ben sur votre route, faites-en l'acquisition et lisez-les !

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

@Sven : J'y pense, pour information, le Gogol, c'est aussi une organisation de mercenaires dans la série *Nikita* de 2010, qui n'est pas indigne de la série de 1997, elle-même très supérieure au *calamiteux* (en est-il d'autres ?) film de Besson.

Bravo à vous et merci aux participants !

Écrit par : Blumroch | 30/04/2018

Bravo à Sven pour cette énigme difficile et à Blumroch pour l'avoir créée et pour son fort instructif blurb. Il ne reste plus qu'à ajouter Benjamin Guittonneau dans Wikipédia au moins dans l'article sur Vauldenay.
Quand je pense à l'immonde artisticule subventionné qui se fait appeler Ben et dont les bribes de phrases souillent à grand frais les fournitures scolaire de nos enfants...

Écrit par : Pharamond | 01/05/2018

@Pharamond : Pire encore, un "comique drôle" plus ou moins belge, une sorte de sous-Devos associé à kanaplus, a osé reprendre, au pluriel, le titre du premier pamphlet, *peut-être* sans le savoir. Et si l'on en veut croire Internet, une chansonnette du sieur Sardou contiendrait une allusion à l'Absurdie.
Les outils de type Ixcouic et Deukdeukgo permettent parfois de ces découvertes dont on se passerait volontiers.

Écrit par : Blumroch | 01/05/2018

Personnellement je me souviens d'avoir discuté avec un collègue qui avait employé le terme "Absurdie" pour désigner notre pays (ou son administration, je ne me souviens plus exactement). Où l'avait-il entendu ? Je pencherai pour la chanson de Sardou, "Etre une femme", qui a eu son moment de célébrité pour ceux de notre génération, par contre j'ai des doutes en ce qui concerne sa connaissance de l'oeuvre de Guittonneau.

Écrit par : Pharamond | 01/05/2018

@Pharamond : Mêmes doutes -- d'où le "si l'on en veut croire Internet". On peut toutefois avoir des surprises même avec des crétins du spectacle : dans ma famille d'abrutis, regarder Jacques Martin le dimanche était une *obligation* (pas étonnant que mon Q.I. soit si faible !). Un jour, sidéré, j'entends l'animateur vedette mentionner avec éloge Robert Benchley, alors connu du seul Jacques Sternberg et d'une poignée de lecteurs grâce au *Supplice des week-ends* paru chez 10/18. Ne l'aurais-je pas vu et entendu que j'aurais doutu. ;-) L'animal qui aurait rossé d'importance un futur gauleiter de la région France avait donc, à l'occasion, de bonnes lectures.

Écrit par : Blumroch | 01/05/2018

Mêmes amuseurs ces gens-là étaient d'une autre époque où l'on ne vénérait pas encore l'ignorance et la vulgarité.

Écrit par : Pharamond | 02/05/2018

@Pharamond : Ce qui rend pires encore leurs trahisons et leurs compromissions avec le Moloch : ils n'ont même pas la pauvre excuse d'ignorer ce qu'ils ont activement contribué à détruire au nom de cette malsaine joie de nuire pour laquelle les Mochiens, seuls à ma connaissance, ont forgé un mot, *Schadenfreude* -- sans oublier les prébendes.

Un exemple parmi tant d'autres à cette adresse :

http://le-sages.org/pages/dc-formprof.html

L'entrée "En finir avec les IUFM" (on pourrait aujourd'hui remplacer par ESPE) permet de charger un PDF édifiant, notamment à la fin de la section III, "Réponse de Pedro Cordoba à la lettre de Gérard Gonfroy", qui montre bien la complicité consciente de certains carriéristes, littéraires de l'ancien temps qui auront tout fait pour tuer ce qui les aura formés.

Incidemment, sur le même site, on trouve un excellent article, intemporel, de René Pommier :

http://le-sages.org/documents/2004/pommier.html

Écrit par : Blumroch | 02/05/2018

Le Système vous englue comme dans une toile d'araignée, sans même parler des convaincus idéologiquement et des traîtres, les autres sont obligés de faire avec par appât du gain, simple souhait de gagner sa vie tranquillement ou peur de représailles. Si vous refusez de jouer le jeu vous serez rejeté de la société avec les conséquences subséquentes. Qui le souhaite ? Ne serait-ce que pour les siens. J'en veux particulièrement à l'ancienne droite qui par goût du lucre, bêtise, par désir de faire moderne, a cédé aux sirènes progressistes alors qu'elle devinait au moins partiellement le triste avenir qui se dessinait. Le pire est qu'on respecte encore certains d'entre eux en se disant qu'ils ont su rester droit d'entre leurs bottes jusqu'à la fin alors que le temps a joué pour eux leur permettant de tirer leur révérence avant les désastreux changements qu'ils avaient permis.

Écrit par : Pharamond | 02/05/2018

@Pharamond : Excellent développement, auquel j'aimerais apporter cette précision : tout homme responsable devrait s'en tenir à ses principes et savoir en endurer les conséquences (sans les infliger à autrui, raison pour laquelle le réactionnaire cohérent, comme le bon espion, ne devrait avoir ni famille ni, peut-être, amis). Comme le disait un méchant de l'ancien temps :

"Il y a une prudence supérieure à celle qu’on qualifie ordinairement de ce nom ; l’une est la prudence de l’aigle, et l’autre, celle des taupes. La première consiste à suivre hardiment son caractère, en acceptant avec courage les désavantages et les inconvénients qu’il peut produire."

"La Gloire met souvent un honnête homme aux mêmes épreuves que la fortune ; c’est-à-dire, que l’une et l’autre l’obligent, avant de le laisser parvenir jusqu’à elles, à faire ou souffrir des choses indignes de son caractère. L’homme intrépidement vertueux les repousse alors également l’une et l’autre, et s’enveloppe ou dans l’obscurité ou dans l’infortune, et quelquefois dans l’une et dans l’autre."

N'être rien n'est certes pas réjouissant ; être *quelque chose* dans ces temps d'imposture, c'est pire que n'être rien.

Écrit par : Blumroch | 02/05/2018

Il est difficile de vivre totalement hors du Système, le plus important est de se compromettre le moins possible. Quant à ne pas avoir de descendance c'est cohérent, mais l'envie de fonder une famille est tout de même compréhensible et si elle en arrive à avoir globalement (et miraculeusement) les mêmes idées que vous, c'est l'idéal.

Écrit par : Pharamond | 02/05/2018

@Pharamond : Sauf les exceptions avec honnête Q.I. et fort caractère, les enfants ne sont-ils pas plus ceux de leur époque (surtout avec le conditionnement qui commence dès la maternelle) que ceux de leurs parents ?
S'agit pas de vivre *totalement* hors de la mécanique sociale (qui s'en pourrait vanter, d'ailleurs, à part quelques anachorètes ?) mais d'y collaborer le moins possible tout en répandant, à l'occasion, la bonne mauvaise parole -- ou mieux : les bons mauvais livres --, à tout hasard. Evidemment, ce n'est pas facile et mieux vaut savoir pratiquer une ascèse philosophique. ;-)

Écrit par : Blumroch | 02/05/2018

La traîtrise et l’appât du gain n'étaient pas incompatibles avec un honnête QI et un fort caractère il ne reste plus grand monde à sauver.
Le quotidien nous oblige déjà à participer au fonctionnement du Système pour survivre, il nous reste à nous épargner le superflu et de nous enivrer des bassesses de l'époque.

Écrit par : Pharamond | 03/05/2018

@Pharamond : Autrement dit, de nos jours, boire le calice jusqu'à l'allahli (pun intended). :-(

Écrit par : Blumroch | 04/05/2018

Je viens de constater que ma phrase est mal construite et pouvait signifier l'inverse de se que je voulais dire : "...il nous reste à nous épargner le superflu et de ne pas nous enivrer des bassesses de l'époque."

Écrit par : Pharamond | 04/05/2018

@Pharamond : Saisissant votre intention, vos sagaces lecteurs avaient rectifié. ;-)

Écrit par : Blumroch | 04/05/2018

Précisons tout de même ;-)

Écrit par : Pharamond | 04/05/2018

Les commentaires sont fermés.