Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2017

Ciné Mémoire

« L'histoire vraie de Jan Zabinski, gardien d'un zoo de Varsovie, et de son épouse Antonina, qui sauvèrent 300 juifs emprisonnés dans le ghetto de Varsovie suite à l'invasion des Nazis. »

La femme du gardien de zoo de Niki Caro

 

Au fait, combien de films sur les 100 millions de morts du communisme ? Juste comme ça, par curiosité...

Commentaires

Et combien sur ceux qui ont sauvé des gens de cette horreur rouge ?

De toutes façons, quand on ne trouvera plus rien, on fera des films sur des enfants qui ont "sauvé" des oiseaux dans le Ghetto, ou sur des descendants "de" qui auront "sauvé" la mémoire de leurs ancêtres...etc.

Ca fait 150 ans que l'esclavage est aboli par la France et on paye encore....Le filon polonais n'est pas près de se tarir....

Écrit par : Arthourr | 07/07/2017

le 16 juillet Nétanyahouuu , vient à Paris pour le 75è anniversaires de la "Rafle du Vel' d'Hiv" ... bougies , fleurs , je suis veld'hiv ?

Écrit par : EQUALIZER | 07/07/2017

Si j'avais été gardien de zoo à l'époque, les premiers que j'aurais pensé à protéger sont les Nasiques; j'aurais aussi kasher les petits cochons - mais bon chacun ses goûts ;o)

Écrit par : téléphobe | 08/07/2017

C'est un gout (nouvelle orthographe, soyons moderne) personnel, mais je préfère la femme du boulanger.

https://www.youtube.com/watch?v=UKxYHz50PcE

Écrit par : Coach Berny | 09/07/2017

y a Vel' d'Hiv et Vel' d'Hiv

Gabi dit :
28 juillet 2013 à 9 h 41 min

Michel Drucker refusait de recevoir une personnalité de la droite nationale dans son émission dominicale !

il est vrai que son père Abraham, a séjourné dans le camp de concentration ! Abraham Drucker était médecin-chef a Drancy pendant l’occupation allemande. Il était d’une aide considérable aux nazis puisqu’il avait pour travail de distinguer les juifs des autres. Il permit ainsi l’arrestation de nombreux juifs qui furent envoyés dans les camps de la mort. Les comptes bancaires de la famille Drucker furent saisis après la libération et Abraham Drucker fut obligé de témoigner et désigner les ss avec qui il collaborait. » (F&D N° 109 15 au 30 avril 2001)

Le procès par contumace de l’officier SS Aloïs Brunner, probablement décédé, a été l’occasion pour les boutiquiers de la mémoire de vaticiner sur les heures les plus sombres de leur histoire.

Ils veulent qu’on parle de Drancy ? Et bien, parlons de Drancy… Parlons de ces juifs qui collaborèrent avec les nazis. Le camp de Drancy était largement autogéré par les Juifs. Ouvert en 1941, il servait de base de transfert dans le cadre de la Solution Finale (déportation des Juifs en Pologne suite à la publication par Theodore Kaufman d’un livre exigeant le génocide des Allemands). Sur 67.000 Juifs qui y transitèrent, seuls 8.500 étaient Français. Ce camp eut sept dirigeants : Asken, Max Blanor, François Montel, Georges Kohn, Robert Félix Blum, Georges Schmidt, Oscar Reich et Emmanuel Langberg. Le 24 octobre 1942, une police juive interne est créée, surnommée la « Gestapolak » en raison de son recrutement ashkénaze. Parlons d’Abraham Drucker (père de Michel), médecin chef qui assista Brunner dans sa rafle des Juifs de l’ancienne zone libre. Parlons de Jankel Jouffa, père de Yves Jouffa de la Ligue des Droits de l’Homme, qui participa à cette « police » comme chef d’escalier..

Parlons de l’UGIF qui mit dans sa poche les 750 millions volés aux Juifs et qui dorment probablement dans les caisses du CRIF, ce qui fait qu’avec les réparations, c’est le goy qui va payer l’argent volé par les Juifs aux Juifs, comme il paya, en lieu et place des Juifs, le milliard d’indemnités exigé par les Allemands aux Israélites suite aux attentats contre la Wehrmacht.

Drancy, en 1944, fut à nouveau transformé en camp de concentration. A la différence près qu’y furent parqués tout ceux dont le régime gaulchévique voulait se débarrasser. Ce n’était plus un KL mais un Goulag, ce qui explique pourquoi Drancy I bénéficie d’une mémoire nickelée et que Drancy II « n’existe pas »… La preuve de ce déni de mémoire : les photos de Drancy I illustrant les livres d’histoire ont été prises… en août 1944 à Drancy II !

On va leur en donner, de la mémoire. Parlons de cette fillette de treize ans, fille de présumés « collabos » qui fut violée collectivement sous les yeux de ses parents par une bande d’ordures à brassard FTP (pléonasme). Parlons des colis de la Croix Rouge pillés par les FTP (habitude communiste, l’Arbeitstatistik faisait pareil à Buchenwald). Parlons des tortures infligés aux prisonniers (et aux prisonnières) dont René Château donne une pâle idée dans son livre L’Age de Caïn. Deux chiffres, deux chiffres seulement : Français exécutés par les Allemands de 1940 à 1944 : 29.775. Français exécutés par les gaulcheviques en six mois : 97.000…

Le devoir de mémoire, pourquoi pas. Mais toute la mémoire !

Écrit par : blh | 09/07/2017

de E Zola :

"...il y avait là, en un groupe tumultueux, toute une juiverie malpropre, de grasses faces luisantes, des profils desséchés d'oiseaux voraces, une extraordinaire réunion de nez typiques, rapprochés les uns des autres ainsi que sur une proie..."

Dommage qu'il ait mal tourné ! ;)

Écrit par : blh | 09/07/2017

@blh N'oublions pas, non plus, les paysans ayant nourri les "résistants communistes" et assassinés par ces même salopards qui sont rentré en résistance à la fin du pacte germano-soviétique. @pharamond J'avais évalué, il y a, déjà longtemps, à près de 150 millions le nombre de victimes du communisme (Urss, Chine, Cuba, Viet-Nam, Cambodge...) Le communisme, c'est comme les camions fous, on ne sait qui est aux commandes. Ça évite de faire des amalgames. Et, pourtant, Vladimir Poutine en a parlé. Et, personne ne lui a opposé une quelconque contradiction.

Écrit par : Tintin | 09/07/2017

@blh Émile Zola (comme Lazare et Cézanne), faisait partie de la même tribu. Il aurait, difficilement, pu l'oublier. Il n'a pas mal tourné, il est, simplement, revenu manger à la table. Mais, il faut avouer que son œuvre "La Fortune des Rougon-Macquart" est grandiose et incontournable. 20 volumes à lire et relire. Et, surtout, à faire lire.

Écrit par : Tintin | 09/07/2017

Arthourr > il y aura toujours un fait à "découvrir" sur l'époque afin de raviver la Mémoire.

EQUALIZER > Il commençait à nous manquer.

téléphobe > Votre amour des bêtes n'est plus à prouver, cela vous perdra.

Coach Berny > vous avez tort, j'ai lu je ne sais plus trop où que cette scène était d'un sexisme odieux.

blh > Merci pour votre commentaire.
L'histoire de la Seconde guerre est effectivement à réécrire en nuances de gris.

Écrit par : Pharamond | 10/07/2017

Écrire un commentaire