Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2017

Dresde, mon amour

Dresde 1945 : chronique d'un amour

Réalisé par Roland Suso Richter (2006)

Avec Felicitas Woll (Anna Mauth) , John Light (Robert Newman) , Benjamin Sadler (Alexander Wenninger)...

Synopsis

En 1945, après le débarquement, les Alliés pilonnent les grandes villes allemandes, annihilant tout reste de confiance dans le régime hitlérien. La ville de Dresde, appelée la «Florence de l'Elbe», fait partie des cibles. Anna Mauth, une jeune infirmière allemande, s'occupe comme elle peut des blessés, qui arrivent par dizaines tous les jours, à l'hôpital Martin-Luther de Dresde. C'est là qu'elle fait la connaissance d'un médecin, Alexander Wenninger. Les jeunes gens, qui ressentent très rapidement une attirance réciproque, envisagent de se marier. C'est alors qu'Anna recueille Robert Newman, un pilote britannique blessé. Elle en tombe amoureuse. La jeune femme est alors confrontée à un choix déchirant...

J'ai trouvé cette présentation du téléfilm allemand Dresden sur Télérama. Résumons, en 45 les Alliés bombardent l'Allemagne pour faire prendre conscience à sa population insouciante que le nazisme c'est mal. Le procédé peut paraître légèrement brutal, mais les exorcismes sont toujours un peu traumatisants pour les victimes. Dans la ville de Dresde transformée en crématorium géant une infirmière, Anna, et un médecin s'aiment. Cependant, Anna qui commence à se libérer des sortilèges hitlériens grâces aux effets magiques du phosphore soigne aussi un pilote britannique qui se cache dans une cave, sûrement par modestie afin de ne pas être acclamé trop tôt en libérateur. Et patatras ! voilà que notre héroïne s'entiche de lui. Là, ça m'échappe, je sais que les sentiments amoureux ont leurs bizarreries, mais trouver du charme à un des tortionnaires des siens dont elle voit quotidiennement les épouvantables exploits me laisse perplexe. Si on supprime la possibilité d'une maladie mentale chez notre infirmière on peut y voir plus raisonnablement la soumission au Système d'un réalisateur allemand qui condamne l’annihilation des grandes agglomérations du Reich par les bombes anglo-saxonnes, mais qui se doit de rajouter obligatoirement un édulcorant, soit une invraisemblable bluette pour expliquer que l'amour transcende les frontières et les conflits. Belle idée dont les tondues de la Libération constituaient sans doute la malheureuse avant-garde. Bref, l'idylle germano-britannique occupe l'écran et le bombardement devient anecdotique comme une invasion de fourmis lors d'un pique-nique en amoureux. Le procédé évite aussi que le spectateur en ne restant qu'avec des personnages allemands finisse par compatir à leur sort et condamne leurs bourreaux anonymes ; ici, l'adversaire à un visage dont on peut tomber amoureux. Je me demande si parmi toutes les bombes lâchées sur le Reich il y a eu des essais de bombes émasculatrices.

dresden.jpg

L'affiche où l'on peut constater que la destruction de Dresde a l'air de mettre de fort bonne humeur notre infirmière. Le pilote qui a endossé un uniforme allemand est plus dubitatif, en bon professionnel.

Commentaires

Votre texte. J'adore...
Tout est dit.
Ach ! Les heures les plus, ben je sais plus...
Bon blog !

Écrit par : V | 28/02/2017

"Ach ! Les heures les plus, ben je sais plus..."

Je vous aide : à Dresde, ces heures étaient claires.

Écrit par : Arthourr | 28/02/2017

V > Merci.

Arthourr > L'affiche prétend pourtant le contraire...

Écrit par : Pharamond | 28/02/2017

Excellente critique, d'un cinéphile fort utile aux passagers très intermittents des amphithéâtres à lanternes magiques.
Quant au fond, oui, on voit bien que le délit de banalisation des carbonisations démocratiques n'a pas encore pénétré les consciences. Il serait quand même regrettable qu'il faille une nouvelle capilotade, mais cette fois remportée par des hordes Lepeno-orbano-trumpistes, pour qu'une vision plus équilibrée des choses s'impose aux lecteurs (survivants) de Télérama.

Écrit par : Nathanaël | 28/02/2017

pour l'exorcisme , achetez le ready-made de chez Kobus incorporated
exorcisme républicon et démokratik , tout en un , unidose , comme le traitement d'avant pour la chtouille ( je crois me souvenir que c'était trois cachets de TAO en une seule fois, après ça on s'étonnera que la vérole décime l'afwique et la djeunesse....)

l'idée m'en est venue à Cuba , en voyant des adeptes de la santéria, ce culte syncrétique mêlant des éléments chrétiens et animistes , avec des pratiquants vêtus de blanc intégralement ( pas facile à rester propre sous les tropiques)

moi, ça m'aurait plu de faire se convulser à mes pieds des grosses caraïbes , plus larges que hautes , avec yeux révulsés , bave aux lèvres ( et probablement aussi , urines perdues ), puis d'égorger un poulet et ensuite de camoufler des petits cailloux sous les robes des statues de divinités.....

las....j'ai été forcé de rentrer

j'exercerai donc mon ministère sur le sol de l'amère patrie

je me torchonnerais dans un tablier de maçon avec une écharpe tricolore et peut être une rosette de légion d'honneur à la boutonière ( la même que djamel deux bouses et yasmina ben guigui )

Écrit par : kobus van cleef | 28/02/2017

ainsi caparaçonné dans ce costume qui devrait , en théorie , me protéger des ondes maléfiques , j'invoquerais les mânes de jules ( guèdes, grévy , fery et tant d'autres ) et celles de karl

je piétinerais sur place avant de lancer l'invocation qui tue le démon "esprit de jean marie et d'adolf, sort de ce corps, je t'en conjure au nom de vivrensemble !"

il faudra bien sûr un sacrifice , pour attendrir l'être suprême

pour les cas bénins, on lacèrera un exemplaire de mein kampf
pour les cas les plus graves, il faudra balancer un molotov sur un équipage de la BAC ( accompagné des mots "justice pour théo!")


tarifs sur demande, facilités de paiement , tout comme il faut

Écrit par : kobus van cleef | 28/02/2017

Une explication très surprenante du bombardement de Dresde:
http://mileswmathis.com/dresden.pdf
D'après lui, le centre historique de la ville n'aurait pas été bombardé et le le bombardement de la périphérie avait surtout pour but de masquer le pillage des musées et palais du centre.
Ah oui, c'est en anglais et le site source contient aussi beaucoup de conneries débilo-complotistes, peut-être volontairement...

Écrit par : Jazzman | 28/02/2017

Il y a quand même une preuve indirecte; une grande collection "privée" d'oeuvres réputées détruites à Dresde aurait été retrouvée par hasard à la suite d'une perquisition des dizaines d'années plus tard...en Suisse.

Écrit par : Jazzman | 28/02/2017

Nathanaël > Dans ce cas je dois avouer que je n'ai pas vu le téléfilm (introuvable en streaming), mais le résumé de Télérama était suffisamment éloquent pour m'inspirer.

kobus van cleef > Vos connaissances en exorcisme dans les cas de possession luciféro-hitlérienne me laissent admiratif. On sent l'homme de science au service d'autrui. Il ne manque que la mise en pratique : une simple formalité par les temps qui courent. Doit-on vous appeler "Votre Éminence" ?

Jazzman > J'ai de gros doutes, même s'il y a des choses troublantes comme dans toutes les grandes tragédies. D'autres part, la fin de la Seconde guerre était tellement chaotique et propice à toutes les magouilles que bien des choses perdues à ce moment sont réapparus ultérieurement sans qu'autre chose que de la malhonnêteté basique puisse être évoquée. Mais des choses ont pu m'échapper, mon anglais est très lacunaire.

Écrit par : Pharamond | 28/02/2017

J'ai toujours pensé que Kobus nous cachait des trucs.
C'était son expérience de prêtre vaudou. Ou d'officiant. Ou de danseur, je sais pas.
Son exorcisme sur bac va en intéresser plus d'un, la saison des examens accourant à grands pas.
C'est combien le kit ?

Écrit par : Carine | 01/03/2017

Vu ses nombreux voyages en terres lointaines je crains le prix prohibitif. Je ne le blâme pas, il voyage pour enrichir sa science de l'exorcisme et la vérité est parfois ailleurs.

Écrit par : Pharamond | 01/03/2017

moi je retiens le bombardement de Dresde par des Lancaster, train sorti. C'est sans doute pour cela qu'il a été si meurtrier.

Écrit par : Paul-Emic | 01/03/2017

Paul-Emic > Ils avaient sans doute prévu d'occuper immédiatement le terrain après le bombardement, mais ont dû changer d'avis à cause de la température. Encore un fait méconnu de la Seconde guerre...

Écrit par : Pharamond | 02/03/2017

@ Pharamond, je reconnais bien là ta perspicacité

Écrit par : Paul-Emic | 02/03/2017

C'est tout de même toi qui a relevé l'indice.

Écrit par : Pharamond | 02/03/2017

;-)

Écrit par : Paul-Emic | 02/03/2017

Les commentaires sont fermés.