Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2016

Sur le fascisme à toutes les sauces

Pour en finir avec le pseudo « islamo fascisme »…

par Guirec Sèvres, collaborateur de la revue Synthèse nationale.

Les tueries qui, au début du mois de janvier (2015), ont ensanglanté les locaux de Charlie Hebdo et une supérette kasher du XIIe arrondissement de Paris ont suscité une légitime émotion. Émotion qui fut vite récupérée par les stratèges du Pouvoir en place et transformée, en quelques heures, en une remarquable manipulation.

À peine les terroristes refroidis, la France se devait d’être unanimement, pour ne pas dire obligatoirement, « Charlie ». Et pour guider cette nouvelle « France Charlie » on pouvait compter sur la détermination de nos politicards qui, de Hollande à Sarkozy, ont toujours fait preuve, comme chacun sait, d’une remarquable clairvoyance face à l’islamisme conquérant. Et si, par malheur, cette évidence vous avait échappé, c’est sans doute parce que vous êtes un fasciste ou, pire encore, un « islamo fasciste ».

Le mot est lâché, le concept est né : l’« islamo fascisme » est le nouvel ennemi de la démocratie qu’il faut abattre à tout prix.

Mais que diable le fruit de la glorieuse pensée mussolinienne vient-il faire dans cette galère ?

On le sait depuis 1945, le fascisme est le mal absolu. On nous l’a enseigné à l’école, on nous le rabâche tous les jours dans les journaux et tous les soirs à la télévision et si, par ignorance ou par bravade, certains venaient à en douter, la Justice est là pour le leur rappeler.

Mais l’islam, jusqu’à ces dernières années, n’était pas, aux yeux de nos démocrates sincères, une idéologie condamnable. Bien au contraire. Il n’y a pas si longtemps que cela, Hollande et sa clique, à l’instar de Sarkozy pour la Libye, clamaient haut et fort qu’il fallait écouter Monsieur Lévy (Bernard-Henri) et armer les gentils rebelles islamistes en Syrie contre « l’ignoble régime fasciste et laïque de Bachar el Assad ». Et puis, sans aller aussi loin, ne sont-ce pas les mêmes démocrates qui, toutes étiquettes confondues, dans les villes où ils sont aux commandes, autorisent et subventionnent la construction de mosquées, favorisant ainsi l’implantation durable de l’islam sur notre sol ? Face à une telle évidence pour le moins gênante, il fallait trouver une parade. Ce fut vite chose faite avec la formule magique : « pasdamalgame »…

Pas d’amalgame lorsqu’il s’agit de confondre les musulmans et l’islam conquérant, mais vive l’amalgame lorsque l’islamisme devient subitement l’islamo-fascisme.

Comparer l’islamisme au fascisme est facile, confortable, peut-être même émouvant, mais, qu’on le veuille ou non, totalement inepte. Dans un magnifique article publié sur le site Metamag(http://metamag.fr), le pertinent Raoul Fougax remet les pendules à l’heure.

Nous en reproduisons ici les principaux extraits : « On les voit venir avec leurs gros sabots. Nos dirigeants, de gauche et de droite d’ailleurs, se veulent des enfants de la résistance au fascismo – nazisme. C’est leur référence absolue. Il ne peut y avoir de mal plus grand que le fascisme dont le nazisme est un avatar. Combattre l’islamisme radical aujourd’hui, c’est donc continuer le combat des démocraties contre le fascisme. […]

C’est bien sûr totalement faux. C’est juger le présent par rapport au passé de la même manière que l’on juge le passé par rapport aux valeurs du présent. L’anachronisme est une sclérose qui empêche l’analyse. C’est une maladie de l’intelligence. »

Le décor est ainsi planté et Fougax précise les choses : « Le fascisme n’a jamais été un obscurantisme. Un totalitarisme oui, un obscurantisme non. Le fascisme n’a jamais été une lecture fanatique d’une religion monothéiste, souvent bien au contraire.

Le fascisme certes cultive le culte du passé, mais dans une démarche progressiste. Le fascisme est un socialisme, pas un traditionalisme. Il veut moderniser en valorisant le passé, il invoque la longue mémoire de l’histoire, il ne veut pas ramener la société au comportement de temps révolus. »

Et les remet dans le contexte du Monde arabe : « Dans les pays musulmans de plus, le fascisme a toujours été un anti-islamisme, c’est vrai de la Turquie kémaliste comme de l’Égypte nassérienne. La laïcité dans les pays musulmans a été un fascisme non avoué et c’est l’échec de ces régimes totalitaires laïcs, notamment face au sionisme, qui explique la montée d’un islamisme anti-israélien devenu en Europe un nouvel antisémitisme. Vouloir par confort intellectuel ramener tout antisémitisme au fascisme pour, en fait, exonérer les islamistes et donc l’islam de ce péché raciste majeur pour nos dirigeants est une stupidité dangereuse.

Il y a un nouvel antisémitisme qui est un islamisme et qui est lié au terrorisme qui frappe les juifs, pas que des juifs, mais tous ceux qui sont des impies au regard des égorgeurs du sectarisme djihadiste. On peut parler d’islamo-sectarisme, car on a affaire à une secte musulmane issue de l’islam. Mais parler d’islamo-fascisme est une désinformation historique par aveuglement idéologique.

Les fascistes n’ont jamais été des islamistes et les islamistes ne sont pas des fascistes. Ils sont des obscurantistes musulmans sans lien avec les racines européennes et sociales du fascisme […] »

Et Raoul Fougax conclut avec raison : « Ils ne veulent pas restaurer la grandeur de Rome comme le Duce. Ils veulent une mosquée à la place de Saint Pierre au Vatican. […]

Ceux qui conseillent l’amalgame islamisme et fascisme pour lutter, on l’a bien compris, contre l’amalgame islamisme-islam sont des malhonnêtes et surtout des apprentis sorciers. »

Tout est dit…

Les mots ont un sens et Charles Maurras nous a enseigné qu’« une virgule à sa place, c’est déjà une victoire contre le chaos… »

Comparer l’islamisme au fascisme est une contrevérité que les militants anti-islamiste devraient bannir de leur vocabulaire.

Et que l’on ne nous brandisse pas la prétendue fascination que certains chefs nazis auraient éprouvée pour le Coran. À cet argument fallacieux, il est facile de rétorquer la collusion entre les mêmes nazis et certains ultra-sionistes avant et pendant la IIe Guerre mondiale. Mais tout cela relève d’une période révolue. Les alliés actuels de l’islamisme ne sont pas les fascistes, mais bel et bien les démocrates mondialistes, au premier rang desquels on retrouve les adeptes de « Nous sommes tous Charlie », qui, avec leurs politiques imbéciles, ont tout fait pour que celui-ci se développe en France et en Europe.

Paru dans Synthèse nationale n° 39 (printemps 2015).

Source : Euro Libertés le 23 août 2016 

Commentaires

Une saine remise de pendule à l' heure ! l' emploi d' "islamofasciste" et autre "nazislamiste" est un contre sens incapacitant au même titre que l' accusation de "racisme" qui ne touche que les "Blancs" !! d' où les lois dites "antiracistes" qui ne sont votées et appliquées que dans des pays de "blancs" ou à forte majorité (encore) de "blancs" . Il n' y a pas de hasard ! ;-)

Écrit par : EQUALIZER | 05/09/2016

Talentueux, certes, mais tellement con...

http://breizatao.com/2016/09/04/le-chanteur-breton-alan-stivell-denonce-les-ravages-de-limmigration-musulmane/

... ça pleurniche sur les quatre rois de Bretagne effacés par Clovis (un petit coup de pagano-bidulisme pour la route), mais ça n'aurait rien contre la migration allogène musulmane si celle-ci était gaucho-compatible.

Me semblent aussi cons que les Jurassiens, les Bretons !

++++++++++++++++++++
Un site d'extrême droite récupère mes propos concernant le Burkini à son profit en donnant des conclusions qui n'ont rien à voir avec ceux-ci.
Je dois réaffirmer ici que ce que je dis ne signifie pas l'exclusion des gens de culture proche et moyen-orientale de nos pays.
++++++++++++++++++++

Est-ce qu'il fait semblant, le barde niais, ou il croit vraiment que son art ne naît pas directement de son sang, que tout ce qu'il aime ne serait pas balayé définitivement si sa race s'éteignait.

Écrit par : UnOurs | 05/09/2016

EQUALIZER > Le pire c'est que certains des nôtres utilisent ces termes et se croient malins.

UnOurs > Il n'y rien à sauver chez 99% des folklorico-régionalistes. Ils haïssent le pouvoir central qui aurait fait disparaître leur culture et s’accoquinent volontiers avec les exogènes histoire de dire qu'entre minorités c'est normal. Des décennies de gauchisme ont ravagé leur cerveau, ils n'ont pas compris que les minorités n'en seront bientôt plus.

Écrit par : Pharamond | 05/09/2016

Dans le genre, il y a Gilles Servat qui s'étouffait à l'idée que sa chanson (magnifique, en passant) La Blanche Hermine avait été reprise par les "natios" :-)

En fait, ces gauchos sont des schyzophrènes.
Ecoute ce gros naze:

https://www.youtube.com/watch?v=fBS8zU0ZEnI

Puis ceci:

https://vimeo.com/101514678

Écrit par : UnOurs | 05/09/2016

Oui, je connaissais cette pitoyable histoire. Et Servat n'est pas le seul, combien de joueurs de vielle ou de biniou enregistrent avec des exotiques, c'est tellement fun. Tous ces gens sont à vomir.

Écrit par : Pharamond | 05/09/2016

PS : Il y a beaucoup de vérités dans "la rouge hermine".

Écrit par : Pharamond | 05/09/2016

Alan "Stivell" Cochevelou , un peu "tribal" par sa mère d' origine lituanienne . La Bretagne est bien contaminée par le gauchisme le plus débile (pléonasme) qui n' est pas de la seule responsabilité de la Tribu .. n' empêche que musicalement il a fait du bon boulot . Quant au "pouvoir central" vous me permettrez de le vomir au même titre puisque c' est lui qui dirige la destruction de l' ensemble "France" , et qu' il est "la gauche de racaille et la droite des voleurs" . Quand le Pouvoir central est aux mains des mafias , s' ancrer sur sa patrie charnelle est légitime . (revoir le cycle des "Patries charnelles" de St-Loup : Plus de Pardon pour les Bretons / Nouveaux cathares pour Montségur / Le sang d' Israël (!!) etc..)
https://lecheminsouslesbuis.wordpress.com/2012/11/15/pour-une-europe-des-patries-charnelles/

Écrit par : EQUALIZER | 06/09/2016

Ouais. Il y a quand même un problème avec les petits peuples du Nord qui n'arrivent bien souvent pas à voir la "big picture", avec leur irrédentisme localiste étroit.
A quoi bon la mort de Bobby Sands et de ses compagnons, pour finir avec ça:

https://youtu.be/1yJ87y7BR80

Ou encore en Ecosse, où la porte-parole du parti indépendantiste est pakistanaise, façon E&R.


PS: bon, pour les gauchos bretons, il y a certainement des reminiscences de la seconde guerre mondiale quand les "natios" locaux de l'époque (notamment un curé assez célèbre dont le nom m'échappe présentemment) avaient accueilli assez favorablement le concept "d'Europe des nations" de la branche non pangermaniste du pouvoir national-socialiste. Sur le mode de pensée classique qui serait censé amener toute penser identitaire européenne à Os-witz.

Écrit par : UnOurs | 06/09/2016

impossible de poster le lien sur l' abbé Perrot "affichage erreur au moment de la transmission" ... (???)

Écrit par : EQUALIZER | 06/09/2016

2ème essai .. idem "erreur à l'envoi de ce commentaire" .

Écrit par : EQUALIZER | 06/09/2016

http://fr.metapedia.org/wiki/Abb%C3%A9_Perrot

Écrit par : EQUALIZER | 06/09/2016

Le long combat de l' IRA pour en arriver là ... et l' Ecosse "indépendantiste" pour rejoindre l' UE à cause du Brexit ..
Auchuisse ne sert qu' à culpabiliser toute idée d' indépendance des peules européens . Symptômes du sida mental ..
Sur l' abbé Perrot :
http://www.breizh-info.com/2013/12/16/5274/il-y-70-ans-labbe-yann-vari-perrot-etait-assassine-par-les-communistes

Écrit par : EQUALIZER | 06/09/2016

Quelques petits rappels sur l'assassinat culturel et linguistique de la Bretagne par le pouvoir central :

- Il faut "par tous les moyens possibles, favoriser l'appauvrissement, la corruption du breton, jusqu'au point où, d'une commune à l'autre, on ne puisse pas s'entendre [...] Car alors la nécessité de communication obligera le paysan d'apprendre le français. Il faut absolument détruire le langage breton" (Lettres des préfets des Côtes-du-Nord et du Finistère à M. de Montalivet, ministre de l'Instruction Publique, 1831)

- "Surtout rappelez-vous, messieurs, que vous n'êtes établis que pour tuer la langue bretonne"(Propos d'un sous-préfet du Finistère aux instituteurs, 1845)

- "Un principe qui ne saurait jamais fléchir: pas un mot de breton en classe ni dans la cour de récréation" (M. Dosimont, inspecteur d'académie, 1897)

- "Pour l'unité linguistique de la France, il faut que la langue bretonne disparaisse"
(A. de Monzie, ministre de l'Instruction Publique, à l'inauguration du Pavillon de la Bretagne à l'Exposition Universelle le 19 juillet 1925)

- "Il n'y a pas de place pour les langues et cultures régionales dans une France qui doit marquer l'Europe de son sceau".
(Georges Pompidou à Sarre-Union, 1972)

Écrit par : Noone | 06/09/2016

22% des bretons mobilisés en 14-18 (par l' Etat central..) ont été tués , soit plus que la moyenne nationale à 16/17% ... soit environ 140.000 morts (les blessés/estropiés ne sont pas comptabilisés..) des rudes et solides paysans envoyés généreusement à l' abattoir par la "république" . La république cosmopolite contre les pays de France .

Écrit par : EQUALIZER | 06/09/2016

Ah oui, l'abbé Perrot, merci EQUALIZER.
Sacré prêtre !

Écrit par : UnOurs | 06/09/2016

Oui Equalizer, la moitié des hommes bretons entre 20 et 40 ans ont été tués en première ligne. Des hommes en âge de procréer, des générations de Bretons laminées par le pouvoir central, de la chair à canon, des jeunes de 17 ans pour certains.

Je regarde systématiquement tous les monuments aux morts en Bretagne lors de mes balades et c'est une véritable saignée à blanc qu'ont infligée à la Bretagne les deux guerres mondiales. Par exemple : 393 noms inscrits sur le monument aux morts pour la seule petite ville finistérienne de Scaër. Locronan, Saint-Thégonnec … partout des listes longues comme un jour sans pain. A pleurer de rage.

Plus de 200 000 soldats bretons sont morts pendant la seconde guerre mondiale. Je crois que pour la Corse c'était pas mal non plus.

Écrit par : Noone | 06/09/2016

Je ne minimise pas les dégâts que le pouvoir a provoqués sur la culture bretonne, mais se révolter contre celui-ci pour se prosterner devant un danger encore plus grand rend tous les discours et les actions passés dérisoires. Tous les régionalismes (corse, breton, écossais, etc.) se réjouissent de la mort de la nation et sont prêts à faire allégeance à l'Europe pensant vivre de ses subsides en étant dirigés par des clans locaux pittoresques et forts en gueule plus proches de chefs de gangs corrompus que d'autre chose. On y parlera et on y chantera dans sa langue en jouant du biniou pour les touristes chinois dans un pays envahi par les migrants et dirigé par les banques. Chouette !

Sur le triste sort des Bretons au main de la république il y a l'épisode du camp de Conlie qui n'est pas mal dans le genre :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_de_Conlie

Écrit par : Pharamond | 06/09/2016

Quel horrible tableau ! c' est bien le pire scénario ...

Écrit par : EQUALIZER | 06/09/2016

Pourtant ce qui nous attend va ressembler globalement à ça.

Écrit par : Pharamond | 07/09/2016

Les commentaires sont fermés.