Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2015

C'est vu (19)

Dans une vallée préservée d'une apocalypse nucléaire, Ann une jolie fille toute simple essaie de survivre grâce à sa ferme. Bientôt arrive John, un Noir plus âgé qu'elle, avec qui s’établit un équilibre fragile et ambiguë puis Caleb, un beau jeune homme, et les choses se gâtent. La brise fait onduler la forêt et danser les particules végétales dans le soleil, et les êtres humains ne sont ni bons ni mauvais. Le rythme de Z for Zachariah de Greg Zobel est lent comme celui de la nature que ces survivants doivent apprivoiser mais la justesse des sentiments exprimés et le jeu des acteurs rendent l'ensemble envoûtant. Une petite perle dans son style, dommage qu'il soit si court, on aurait bien attendu l'hiver avec Ann et son compagnon.

Z for Zachariah de Greg Zobel

Commentaires

Tant qu'à faire, je préfère être seul sur Mars, moi je dis !

Écrit par : Coach Berny | 29/10/2015

Et voilà, le coach qui surjoue EN-CO-RE le rôle du vieux ronchon atrabilaire!
On n'y croit pas un instant.
En fait, je suis sûr qu'il rêverait de jouer à la petite maison dans la prairie tout seul avec Margot Robbie...

(bon smiley toussa toussa, hein, c'est pour rire!)

Écrit par : Popeye | 29/10/2015

Mais c'est que je m'identifie à l'héroïne du film moi ! Je suis mémère tranquillou dans mon coin, je cultive mes tomates, j'emmerde personne puisqu'il n'y a personne pour m'emmerder, et qu'est-ce qui me tombe sur le coin du nez ? Je vous le donne en mille, la perspective de repeupler la terre de petits cafés au lait... alors non ! J'arrête de visionner le trailer a la 41ème seconde et je retourne sur Mars !

Écrit par : Coach Berny | 29/10/2015

Coach Berny > Vous n'aviez pas mis "seul" au féminin dans votre premier commentaire, comme Popeye, je ne comprenais pas votre souhait de vivre seul dans le désert martien plutôt que mener une saine vie à la campagne avec une gentille compagne. Après vos explications je comprends que l'on puisse ne pas vouloir devenir une jument poulinière même en oubliant que les petits seront couleur isabelle. Quant à moi, j'avoue que devant son physique je n'arrive pas à m'identifier à l'héroïne, vraiment pas.

Écrit par : Pharamond | 30/10/2015

Je découvre avec ravissement la couleur Isabelle, merci Pharamond !

Écrit par : Coach Berny | 30/10/2015

Coach Berny > Avec plaisir, cher Coach.

Écrit par : Pharamond | 01/11/2015

Un seul "e" vous manque et tout devient moins compréhensible...
Effectivement, je comprends ce point de vue.

Écrit par : Popeye | 02/11/2015

Oui, encore que je soupçonne notre rusé Coach Berny d'avoir construit son histoire d'identification a posteriori ;-)

Écrit par : Pharamond | 02/11/2015

Les commentaires sont fermés.