Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2015

Champ d'étoiles (35)

Vendredi 29 juillet 2005

León

Pluie toute la nuit.

Lever à 8h00 pour prendre le train à 10h25 pour Irun. Après il faudra que je me débrouille parce qu'à la boutique SNCF on n'a pas su me dire comment aller à León.

Arrivé à Bordeaux Saint Jean je récupère mon billet que j'avais commandé par Internet. Trajet tranquille mais panne à Hendaye. Train de substitution jusqu'à Irun.

Je monte de justesse dans ma correspondance que je crois pour León. Trajet à côté d'une Américano-taïwanaise bilingue qui fait ses études de Sciences-Po à Paris. Discussion intéressante sur Taïwan et un peu sur la géo-politique en général. Quand je lui dis que je descends à León, elle m'affirme que ce train n'y va pas. Un agent passe à ce moment et elle l'interpelle. Il lui confirme en anglais que ce train ne va pas à León et que je dois changer à Valladolid pour m'y rendre c'est à dire la gare qui arrive tout de suite. Je prends mon sac, remercie et salue ma voisine qui me regarde un peu surprise de ma légèreté : « Si je n'avais pas demandé tu aurais loupé la correspondance ? » Je ne peux que confirmer un peu penaud. En fait c'est le trajet inverse de celui de l'année dernière mais un an c'est long et j'avais oublié.

À Valladolid je monte in extremis dans le train pour León. À l'intérieur, un peu échaudé, je demande confirmation à deux employés qui discutent et que j'ai l'impression de déranger.

Arrivé à 21h, le temps de trouver l'auberge, d'aller manger en vitesse et d'y retourner avant 22h, heure de sa fermeture. En Espagne on dîne tard et seul notre statut de pèlerin permet de manger plus tôt.

Commentaires

"♪ A la compagne de voyage. ♫ Dont les yeux, charmant paysage. ♪ Font paraître court le chemin. ♫ " ♥♥♥

Écrit par : Coach Berny | 23/10/2015

Même si la solitude ne m’effraie pas il est vrai que les compagnes mais aussi compagnons de voyage ont parfois été bienvenus pour faire paraître plus court certains moments au-delà de l'agrément de leur présence. Pour le charmant paysage, je suis un rigide en la matière et ne le distingue pas dans les yeux bridés.

Écrit par : Pharamond | 24/10/2015

"Pour le charmant paysage, je suis un rigide en la matière et ne le distingue pas dans les yeux bridés."
M'enfin ! La baie d'halong, Điện Biên Phủ, poupée de porcelaine, toussa, ce n'est plus de la rigidité, c'est de l'idée au logis, trop de rigidité nuit au vivre ensemble ! (comme se plaignait l'épouse atteinte de vaginite)

Écrit par : Coach Berny | 24/10/2015

:-D

Pour être franc, le vivre ensemble je laisse ça aux volontaires qui ne manquent pas. Les paysages exotiques ont leur charme mais tant quand à faire je préfère les fjords nordiques ou les steppes slaves. Et dans les yeux clairs on les voit plus distinctement.

Écrit par : Pharamond | 25/10/2015

Les commentaires sont fermés.