Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2015

Transgenre

Je suis étonné par le nombre de jeunes filles qui utilisent l'expression "Je m'en bas les c... !"

Commentaires

Des pauvres filles !

Écrit par : le brebis galleux blog | 08/10/2015

Que des jalouses !

Écrit par : Coach Berny | 08/10/2015

imaginez un mâle qui prétendrait "je m'en bourre la chatte" ...ça aurait de la gueule ,non ?

Écrit par : kobus van cleef | 08/10/2015

le brebis galleux blog > Vous êtes sévère. Simple phénomène de mode, bête comme la plupart.

Coach Berny > Bin, c'est qu'il faut avoir quelque chose à battre. Et "s'en battre les miches", bof !

kobus van cleef > Pas vraiment...

Écrit par : Pharamond | 08/10/2015

Une des dérives de l'égalité pour toussétoutes prônée par leurs Maîtres ! Peut-être.

Écrit par : Danny | 09/10/2015

C'est la faute à Sylvie Vartan - don de la Bulgarie, une tête de Turque en quelque sorte - qui dès les sixties chantait : "Comme un garçon, je porte un blouson, un ceinturon, etc".
Si la bienséance des temps gaulliens imposait que l'évocation s'arrêtât à la ceinture, nous n'avons pas évité les conséquences subabdominales.

Écrit par : Nathanaël | 09/10/2015

Beauté blanche.
J'imagine mal celle-ci verser dans le parler mâle racailleux.

http://iusstus.tumblr.com/image/129407110292

Écrit par : Danny | 09/10/2015

Elles devraient pouvoir dire argotiquement "je m'en tamponne le coquillard", ou sinon, plus physiologiquement exact, "je m'en bats les gonades" qui a le mérite d'être valable quel que soit le sexe, genre, sexe biologique, ressenti, social voire assigné.

Écrit par : Popeye | 09/10/2015

Je trouve "je m'en bats les gonades" honteusement discrimant pour les castrats. Sauf pour ceux qui peuvent malgré tout se les battre parce qu'elle sont conservées dans un bocal sur la cheminée. Ce débat est sans fin.

Écrit par : Jazzman | 09/10/2015

Je préfère l'expression moins vulgaire et plus énigmatique (surtout pour une fille) : "ça m'en touche une, sans bouger l'autre" qui a aussi le mérite de signifier le grand "quantisme universel" de tout un chacun (de tout sexe, poil, et horizon) c'est-à-dire la frontière entre le "concerné" et "l'impliqué".
Bien à vous.

Écrit par : Martin-Lothar | 09/10/2015

ha si
je m'en bourre la choune
nouvelle expression à lancer sur le ouèbe
peut être qu'un animateur télé tombera dessus et en fera ses choux gras?
dans ce cas....ou alors faudrait la lancer via touitaire ? ou goat spank ( pardon , fesse bouque )

Écrit par : kobus van cleef | 09/10/2015

Je plussoie avec "je m'en bourre la chouchoune"
Je propose aussi : "goatass" pour le nom d'une startup concurrente de quoi vous savez.
Merci Kobus...
Bien à vous

Écrit par : Martin-Lothar | 09/10/2015

Danny > Un certaine négligence intellectuelle, plutôt.

Nathanaël > Ah, ces Bulgares !

Danny > Je l'espère mais entre le plumage et le ramage on peut être bien surpris.

Popeye > Je disais autrefois "je m'en tamponne le coquillard" , ce n'était guère élégant, j'en conviens, mais évitait la franche vulgarité. Et les coquillard, nous en avons tous.

Jazzman > Oui, sans fin.

Martin-Lothar > l'exclamation est un peu longue mais non sans attrait.

kobus van cleef > Dans quelques années, peut-être, le public n'est pas encore prêt aujourd'hui, je crois.

Martin-Lothar > "Goatass" ça peut attirer certaines communautés du désert...

Écrit par : Pharamond | 11/10/2015

comment ça , pas prêt ?
mais kes ke ça veut dire , ça "pas prêt"?
à nous de le préparer !
de l'orienter , de le convaincre !
de populariser enfin cette locution renversante "je m'en bourre la choune" !
à vulgaire , vulgaire et demi et même , double vulgaire !

Écrit par : kobus van cleef | 12/10/2015

Les commentaires sont fermés.