19/11/2013

Récréation (62)

Ce qui suit sont des propos véridiques tenus en salle d'audience :

...ça fuse au prétoire !

 

Une femme victime des coups de son mari :

- Entre ses accès de violences, mon mari n'arrête pas de me répéter que je suis une princesse. Mais le seul palais où il a réussi à m'emmener, c'est au palais de justice.

***

L'accusé :

- Je suis kleptomane, c'est pour cette raison que j'allume des incendies un peu partout où je passe.

***

L'accusé :

- Avec ma femme on a des goûts simples. On vit d'amour et de bières fraîches.

***

À la lecture des faits par le président, l'accusé proteste :

- Non, je n'ai jamais dit à ma femme qu'elle était habillée comme une pute. Je lui ai seulement dit de ne pas s'habiller comme une gamine de 18 ans.

Il réfléchit et ajoute :

- Enfin, vous allez me dire : c'est pareil.

***

- Ma femme a raison, reconnaît l'accusé. Parfois je m'emporte et je gueule beaucoup, surtout après mon fils qui est complètement immature.

- Quel âge a-t-il ? demande la présidente.

- Deux ans...

Source : Le Nouveau Détective

Commentaires

A l'avant-dernière, j'imagine bien le grand robin se prendre la tête entre les mains et pleurer: "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné".

Écrit par : Le blaireau-garou | 19/11/2013

Mais l'engeance a-t-elle encore un dieu ?

Écrit par : Pharamond | 20/11/2013

J'en sais rien mais entre nous, tu vois quelqu'un psalmodier: "Oh mon Parti, mon Parti..." ou "Oh mon Etat, mon Etat..." (il y a un passage dans 1984 où un personnage est arrêté pour avoir trouvé que "Dieu" c'était plus adéquat que "Big Brother" dans un texte).

Écrit par : Le blaireau-garou | 20/11/2013

Effectivement :-D

Écrit par : Pharamond | 20/11/2013

Écrire un commentaire