statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2019

Bribes d'Occident (57)

ute.jpg

Ute de Naumbourg

Commentaires

Une beauté pareille n'a certainement pas 'migré' contrairement à ce que nous disent les journalopes du sanhédrin ;o)

Écrit par : téléphobe | 02/08/2019

Je suis obligé, au nom de sainte Avia et de sainte Anastasia, de contredire le discours de haine énoncé par le Kamerad téléphobe.
A l'évidence, comme pour la sphynge, comme pour Cléopâtre, de malhonnêtes archéologues ont tenté d'effacer, autant qu'ils le pouvaient, la véritable origine de cette dame d'importation. Ils ont beau avoir altéré la couleur de son teint, modifié la forme de son nez, rectifié le contour de ses lèvres, l'oeil *exercé* distingue *parfaitement* ces interventions trompeuses, tout comme sainte Greta Montagne de Thunes[1] voit le gaz carbonique. Cette noble figure, c'est une princesse venue des Afriques ; d'ailleurs, les producteurs de chez Disney choisiront certainement la charmante Sharon Leal pour l'incarner dans un prochain film destiné à démontrer les nombreux mensonges de Ken Follett dans *Les piliers de la Terre*.
L'histoire est à réviser, qui a été écrite par de méchants blancs jalousant les civilisations qui leur sont si évidemment supérieures. La cathédrale n'est qu'une case qui a mal tourné.

[1] Par prudence, on prononcera "tunesse".

Écrit par : Blumroch | 02/08/2019

P.S. : N'étant pas historien, je n'irai pas tenter d'appuyer mon *ressenti* par des faits prétendus objectifs. Le serais-je que j'irais imiter la démarche de l'historien qui a inspiré ces pages éclairantes :
http://www.lisapoyakama.org/les-egyptiens-de-lantiquite-etaient-ils-noirs-2/
Une preuve de vérité ? "Le célèbre buste de Nefertiti à Berlin, qui montre une femme blanche, est très certainement un faux." La prudence de l'affirmation, la modestie du ton, tout cela désigne le vrai savant.
Ergo, Ute de Naumbourg n'était pas celle que l'on croit. ;-)

Plaisanterie mise à part, merci à Pharamond. J'ignorais l'existence et de la ville, et de la cathédrale, et de ces sculptures.

Écrit par : Blumroch | 02/08/2019

Cher Blumroch,

Permettez-moi de m'inscrire en faux contre votre hypothèse historique audacieuse. Cette Ute de Naumbourg est l'archétype de la femelle* blanche cisgenrée. Le célèbre producteur de films d'animation Walt Disney, naturalisé wakandais en 1947 en application de la one-drop rule, s'était délibérément inspirée de cette Ute (dont des sources sûres affirment que la première lettre de son nom aurait été effacée) pour en faire la méchante de Blanche Neige et les sept personnes de taille légèrement inférieures à la moyenne. Cette Ute, esclavagiste, spéciste et génocidaire, avait commandité l'assassinat de Blanche Neige par un chasseur! C'est bien évidement Blanche Neige, comme son l'indique, qui sera incarnée par une personne dont la teinte sera comprise entre le chocolat au lait et le café noir.

* femelle étant le terme s'appliquant aux espèces animales comme les blancs

Écrit par : Sven | 03/08/2019

Cher Sven,

Selon la New Modern Science qui refuse avec énergie la notion d'incohérence au nom du vraivivrensemble[1], votre hypothèse *et* la mienne sont *simultanément* vraies[2]. ;-) En même temps !

[1] Permettant ainsi à chacun de choisir la théorie qui lui convient et qui le séduit : homéopathie, astrologie, psychanalyse, européisme, mahométanisme, catastrophisme, collectivisme...

[2] D'ailleurs, regardez mieux la lèvre inférieure, au caractère mutin et boudeur : la ressemblance avec Rihanna et Beyoncé est frappante. Au reste, vous l'avez dit : le prénom, quand on lui restitue sa première lettre, correspond aux trois, si j'en crois quelques clips vidéo.
Il faut apprendre à voir, il faut construire sa réalité, par tous les moyens, même chirugicaux, comme dans ce magnifique dessin de Konk : au quidam qui lui rend une paire de lunettes en disant, désolé "Avec celles-là aussi, je vois beaucoup de [bip] et de [bip]"[3], l'ophtalmo de répondre sur un ton froid et clinique "Il va peut-être falloir opérer" (là encore, c'est à la prudence du "peut-être" qu'on distingue le grand professionel).

[3] Par la fenêtre, la diversitude est numériquement assez bien représentée pour évoquer le nouveau Paris d'HidalgogolE.

Écrit par : Blumroch | 03/08/2019

P.S. : J'ai adopté par mégarde une orthographe moderne fautive, qu'on corrigera par "prophétionnel" (orthographe d'Elgozy) ou même "profesionel.e" (orthographe moderne révisée).

J'en profite pour noter qu'une troisième hypothèse est envisageable : Ute, grande reptilienne ? La fixité vipérine du regard pourrait être un indice. Mais comment choisir entre tant de *narratives* comme disent les séméioticiens (mot en vogue en khâgne à Lewis le Gluant dans les années 80) et autres amateurs de feuilletons ?

Écrit par : Blumroch | 03/08/2019

@Blumroch : Je vous ai... compris !
Mais vous avez oublié Sainte Schiappa - quand même, merde, quand même ;o)

Écrit par : téléphobe | 03/08/2019

@téléphobe : Saint Larousse nous donne la raison d'un oubli que vous signalez avec une belle énergie vivacité gaullo-cambronnienne : "essere una schiappa", c'est "être nul.le". Je n'ose même pas citer saint Reverso :
https://dictionnaire.reverso.net/italien-francais/schiappa
Peut-être une lointaine parente du frère de Midas, évoqué ailleurs. ;-)
http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/12/en-italien-schiappa-signifie-la-courge-mais-aussi-taree-cancre-ou-encore-recalee/

Écrit par : Blumroch | 03/08/2019

"énergie vivacité" : au choix ! ;-)
Anecdote par association : dans tous les canards, les secrétaires de rédaction se prennent pour de grandes autorités *littéraires* : non seulement ils[0] possèdent deux ou trois dictionnaires et grammaires, mais encore et surtout ils achètent les bons torchons gauchistes -- une manière de rappeler à tout le monde qu'ils sont[1] des *intellectuels*, eux, contrairement aux journalopes, aux camelots de la réclame, aux patrons et aux gens de la fabrication.
Sous prétexte de faire entrer les textes dans la maquette, ils osent intervenir sur les articles, au bénéfice d'une mystérieuse "lisibilité accrue" pour le lectorat[2]. Censeurs vigilants, ils suppriment tous les effets un peu littéraires, toutes les expressions un peu élégantes, toutes les allusions culturelles autres que gauchistes. Ils atténuent aussi toutes les remarques qu'ils jugent un peu trop critiques. Ils adorent aussi les synonymes, par principe -- cette pauvre pratique leur permet de faire croire qu'ils sont indispensables. Ils vont jusqu'à "rewriter" sans nécessité aucune des phrases correctes, leur faisant même dire l'exact *contraire* de ce qui était écrit -- quand ils ne font pas des coupes claires rendant un paragraphe mieux que faux : incompréhensible.
Or, les articles sont généralement signés. Rien n'est irritant comme de se voir attribué le résultat du sabotage perpétré par un petit personnel irresponsable et nuisible, dont les prétentions sont très supérieures à ses capacités.
Quand j'étais journalope, j'avais écrit une magnifique macro appelée "Un mot pour un autre", alias "Automatic SR", qui prenait un article pour insérer dans le texte tous les synonymes et antonymes trouvés par le dictionnaire de Word. Etrangement, le secrétariat de rédaction n'avait pas apprécié, qui m'avait immédiatement dénoncé à nos maîtres pour "mauvaises relations avec les autres"[3]. Comme le Numéro Six dans un épisode célèbre, j'avais été déclaré *unmutual* alors que j'avais cru, avec candeur, faciliter leur ersatz de travail. Allez rendre service, après cela... ;-)

[0] Plus généralement, "elles", tant la profession est féminisée.
[1] Hem... "prétendent", plus exactement.
[2] Un lectorat dont ils ignorent d'ailleurs tout, malgré les stages de type "écrire pour être lu" qui rapportent beaucoup aux écoles de "journalisme sérieux". Vrai que ces gens sont de modernes Pic de Mirandole, qui se croient experts dans *tous* les domaines, de la médecine à l'informatique en passant par l'archéologie, l'histoire de la littérature chinoise et bien d'autres, parce qu'ils ont parcouru les pages "culturelles" de *télérama* et de *l'obs*. Ce doit être pire aujourd'hui avec kikipedia.
[3] Comme tous les gauchistes, ces gens-là ont la délation dans le sang. Le sympathique Jacques Collin, dans son instructif *Voilà !* sous-titré "1663 jours dans les coulisses de *Voici*", raconte ainsi avoir été convoqué par son patron qui lui tend une lettre anonyme. Collin, qui fait figure d'accusé, commence à la lire et observe dès le premier paragraphe : "A ce stade, je me dis que l'absence de fautes associée à l'absence de style pourrait signifier que l'auteur est secrétaire de rédaction" (page 67).

Écrit par : Blumroch | 03/08/2019

Cher Blumroch

Mes connaissances limitées en New Science ne vont pas jusqu'à la compréhension du principe d'incohérence qui englobe les physiques statistiques et quantiques. Est-ce que la version améliorée du principe d'Heisenberg (un bien mauvais bougre) permet de dire qu'en même temps, je suis partout? :-)

Écrit par : Sven | 03/08/2019

Cher Sven,

Dans la nouvelle [nouvelle]... physique, tout est nuit et brouillard. Outre les bien connu "*Je* suis partout" et bien utilisé "*ils* sont partout", on ajoutera l'audacieux "*nous* sommes partout". ;-)
https://www.noussommespartout.fr/

Écrit par : Blumroch | 03/08/2019

téléphobe > Comme vous y allez, cette jolie personne aux traits étonnamment "modernes" a peut-être migré d'une principauté voisine.

Blumroch > Les ans ont peut-être dépigmenté la statue après tout ;-)

Quant à une Ute reptilienne, je n'y crois pas, cette engeance n'ayant nullement droit aux places de choix dans les édifices religieux, leur statuaire étant placé à l'extérieur avec les chimères et les gargouilles.

Écrit par : Pharamond | 04/08/2019

Écrire un commentaire