statistiques web gratuite

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2019

Je plussoie (23)

On peut perdre sa souveraineté en conservant son identité. Mais si on perd les deux, on est mort.

Alexandre Soljenitsyne

 

Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise suffit à expliquer.

Robert J. Hanlon

 

Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve.

Droit romain

 

La vie est l’ensemble des forces qui résistent à la mort. Vivre, c’est donc résister à la décomposition. C’est, en d’autres termes, réagir. Un organisme qui ne réagit plus est condamné à disparaître. Quand il s’agit d’un peuple, c’est également vrai.

Jacques Bainville 

 

Rester fidèles aux grandes passions de l’adolescence ou périr avant elles. Vieillir, c’est se renier.

Georges Bernanos

 

Sur les autels abandonnés habitent les démons.

Ernst Jünger

Commentaires

Au début des années 80, Presses-Pocket avait eu la bonne idée de publier l'Histoire du futur, qui comporte une nouvelle intitulée *La logique de l'Empire* (*Logic of Empire*), parue en 1941 dans la revue *Astounding*. Faute d'avoir encore ces livres, j'ai pu, grâce à archive.org, retrouver le texte d'origine qui démontre que le rasoir d'Hanlon, c'est très probablement le rasoir d'Heinlein :
-- I would say that you have fallen into the commonest fallacy of all in dealing with social and economic subjects -- the devil theory.”
-- Huh ?
-- You have attributed conditions to villainy that simply result from stupidity.

Bernanos n'a pas toujours raison : je pense toujours qu'une vie peut être guidée par le *Discours de la servitude volontaire* et par *Eumeswil*. Pour les livres comme pour les idées, quand le choix a été *immédiatement* judicieux, l'honneur s'appelle fidélité. ;-)

Écrit par : Blumroch | 29/03/2019

Amusant. Comme tout le monde, je savais, de troisième ou quatrième main, que la célèbre formule, "La vie est l’ensemble des forces qui résistent à la mort" était du grand médecin Bichat, et même qu'elle figurait dans l'*incipit* de ses *Recherches physiologiques sur la vie et la mort*. Grâce à Internet, je peux ouvrir ce livre (que je n'avais jamais recherché jusqu'à ce jour), pour y trouver cette première phrase mémorable, magnifique de précision et de modestie : "On cherche dans des considérations abstraites la définition de la vie ; on la trouvera, je crois, dans cet aperçu général : la vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort."
Et le lecteur de Bainville, familier de la culture française dans les lettres et les sciences, n'avait pas besoin de guillemets pour signaler une citation connue de tous !
Autre époque. :-(

Écrit par : Blumroch | 29/03/2019

Vous m'aviez fait découvrir le rasoir d'Hanson et voilà que ce n'est plus le sien !

Pour Bernanos, je l'avais pris comme : "vieillir c'est trop souvent se renier".

Euh... je fais partie des quelques-uns qui ignoraient la formule de Bichat :-(
Sinon, la phrase que vous citez est une petite merveille de concision , en effet.

Écrit par : Pharamond | 30/03/2019

@Pharamond : J'ai souvent cité la formule attribuée au mystérieux Hanlon, mais j'avais aussi le souvenir d'une formule *analogue*, moins concentrée, chez R.A.H. sans pouvoir vérifier, ayant jadis eu la sottise d'offrir presque tous mes Heinlein à mon ex-fiancée. C'est grâce aux textes originaux d'archive.org que j'ai pu retrouver la source (au reste, j'avais d'abord parié pour *Révolte sur la Lune*, c'est dire si ma mémoire baisse !).
L'honorable *If it ain't broke...* d'Hugh Rawson mentionne Hanlon sans autre précision à propos du rasoir d'Ulmann : "When stupidity is a sufficient explanation, there is no need to have recourse to any other".

Certes, mais y'a écrit "Vieillir, c'est se renier." qui veut passer pour une loi universelle. ;-)

Z'avez pas fait assez de philo ! ;-)

Écrit par : Blumroch | 30/03/2019

La formulation est curieuse car il y est dit : "Rester fidèles aux grandes passions de l’adolescence ou périr avant elles" ce qui laisse supposer qu'au seul cas où l'on ne peut "rester fidèles aux grandes passions de l’adolescence" il faut "périr avant elles", mais en même temps qu'il serait possible de leur rester fidèles, contredisant la phrase finale.

Écrit par : Pharamond | 30/03/2019

En fait, faudrait ne jamais *rien* examiner de trop près. C'est un peu comme pour la vérité : à force de la chercher, on prend le risque de la trouver, et les conséquences sont alors terribles. ;-)
Curtis estimait avec raison que l'exercice littéraire le plus difficile, le plus révélateur et le plus formateur, c'était l'explication de texte. On peut toujours dire à peu près n'importe quoi dans une dissertation, exercice d'imagination et de présentation ; c'est beaucoup plus difficile quand on doit analyser, exercice de confrontation au réel -- *explicare*, c'est dérouler, déployer, déplier, rendre lisible ce qui était dissimulé dans les plis.

Écrit par : Blumroch | 30/03/2019

Oui, sans doute, ici la formule qui me semblait limpide m'apparaît maintenant bien ambiguë.

Écrit par : Pharamond | 30/03/2019

Les commentaires sont fermés.