Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2018

La décence ordinaire

Entretien avec Jean-Claude Michéa - Comédie du livre 2017

Commentaires

Tout estimable qu'il peut être, Michéa reste un *socialiste* qui lit les Marx et Orwell qui *lui* conviennent, et qui ne peut s'empêcher de dire, en passant et sans nécessité, du mal des méchants de droite dite extrême -- tous assimilés à des imbéciles et à des antisémites (même avec la précaution consistant à invoquer Orwell pour reconnaître qu'ils ont parfois des raisons de penser ce qu'ils pensent). Tsk tsk... Quant au numéro du "vrai" socialisme... Quant à se prétendre disciple d'Epicure et de Proudhon, c'est très à la mode, tout ça. Le personnage est certes moins méprisable qu'un Onfray (lui aussi proudhono-épicurien !) ou un béachel, mais ce n'est pas *très* difficile.
Seule suggestion amusante (et peu originale : nous sommes nombreux à l'avoir formulée depuis des décennies) à la fin de son intervention : obliger les donneurs de leçons à afficher les délirantes prébendes dont ils bénéficient. Au lieu d'un déguisement, les chiffres, affichés comme les points de vie dans un RPG, seraient plus efficaces.

Écrit par : Blumroch | 08/01/2018

On ne peut plus d'accord avec vous, il faudrait que quelqu'un se dévoue pour expliquer à ce monsieur le sens du mot "libéralisme"... Son raisonnement est logique mais bâti sur des prémisses vermoulus.

Comme je le rétorque aux (trop nombreux) Charlie de classe moyenne (pléonasme) avec qui je cause lorsqu'ils s'épanchent sur le sort horrible des pôv migrants: pas de migrant hébergé/nourri/logé/blanchi, pas de droit au chapitre... Et je vous laisse deviner la question qui s'ensuit du gogoche vexé, de même que la réponse toute en décontraction de mézigue ;-)

Écrit par : Benway | 08/01/2018

Blumroch > Comme beaucoup d'anciens gauchistes (ils parlent en connaissance de cause) il est plus efficace dans la déconstruction du Système que dans les propositions concrètes (voir Soral par exemple), mais l'homme semble réellement honnête.

Benway > Moi, j'ai abandonné, je n'ai plus l'impression de parler la même langue et même parfois d'être de la même planète que le boboïde.

Écrit par : Pharamond | 08/01/2018

@Pharamond: je vous pensais aussi amateur de SF pourtant ;-)

Écrit par : Benway | 09/01/2018

@Benway : Autre question divertissante, comparable à celle, taquine, que vous évoquiez *supra* : face à un abruti enthousiasmé par le sentier lumineux qu'empruntent les disciples du mahométanisme, lui demander s'il a *lu* leur fastidieux livre de référence (ou tout au moins une vie de l'individu considéré par eux comme l'homme parfait, pour ne même pas mentionner les instructifs recueils de ses hauts faits). A ce jour, la seule réponse que j'ai obtenue a *toujours* été celle d'Ali Juppar obligé d'admettre, de fort mauvaise grâce, face à Onfray, qu'il n'avait *jamais* ouvert le livre en question (la séquence est aussi réjouissante que celle qui voit Finkie avouer, non sans contrariété, qu'il ne lit pas l'allemand). M'étant infligé, moi, cette douleur que de lire ces... "textes" (dans trois traductions, deux françaises et une anglaise), j'ai donc toujours déclaré, dans cette situation, toute discussion sur le sujet parfaitement vaine : inutile de perdre du temps avec qui ne connaît la question de seconde ou de troisième main gauche (et de journalope ou de politicard encore, également incultes, inconscients ou électoralistes). C'est comme à l'époque du néfaste traité instituant la tyrannie des eurocrates : on pouvait répartir les individus qui en parlaient en trois catégories -- ceux qui étaient pour, ceux qui étaient contre, et ceux qui l'avaient lu.

Écrit par : Blumroch | 12/01/2018

@Blumroch: je constate que vous avez poussé très loin le dolorisme sur ce coup, en ce qui me concerne une seule lecture m'a suffi ... Pour en revenir à votre savoureux taquinage de Charlie (qui peut décemment vous jeter la première pierre pour ça?), j'ai connu quelques vicelards qui trouvaient en la circonstance le culot de me rétorquer: "Oui, mais tu n'as lu qu'une traduction, rien ne vaut l'original (toujours dans le cas d'un gogoche qui n'aurait lu ni l'une ni l'autre hein ^^)..."

Et c'est à ce moment que je les fais entrer en erreur 404, en leur rappellant que nos merveilleux enrichisseurs culturels français-comme-vouzémoi ont déjà du mal avec la langue de Raspail, alors l'arabe littéraire...

Je réponds à votre mail ce week end, merci pour la découverte (Jalons), m'a l'air d'une vraie mine d'or ça...

Écrit par : Benway | 16/01/2018

@Benway : Rien n'est intraduisible, sinon, dans une certaine mesure, la poésie (raison pour laquelle, par exemple, les ricains ne peuvent *rien* comprendre à notre Racine, comme Messac l'avait démontré d'admirable manière), sauf à être génial, comme Boutang par exemple (voir son *Art poétique. Autres mêmes.*).
La comparaison de traductions en deux langues, et toutes rédigées à des époques lointaines où l'idéologie ne guidait pas le lexique (en plus d'assurer une bonne maîtrise du français, maîtrise perdue après les années 60) permet de découvrir le scandale du texte dans toute sa pureté candide. ;-)
Je n'irai évidemment plus *jamais* relire l'alcoran, qui me semble valoir, littérairement et intellectuellement, cet hymne admirable :

https://www.youtube.com/watch?v=YDEgNp62jGk

(yep, ce n'est pas *Anthem* !)

Be reading you !

Écrit par : Blumroch | 16/01/2018

Écrire un commentaire