Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2016

"La guerre, c'est la paix"

Le 11 mars 2004 plusieurs bombes visant des trains de banlieue explosent à Madrid faisant près de 200 morts. Le gouvernement Aznar s'empresse d'accuser l'ETA sachant que si le vrai coupable, Al-Qaïda, était identifié la population le tiendrait pour responsable à cause de sa participation à l'intervention en Irak. La vérité finit par se savoir et comme prévu c'est Zapatero jusque-là second dans les sondages qui remporte les élections trois jours plus tard. En janvier et novembre 2015 les attaques de l’État Islamiste à Paris ont pour effet de faire remonter Hollande et son premier ministre dans les sondages. Les Espagnols sont-ils différents de nous ou le Système a-t-il réussi à finir de nous décérébrer en une dizaine d'années ?

Commentaires

Excellent article (encore).
Aznar devait gêner certains aux entournures et le faux cul de Zapatero avec son sourire idiot "rêve américain" a été mis en place.

Écrit par : téléphobe | 15/06/2016

Merci.

Je ne crois pas qu'on ait évincé Aznar qui ne valait pas mieux que son successeur, d'ailleurs. Reste ma question : les Espagnols sont-ils moins débilités que nous ou 10 ans ont suffi pour nous rendre complètement perméable au discours officiel ? Je penserai pour un mélange des deux avoir un pourcentage supérieur pour la deuxième composante.

Écrit par : Pharamond | 15/06/2016

Les commentaires sont fermés.